La réunion publique de Londres exige la liberté de Julian Assange et Chelsea Manning

Par notre journaliste
14 mai 2019

Avant-hier, une réunion comble à Londres, convoquée par le Parti de l’égalité socialiste (Royaume-Uni), a lancé un puissant appel à la mobilisation de la classe ouvrière pour la défense de Julian Assange, éditeur de WikiLeaks emprisonné, et de Chelsea Manning, courageuse dénonciatrice.

Environ 150 personnes ont assisté à l’événement et beaucoup d’autres l’ont suivi en direct sur la chaîne Facebook du SEP. La chaîne YouTube du journaliste indépendant Gordon Dimmack a retransmis l’événement en direct devant un public de plusieurs milliers de personnes.

Alice Summers, Ulrich Rippert, chair Richard Tyler, Chris Marsden et Clara Campos

Parmi les orateurs figuraient des dirigeants des partis socialistes pour l'égalité en Grande-Bretagne, en Australie, aux États-Unis et en Allemagne, Clara Campos représentant le Julian Assange Defense Committee (JADC).

Le secrétaire national du SEP, Chris Marsden, et Uli Rippert, secrétaire national du Sozialistische Gleichheitspartei (SGP—Socialist Equality Party), qui s’est rendu de Berlin à la réunion, ont averti que les méthodes criminelles employées contre Assange exposaient les pouvoirs impérialistes à l’autoritarisme et la guerre.

Oscar Grenfell a parlé au nom du SEP en Australie et Niles Niemuth du SEP aux États-Unis. Alice Summers, représentait l’«International Youth and Students for Social Equality» au Royaume-Uni.

Au cours des sept dernières années, Campos et d’autres membres du JADC ont organisé une vigie devant l’ambassade de l’Équateur à Londres. Jusqu’au jour où Assange a été illégalement arrêté et traîné hors de l’ambassade par la police britannique le 11 avril.

Compos a dit: «Pendant des années, nous avons veillé devant l’ambassade de l’Équateur pour soutenir l’éditeur de WikiLeaks Julian Assange, témoin du siège de l’ambassade par la police métropolitaine… L’intention était claire, son arrestation et son silence, et le ramassage de toutes les informations relatives à son opération de publication afin de l’arrêter», a déclaré Campos.

Elle a ajouté: «Son arrestation brutale le 11 avril aggrave encore sa détention arbitraire. Nous devons agir maintenant, en nous mobilisant pour le libérer. C’est l’un des nôtres.»

Une partie de l'auditoire

Rippert a expliqué que le SGP se présentait aux élections européennes et que la victoire de la liberté d’Assange et de Manning devenait une question centrale dans la campagne du parti. Il a déclaré que la liberté d’Asange et de Manning serait garantie sur la base d’un mouvement massif de travailleurs et de jeunes pour leur défense. Il a était applaudi quand il a dit: «L’avenir ne se décide pas à Westminster. L’avenir ne se décide pas à la Chancellerie de Berlin. L’avenir ne se décide pas à Bruxelles et au siège de l’UE et ce n’est certainement pas au Parlement européen. Il se décide ici par les gens qui sont assis dans cette pièce.»

Summers a dit: «La persécution du fondateur de WikiLeaks est une expression concentrée du virage vers l'autoritarisme et de la poussée à la guerre de la classe capitaliste mondiale.»

Grenfell a noté que le SEP en Australie avait organisé un certain nombre de manifestations pour réclamer la liberté d'Assange et de Manning, recevant une réponse forte des travailleurs, des étudiants et des jeunes. Sous applaudissements, il a déclaré: «Nous avons insisté sur le fait que nous n'adressons pas d'appel plaintif au gouvernement australien ou à l'un des partis officiels. Leur participation aux attaques contre Assange démontre qu'ils sont les ennemis des droits démocratiques et de la classe ouvrière.»

Niemuth a dit qu’Assange et Manning sont «deux individus courageux» qui «ont le soutien des travailleurs du monde entier qui doivent être organisés et développés. Ils sont la cible d’une conspiration internationale de la part des élites dirigeantes et la lutte pour leur défense doit être fondée sur un mouvement international de la classe ouvrière.»

Marsden a déclaré que «le parti de l’égalité socialiste considère la défense de Julian Assange et Chelsea Manning comme le fer de lance d’une nouvelle lutte mondiale contre l’impérialisme.»

Il a noté que leurs arrestations et emprisonnements s'inscrivaient dans le cadre d'une «éruption du militarisme impérialiste et d'une rupture avec les formes démocratiques de pouvoir» qui, «avec la culture des forces d'extrême droite, est un changement trop fondamental pour qu’il s’explique simplement par les actions des éléments politiques criminels de l'élite au pouvoir, comme Trump. Ce sont les symptômes malins d'un système capitaliste mondial en crise terminale.»

À la suite de ces interventions, une discussion animée s’est déroulée avec un certain nombre de questions posées aux orateurs et de fortes contributions de la part de l’assistance.

L'assemblée vote l'adoption de la résolution «Libérez Julian Assange! Libérez Chelsea Manning!»

Une résolution a été adoptée à l'unanimité (voir le texte intégral ci-dessous) s'opposant à la procédure d'extradition américaine en cours contre Assange et appelant les travailleurs et les jeunes à rejoindre la lutte pour la liberté d'Assange et Manning.

La forte participation à Londres et la détermination de l’auditoire, qui a écouté attentivement les contributions pendant plus de deux heures — défiant les mensonges et les calomnies des médias d’entreprise et d’État — témoignent du soutien international croissant dont bénéficient Assange et Manning.

Un rapport complet sera publié dans les prochains jours. Un enregistrement vidéo de la réunion peut être visionné sur la chaîne YouTube de Gordon Dimmack.

Résolution adoptée à l'assemblée:

Libérez Julian Assange! Libérez Chelsea Manning!

Cette réunion publique à Londres condamne l’arrestation, l’emprisonnement et les procédures d’extradition américaines contre Julian Assange, fondateur, éditeur et journaliste de WikiLeaks. Nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle d’Assange et du courageux dénonciateur Chelsea Manning.

Assange et Manning ont été pris pour cible pour avoir dénoncé des crimes de guerre, la corruption des entreprises et de l’État et des complots antidémocratiques qui ont coûté la vie à plus d’un million de personnes en Irak et en Afghanistan seulement. La persécution par l’État contre Assange et Manning pour avoir publié des informations véridiques à la population mondiale est le crime politique du XXIe siècle.

Cette réunion lance un appel urgent à tous les travailleurs et les jeunes, et à tous les véritables défenseurs des droits démocratiques, pour qu’ils se joignent à la lutte pour la liberté d’Assange et de Manning. Nous disons à Assange et Manning: «Tu n’es pas seul, tu n’as pas été abandonné, tu n’as pas été oublié. Tu seras libéré.»

Mahatma Gandhi Hall, Fitzroy Square

Londres, le 12 mai 2019

(Article paru d’abord en anglais le 13 mai 2019)