Le gouvernement de Syriza impose de nouvelles coupes budgétaires en Grèce

Par John Vassilopoulos
12 janvier 2019

Le budget voté par le gouvernement grec de Syriza (Coalition de la gauche radicale) pour 2019 continue d’imposer l’austérité au nom des créanciers de la nation parmi les institutions financières mondiales et l’Union européenne (UE).

Adopté par le Parlement en décembre, il s’agissait du premier budget depuis que la Grèce a officiellement abandonné en août les prêts d’une durée de huit ans pour le programme d’austérité. Depuis lors, la Grèce a été autorisée pour la première fois depuis 2010 à lever des fonds sur les marchés financiers. Dans son discours au Parlement, le Premier ministre grec et leader de la coalition Syriza de pseudo-gauche, Alexis Tsipras, a déclaré : « Aujourd’hui, nous votons le premier budget « post-renflouement ". Un budget d’expansion fiscale après huit ans d’austérité. Le premier budget qui est le nôtre. »

Rien de tout cela n’est vrai.

Ce n’est que de nom que la Grèce a renoncé au programme d’austérité. Son budget est encore soumis à l’approbation de la Commission européenne, qu’elle a donnée un mois avant le vote au Parlement. En outre, aux termes du programme, le gouvernement grec est tenu de dégager des excédents primaires de 3,5 % du PIB jusqu’en 2022, puis de 2,5 % du PIB jusqu’en 2060. Si ces objectifs ne sont pas atteints, l’UE peut exiger que le gouvernement grec impose des mesures d’austérité supplémentaires.

La charge du maintien de ces excédents primaires est supportée par la classe ouvrière grecque, les revenus des ménages ayant été réduits de près de 30 pour cent depuis 2010. Les mesures fiscales imposées par les gouvernements successifs, avec un gonflement surtout de la fiscalité indirecte, frappent de manière disproportionnée les plus pauvres de la société. La fiscalité indirecte en Grèce représentait 39 % de l’ensemble des recettes fiscales en 2017, soit la part la plus importante dans l’UE, contre 26 % en Allemagne. Mais pour les plus riches, l’impôt sur les sociétés devrait encore être réduit de 1 % cette année sous Syriza, dans le cadre des réductions annuelles jusqu’en 2022, date à laquelle il sera fixé à 25 %.

Les affirmations de Tsipras sur une « expansion fiscale » sont manifestement absurdes. Outre quelques mesures dérisoires telles que l’allocation de 400 millions d’euros pour le logement de 300 000 familles à faible revenu, il s’agit d’un autre budget d’austérité qui réduit encore davantage la position sociale d’une classe ouvrière déjà dévastée.

Syriza affirme avoir réduit la charge fiscale liée à la taxe ENFIA, ou Impôt consolidé sur la propriété. La réalité, c’est qu’en appliquant une maigre réduction moyenne de 10 % qui s’applique surtout aux bandes de propriété inférieures, Syriza a fait de cette taxe détestée un élément permanent – après s’être engagée à s’en débarrasser avant son arrivée au pouvoir en 2015. Quoi qu’il en soit, même des baisses d’impôt aussi faibles seront très probablement récupérées l’année suivante, étant donné que la réévaluation des tranches de propriété est prévue dans les mois à venir.

Une autre tentative de Syriza de rendre acceptable le budget fut de claironner le fait que les revenus d’environ 620 000 retraités à faible revenu, pour la plupart de 600 euros par mois, seront haussés en moyenne de 100 euros sous le nouveau régime qui a pris effet cette année. Toutefois, même cette augmentation dérisoire ne sera pas accordée dans son intégralité dès le départ. Au lieu de cela, il sera augmenté par tranches au cours des cinq prochaines années, ce qui signifie que l’augmentation moyenne en 2019 pour ces retraités sera d’un maigre 20 euros par mois.

Le gouvernement a salué sa décision de ne pas mettre en œuvre les réductions de pensions prévues, d’un montant d’environ 2,7 milliards d’euros, qui devaient être imposées sous le nouveau régime et qui auraient entraîné des réductions allant jusqu’à 18 % pour 1,4 million de retraités dits « anciens » qui auraient pris leur retraite avant mai 2016. Ce n’est pas une consolation pour tous les autres retraités « nouveaux » qui verront des réductions d’une forme ou d’une autre. En vertu du nouveau système, tous ceux qui prendront leur retraite entre mai 2016 et décembre 2018 verront des réductions allant jusqu’à 20 %, tandis que ceux qui prendront leur retraite après 2019 recevront jusqu’à 30 % de moins qu’ils ne l’auraient fait. Ces mesures s’ajoutent aux 67 milliards d’euros qui ont été supprimés des retraites grecques à la demande de l’UE et du Fonds monétaire international (FMI) depuis 2010.

À l’exception des 620 000 retraités à faible revenu, les pensions seront gelées jusqu’en 2022, ce qui représente une réduction en termes réels puisque les revenus seront érodés par l’inflation. Dans le cas des « anciens » retraités, le gel s’étendra au-delà de 2022 jusqu’à ce que les « nouveaux » revenus des retraités aient atteint le même niveau.

Cela ne veut pas dire non plus qu’il n’y aura pas de réduction des pensions à l’avenir. Par exemple, dans le cas des « anciens » retraités, le montant qui n’a pas été réduit est désormais comptabilisé sur leur relevé comme un montant dit « différence personnelle ». Ce montant peut être réduit à tout moment si les objectifs budgétaires stricts ne sont pas atteints.

Les attaques sur les dépenses de santé devraient se poursuivre en 2019. S’accrochant à une augmentation du budget de la santé de seulement 128 millions d’euros pour cette année, le ministre syrien de la santé Andreas Xanthos a tenté de renverser la réalité en déclarant : « Ce soutien s’inscrit dans la continuité de l’impulsion très cruciale donnée au système national de santé au cours des quatre dernières années. »

C’est exactement le contraire qui est vrai. Malgré l’augmentation dérisoire pour 2019, le budget du ministère de la santé devrait s’élever à 3,9 milliards d’euros, soit 500 millions d’euros de moins qu’en 2015, lorsque Syriza est arrivée au pouvoir et environ la moitié des dépenses de santé en 2009, un an avant que la Grèce ait signé le programme de sauvetage avec l’UE, le FMI et la Banque centrale européenne troïka.

Dans une déclaration faisant suite au budget, l’Association panhellénique des médecins a souligné que les dépenses de santé en Grèce « restent très faibles, à environ 5 % du PIB. En revanche, la moyenne européenne en est d’environ 7 pour cent, alors que la limite minimale de sécurité pour chaque système de santé, comme nous l’avons souligné à plusieurs reprises, est de 6 pour cent du PIB. »

Les coupes brutales imposées au système de santé grec ont produit ce qui a été qualifié de catastrophe humanitaire. Selon une étude publiée par le Lancet en juillet 2018, le taux de mortalité est passé de 997,8 pour 100 000 en 2010 à 1 174,9 pour 100 000 en 2016, soit une augmentation de 17,7 % en six ans seulement ! Le fait que ces décès soient la conséquence directe des réductions imposées est souligné dans l’article du Lancet, qui affirme que « bon nombre des causes de décès qui ont augmenté en Grèce sont potentiellement sensibles aux soins, notamment le VIH, les néoplasmes, la cirrhose, les troubles neurologiques, les maladies rénales chroniques et la plupart des maladies cardiovasculaires. »

Le budget témoigne de la mesure dans laquelle Syriza, au pouvoir, a recours à la vente de biens publics. Après avoir pris l’engagement de mettre fin à la vente des actifs publics – qui est exigée sur ordre de l’UE et du FMI – la campagne de privatisation de Syriza a surpassé les efforts de tous les gouvernements conservateurs et sociaux-démocrates précédents. Selon les chiffres du dernier rapport budgétaire, des actifs publics d’un montant record de 2,1 milliards d’euros ont été vendus l’année dernière, dont 1,1 milliard pour prolonger de 20 ans la concession actuelle accordée aux actionnaires privés exploitant l’aéroport d’Athènes.
L’objectif de privatisation du budget pour cette année est de 1,5 milliard d’euros. Un cinquième de l’objectif est déjà représenté par les 300 millions d’euros qui seront versés en 2019 par Lamda Development - un groupe immobilier appartenant au magnat du transport maritime Spiros Latsis - dans le cadre d’une première tranche de son opération de 915 millions d’euros pour acquérir le site de l’ancien aéroport d’Athènes. Le projet de Lamda, qui s’inscrit dans le cadre d’un investissement global de 8 milliards d’euros, consiste à transformer le site d’Elliniko, une banlieue côtière du sud de la ville, en un « Metropolitan Park » qui comprendra des centres commerciaux, des hôtels et des casinos de luxe.

(Article paru en anglais le 11 janvier 2019)