L’impasse Russie-Ukraine sur la mer d’Azov se poursuit alors que Porochenko déclare la loi martiale

Par Clara Weiss
28 novembre 2018

Après la capture par la Russie de trois navires ukrainiens dimanche dans la mer d’Azov, le gouvernement ukrainien, à la demande du président Petro Porochenko et du cabinet de guerre, a instauré la loi martiale le 28 novembre pour 30 jours. Lundi, les forces armées ukrainiennes ont également annoncé qu’elles étaient prêtes au combat. Pendant ce temps, les responsables américains de la politique étrangère des médias et des groupes de réflexion ont battu le tambour de la guerre, appelant à une réponse « dure » à la prétendue « agression russe » de l’Ukraine, de l’OTAN et des États-Unis.

La mer d’Azov borde le sud-ouest de la Russie, le sud-est de l’Ukraine ainsi que la Crimée, et entre dans la mer Noire, qui revêt une importance géostratégique clé pour les États-Unis et la Russie, en tant que porte d’entrée vers la Méditerranée orientale et le Moyen-Orient.

L’impasse s’est produite dans le détroit de Kertch, qui est le seul lien entre les deux mers et qui est largement sous le contrôle de Moscou depuis que la population de la Crimée a voté pour quitter l’Ukraine et rejoindre la Fédération russe au début 2014. Dans le plus important affrontement direct entre les militaires russes et ukrainiens depuis 2014, les navires de guerre russes ont tiré sur trois navires ukrainiens et les ont capturés après leur entrée dans les eaux territoriales russes. Plusieurs marins ukrainiens ont été blessés. Les médias russes l’ont qualifié de « véritable bataille maritime ». D’abord fermé par la Russie, le détroit de Kertch a été rouvert aux navires civils.

Le régime de Kiev, porté au pouvoir lors d’un coup d’État d’extrême droite soutenu par l’impérialisme en février 2014, s’était jusqu’à présent abstenu d’instaurer la loi martiale, malgré une guerre civile dans l’est du pays qui a fait plus de 10 000 victimes. Porochenko a d’abord déclaré la loi martiale pour 60 jours, mais a ensuite réduit la durée à 30 jours, suite à un tollé public. Il a également insisté sur le fait que la déclaration de la loi martiale en réponse à « l’agression » de la Russie ne signifiait pas une déclaration ouverte de guerre avec la Russie.

L’introduction de la loi martiale par Porochenko est une tentative transparente d’exploiter la crise pour intensifier l’avancée vers un régime dictatorial face à une crise intérieure de plus en plus profonde. La loi martiale est imposée au beau milieu d’une campagne pour les élections présidentielles de mars 2018, au cours de laquelle Porochenko obtient de moins bons résultats que tous les autres candidats dans les urnes et est presque certain de perdre sa candidature à la réélection.

Près de cinq ans après le début du conflit avec la Russie, près d’un million d’Ukrainiens sont au bord de la famine, des centaines de milliers ont quitté le pays pour vivre et travailler à l’étranger et des milliers de travailleurs se sont mis en grève pour protester contre les salaires de misère. Il y a aussi une énorme colère au sujet des liens ouverts du gouvernement avec les forces d’extrême droite et de sa dépendance à leur égard, comme en témoigne récemment l’assassinat fasciste d’un ancien militant de Maidan.

Dans ces conditions, non seulement Porochenko, mais toute la classe dirigeante ukrainienne voit dans le renforcement du militarisme, l’hystérie nationaliste et la promotion d’un régime dictatorial le seul moyen de faire face au mécontentement social massif.

L’escalade du conflit entre la Russie et l’Ukraine et l’introduction de la loi martiale par Kiev ont provoqué une dévaluation des monnaies et une chute des marchés boursiers des deux pays. La valeur de la monnaie ukrainienne, l’Hryvnia, a chuté, se négociant à 27,89 pour un dollar mardi, contre 27,79 pour un dollar lundi. La Banque Nationale d’Ukraine a appelé les banques du pays à garantir l’approvisionnement en espèces aux distributeurs automatiques de billets dans une augmentation prévue de la demande en raison de l’état de la loi martiale. La valeur de plusieurs grandes entreprises ukrainiennes a également chuté sur les marchés boursiers.

Le rouble russe a connu une dévaluation encore plus forte, avec l’indice de la bourse de Moscou en baisse de 1,46 pour cent.

D’autres détails sont apparus depuis à propos de l’impasse de dimanche, suggérant que l’Ukraine a consciemment provoqué une sorte de réaction de la part de la Russie pour servir de prétexte à une escalade du conflit militaire qui perdure.

Le Service fédéral de sécurité russe (FSB), qui a tiré sur le navire dimanche, a publié une transcription selon laquelle les navires ukrainiens ont effectué des manœuvres dans les eaux territoriales russes de la mer d’Azov, restant dans les eaux pendant environ 12 heures et refusant de partir à la demande des autorités russes. Les navires ukrainiens, selon les autorités russes, ont également pénétré dans des eaux qui avaient été temporairement fermées à la navigation. Dans une déclaration, le FSB a fait valoir que les navires de guerre russe ont été contraints d’ouvrir le feu parce que les trois navires ukrainiens avaient ignoré « les demandes légales d’arrêt » et « ils effectuaient des manœuvres dangereuses ». Les images diffusées par le FSB montrent l’un des navires ukrainiens percutant un navire de guerre russe.

Le Kremlin a dénoncé les manœuvres des navires comme « une provocation dangereuse ». L’Ukraine insiste sur le fait qu’elle avait le droit, en vertu du droit international, de transiter par le détroit et qualifie le fait que la Russie ait tiré sur ses navires d’« agression ».

Lundi, une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations Unies a eu lieu. Lorsque l’ordre du jour proposé par la Russie, y compris la violation par l’Ukraine de ses frontières, a été rejeté (seuls la Chine, le Kazakhstan, la Bolivie et la Russie ont voté pour, quatre se sont abstenus), les représentants russes ont quitté la réunion. Le Conseil de sécurité des Nations unies a plutôt adopté l’ordre du jour proposé par l’Ukraine.

L’ambassadeur britannique à l’ONU a dénoncé le refus de la Russie de participer à la réunion comme « provocateur ». Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a condamné l’usage de la force par la Russie et a insisté sur le fait qu’elle devait libérer les navires ukrainiens. Tusk a ensuite rencontré Poroshenko pour discuter de la situation. Federica Mogherini, la haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères, s’est fait l’écho des déclarations de Tusk, appelant la Russie à « désamorcer immédiatement la situation ».

L’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, Nikki Haley, a déclaré : « Comme le président Trump l’a dit à maintes reprises, les États-Unis seraient favorables à une relation normale avec la Russie. Mais des actions hors-la-loi, comme celle-ci, continuent de rendre cela impossible ». En réalité, les États-Unis ont contribué à accroître les tensions dans la région ces derniers mois en fournissant à l’Ukraine des missiles et des patrouilleurs, y compris ceux qui seront utilisés dans la mer d’Azov. Trump et Poutine doivent se rencontrer plus tard cette semaine. »

Dans les coulisses, des discussions plus ouvertes sur une escalade militaire ont lieu entre les stratèges de l’impérialisme américain. Dans une publication du Conseil de l’Atlantique, un important groupe de réflexion sur la politique étrangère à Washington, Michael Carpenter, ancien sous-secrétaire adjoint à la défense des États-Unis, a exhorté les États-Unis à : « réagir immédiatement en donnant à l’Ukraine des radars pour renforcer sa sensibilisation au domaine maritime et des missiles anti-navires terrestres afin qu’elle puisse défendre son littoral dans la mer d’Azov ».

Taras Berezovets, animateur de télévision ukrainienne et fondatrice et PDG de « La Crimée Libre », a déclaré : « Les États-Unis devraient sanctionner « Nord Stream 2 ». L’OTAN devrait accroître sa présence militaire en mer Noire pour envoyer un message au président russe Vladimir Poutine. L’Ukraine devrait déclarer la loi martiale, imposer un régime de visas et violer le traité de la mer d’Azov de 2003 ». Le Traité de la mer d’Azov de 2003 réglemente les relations entre l’Ukraine et la Russie, divisant la mer d’Azov et le détroit de Kertch entre les deux, et prévoit l’interdiction des navires étrangers – y compris l’OTAN – sauf si leur passage est approuvé par les deux pays. »

Phillip Karber, qui a travaillé pour diverses agences gouvernementales américaines et qui dirige aujourd’hui la Potomac Foundation, une ONG américaine étroitement liée au département d’État, a été encore plus explicite : « Il est temps de l’épeler comme si ça sentait la guerre ! » Il a exigé « une mobilisation totale en temps de guerre » en Ukraine, le rééquipement de l’armée ukrainienne « avec la technologie militaire occidentale moderne », que l’OTAN inclue l’Ukraine dans l’alliance et que les États-Unis lui fournissent « le matériel nécessaire pour soutenir une position compétitive à long terme ».

L’évolution dangereuse de la situation dans la région de la mer Noire souligne les avertissements du Comité international de la Quatrième internationale (CIQI) concernant le danger d’une troisième guerre mondiale. Ni le régime de Poutine, qui est le résultat de la destruction stalinienne de l’Union soviétique et craint la mobilisation socialiste de la classe ouvrière russe plus que toute attaque de l’impérialisme, ni aucune autre partie de la bourgeoisie ne peut être appelé à l’aide pour repousser la menace de la guerre et la dictature. Seul un mouvement indépendant de la classe ouvrière contre le capitalisme et le système de l’État-nation peut mettre fin au danger d’une nouvelle guerre mondiale impérialiste et de l’annihilation nucléaire.

(Article paru d’abord en anglais le 27 novembre 2018)