En pleine crise politique au Sri Lanka, l’USP tend un piège « de gauche » à la classe ouvrière

Par Vilani Peiris et K. Ratnayake
28 novembre 2018

Le Parti socialiste unifié (USP) au Sri Lanka a appelé à une « alliance de gauche » alors que la crise politique du pays s’aggrave. Cela fait partie de la confusion promue par les groupes de pseudo-gauche pour bloquer le développement d’une initiative indépendante de la classe ouvrière pour lutter pour une solution socialiste aux attaques contre les droits démocratiques et sociaux.

Le Parti Nava Sama Sama Samaja (NSSP), dirigé par Wickremabahu Karunaratne, s’est aligné directement sur Ranil Wickremesinghe, chef du Parti national unifié (UNP) de droite, le félicitant comme un grand démocrate. L’USP adopte une approche différente, avec des groupes similaires tels que le Parti socialiste d’avant-garde (FSP), qui se distancie des deux factions de la classe dirigeante, mais s’oppose à la mobilisation des travailleurs sur la base d’une perspective socialiste.

L’amère querelle interne au sein de l’establishment politique de Colombo a éclaté le 26 octobre, lorsque le président Maithripala Sirisena a inconstitutionnellement limogé Wickremesinghe comme Premier ministre et installé l’ancien président Mahinda Rajapakse à sa place. Le « gouvernement d’unité » entre l’UNP et la faction de Sirisena du Sri Lanka Freedom Party (SLFP) s’est effondré. Dans une autre mesure inconstitutionnelle, Sirisena a tenté de dissoudre le Parlement et de déclencher de nouvelles élections – une mesure que la Cour suprême a temporairement empêchée.

L’affrontement entre deux factions de la classe dirigeante, qui cherchent désespérément à s’emparer du pouvoir, prend des formes de plus en plus violentes, alors même qu’elles prétendent toutes deux à tort défendre la démocratie.

Une déclaration du 16 novembre de l’USP, signée par son secrétaire général Siritunga Jayasuriya, a déclaré : « Au cours des deux dernières semaines et demie, le Sri Lanka a connu une crise politique sans précédent provoquée par des dirigeants capitalistes désespérés et avides de pouvoir ». Bien que l’affrontement se soit déroulé entre « quelques clans au sommet de la classe dirigeante », il a affecté « la vie des travailleurs ordinaires et des minorités opprimées ».

Le conflit entre la présidence et la législature élue « menaçait l’édifice même de la démocratie bourgeoise dans ce pays » et peut « entraîner le chaos et le sang dans les rues ».

Pour faire appel au dégoût et à l’aliénation populaires généralisés, l’USP réduit superficiellement les luttes intestines de l’élite dirigeante aux actions des « dirigeants capitalistes avides de pouvoir », comme si la crise était simplement motivée par des désirs subjectifs. Elle n’explique pas le clivage entre Sirisena et Wickremesinghe, dont le gouvernement conjoint a dirigé le pays pendant trois ans et auquel l’USP a apporté son soutien de facto. L’USP n’explique pas non plus pourquoi Sirisena est désormais aligné sur son rival Rajapakse, qu’il a évincé lors des élections présidentielles par une alliance entre l’aile du SLFP de Sirisena et l’UNP organisée par les États-Unis en 2015.

Réduire la crise actuelle à un affrontement d’individus connivents et ambitieux sert un objectif politique précis en occultant délibérément les intérêts de classe qu’ils représentent. L’USP couvre la profondeur de la crise politique de la classe dirigeante dans son ensemble et, par conséquent, les dangers et les tâches politiques auxquels la classe ouvrière est confrontée.

L’appel de l’USP en faveur d’une alliance de gauche vise à promouvoir l’illusion dangereuse que l’une ou l’autre des deux factions peut être forcée de défendre les droits des travailleurs. Il y a tout juste trois ans, l’USP s’est alignée derrière Sirisena et Wickremesinghe pour évincer Rajapakse, proclamant qu’ils étaient le « moindre mal ». Elle déclarait, « il faut même oser se joindre au diable pour combattre l’ennemi commun » (voir : « Le Parti de l’égalité socialiste (Sri Lanka) répond au Parti socialiste uni »).

L’UNP étant maintenant complètement discréditée, après trois ans de mise en œuvre du programme d’austérité du Fonds monétaire international (FMI), l’USP chante un air légèrement différent. Elle n’a pas expliqué son orientation antérieure à l’UNP ni changé fondamentalement de cap politique.

L’appel de l’USP en faveur d’une alliance de gauche est soutenu par une liste de groupes de la Pseudo-gauche, dont le FSP, le Parti socialiste du Sri Lanka, le Nouveau Parti démocratique marxiste-léniniste, Voix de gauche, le Centre socialiste révolutionnaire et la collective postmoderniste Praxis. Tous partagent son orientation politique en faillite. Fait significatif, le FSP a appelé la chauvine Cinghalaise Janatha Vimukthi Peramuna (JVP), qui soutient ouvertement l’UNP, à rejoindre l’alliance.

Les vraies raisons de la crise politique résident dans la résurgence de la lutte des classes au Sri Lanka et sur le plan international. Les travailleurs, les ruraux pauvres et les jeunes ont commencé à lutter contre les attaques contre leurs conditions de vie. Au milieu d’une crise économique mondiale croissante et de la dette extérieure, la classe dirigeante est déchirée en factions rivales sur la meilleure façon d’écraser cette opposition des travailleurs.

Le dirigeant de l’USP, Jayasuriya, déplore que la rivalité entre factions « menace l’édifice même de la démocratie bourgeoise » comme s’il y avait une démocratie parlementaire en plein essor. En réalité, le gouvernement d’« unité » Sirisena-Wickremesinghe et l’ancien gouvernement Rajapakse n’ont jamais hésité à recourir à des mesures policières contre les grévistes et autres manifestations.

L’USP est organiquement incapable de dire la vérité à la classe ouvrière : la seule façon de défendre les droits démocratiques et sociaux fondamentaux est de compter sur sa propre force indépendante et de se tourner vers les masses opprimées sur la base d’un programme socialiste révolutionnaire.

Comme tous les groupes de pseudo-gauche, l’USP rejette la position marxiste fondamentale selon laquelle la classe ouvrière est la seule classe révolutionnaire cohérente dans la société capitaliste. En fait, ce parti s’est joint à d’autres groupes et syndicats de « gauche » au cours des trois dernières années pour faire tout son possible pour faire dérailler les luttes des travailleurs en les poussant à essayer de faire pression sur le gouvernement.

La crise politique est également liée à l’escalade des tensions géopolitiques, en particulier l’attitude agressive du gouvernement Trump avec la Chine. Sur cette question, l’USP est totalement silencieuse, car elle soulève la question gênante à savoir pourquoi l’USP a soutenu l’éviction de Rajapakse en 2015 à l’instigation des États-Unis à propos des relations étroites de son gouvernement avec la Chine.

Actuellement, les États-Unis soutiennent Wickremesinghe et ont clairement exprimé leur volonté d’approfondir les relations politiques et militaires développées sous le gouvernement d’« unité ». Cependant, la semaine dernière, les dirigeants de la faction de Rajapakse ont rencontré des diplomates étrangers, y compris des États-Unis, du Canada, de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne, pour obtenir leur soutien.

Se présentant comme « de gauche », la déclaration de l’USP appelle les travailleurs, les jeunes et les masses opprimées « à se manifester pour trouver leur propre solution à la crise » et « apparaître sur la scène politique avec leurs propres revendications et être prêts à proposer un programme anticapitaliste ».

Quel stratagème cynique ! L’appel à un « programme anticapitaliste » est totalement dépourvu de tout contenu socialiste ou révolutionnaire. Ce que l’USP présente, c’est une liste de demandes limitées – opposition à la privatisation de l’éducation, de la santé et des entreprises publiques, plus de subventions et de prix garantis pour les agriculteurs et les paysans, et soutien aux familles des détenus et des « disparus » – adressées au gouvernement qui porte la pleine responsabilité de ces attaques.

L’USP relègue toute mesure socialiste à un avenir lointain, déclare-t-il : « Il n’y a pas d’issue pour les masses pauvres du Sri Lanka dans le système capitaliste en faillite, et il y a un grand besoin de se battre pour construire un parti de classe ouvrière de masse plus large pour préparer une stratégie à long terme pour établir un gouvernement ouvrier ».

Terrifiée par l’émergence d’une situation révolutionnaire, l’USP rejette cette perspective. Jayasuriya déclare : « En tant que marxistes, nous sommes conscients qu’il ne peut y avoir de comparaison mécanique de la situation avec celle de la Russie prérévolutionnaire de 1917 […] Nous reconnaissons que nous ne sommes même pas proches de cette situation, mais si cette situation anarchique prévaut, elle peut évoluer vers une situation prérévolutionnaire. »

Bien qu’aucun parallèle exact ne puisse être établi, la Révolution russe offre des leçons extrêmement importantes pour la classe ouvrière. Les luttes révolutionnaires de 1917, qui ont conduit à la création du premier État ouvrier, ont été développées et dirigées par le Parti bolchevique de Lénine et Trotsky. Ils ont mené une lutte politique inlassable pour dénoncer les compromis, les opportunistes et les fausses gauches, qui ont soutenu le gouvernement provisoire bourgeois en Russie.

La Révolution russe a éclaté en février 1917. Dans l’oppression et les conditions intolérables provoquées par l’effondrement du capitalisme mondial et l’éclatement de la Première Guerre mondiale, dans laquelle l’empire tsariste était engagé. Aujourd’hui, le monde est à nouveau secoué par des rivalités géopolitiques de plus en plus vives qui conduisent à une nouvelle et encore plus terrible conflagration. Mais elles alimentent aussi une résurgence de la lutte des classes à l’échelle internationale.

Les travailleurs, la jeunesse et l’intelligentsia progressiste devraient rejeter avec mépris la dernière manœuvre « de gauche » de l’USP et de ses alliés, visant à confiner la classe ouvrière dans des appels futiles à l’élite bourgeoise. Pour garantir leurs droits démocratiques et sociaux fondamentaux, les travailleurs doivent placer la bannière du socialisme et la lutte pour un gouvernement ouvrier et paysan au centre même de leurs luttes. Pour préparer les batailles à venir, la classe ouvrière doit construire le Parti de l’égalité socialiste (SEP), la section sri-lankaise du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI), comme la direction révolutionnaire nécessaire pour mobiliser et unifier ses luttes au Sri Lanka, en Asie du Sud et au niveau international.

(Article paru d’abord en anglais le 27 novembre 2018)