Les Socialistes démocrates d’Amérique appuient la candidature de Bernie Sanders aux élections présidentielles

Par Genevieve Leigh
27 mars 2019

Jeudi soir, les Socialistes démocrates d’Amérique (Democratic Socialists of America – DSA) ont annoncé sur twitter qu'ils soutenaient le sénateur du Vermont Bernie Sanders aux primaires présidentielles du Parti démocrate. La décision, télégraphiée longtemps à l'avance, a été officialisée lors de la réunion de jeudi du Comité politique national (CPN), un organe de seize personnes qui fait office de «conseil d'administration» des DSA.

Le vote a eu lieu après l'envoi d'un «sondage consultatif» aux membres des DSA une semaine après l'annonce par Sanders de sa candidature aux élections de 2020. Un peu plus de 13.000 membres des DSA – 24 % des personnes admissibles – ont participé au sondage. Environ 76 % des répondants ont indiqué qu'ils étaient en faveur d’appuyer la campagne de Sanders, tandis que 24 % se sont dits contre.

Bien que quelques points aient été débattus au sein de la direction des DSA concernant divers aspects de ce soutien, l'annonce n'a pas été une surprise. L'organisation planifie son rôle dans la campagne de Sanders pour 2020 depuis qu'il a perdu la nomination démocrate contre Hillary Clinton en 2016.

L'édition du mois dernier du magazine Jacobin, qui est affilié aux DSA, était presque exclusivement consacrée au soutien de la candidature de Sanders pour la nomination démocrate, avec le titre en couverture: «Moi, président des États-Unis, et comment j'ai mis fin à la pauvreté» à côté d'une photo de Sanders.

À l'automne 2018, le Comité électoral national (CEN) des DSA a produit un document de 14 pages en prévision de l'annonce de Sanders, déclarant dans ses paragraphes d'ouverture: «Si les DSA doivent jouer un rôle important dans la campagne de Sanders – à la fois en devenant un pôle important, indépendant et socialiste dans le mouvement élargi de Sanders et en aidant Sanders à gagner la primaire du Parti démocrate et à battre Trump aux élections générales – il est alors essentiel que les DSA s’impliquent dans cette campagne dès que possible».

Le document consacre ensuite une page à décrire le processus par lequel les DSA appuieraient officiellement la campagne Sanders. L'accent est mis sur la nécessité d'agir rapidement, affirmant qu'autrement, «nous risquons de commencer tard et de ne jouer qu'un rôle de fond dans la mobilisation plus large derrière Sanders et son programme.»

Bien que les DSA n’avaient apparemment pas encore décidé de soutenir Sanders au moment de la publication de son document, le CEN a consacré les huit pages suivantes à décrire le plan de campagne initial pour soutenir Sanders, et seulement quelques phrases à ce que les DSA feraient s’ils décidaient de ne pas l'appuyer.

Les DSA sont impatients de jouer un rôle de premier plan pour canaliser l'opposition sociale derrière la campagne de Sanders et le Parti démocrate. Les dirigeants des DSA espèrent ainsi obtenir des postes plus lucratifs au sein du parti et de ses organisations affiliées.

Ils jouent également un rôle qui leur est assigné, à savoir celui de chercher à réorienter l'intérêt croissant des jeunes pour le socialisme vers les lieux sûrs – du point de vue de la classe dirigeante – du Parti démocrate. Pour cette raison, les DSA ont été promus par les médias corporatifs et le Parti démocrate lui-même, alors que le magazine Jacobin a été élevé dans le classement des résultats de recherche de Google.

Sanders a indiqué très ouvertement quelles étaient ses intentions. Répondant à une question posée lors d'une récente émission Town Hall de CNN sur les raisons pour lesquelles il a choisi de se présenter comme démocrate, Sanders a répondu qu'il est «un membre de la direction démocrate du Sénat des États-Unis.» Il a ajouté que «de plus en plus de gens sont désenchantés par les programmes républicain et démocrate» et que son rôle «étant quelqu’un qui s’est déjà présenté en tant qu'indépendant, nous pouvons les faire entrer au Parti démocrate».

Le Parti démocrate, en raison de ses politiques de droite, a perdu un soutien important parmi les travailleurs, et en particulier parmi les jeunes. Sanders considère que son rôle est d'utiliser sa réputation d'«indépendant» pour convaincre les travailleurs et les jeunes de ne pas chercher d'alternative. Sa rhétorique de gauche pendant la campagne électorale vise à atteindre ce but, alors qu'il omet de parler du fait que son propre parti n'est pas moins responsable que les républicains de la création des conditions auxquelles il s'oppose ostensiblement.

C'était le rôle de Sanders en 2016, lorsqu'il a demandé à ceux qui avaient voté pour lui dans les primaires de soutenir Clinton, qu'il avait précédemment critiquée comme la candidate de Wall Street, aux élections générales, comme la seule façon de vaincre Trump. Sanders s'est déjà engagé à soutenir quiconque sera sélectionné par les démocrates – comme étant le seul moyen de se débarrasser de Trump.

Quelle que soit l'issue du processus, les démocrates poursuivront leur trajectoire vers la droite. Au cours des deux dernières années, les démocrates se sont opposés à Trump sur la base de leur soutien à l’armée et aux agences de renseignement et de leurs revendications pour une ligne plus agressive contre la Russie. En outre, si Sanders devait remporter la nomination et la présidence, il abandonnerait très rapidement les réformes qu'il propose.

Quant aux DSA, ils opèrent à un degré, ou peut-être à un demi ou à un quart de degré, de séparation de Sanders lui-même. En parlant un peu plus souvent de «socialisme», ou en suggérant qu'ils pourraient être appelés à faire pression sur Sanders pour qu'il mène une lutte, ils prêtent leurs services pour soutenir Sanders, qui soutient le Parti démocrate, lequel est un instrument principal du pouvoir politique de Wall Street et de l'armée. Et derrière les DSA se cachent d'innombrables organisations – l'Organisation socialiste internationale, l'Alternative socialiste, etc. – qui sont à la recherche de postes auxiliaires.

Rien de tout cela n'a quoi que ce soit à voir avec le socialisme.

(Article paru en anglais le 23 mars 2019)