Plus de 140 personnes assistent à une conférence de Christoph Vandreier au Michigan sur «La menace du fascisme et comment le combattre»

Par les journalistes du WSWS
20 avril 2019

Plus de 140 étudiants et travailleurs ont assisté à une conférence donnée lundi soir à l'Université du Michigan à Ann Arbor par Christoph Vandreier, secrétaire national adjoint du Sozialistische Gleichheitspartei (Parti de l’égalité socialiste – SGP), sur le thème de la menace du fascisme et de la façon de le combattre. David North, président du comité de rédaction du World Socialist Web Site et président national du Parti de l’égalité socialiste aux États-Unis, participait également à la réunion.

Vandreier et North tenaient aussi une conférence mercredi au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et jeudi à la New York University. Les réunions précédentes qui ont attiré de nombreux participants ont eu lieu à la Wayne State University de Detroit, ainsi qu’à Berkeley et à San Diego, en Californie.

Christoph Vandreier à l'Université du Michigan

La conférence de Vandreier est une introduction aux thèmes de son livre, récemment traduit en anglais, «Why Are They Back? Historical Falsification, Political Conspiracy and the Return of Fascism in Germany». Le livre examine en détail comment les universités, les médias et les principaux partis capitalistes ont facilité la montée en force de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) à tendance fasciste.

Dans sa présentation à Ann Arbour, Vandreier a expliqué le rôle que jouent le SGP et les Étudiants et jeunes internationalistes pour l’égalité sociale (EJIES) dans la révélation et l'opposition à ces développements, notamment en relation avec l'historien d'extrême droite Jörg Baberowski, directeur du département des études sur l'Europe de l'Est de l’Université Humboldt de Berlin.

Vandreier a commencé ses remarques en dénonçant l'arrestation de Julian Assange, éditeur et journaliste de WikiLeaks, qui avait été traîné hors de l'ambassade équatorienne à Londres sur ordre des États-Unis.

«Quand j'ai commencé cette tournée», a déclaré Vandreier, «j'étais bien conscient du fait que le sujet de ces conférences était très actuel, mais je ne pouvais pas imaginer de quelle manière concrète il le serait. Le jour même de ma dernière conférence à la Wayne State University, Julian Assange a été arrêté et sa vie est maintenant menacée.»

Des travailleurs et des jeunes écoutent Christoph expliquer le lien entre la montée du fascisme et l'État

«Ce que Julian Assange a fait est ce que ne font plus les médias contrôlés par les entreprises; il a révélé les crimes du gouvernement américain et a montré le caractère criminel de ce gouvernement. Mais alors que tous les criminels de guerre dont Julian Assange a révélé les atrocités sont restés dans leurs fonctions, les lanceurs d'alerte sont maintenant brutalement attaqués.»

«L’un des éléments les plus dégoûtants de tout cela est le soutien à cette attaque brutale de la part de tous les médias, de tous les partis bourgeois, et pas seulement aux États-Unis, mais au niveau international. Il n'y a plus de base sociale pour la défense des droits démocratiques au sein de l'élite dirigeante, bien au contraire.»

«Dans notre combat en Allemagne contre la montée de l'extrême droite et le rôle des universités, nous avons clairement montré comment la classe dirigeante se dirigeait à nouveau vers des modes de gouvernement autoritaires», a expliqué Vandreier. «L'arrestation d'Assange est l'expression d'un développement beaucoup plus profond de l'élite dirigeante vers la dictature.»

David North à l'Université du Michigan

North a également pris la défense d'Assange avec force, évoquant le cas de Carl von Ossietzky, célèbre journaliste allemand arrêté en 1931 pour avoir révélé des secrets de sécurité nationale. Il a été libéré en 1932, mais a ensuite été de nouveau arrêté par les nazis, qui l'ont torturé. Il est décédé des conséquences de ses blessures en 1938.

«Gardons à l'esprit comment Assange est arrivé là où il est actuellement», a déclaré North. «Il a exposé les crimes commis par le gouvernement américain lors de guerres fondées sur des mensonges, des guerres qui ont coûté la vie à au moins un million d'Irakiens et d'Afghans au cours des 18 dernières années. Il a pris des informations qui lui ont été bravement fournies par Chelsea Manning et a informé les Américains, par le biais d'une vidéo, que des soldats et des pilotes américains étaient impliqués dans le meurtre de civils en Irak.»

North a ajouté: «L'absence de réaction à l'emprisonnement d'Assange, parmi les universitaires en particulier, est honteuse». Cela fait partie du problème, a-t-il déclaré. «Ce n’est pas qu’il n’y a pas d’opposition parmi les masses, mais le type d’information dont vous avez besoin, dont votre faculté devrait parler… vous n’entendez pas ces choses-là, on ne vous les enseigne pas. C'est un problème majeur, car les questions historiques revêtent une importance si profonde.»

Lorsque North a demandé s'il y avait des professeurs ou des représentants de départements universitaires dans la salle de conférence, le public n'a pas répondu. «Je ne suis pas personnellement insulté du fait qu'ils ne viennent pas; votre présence est beaucoup plus importante. Mais le fait qu'ils ne viennent pas et ne répondent pas est un sujet de préoccupation extrême.»

North a ensuite évoqué la complicité des universitaires du monde entier face à la résurgence des forces fascistes. Il a passé en revue le soutien apporté à Baberowski par des universitaires et des universités américaines, notamment une subvention de recherche de 300.000 dollars de l'Université de Princeton afin de justifier la dictature en tant qu’«ordre politique alternatif».

Christoph Vandreier dédicace ses livres après la conférence

De nombreux étudiants et travailleurs de l'auditoire ont écouté attentivement les conférences et ont acheté des exemplaires de Why Are They Back? et sont restés pour discuter des enjeux soulevés avec les journalistes du WSWS.

«Si j'avais été en vie dans les années 1930, j'aurais alors aimé combattre le fascisme», a déclaré Lizzie, une travailleuse sociale. «Et maintenant, nous empruntons le même chemin. Trump enlève des enfants dans les bras de leurs parents», a-t-elle ajouté. «Je suis terrifié par l'arrestation d'Assange. Je n'étais pas très au courant de WikiLeaks jusqu'en 2016. Si cela lui arrive, cela peut arriver à n'importe qui.»

Lizzie

«Les gens au pouvoir vendent vraiment leur âme. Je ne le ferai jamais, peu importe ma pauvreté».

Zach, un étudiant en études cinématographiques à l'UM, a déclaré qu'il avait déjà envisagé le caractère international de la réapparition de la politique d'extrême droite lorsque Bolsanaro a été élu au Brésil. «Une chose que j'ai été surpris d'apprendre, c'est la complaisance des professeurs. Ils ne luttent pas vraiment contre le fascisme. Princeton subventionne même le professeur extrémiste de droite Baberowski avec une importante subvention de recherche pour étudier la dictature.»

«J'ai eu la malchance d'être à Dresde un lundi après-midi à regarder Pegida marcher dans les rues», a expliqué Tad, un lecteur du WSWS. «Je suis conscient des dangers de l'AfD et de l'actualité en Allemagne et c'est pourquoi je voulais assister à cette réunion. Je pense que beaucoup de bonnes remarques ont été faites, et il est vraiment décevant qu'aucun professeur ne soit présent.»

Emmaline, une étudiante de l'UM qui est venue à la réunion après avoir vu des affiches sur le campus, a trouvé les remarques de Vandreier et North très informatives. «Je n'avais pas pensé à l'importance de la classe ouvrière dans la lutte contre le fascisme», a-t-elle déclaré. Elle a reconnu que ce fait essentiel a été occulté par le mouvement de droite des universités, qui a soit ignoré, soit favorisé, la politique de l'extrême droite.

Emmaline

«C’est choquant, mais d’une certaine manière, ce n’est pas le cas», a déclaré Humza, étudiant à l’UM, à propos de la montée de l’extrême droite. «Le fait que le monde universitaire se déplace à droite est déjà arrivé dans l'histoire. D'une certaine manière, c'est le même combat que nous menons à nouveau, et il commence à faire des ravages. Espérons que cela ne se terminera pas de la même manière que dans les années 1930 et 1940.»

«Avec Assange, c'est l’étape qui précède assassinat politique», a-t-il conclu.

«En tant que membre de la classe ouvrière, j'aimerais voir tous les travailleurs se mettre en grève partout», a expliqué Debbie, une barmaid d'un restaurant local, lorsqu'elle a été interrogée sur la manière dont elle pensait que les travailleurs pourraient lutter contre l'extrême droite.

(Article paru en anglais le 17 avril 2019)