Le tueur fasciste de Nouvelle-Zélande comparaît devant le tribunal

Par Hayden Johns
9 avril 2019

Vendredi, Brenton Tarrant, accusé de meurtre collectif, a comparu pour la deuxième fois en Nouvelle-Zélande après l'attentat terroriste perpétré dans deux mosquées de Christchurch le 15 mars. Il fait face à 50 accusations de meurtre et 39 chefs de tentative de meurtre. Selon un communiqué de police, d'autres accusations sont toujours à l'étude.

Le fasciste de 28 ans a comparu par voie audiovisuelle devant la Haute Cour de Christchurch depuis la prison à haute sécurité de Paremoremo à Auckland où il est détenu en isolement. Le juge Cameron Mander a rejeté les demandes des médias de filmer, de prendre des photos et d'enregistrer l'accusé en cour.

Tarrant n'a pas été contraint d'inscrire un plaidoyer à la séance de vendredi dernier, dont certaines se sont tenues à huis clos. Mander a commandé deux rapports d'évaluation médicale, qui détermineront s'il est mentalement apte à plaider. Bien que l'accusé ait d'abord indiqué qu'il se représenterait lui-même, deux avocats d'Auckland ont maintenant accepté d'agir pour lui. Il reviendra en cour le 14 juin.

Tous les aspects du prochain procès seront étroitement contrôlés. Il est significatif de noter que Tarrant n'est pas encore confronté à des accusations liées aux lois antiterroristes. Pour prouver le terrorisme, il est nécessaire de prouver la motivation politique, ce qui impliquerait une discussion sur le «manifeste» fasciste de 74 pages de Tarrant et soulèverait de nombreuses questions inconfortables.

Le gouvernement travailliste et l'establishment politique dans son ensemble cherchent désespérément à empêcher toute discussion sur les motivations politiques du massacre. Le censeur en chef, David Shanks, a interdit le mois dernier le document de Tarrant en vertu de la Loi sur la classification des films, vidéos et publications. La possession du manifeste est passible d'une peine d'emprisonnement maximale de 10 ans et toute personne qui le partage peut être condamnée à 14 ans de prison.

Le document a été supprimé dans le cadre des efforts visant à dissimuler le rôle de l'État et des partis politiques, en Nouvelle-Zélande et sur la scène internationale, dans la création d'un climat politique propice au développement du fascisme. Il s'agit notamment de la montée systématique de la xénophobie anti-immigrée par les gouvernements pendant des décennies, en particulier la diffamation des musulmans dans le cadre de la prétendue guerre contre le terrorisme menée sous les auspices des États-Unis. Bon nombre des opinions exprimées dans le manifeste de Tarrant ne sont pas très différentes de celles des gouvernements et des partis parlementaires de longue date dans le monde entier.

Kris Gledhill, professeur à l'Université de technologie d'Auckland, a déclaré à Fairfax Media qu'en vertu des lois sur le terrorisme, l'accusation devrait montrer comment l'accusé «essayait de semer la terreur dans la population en faisant avancer une cause politique, idéologique ou religieuse».

Une accusation de meurtre ne vise qu'à répondre à la question plus simple de savoir s'il a tué délibérément. «La poursuite peut s'assurer de ne pas porter d'accusation qui introduirait implicitement une plate-forme [politique]. Son idéologie n'est pas pertinente pour déterminer s'il a commis un meurtre», a déclaré M. Gledhill. «J'espère qu'ils agiront rapidement, et que les procureurs prendront des décisions qui minimisent sa tribune.»

Dès la première comparution de Tarrant devant le tribunal après son arrestation, il y a eu beaucoup de nervosité à l'idée qu'il tentera d'utiliser le tribunal comme une plate-forme politique. Survivre à l'attaque et plaider non coupable était un objectif défini dans le manifeste de Tarrant.

La première ministre Jacinda Ardern a appelé à un «dialogue» avec les médias sur la couverture de l'affaire Christchurch. «J'espère qu'il y a des moyens de couvrir[le procès] sans ajouter à la notoriété que cette personne recherche», a-t-elle dit. Ardern a ajouté, pas pour la première fois: «Une chose que je peux vous assurer, vous ne m'entendrez pas prononcer son nom.»

Certains commentateurs ont noté que le terroriste norvégien Anders Breivik, idole de Tarrant, qui a commis un massacre similaire en 2011, a ouvert sa défense en saluant la cour à la manière des nazis. Cette émission a été diffusée en direct et a fait la une des journaux du monde entier. Le tribunal a interdit toute autre diffusion en direct et a également interdit aux médias d'enregistrer certains éléments de preuve.

Le commentateur des médias Gavin Ellis a déclaré à Newsroom que le tribunal avait le pouvoir de contrôler la capacité de l'accusé d'utiliser le procès de la même manière. «S'il commence par une sorte de diatribe dialectique, le tribunal a le pouvoir de le faire taire parce que cela n'augmente pas la capacité du tribunal de déterminer la culpabilité ou l'innocence», a dit Ellis.

L'idée que les motivations politiques fascistes de Tarrant ne sont «pas pertinentes» au crime est manifestement absurde. La volonté d'en finir au plus vite avec les accusations de terrorisme et d'empêcher le tireur fasciste de parler longuement n'a rien à voir avec le fait de le priver de «notoriété» ou d'une «tribune». L'objectif est d'empêcher le public de tirer des conclusions sur la ressemblance frappante entre les vues de Tarrant et celles de partis tels que le Parti national, le Parti travailliste et son allié NZ First, et les syndicats, qui ont depuis des années fomenté la xénophobie anti-immigrante.

Le gouvernement et l'appareil judiciaire s'inquiètent sans aucun doute du fait que Tarrant puisse exprimer sa profonde admiration pour l'armée et la police. Le tireur estime que des centaines de milliers de nationalistes d'extrême droite en Europe sont employés dans les forces armées. Les organismes d'État néo-zélandais sont désireux d'éviter de se demander si certains de leurs membres sont impliqués dans des groupes fascistes ou s'ils sympathisent avec eux.

Le gouvernement, les médias d'entreprise et l'appareil d'État ne veulent pas non plus discuter de l'hostilité du tueur fasciste envers le marxisme et le socialisme, que l'élite dirigeante partage. Alors que la crise économique s'aggrave et que des pays du monde entier se préparent à la guerre, des millions de jeunes évoluent vers la gauche et sont favorables au socialisme. Il est essentiel de comprendre que le fascisme n'est pas seulement l'idée de quelques racistes meurtriers. C'est une tendance politique délibérément entretenue par l'establishment politique qui a des liens étroits avec l'État et qui sera utilisée contre la classe ouvrière, en particulier ses éléments socialistes les plus conscients.

(Article paru en anglais le 8 avril 2019)