Au moins 280 morts dans les villages frappés par un tsunami en Indonésie

Par Richard Phillips
26 décembre 2018

Selon les derniers chiffres officiels, 280 personnes ont été tuées et plus de 1000 blessées lorsqu'un tsunami a soudainement frappé les villes côtières et les stations balnéaires voisines du détroit de Sunda en Indonésie à 21 h 30, heure locale, samedi dernier.

On s'attend à ce que le nombre officiel de morts augmente au cours des prochains jours. Au moins 57 personnes sont portées disparues et les secouristes n'ont toujours pas été en mesure d'atteindre toutes les zones touchées.

La catastrophe survient à peine trois mois après le tremblement de terre et le tsunami qui ont frappé Palu City sur l'île de Sulawesi le 28 septembre, tuant plus de 2500 personnes et recouvrant des centaines de maisons d’une épaisse boue.

Détroit de Sunda, Indonésie

Le tsunami de samedi a frappé sans avertissement au plus fort de la longue fin de semaine de Noël. Il a détruit des centaines de maisons, d'entreprises et au moins neuf hôtels touristiques et autres bâtiments. La région de Pandeglang, dans la province de Banten à Java, près de Jakarta, ainsi que les villages de Lampung Sud à Sumatra, ont été parmi les zones les plus touchées.

Des éclats de bois, du béton, des briques et d'autres matériaux de construction cassés sont éparpillés le long de la côte et dans les villages et les villes aujourd'hui désertés. Des milliers de personnes se sont retrouvées sans abri. Les survivants ont affiché sur les médias sociaux des photographies et des vidéos de véhicules et de bateaux retournés et gravement endommagés, et de l'eau chargée de débris s’écrasant sur des maisons et d'autres bâtiments.

Beaucoup de ceux qui ont été tués étaient des touristes, alors qu'ils visitaient la plage populaire de Pandeglang, qui comprend également un parc national. Les images effrayantes d'un concert sur la plage de «Seventeen», un groupe rock local, montrent une vague massive qui démolit la plate-forme du concert et emporte le groupe et les membres du public.

Le concert s'inscrivait dans le cadre d'une retraite de vacances pour les travailleurs et leurs familles de PLN, la compagnie nationale d'électricité indonésienne. Le groupe a publié une déclaration disant que leurs bassiste, guitariste et manager ont été tués et que deux autres membres du groupe et la femme de l'un des artistes sont portés disparus.

Après le tsunami, où se déroulait le concert

Un porte-parole de la National Disaster Mitigation Agency d’Indonésie (BNPB) a déclaré que de nombreuses victimes étaient piégées sous des bâtiments effondrés et que de la machinerie lourde serait nécessaire pour aider aux efforts de recherche et sauvetage. Toutefois, depuis lundi matin, le matériel nécessaire n'a pas encore été envoyé dans toutes les zones touchées.

Les géophysiciens suggèrent que le tsunami pourrait être le résultat d'un important glissement de terrain, au-dessus ou au-dessous de la ligne des eaux, à Anak Krakatoa (Child of Krakatoa), un volcan actif de 300 mètres de haut, dans le détroit de Sunda. On pense que cela a poussé un énorme mur d'eau à travers le détroit, qui, dans sa partie la plus étroite, ne fait que 24 kilomètres de large.

Anak Krakatoa, qui a émergé de la caldeira de Cracovie il y a environ 90 ans, est l'un des volcans les plus actifs du pays. Il est en éruption depuis juin et une éruption s’est produite la veille du tsunami. Selon un article de la BBC publié lundi, il est toujours en éruption, ce qui fait craindre qu'un autre tsunami ne soit imminent.

Ben van der Pluijm, géologue sismique et professeur à l'Université du Michigan, a déclaré à Reuters que «l'instabilité de la pente d'un volcan en activité peut créer un glissement rocheux qui déplace un grand volume d'eau, créant des tsunamis qui peuvent être très puissants. C'est comme faire tomber soudainement un sac de sable dans une baignoire remplie d'eau», a-t-il dit.

Rahmat Triyono, responsable des tremblements de terre et des tsunamis à l'agence indonésienne de météorologie, climatologie et géophysique (BMKG), a déclaré au New York Times qu'«il n'y a pas eu de séisme» et c'est pourquoi «il n'y a pas eu d'alerte au tsunami».

L'absence apparente de tremblement de terre, et donc de données sismiques, n'explique que partiellement l'absence de toute alerte au tsunami.

À la suite du tremblement de terre et du tsunami dévastateurs de 2004, qui ont fait quelque 230.000 victimes dans l'Indo-Pacifique, la plupart en Indonésie, les grandes puissances se sont engagées à aider à mettre en place un système d'alerte rapide pour éviter qu'une telle catastrophe se reproduise.

Le système d'alerte rapide devait relier les centres mondiaux de détection sismique à un système de bouées et de capteurs capables de détecter les mouvements d'eau caractéristiques des tsunamis. Divers systèmes terrestres devaient alors être construits pour donner l'alerte.

Même si le tsunami du week-end n'a pas été déclenché par un tremblement de terre, les bouées et les capteurs auraient dû être en place pour fournir une alerte rapide. Il est clair que ce n'était pas le cas et que les victimes n'ont pas eu le temps de réagir au mur d'eau qui les a engloutis.

Le porte-parole indonésien pour la gestion des catastrophes naturelles, Sutopo Purwo Nugroho, a admis en septembre dernier, à la suite de la catastrophe de Palu, que le système d'alerte du pays était insuffisant. Le réseau de 22 bouées de haute technologie ne fonctionne plus depuis 2012 faute de financement. Par conséquent, le système d'alerte repose sur quelque 134 marégraphes dont la capacité de notification préalable est limitée.

On ne sait pas encore s'il y avait des capteurs en état de marche dans le détroit de Sunda le week-end dernier.

L'Indonésie compte 130 volcans actifs et sa situation dans le «cercle de feu» du Pacifique – un arc d'activité sismique intense qui s'étend autour du Pacifique et comprend tout l'archipel indonésien – signifie que les tremblements de terre et les volcans font partie de la réalité.

Les ravages causés par ce que l'on appelle les catastrophes naturelles sont aggravés par la pauvreté qui sévit dans toute la région. De nombreuses personnes sont contraintes de vivre dans des logements de fortune, souvent près de la mer, ce qui les rend vulnérables aux tsunamis et aux tremblements de terre, ainsi qu'aux typhons qui sont également courants.

Le gouvernement indonésien porte certainement une grande part de responsabilité dans cette dernière tragédie. L'absence d'infrastructures adéquates, des systèmes d'alerte inadéquats et des services de sauvetage et de secours mal financés témoignent de l'indifférence du gouvernement et de la classe dirigeante envers la vie de millions de travailleurs.

Les grandes puissances, qui exploitent des pays comme l'Indonésie comme plates-formes de main-d'œuvre bon marché, sont également responsables du manque de ressources pour les systèmes d'alerte et les secours en cas de catastrophe. Les promesses faites après la catastrophe de 2004 se sont révélées sans valeur.

Après le tsunami du week-end, les dirigeants politiques du monde entier ont versé des larmes de crocodile pour les victimes. Le président américain Trump l'a décrit comme une «désolation inimaginable», ajoutant: «Nous prions pour le rétablissement et la guérison. L'Amérique est avec vous!» Ce qui suivra, cependant, c'est une aide dérisoire, si tant est qu'il y en ait une, et la tragédie sera rapidement mise de côté dans les capitales du monde.

(Article par en anglais le 24 décembre 2018)

L'auteur recommande également :

Le tsunami de l’océan Indien: pourquoi il n’y a pas eu d’alerte
[3 janvier 2005]