La chute des marchés financiers est accélère par les craintes sur la croissance mondiale

Par Nick Beams
19 décembre 2018

Les marchés boursiers américains ont fortement chuté hier, le Dow Jones ayant perdu 500 points, ce qui porte ses pertes combinées des deux derniers jours de négociation à plus de 1000 points. L’indice S&P 500, plus large, a reculé de plus de 2 %, et les ventes ont eu lieu dans tous les secteurs économiques.

Tous les indices étant maintenant en mode de « correction », après avoir chuté de plus de 10 % depuis leurs plus hauts niveaux, Wall Street est en bonne voie pour sa plus forte baisse annuelle depuis 2008. Les indices Dow et S&P 500 devraient enregistrer leur pire chute en décembre depuis 1931, au plus fort de la Grande Dépression, après avoir perdu 7 % jusqu’ici pour le mois.

L’indice Nasdaq centré sur les nouvelles technologies chuté de 2,3 %, enregistrant une perte de 2,2 % pour l’année. Les analystes du marché ont qualifié le marché de « traître », affirmant que la tactique d'« acheter la baisse », qui signifiait que les ralentissements antérieurs étaient relativement de courte durée, n’était pas mise en évidence cette fois.

Il y a une confluence de facteurs qui influent sur le marché boursier, notamment : les craintes d’un ralentissement mondial et d’une récession possible ; l’effet continu de la guerre commerciale américaine contre la Chine ; les inquiétudes quant à l’évolution future des taux d’intérêt et à ce que la Réserve fédérale dira après sa réunion de mercredi ; l’effet des troubles politiques aux États-Unis ; les répercussions de la crise du Brexit au Royaume-Uni ; la montée de la classe ouvrière, comme en France où elle se fait jour dans le mouvement des gilets jaunes.

Les signes d’un ralentissement de la croissance mondiale s’expriment le plus clairement en Chine et en Europe. La semaine dernière, les données du gouvernement chinois ont montré la plus forte baisse du taux de croissance des ventes au détail depuis 15 ans et une baisse du taux de croissance de la production industrielle jusqu’au point le plus bas en trois ans. Certains avertissent que le taux de croissance global de la Chine, à son plus bas niveau depuis 2008-2009, pourrait encore baisser l’an prochain, à mesure que les mesures de guerre commerciale américaines commenceront à se faire sentir.

Dans ses commentaires à Reuters, Changyong Rhee, un haut fonctionnaire du Fonds monétaire international pour la région Asie-Pacifique, a déclaré que le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine affectait déjà la confiance des entreprises en Asie.

« L’investissement est beaucoup plus faible que prévu », a-t-il dit. « Mon interprétation est que le canal de la confiance affecte déjà l’économie mondiale, en particulier les économies asiatiques. » Il a averti que le Japon et la Corée du Sud pourraient être parmi les pays les plus durement touchés en raison de leur dépendance vis-à-vis des exportations vers la Chine.

En Europe, les principaux indicateurs économiques indiquent un ralentissement significatif, voire une récession. Selon un rapport du Financial Times de vendredi : « L’Allemagne est « coincée dans une phase de faible croissance ", le secteur privé français s’est contracté pour la première fois depuis 2016, et la croissance des activités de la zone euro a la clôture de 2018 est à son plus bas niveau depuis quatre ans. »

Selon le rapport, le service d’information commerciale IHS Markit a conclu que l’Allemagne était dans une période de « croissance tiède » et que le « boom exubérant de 2017 était désormais un lointain souvenir ».

Chris Williamson, économiste d’affaires en chef de l’organisation, a déclaré que la contraction en France n’était pas entièrement due à la série de manifestations des gilets jaunes. Une partie du ralentissement reflétait les perturbations causées par les protestations, mais « le tableau plus faible reflète également des signes croissants du fait que le taux de croissance économique sous-jacent s’est ralenti dans l’ensemble de la zone euro. Les entreprises s’inquiètent du climat économique et politique mondial, des guerres commerciales et du Brexit qui aggravent les tensions politiques au sein de la zone euro. »

Aux États-Unis, on craint que l’économie n’entre dans une période de croissance beaucoup plus lente et de baisse des bénéfices en 2019 après que les effets du « coup de sucre » des réductions de l’impôt sur les sociétés de l’administration Trump se seront estompés.

Cette semaine, tous les regards seront tournés vers la déclaration qui émergera de la réunion de la Fed (Réserve fédérale, banque centrale des États-Unis) mercredi. Bien qu’une nouvelle hausse du taux directeur de 0,25 % soit attendue – certains commentateurs suggérant que ne pas la faire pourrait provoquer une augmentation des turbulences, car cela indiquerait que la Fed s’attend à une détérioration des perspectives économiques – la question clé sera ce qu’elle compte faire l’an prochain.

Le président de la Fed, Jérôme Powell, a rassuré les marchés en novembre lorsqu’il a déclaré que le taux de base de la banque centrale était proche de la neutralité, indiquant qu’il pourrait ne pas aller de l’avant avec la série de hausses précédemment prévues pour 2019.

Le président Donald Trump a poursuivi sa campagne contre les hausses de taux de la Fed. Dans un tweet publié hier, soulignant le caractère illusoire de son programme « L’Amérique d’abord », où les turbulences dans le reste du monde sont supposées profiter à l’économie américaine, il a écrit : « Il est incroyable qu’avec un dollar très fort et pratiquement aucune inflation, le monde extérieur explose autour de nous, Paris brûle et la Chine est en baisse, la Fed envisage même une autre hausse du taux d’intérêt. Prenez la victoire ! »

La décision de la Fed sera cruciale pour les marchés financiers, où les signes d’un resserrement du crédit et les inquiétudes concernant la stabilité se multiplient. Selon un rapport du Financial Times, les marchés du crédit américains seraient « en panne », « les gestionnaires de fonds refusent de financer les rachats d’actions et les investisseurs évitent les ventes d’obligations à haut rendement, la hausse des taux d’intérêt et la volatilité des marchés pèsent sur le sentiment. »

Aucune entreprise n’a emprunté de l’argent sur le marché des obligations à haut rendement, qui représente 1200 milliards de dollars de ce que l’on appelle les « obligations pourries » (junk bonds), et si cette tendance se poursuit, ce sera la première fois depuis novembre 2008, au beau milieu de la crise financière.

L’ancienne présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, a mis en garde contre la situation des marchés financiers en octobre dernier, affirmant qu’il y avait eu une " énorme détérioration " des normes en matière de prêts aux entreprises.

Cette détérioration est toutefois un produit direct des politiques menées par la Fed au lendemain de l’effondrement de 2008, car, avec d’autres banques centrales, elle a injecté des milliers de milliards de dollars dans le système financier, permettant ainsi à la spéculation qui a produit le krach de se poursuivre et d’atteindre de nouveaux sommets.

Dans un commentaire publié ce week-end, l’analyste financier Satyajit Das, nommé l’une des 50 personnalités financières les plus influentes du monde par Bloomberg en 2014, a averti que ce qu’il a appelé « la bulle de tout » se dégonflait et qu’une nouvelle crise était en train de se produire. Il a écrit que depuis 2008, les gouvernements et les banques centrales avaient stabilisé la situation, mais que les problèmes fondamentaux de niveaux d’endettement élevés, de faiblesse des systèmes bancaires et de financiarisation excessive n’avaient pas été réglés.

Sans se référer directement aux débuts d’une montée en force de la classe ouvrière, qu’il qualifie de « déficit démocratique » dans les pays avancés et de « tensions politiques croissantes », il a souligné la « perte de confiance dans les prétendues capacités technocratiques des décideurs politiques », qui aggraverait les problèmes économiques et financiers.

« L’économie politique pourrait alors s’accélérer vers le point critique identifié par John Maynard Keynes en 1933, où « nous devons nous attendre à la rupture progressive de la structure actuelle des contrats et des instruments d’endettement, accompagnée du discrédit total des dirigeants orthodoxes de la finance et du gouvernement, avec le résultat final que nous ne pouvons prévoir ». »

Keynes n’a pas fait de prédiction, mais l’histoire a enregistré ce qu’il en a résulté : la détérioration des conditions économiques, la montée des formes de gouvernement fascistes et autoritaires, la guerre commerciale et les conflits économiques nationalistes, conduisant finalement à la guerre mondiale. Ces conditions reviennent maintenant rapidement.

Quel que soit le résultat immédiat des turbulences actuelles sur les marchés financiers, elles établissent sans aucun doute le fait qu’aucune des contradictions insolubles du système capitaliste mondial n’ait été résolue. Au contraire, elles se sont intensifiées et, face à une crise économique et financière insoluble, les classes dirigeantes s’en prendront encore plus violemment à la classe ouvrière, aggravant les attaques de la dernière décennie.

Il y a 80 ans, la classe ouvrière internationale n’était pas en mesure d’empêcher la descente dans la barbarie parce que, tout en menant de puissantes luttes aux États-Unis, en Europe et en Asie, elle manquait d’une direction révolutionnaire. Alors qu’elle s’engage à nouveau dans d’énormes batailles contre les élites dirigeantes, elle doit tirer les leçons de l’histoire et se doter d’une stratégie socialiste mondiale pour faire face aux grandes tâches politiques que pose désormais l’effondrement de plus en plus profond de l’ordre capitaliste mondial.

(Article paru en anglais le 18 décembre 2018)