Une assemblée de faillis politiques: Historical Materialism et Jacobin accueillent la conférence «Le socialisme de notre époque»

Par Joseph Kishore
17 avril 2019

Les 13 et 14 avril, la revue britannique Historical Materialism et le magazine américain Jacobin ont organisé leur conférence «Socialism in Our Time» ( Le socialism de notre époque) à la ville de New York. L'événement a réuni la plupart des principales organisations de pseudo-gauche aux États-Unis, la ligne politique dominante étant fournie par les Democratic Socialists of America, organisation à laquelle Jacobin est associé.

La conférence n'avait, en fait, rien à voir avec le socialisme, ni de notre époque ni d'aucune autre. Un titre plus juste pour l'événement aurait été: «La politique du Parti démocrate à notre époque.» L'ensemble de l'événement et ses 74 panels et ateliers ont été un exercice d'évasion et de duplicité politique, où chaque question politique importante a été ignorée ou couverte de phrases soporifiques visant à justifier le soutien aux syndicats et, surtout, à la campagne du Parti démocrate de Bernie Sanders, qui Jacobin et le DSA encouragent avec enthousiasme.

Il n'y a pas eu de discussion sur la montée de l'extrême droite et des mouvements fascistes au niveau international, sur l'importance de la croissance de la lutte des classes ou sur le danger de guerre mondiale. Personne n'a fourni d'évaluation sérieuse de l'administration Trump ou du rôle du Parti démocrate dans la facilitation de ses politiques de droite.

Bien qu'il ait eu lieu deux jours seulement après l'arrestation de Julian Assange à Londres, il n'en a pas été question non plus. Personne n'a considéré que l'arrestation du fondateur de WikiLeaks et la menace de sa restitution aux États-Unis avaient un quelconque rapport avec la construction d'un mouvement socialiste.

Quant à l'histoire, un thème ostensible de la conférence, les participants ont soigneusement évité toute référence au bilan historique, ce qui ne aurait fait qu'exposer leur propre histoire de trahison et de trahison.

En janvier, le Socialist Equality Party (USA) (SEP, Parti de l'égalité socialiste) a soumis une proposition de panel à la conférence sous le titre «La lutte contre le fascisme et les leçons de l'histoire». Le conférencier proposé était Christoph Vandreier, secrétaire national adjoint du Sozialistische Gleichheitspartei (Parti de l'égalité socialiste) en Allemagne et auteur de Warum sind sie wieder da?: Geschichtsfälschung, politische Verschwörung und die Wiederkehr des Faschismus in Deutschland (Pourquoi sont-ils de retour? Falsification historique, complot politique et retour du fascisme en Allemagne).

Les organisateurs de la conférence ont rejeté la proposition de panel du SEP. Toute expression d'une véritable politique socialiste devait être exclue. Un seul panel de la conférence s'est concentré sur la situation politique en Allemagne, «La crise cachée de l'Allemagne», dans laquelle il n'a pas été fait mention de la montée de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) fascisante. Au lieu de cela, le panel a été dominé par une discussion démoralisée sur la façon dont les transformations de l'économie allemande avaient prétendument dressé des sections de la classe ouvrière les unes contre les autres et sapé la base de la politique de gauche.

Le principal panel de la conférence, «Pourquoi le mouvement socialiste a besoin de notre propre parti», résume la perspective politique dominante. Il mettait en vedette Todd Chrétien, ancien dirigeant de l' International Socialist Organization (ISO, Organisation socialiste internationale) jusqu'à sa dissolution le mois dernier, Bhaskar Sunkara, rédacteur en chef de Jacobin et membre du DSA, et Meagan Day, journaliste de Jacobin et membre du DSA.

Sunkara a exprimé le manque essentiel de sérieux de toutes les personnes impliquées. «Je n'ai pas les réponses», a-t-il déclaré à trois reprises dans sa déclaration d'ouverture, une phrase répétée plus tard par Chrétien.

Cette déclaration d'insignifiance politique est sans doute vraie pour la plupart des questions dont Sunkara a parlé. Toutefois, en ce qui concerne la question du Parti démocrate, sa réponse fut claire. Le DSA, a-t-il affirmé, cherche à «conserver l'existence du premier parti de la classe ouvrière dans la coquille de l'ancien parti», c'est-à-dire le Parti démocrate. Il a ajouté qu'«avec le temps, il pourrait y avoir une lutte pour notre propre ligne dans les élections», mais c'est clair qu'il voyait cela comme quelque chose qui se passerait dans un avenir très lointain.

Sunkara était peut-être satisfait de lui-même d'avoir trouvé une nouvelle façon de formuler la politique fatiguée du Parti démocrate soutenu par le DSA depuis la création de ce dernier. En fait, le DSA ne «conserve» rien au sein du Parti démocrate, si ce n'est ses propres ambitions en matière de postes. Le DSA mise tout maintenant sur la campagne électorale présidentielle de Bernie Sanders, 77 ans, dont la victoire en 2020 est présentée dans Jacobin comme le début de la fin de la pauvreté en Amérique.

Sanders n'est que le moyen par lequel ils justifient leur soutien au Parti démocrate. S'il devait être nommé, le DSA défendrait toutes les trahisons qu'il commettrait inévitablement.

Outre le caractère sans principe de la subordination de leurs propres activités à ce parti de droite du grand capital, la stratégie politique du DSA s'articule entièrement autour d'un homme, âgé de cinq ans de plus que l'actuel président. Que se passe-t-il si Sanders ne peut pas continuer ? La réponse est la même que s'il n'est pas élu: le DSA soutiendra le candidat de droite que le Parti démocrate choisira.

Chrétien était l'un des nombreux réfugiés politiques ramenés de l'épave de l'ISO à participer à la conférence. De la dissolution de son ancien parti, qui existait depuis plus de quatre décennies et qui a été fermé en quelques semaines, Chrétien n'avait presque rien à dire. Alors que l'ISO avait été «une importante organisation de gauche qui luttait contre les contraintes de l'époque», a-t-il dit, «nous avons été construits pour une période de défaites». Face à une nouvelle période, «nos propres défauts ont court-circuité, en douceur.»

Comme le WSWS l'a analysé, derrière la crise de l'ISO, déclenchée par un scandale d'allégations de viol, se cache le virage évident vers la droite des forces de la classe moyenne qu'il a cultivées et recrutées sur la base de la politique identitaire. L'organisation avait noué des relations financières étroites avec des fondations alliées au Parti démocrate, qui ont financé à hauteur de millions de dollars son organisation faîtière à but non lucratif, le Center for Economic Research and Social Change (CERSC, Centre de recherche économique et de changement social).

Suite au «court-circuit», a dit M. Chrétien, d'anciens membres sont actuellement en train de «reprendre haleine» alors qu'ils réfléchissent à la manière dont ils vont «participer à la construction d'une nouvelle gauche». Le souffle de Chrétien et d'autres anciens membres de l'ISO, cependant, n'est pas particulièrement profond. Ils ont déjà commencé à chercher une nouvelle place au sein du Parti démocrate.

Dans son discours d'ouverture, Chrétien a suggéré humblement que «nous avons besoin de notre propre parti», citant comme modèles possibles Podemos en Espagne, l'African National Congress en Afrique du Sud, le parti du président Mexicain, et, en particulier, Syriza en Grèce. Tous sont des partis bourgeois qui jouent un rôle important dans le maintien du pouvoir capitaliste. Syriza, la «Coalition de la gauche radicale», est au pouvoir en Grèce depuis plus de quatre ans, période pendant laquelle elle a appliqué les mesures d'austérité exigées par les banques européennes et a servi de ligne de front à la politique anti-réfugiés de l'UE.

La déclaration de Chrétien sur le besoin de «notre propre parti» a incité Sunkara à déclarer que «Todd était minoritaire» sur le panel par rapport aux membres du DSA, avant de se corriger en disant: «Nous formons une seule famille.» M. Chrétien s'est empressé d'y souscrire, en affirmant que la campagne de Bernie Sanders «présente des faiblesses», mais qu'elle constitue «un point de départ sur lequel nous pouvons nous construire» et qu'elle constitue «une véritable ouverture électorale».

Le DSA est une faction du Parti démocrate, tandis que l'ISO a précédemment servi d'agence auxiliaire, soutenant les démocrates de l'extérieur. Sa dissolution est l'expression du fait que, dans des conditions de lutte de classe croissante, l'ISO ne pouvait plus prétendre à l'indépendance de la politique bourgeoise.

Cette détermination à soutenir le Parti démocrate s'inscrit dans le contexte où les démocrates eux-mêmes s'orientent de plus en plus vers la droite. Depuis deux ans et demi, les démocrates ont centré leur opposition à Trump sur leur campagne anti-Russie, qui a été utilisée pour justifier la censure d'Internet, les attaques contre WikiLeaks et Julian Assange, et les demandes pour une guerre plus agressive au Moyen-Orient et contre la Russie.

L'ISO a joué un rôle particulièrement important en soutenant le programme impérialiste des agences de renseignement américaines dont parlent les démocrates. Cela a été exprimé lors de la conférence dans un certain nombre de panels mettant en vedette l'ancienne dirigeante de l'ISO Ashley Smith, qui se sont consacrés à dénoncer ceux qui s'opposent à l'effort de guerre américain en Syrie. Lors de l'un de ces panels, «Reconstruire l'anti-impérialisme fondé sur des principes», Shireen Akram-Boshar, qui avait écrit régulièrement pour le site web du Socialist Worker de l'ISO, a attaqué ceux qui font un hyperfocus (insistent trop) sur l'impérialisme américain et a critiqué le gouvernement américain pour ne plus fournir d'armes à l'opposition soutenue par la CIA en Syrie.

C'est Meagan Day du DSA qui a fourni la révélation la plus claire des perspectives de l'événement dans son ensemble. Soulignant le rôle des partis sociaux-démocrates en Europe, elle a déclaré: «Nous n'avons pas encore d'institutions qui peuvent nous poignarder dans le dos. Ma position est que nous devons construire ces institutions.»

Cette déclaration peut servir de résumé adéquat du rôle de la DSA, de l'ex-ISO et des autres organisations de pseudo-gauche présentes à la conférence Socialism in Our Time - sauf que ce n'est pas eux-mêmes qui seront poignardés dans le dos, mais la classe ouvrière. Quant aux couches supérieures de la classe moyenne que ces organisations représentent, elles espèrent participer à l'opération. La classe ouvrière, cependant, aura son mot à dire dans cette affaire.

(Article paru en anglais le 16 avril 2019)