Soutenez les enseignants d'Oakland! Pour une grève générale en défense de l'éducation!

Par Bulletin des enseignants du WSWS
23 février 2019

Trois mille enseignants d'Oakland qui se sont mis en grève jeudi sont le dernier bataillon d'éducateurs aux États-Unis à prendre position contre la guerre du patronat contre les enseignants et les écoles publiques. Cette lutte mérite le soutien actif de tous les travailleurs et de tous les jeunes. Ce qui est en jeu, c'est le sort même de l'éducation publique.

Les revendications des enseignants pour des salaires décents, des classes moins nombreuses et l'arrêt des fermetures d'écoles, des compressions budgétaires et la privatisation des écoles sont les mêmes qui ont poussé des centaines de milliers d'enseignants à faire grève l'an dernier en Virginie-Occidentale, en Oklahoma et en Arizona, et cette année à Los Angeles, Denver et une fois de plus en Virginie-Occidentale.

Part of the Oakland Rally

Mais ces luttes ont été trahies par les syndicats, qui ont isolé chaque grève, laissant les enseignants fragmentés et vulnérables aux efforts unis des ennemis de l'éducation publique.

À la veille de la grève d'Oakland, les syndicats ont mis fin à la deuxième grève des 33.000 éducateurs de Virginie-Occidentale et conclu un autre accord pourri avec le gouverneur milliardaire de l'État. Quant à l'Oakland Education Association (OEA) et à la California Teachers Association (CTA), elles disent aux enseignants de se tourner vers les démocrates, qui ne sont pas moins ennemis des enseignants et de l'éducation publique que les républicains.

Le mois dernier, à Los Angeles, les syndicats ont mis fin à une puissante grève, ne laissant aux enseignants que quelques heures pour examiner l’accord et voter. Cela a ouvert la voie à l'escalade de l'attaque du district scolaire contre l'éducation publique, le surintendant des écoles de Los Angeles, Austin Beutner, annonçant cette semaine un plan visant à démanteler le district afin de faciliter l'expansion des écoles à charte.

Il est temps de tracer une ligne dans le sable à Oakland! L'appel doit être lancé dans tous les lieux de travail de Bay Area, dans tout l'État, aux États-Unis et à l'échelle internationale: «Les professeurs d'Oakland ne doivent pas mener seuls cette bataille décisive!»

Le Bulletin des enseignants du WSWS revendique la formation de comités de base dans chaque école, lieu de travail et communauté, indépendants des syndicats et des partis des grandes entreprises. Ces comités devraient réunir les enseignants et les travailleurs des usines, des docks, des entrepôts, des bureaux, de la vente au détail et des services publics afin de préparer une grève générale pour défendre l'éducation publique.

La lutte des enseignants ne peut être subordonnée aux manœuvres des syndicats, qui sont contrôlés par de riches dirigeants déterminés à empêcher une lutte unie.

Tous les travailleurs et les jeunes sont confrontés à une baisse du niveau de vie, à des coûts de logement, de soins de santé et d'éducation incroyablement élevés, et à un système politique qui ignore leurs préoccupations parce que les deux partis sont contrôlés par une oligarchie financière qui pille la société.

Si les travailleurs sont unifiés, ils ont une force énorme, et une grève générale de ceux qui produisent la richesse de la société paralyserait les grandes entreprises, les banques et l'économie tout entière.

Les travailleurs ont de puissants alliés et pas seulement aux États-Unis. Durant la dernière année, il y a eu une recrudescence de la lutte des classes dans le monde entier, de la France et de l'Allemagne au Mexique, au Maroc et à la Chine. Le programme pour unifier ces luttes mondiales ne peut pas être avancé par les syndicats nationalistes.

La lutte pour l’éducation publique est avant tout une lutte politique, c'est-à-dire qu'il s'agit de savoir quelle classe doit diriger la société. Les démocrates et républicains insistent sur le fait qu'il n'y a pas d'argent pour l'éducation, alors même qu'ils gaspillent des billions de dollars en renflouements de Wall Street, en réductions d'impôts pour les entreprises, en guerres sans fin et en attaques anti-immigrantes.

En Californie, ce sont des démocrates comme Jerry Brown, Gavin Newsom et Libby Schaaf qui coordonnent l'attaque contre l'éducation publique. Les autorités scolaires d'Oakland menacent maintenant de fermer 24 écoles, soit un tiers des écoles du district, alors même qu'elles augmentent le nombre d'écoles à charte à but lucratif, qui drainent 57 millions de dollars par année des écoles publiques traditionnelles.

L'état lamentable de l'enseignement public en Californie, qui se situe au 43e rang national pour les dépenses par élève, souligne la nécessité de lutter contre le capitalisme et les horribles niveaux d'inégalités sociales qu'il engendre. Les 141 milliardaires de l'État jouent dans leurs jets privés, leurs yachts et leurs voitures de sport, tandis que les enfants de la classe ouvrière sont entassés dans les salles de classe comme des animaux et que leurs enseignants s’endettent en leur achetant crayons et autres fournitures scolaires.

Trump et son fils s'insurgent contre le socialisme et traitent les enseignants de «losers». C'est parce que toute la classe dirigeante considère l'éducation publique comme une ponction inacceptable sur sa fortune et veut profiter du «marché de l'éducation» de plusieurs billions de dollars. En ce qui les concerne, seuls les fils et les filles des riches devraient recevoir une éducation de qualité, tandis que les jeunes de la classe ouvrière sont condamnés à l'ignorance, aux emplois à des salaires de pauvreté, à la prison et à la guerre.

Assez, c'est assez! Les enseignants d'Oakland prennent position pour l'ensemble de la classe ouvrière, et chaque travailleur a un intérêt dans le résultat de cette lutte. Il faut construire des comités de la base pour retirer la conduite de la lutte des mains des syndicats et préparer une grève générale contre l'austérité et l'inégalité, et pour défendre les droits de tous les travailleurs et des jeunes.

(Article paru en anglais le 22 février 2019)