Les vigies du week-end à Londres exigent la liberté pour Assange

Par nos journalistes
9 avril 2019

Julian Assange est menacé d’expulsion imminente. En réponse, une vigie permanente se poursuit devant l’ambassade de l’Équateur à Londres pour exiger la liberté et la protection du fondateur de WikiLeaks en vertu du droit international.

Les membres du Parti de l'égalité socialiste ont pris part à la veillée de samedi, aux côtés des organisateurs de la campagne Defend Assange. Le groupe a maintenu une solide présence à l'extérieur de l'ambassade pendant près de sept ans pour la défense d'Assange.

À l'extérieur de l'ambassade le samedi

Les médias cherchent à minimiser la menace qui pèse sur Assange, notamment en prétendant que le gouvernement équatorien ne prend aucune mesure pour révoquer l’asile politique d’Assange. Son avocate Jennifer Robinson a déclaré à l’émission «Sunrise» en Australie: «Ces informations proviennent d’une source crédible haut placée dans le gouvernement équatorien et ont été transmises à WikiLeaks. Selon ces informations ils allaient l’expulser et ils ont un accord avec le gouvernement britannique que sa protection en matière d’asile ne serait pas respectée. De surcroît il pourrait être extradé vers les États-Unis avec l’assurance qu’il ne serait pas condamné à la peine de mort.»

Aux côtés des membres de longue date de la campagne «Defend Assange», la vigie de Londres a attiré le soutien de partout.

Tyler et Andy aident à maintenir la vigile

Tyler, 21 ans, venait directement de San Francisco: «Je partais pour l’Europe en voyage à sac à dos, mais pendant que j’étais dans l’avion, j’ai vu que Julian Assange était sur le point de se faire virer de l’ambassade. C’est donc la seule chose que je devais faire à Londres».

«J’ai entendu parler d’Assange à travers son travail avec WikiLeaks. Il exposait les crimes du gouvernement américain et je pense que Julian Assange est un héros pour tout ce qu’il a fait».

Tyler a déclaré que la détention arbitraire d’Assange au milieu de Londres montre que «ce pays n’a pas la liberté de la presse. Ils n’ont la liberté de la presse que si cela convient aux personnes au pouvoir — sinon, ils trouveront un moyen de vous poursuivre».

«Je pense qu’il y a beaucoup de désinformation aux États-Unis, alors malheureusement beaucoup de gens sont mal informés ou mal informés. Mais je pense qu’il y a beaucoup de jeunes gens qui connaissent Julian Assange et qui le soutiennent. Il est très important que tout le monde soutienne Assange et s’oppose à ceux qui essaient de l’emprisonner.»

Cristina et Javier

Javier et Cristina, originaires de l'Équateur, ont régulièrement soutenu la vigile. Javier tenait une banderole en espagnol, «Lenín Moreno: hypocrite, traître. Le peuple équatorien et le monde entier sont contre vous. Assange: tu n'es pas seul!»

Cristina explique: «Nous sommes contre notre président Lenín Moreno. Nous le considérons comme un traître pour avoir cédé sur Assange à l’Amérique. Nous savons qu’une fois expulsé, il sera en danger.»

Au cours du week-end, une vigile transmis en temps réel de 48 heures a été organisée par Unity4J, écoutée par des milliers de personnes à travers le monde. Parmi les conférenciers figuraient Daniel Ellsberg, Chris Hedges, Craig Murray, Jimmy Dore et des dizaines d'autres. Samedi, de 12 h à 13 h, Suzie Dawson, qui a joué un rôle de premier plan dans la défense d'Assange, a animé une émission en direct de l'extérieur de l'ambassade.

Dawson a interviewé Emmy Butlin, leader de la campagne britannique Defend Assange, Gordon Dimmack, journaliste et cinéaste citoyen, et Chris Marsden, secrétaire national du Parti de l'égalité socialiste.

Butlin a expliqué que la veillée se déroulait depuis le 19 juin 2012, date à laquelle Assange a demandé l’asile politique à l’ambassade de l’Équateur à Londres. Elle a dit: «Nous ne nous attendions pas à ce que cela dure aussi longtemps. Nous avons été attirés par la solidarité pour lui et le travail qu’il a fait pour WikiLeaks et aussi en état de choc à la façon dont il a été traité».

Butlin a déclaré que l’ambassade avait transformé effectivement le lieu d’asile d’Assange «en cellule de police», soulignant «Nous sommes extrêmement préoccupés par ces derniers rapports de WikiLeaks selon lesquels son expulsion est imminente. Nous sommes donc venus ici aujourd’hui pour soutenir Julian... pour être témoins et tirer la sonnette d’alarme».

Marsden a dit à Dawson: «C’est clairement le premier grand crime politique du 21e siècle... Julian Assange devrait être défendu par de millions de personnes dans le monde entier, mais un cordon sanitaire a été placé autour de lui dans les médias officiels. Il a été calomnié et diffamé».

«Je regarde de l’autre côté de la rue et je vois les journalistes là-bas. C’est l’équivalent moderne du faire du tricot à côté de la guillotine. Ils sont ici pour assister à une exécution publique.... Et pendant ce temps, au parlement, ni Jeremy Corbyn ni toute autre personnalité du parti travailliste, ni l’Union nationale des journalistes ni par les innombrables organismes qui devraient défendre les droits de l’homme n’expriment aucunement d’opposition… Il faut mobiliser d’urgence une couche aussi large de travailleurs et de jeunes pour s’y opposer et pour défendre Julian Assange. C’est ce que nous essayons de faire, avec des gens comme vous.»

Dawson a remercié les WSWS d’avoir «amplifié les voix» des personnes dans les pays qui soutiennent activement Julian Assange comme le Sri, l’Inde et le Pakistan. Marsden répondit:

«On a tendance à l’oublier à cause de la propagande implacable, mais Julian Assange est considéré comme un héros par des millions de personnes dans le monde, particulièrement dans les pays opprimés et semi-coloniaux. Ce sont des gens qui ont une certaine expérience des crimes impérialistes, des guerres, de la brutalité, des restitutions extraordinaires. Quand nous parlons à nos camarades au Sri Lanka avec les travailleurs, ils cherchent une direction politique sur ces questions.»

Dawson a noté le rôle mercenaire des médias, dont les photographes s’étaient alignés dans la rue en face de l’ambassade, attendant «d’obtenir la photo qu’ils peuvent vendre pour un demi-million de dollars». Dawson a fait référence à un commentaire sur Twitter selon lequel Assange ne devrait pas être «idolâtré» ou «élevé» comme «un individu», mais que l’accent devrait être mis sur les «principes impliqués». Marsden répondit:

«Les principes, comme l’histoire, traversent les gens [...] Si les principes ne sont pas défendus, ils meurent. Julian Assange n’a pas besoin d’être élevé. Il s’est élevé par ce qu’il a fait [...] Nous sommes un parti socialiste et nous luttons pour mobiliser la classe ouvrière comme classe révolutionnaire dans la société. Nous considérons que la défense des droits démocratiques est liée à la lutte contre le capitalisme et pour le socialisme.»

«Nous savons qu’il y a une large opposition de masse à la situation à laquelle sont confrontés les peuples du monde entier et que Julian Assange est un symbole de l’opposition [...] Il ne s’agit pas de culte du héros. Il s’agit de quelqu’un qui est l’un des nôtres et qui a joué un rôle extraordinaire dans le développement d’un nouveau mouvement politique alternatif dans la classe ouvrière et les opprimés [...] Nous n’avons pas d’accord politique avec Julian Assange. On ne fait pas semblant. Mais nous savons que c’est quelqu’un qui doit être défendu. Cela transcende toutes les questions de différences politiques.»

Chris Marsden interviewé par Unity4J

Dawson a noté que Marsden a dit «ces mots très vrais» avec «deux caméras de surveillance au-dessus de votre tête, ce qui est un rappel très physique du matériel de l’oppression».

Marsden répondit: «De toute évidence, l’État a d’énormes pouvoirs. Nous sommes aussi conscients que vous. Quiconque prend position sait très bien qu’il s’attaque à une bête, mais nous savons aussi autre chose. Malgré ce pouvoir, il repose sur des fondements très précaires, parce que le vrai pouvoir dans le monde - et cela a été démontré en 2003 avec les protestations contre la guerre en Irak - est que des millions de personnes s’opposent à ce qui se passe. Maintenant, s’il y a une direction qui peut mobiliser cette force sociale, ils peuvent avoir autant de caméras de surveillance qu’ils le souhaitent. Ça ne les sauvera pas.»

(Article paru d’abord en anglais le 8 avril 2019)