Les travailleurs grecs protestent contre les attaques sociales du gouvernement Syriza

Par John Vassilopoulos
28 novembre 2018

Des grèves et des protestations ont eu lieu ce mois-ci en Grèce contre les politiques d’austérité imposées par le gouvernement Syriza dirigé par Alexis Tsipras, conformément aux exigences de l’Union européenne.

Une grève générale dans le secteur public a été déclenchée par l’ADEDY (Confédération des fonctionnaires) le 14 novembre. La grève a été la première action majeure des travailleurs depuis que Syriza a quitté le programme de « renflouement » de l’UE en août, au prix d’un accord qui impose l’austérité dans le pays pour les décennies à venir. Les travailleurs du secteur public ont vu leurs salaires réduits de 40 pour cent depuis 2010 et exigent la fin du gel des salaires et le rétablissement de ce que l’on appelle les 13ᵉ et 14ᵉ salaires mensuels par an. Malgré les énormes réductions infligées aux travailleurs, l’ADEDY n’a exigé qu’une augmentation de salaire de 2 à 3 pour cent.

Une grève générale déclenchée par la fédération syndicale du secteur privé de la Confédération générale du travail grec (GSEE) est prévue pour le 28 novembre. La GSEE demande le rétablissement des conventions collectives, des salaires et des retraites et exige que le salaire minimum revienne à son niveau précédent de 751 euros par mois.

Les transports devraient être touchés par la grève, avec l’arrêt du métro d’Athènes, du chemin de fer électrique et du réseau de tramways. Les employés du service de trolleybus de l’ILPAP vont faire la grève, tout comme les travailleurs d’autocars de l’OASA pendant une partie de la journée. Les travailleurs des ferries appuient la grève, tous les ferries à passagers devant être amarrés à quai à l’échelle nationale.

Le parti au pouvoir est tellement méprisé qu’à l’occasion d’une commémoration, le 16 novembre 1973, du soulèvement étudiant de l’école polytechnique d’Athènes contre la junte militaire qui a dirigé la Grèce de 1967 à 1974, les membres d’une délégation de Syriza dont deux ministres ont dû partir en proie à la colère des citoyens en leur présence.

Le 20 novembre, des dizaines de membres du syndicat des travailleurs municipaux du syndicat POE-OTA ont occupé le ministère du travail pour protester contre la mort d’un éboueur tué après avoir perdu le contrôle du camion qu’il conduisait aux petites heures du 16 novembre. L’accident s’est produit près de la décharge principale d’Athènes, à Fyli, sur une autoroute très fréquentée située au nord-ouest du centre-ville.

Selon les chiffres publiés par le POE-OTA, depuis l’été 2014, 43 travailleurs municipaux en Grèce ont perdu la vie dans des accidents du travail, tandis que 58 ont été gravement blessés. Ces décès et ces blessures sont directement liés à l’austérité et à la législation anti-ouvrière imposées au cours des huit dernières années par les gouvernements successifs.

La semaine précédant l’incident du 16 novembre, un travailleur a perdu la vie et un autre a été grièvement blessé lorsqu’il a été heurté par une voiture alors qu’il nettoyait le trottoir sur le même tronçon de route. Selon les rapports, le travailleur était sourd-muet et incapable d’entendre la circulation. Le fait qu’une personne handicapée ait été contrainte de travailler sur un tronçon de route aussi fréquenté pour 495 euros (le salaire minimum mensuel net), au mépris total de sa sécurité, témoigne de la crise sociale provoquée par huit ans d’attaques contre son niveau de vie et ses conditions de travail.

Au cours des trois dernières années, Syriza a mené des attaques brutales contre les retraites, transféré une plus grande partie de la charge fiscale sur la classe ouvrière, attaqué le droit de grève et supervisé la privatisation des actifs de l’État tel que l’Autorité portuaire du Pirée à la société Cosco, propriété des Chinois. Il y a deux ans, elle a achevé la privatisation et la vente de 14 grands aéroports grecs au consortium allemand Fraport.

En outre, 23 aéroports régionaux ont été réservés à la privatisation, ainsi que plus de 10 000 sites archéologiques et musées, dont beaucoup en Crète, dans la ville de La Canée et ses environs. Le site web, « Keep Talking Greece » (keeptalkinggreece.com), rapporte que rien qu’à La Canée, le gouvernement vend le « nouveau musée archéologique, le musée archéologique situé à l’intérieur de l’église Saint-François, le musée national Eleftherios Venizelos, les archives historiques de la Crète, plusieurs fossés vénitiens et byzantins, des fortifications et bastions, ainsi que des propriétés où d’importants restes architecturaux minoens ont été découverts. »

Le 11 octobre, les travailleurs des sites archéologiques et des musées grecs de tout le pays ont fait grève pendant 24 heures pour protester contre le transfert des musées et des sites publics au Fonds de privatisation. Les grévistes de l’Acropole d’Athènes ont tendu une banderole sur laquelle on pouvait lire : « PAS A VENDRE ».

Au cours des huit dernières années, des dizaines de grèves symboliques, principalement des grèves générales de 24 heures déclenchées par la GSEE et l’ADEDY, ont été organisées pour relâcher la pression, tandis que les gouvernements successifs imposaient des diktats d’austérité au FMI et à l’UE. Ces organisations syndicales sont largement discréditées et leur incapacité à garder le contrôle sur les travailleurs a provoqué une crise dans la bureaucratie syndicale. C’est particulièrement le cas du Front militant de tous les travailleurs (PAME), le syndicat allié au Parti communiste stalinien de Grèce (KKE). En tant que deuxième plus grande faction au sein de la GSEE et de l’ADEDY, PAME a historiquement joué le rôle d’une opposition loyale « militante » au sein de la bureaucratie.

La grève du secteur public et la grève proposée dans le secteur privé ont été approuvées par PAME, qui a fait campagne pour une grève générale de 24 heures impliquant la GSEE et l’ADEDY le 8 novembre, qui ne s’est pas concrétisée.

Le 1ᵉʳ novembre, les travailleurs d’un groupe de huit syndicats ont déclenché ce qu’on a appelé une « grève intersectorielle par le bas ». Parmi les syndicats impliqués figuraient : le SEFK, qui couvre les enseignants travaillant en frontistiria (des écoles de bachotage du soir qui préparent les lycéens aux examens), le syndicat des serveurs et des travailleurs de la restauration (SSM), et le syndicat qui représente les travailleurs de Nokia. Parmi les revendications figuraient le rétablissement de la négociation collective et l’abrogation d’une loi récente permettant au gouvernement d’ajuster le salaire minimum par décret, sur la base des exigences des grandes entreprises pour une « compétitivité » accrue.

L’action a été présentée comme une alternative à la proposition de grève de PAME et supposée indépendante des fédérations discréditées de la GSEE et de l’ADEDY et responsable devant les sections locales syndicales de la base.

Dans un entretien accordé au journal EfSyn, Giorgos Christoforou, le chef du syndicat des employés de Nokia Grèce, a déclaré : « La motivation derrière cette initiative était la position de la GSEE pour la « Journée nationale d’action de l’Alliance sociale" » le 30 mai [L’Alliance sociale comprend la Fédération des employeurs]. « Nous avons alors dit que cela ne pouvait plus durer. On en a eu marre d’attendre la GSEE quand ils allaient faire la grève avec les employeurs ».

La grève a été soutenue par le Front pour le renversement de classe (META), qui, tout en se présentant comme une fraction syndicale de gauche non partisane, était historiquement aligné sur Syriza. La plupart de ses membres font maintenant partie d’un groupe dissident de Syriza, Unité populaire, qui prône un programme d’autarcie nationale.

L’action du 1ᵉʳ novembre a également été approuvée par la pseudo-gauche Antarsya, au sein de laquelle le Parti socialiste ouvrier (SEK) joue un rôle de premier plan. Antarsya détient la plupart des sièges au comité directeur du syndicat SEFK. META est dirigée par Giorgos Charisisis, un bureaucrate syndical de longue date qui a également travaillé pour Syriza et qui fait maintenant partie de l’Unité populaire. Par le passé, Charisisis a siégé au comité directeur de l’ADEDY et siège actuellement au conseil exécutif du POE-OTA, le syndicat des travailleurs municipaux.

(Article paru d’abord en anglais le 27 novembre 2018)