La menace d’«urgence nationale» de Trump et le danger de la dictature présidentielle

Par Patrick Martin
11 janvier 2019

Dans la foulée du discours télévisé du président Trump à la télévision nationale mardi soir, l’axe politique du conflit sur le mur frontalier, qui a entraîné la fermeture partielle du gouvernement fédéral, a clairement changé. Les responsables de la Maison-Blanche, y compris Trump lui-même, menacent ouvertement de déclarer une situation d’urgence nationale, en vertu de laquelle Trump assumerait des pouvoirs quasi dictatoriaux et utiliserait l’armée américaine pour réaliser ses objectifs politiques, notamment pour construire le mur.

Dans tout autre pays, une telle prise de pouvoir incontrôlée par le chef de l’exécutif serait décrite comme la gouvernance par décret ou un coup d’État pur et simple. Mais aux États-Unis, les médias complaisants et le parti d’«opposition» docile ne lancent aucun avertissement et n’offrent aucune résistance. Mardi soir, dans leur réponse officielle à Trump, ni la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, ni le leader de la minorité au Sénat, Charles Schumer, n’ont parlé de la déclaration d’une urgence nationale, bien que Trump ait commencé à y faire allusion la semaine dernière.

Le New York Times, la voix semi-officielle du Parti démocrate, a donné le ton à l’ensemble des médias américains, dont l’éditorial principal mercredi sur la fermeture du gouvernement fédéral présente en fait la déclaration possible d’un état d’urgence comme un bien positif, un moyen pour Trump de reculer sur la construction d’un mur frontalier sans offenser sa base fascisante, pour qui le mur est devenu un symbole absolu de sa détermination à faire la guerre aux immigrants et à écraser l’opposition politique.

Le Times a soutenu: «M. Trump a aussi évoqué la possibilité de rejeter complètement le Congrès. Alors que ses conseillers craignent de plus en plus que les législateurs républicains soient prêts à les abandonner sur la question de la fermeture du gouvernement, le président a menacé de déclarer l’état d’urgence nationale, ce qui lui permettrait, selon lui, d’ordonner au Pentagone de construire son mur. Une telle mesure entraînerait une contestation judiciaire rapide et féroce, sinon une crise constitutionnelle à part entière, qui pourrait durer indéfiniment. Cependant, cela donnerait aussi à M. Trump un moyen de conclure un accord de financement avec le Congrès sans prendre en compte le mur et sans perdre la face, et de sortir ainsi de la boîte de fermeture du gouvernement dans laquelle il s’est cloué».

Cette perspective complaisante a depuis été reprise dans la couverture médiatique des principaux journaux et réseaux de télévision, qui ont traité les commentaires publics de Trump tout au long de la journée de mercredi sur la déclaration d’une urgence nationale comme s’il s’agissait simplement d’une manœuvre de plus dans un drame politique à Washington, sans impact significatif sur les normes constitutionnelles ou les droits démocratiques aux États-Unis.

Avant une réunion prévue à la Maison-Blanche avec Pelosi, Schumer et les dirigeants républicains du Congrès, on a demandé à Trump dans quelles circonstances il pourrait déclarer une urgence nationale. Il a réitéré son point de vue selon lequel il avait le «droit absolu» d’en déclarer une, ajoutant que son «seuil» pour ce faire était de ne pas parvenir à un accord avec les démocrates du Congrès pour fournir un financement pour le mur.

Après que Trump eut quitté la réunion en trombe, n’ayant pas réussi à obtenir d’assurances sur le mur frontalier, le Wall Street Journal a rapporté: «Comme moyen possible de sortir de la fermeture, les responsables de la Maison-Blanche discutent d’un scénario dans lequel le président pourrait déclarer une urgence nationale pour financer le mur frontalier et accepter de signer une loi de dépense sans une telle disposition. Alors que la déclaration serait probablement liée à un litige, M. Trump pourrait dire à ses partisans qu’il a fait tout ce qu’il pouvait pour construire le mur, l’une de ses principales promesses électorales en 2016.»

Encore une fois, comme le Times, le Journal présente la déclaration d’une urgence nationale non pas comme une attaque contre la Constitution, établissant une dictature exécutive, mais comme une manœuvre politique par laquelle Trump pourrait tromper ses partisans d’extrême droite. En réalité, ce sont les sociétés médiatiques et les démocrates qui cherchent à tromper le peuple américain en dissimulant la menace croissante d’une action dictatoriale de la Maison-Blanche.

Cela fait ressortir ce que le site Internet du World Socialist Web Site souligne depuis longtemps, depuis l’élection présidentielle volée de 2000: l’absence totale, au sein de l’élite dirigeante américaine et de ses deux partis, de toute base sociale significative pour les droits démocratiques.

En vertu du premier article de la Constitution des États-Unis, le Congrès a le pouvoir exclusif d’affecter des fonds. Le président n’a pas le pouvoir constitutionnel de dépenser de l’argent sans l’autorisation du Congrès, et n’a qu’un pouvoir très limité d’utiliser l’argent déjà affecté par le Congrès à d’autres fins, et uniquement dans des situations d’urgence réelles comme l’ouragan Katrina, par exemple, ou la destruction des tours du World Trade Center dans les attaques du 11 septembre 2001.

Il n’y a pas d’urgence de ce type à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, où le nombre de détentions est passé de plus d’un million par an dans les années 2000 à moins de 400.000 en 2017, et où la seule augmentation des passages frontaliers concerne des groupes familiaux de réfugiés, dont des femmes et des enfants, fuyant la violence et la pauvreté en Amérique centrale. Trump est président depuis deux ans et n’a jamais jugé bon de déclarer une situation d’urgence à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, malgré le refus répété d’un Congrès sous contrôle républicain de répondre à ses demandes de dépenser des milliards sur un mur frontalier.

Il ressort clairement de ce bilan que la question fondamentale de la crise actuelle à Washington n’est pas le mur, ni même la politique d’immigration dans son ensemble, mais plutôt la volonté de l’élite dirigeante américaine d’établir un pouvoir exécutif sans aucune contrainte. La crise au-dessus du mur frontalier a été fabriquée pour servir de prétexte à Trump pour affirmer depuis longtemps une autorité présidentielle pratiquement illimitée.

Ce qui se passe à Washington, c’est l’effondrement des principes constitutionnels qui sont à la base du gouvernement américain depuis plus de deux siècles. Ce n’est pas seulement le résultat de la présidence de Trump, mais il a été préfiguré par les gouvernements républicains et démocrates précédents, qui ont mené des guerres sans l’autorisation du Congrès et mené une surveillance de masse, des détentions préventives et des assassinats purs et simples de citoyens américains en violation des normes constitutionnelles.

À la racine de cette érosion de la démocratie américaine se trouve le fossé de classe qui se creuse aux États-Unis. Ce pays est divisé, irrévocablement, entre une minuscule élite de multimillionnaires et de milliardaires au sommet, qui contrôle pratiquement toutes les richesses et le pouvoir, et la grande majorité de la population, la classe ouvrière, qui produit cette richesse par son travail, mais n’en bénéficie pas.

La montée en puissance du milliardaire escroc immobilier et escroc de casino, Donald Trump, à la présidence est l'une des conséquences de cette polarisation sociale. L'impuissance des démocrates en est une autre: Charles Schumer, sénateur de Wall Street, et Nancy Pelosi, membre du Congrès et détentrice d'une fortune immobilière de 100 millions de dollars, défendent les mêmes intérêts sociaux que Trump.

Après le discours de Trump mardi soir, qui allait bien au-delà de toute adresse précédente du Bureau ovale en termes de mensonge et d’hystérie fascisante, Pelosi et Schumer ont fait des remarques qui éludaient toutes les questions politiques et les dangers pour les droits démocratiques. Dans le conflit qui fait rage à Washington, les deux parties ont perdu leur légitimité politique et leur soutien populaire, et toutes deux utilisent des méthodes réactionnaires et antidémocratiques.

Alors que Trump envisage ouvertement d’établir un régime autoritaire à la Maison-Blanche, les démocrates donnent la parole aux plaintes de l’appareil de renseignement militaire au sujet du retrait proposé par Trump en Syrie et de son transfert de la Russie vers la Chine comme principale cible de l’agression politico-militaire américaine. Au beau milieu de la fermeture du gouvernement fédéral, les principaux démocrates attendent le rapport de l’enquête Mueller sur les fausses allégations d’intervention russe aux élections de 2016, s’attendant à ce que l’ancien directeur du FBI leur donne une autre arme dans leur lutte fractionnelle contre Trump.

Une déclaration d’état d’urgence signifierait l’exercice de pouvoirs dictatoriaux contre la classe ouvrière. Il serait inévitablement utilisé pour la suppression des droits démocratiques fondamentaux, y compris le droit de manifester et de faire grève, au nom de la «sécurité nationale». La perspective d’un état d’urgence est soulevée dans le contexte de la fermeture du gouvernement qui a entraîné le congé forcé ou la suspension des salaires de 800.000 travailleurs fédéraux et le déni de l’un des droits les plus fondamentaux – le droit d’être payé pour le travail.

Ce n’est qu’un avant-goût de ce qui nous attend. Les démocrates sont beaucoup plus préoccupés par la croissance de l’opposition sociale dans la classe ouvrière que par ce que fait l’administration Trump. D’où le mouvement vers la censure d’Internet et la promotion de l’appareil militaire et du renseignement comme arbitres du pouvoir politique.

La véritable opposition à l’administration Trump doit venir d’en bas, à travers un mouvement toujours plus large de la classe ouvrière. Les premiers remous de l’opposition parmi les travailleurs fédéraux – les débrayages par congés de maladie et les premières protestations – doivent être intensifiés et élargis en un mouvement de grève générale contre l’administration Trump et les grandes entreprises.

La démocratie aux États-Unis ne peut être préservée en dehors de la lutte pour le socialisme, c’est-à-dire par l’expropriation des richesses de l’élite économique et financière et par l’établissement d’un contrôle démocratique sur la vie économique.

(Article paru d’abord en anglais le 10 janvier 2019)

L'auteur recommande également:

Mobiliser la classe ouvrière contre la fermeture du gouvernement américain

[8 janvier 2019]