Alors que la Chine masse ses troupes à la frontière, Trump demande d’en finir avec le «problème» de Hong Kong

Par Mike Head
17 août 2019

Après cinq jours de protestations de la jeunesse et des travailleurs qui ont paralysé l’aéroport de Hong Kong, le président américain Donald Trump a réitéré ses appels au régime chinois pour qu’il reprenne le contrôle de la situation. Alors que d’autres manifestations de masse sont attendues ce week-end, Trump s’est solidarisé avec le président chinois Xi Jinping dans le «l’affaire difficile» de gérer les troubles sociaux.

«Je connais très bien le président Xi de Chine», a tweeté Trump mercredi. «C’est un grand chef qui a le respect de son peuple. Aussi, il sait gérer une “situation difficile”». Je n’ai aucun doute que si le Président Xi veut résoudre rapidement et humainement le problème de Hong Kong, il peut le faire. Rencontre personnelle?»

Plus tard, alors que la police paramilitaire chinoise défilait près de la frontière, Trump a exhorté Xi à «rencontrer directement et personnellement les manifestants» pour produire «une fin heureuse et éclairée au problème de Hong Kong».

Les forces militaires chinoises se rassemblent de l'autre côté de la frontière depuis Hong Kong[Crédit: Global Times]

Les commentaires de Trump sont un signe supplémentaire de l’anxiété de la classe dirigeante mondiale face au mouvement de protestation à Hong Kong. Elle craint son potentiel d’alimenter un mécontentement similaire au niveau international face à l’aggravation des inégalités sociales et aux atteintes aux droits démocratiques fondamentaux.

En effet, tout en préconisant une solution «humaine» pour éviter de susciter une opposition populaire encore plus vive à Hong Kong, Trump a soutenu la répression policière contre les manifestants. Déjà, la police antiémeute a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc à bout portant et arrêté plus de 700 manifestants, notamment pour de graves accusations d’«émeute» ou de violation des ordonnances aéroportuaires.

Cette brutalité s’est manifestée mercredi dans le quartier ouvrier de Sham Shui, à Hong Kong. La police a tiré plusieurs grenades de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui ont fait briller des lasers sur un poste de police. Des policiers armés de boucliers anti-émeutes et de matraques ont défilé dans le quartier, tirant des gaz lacrymogènes à mesure qu’ils avançaient.

Le régime de Pékin mène une démonstration de force dans la ville de Shenzhen, près de Hong Kong. Des photographies aériennes d’un stade de sport montrent des centaines de véhicules militaires à l’intérieur. Le Quotidien du peuple, dirigé par l’État, a noté que la Police armée populaire paramilitaire était chargée de: «gérer les émeutes, les troubles, la violence grave, les activités criminelles, les attaques terroristes et autres incidents mettant en jeu la sécurité publique.»

Un autre organe de presse d’État, le Global Times, a averti les manifestants. Il a dit: «S’ils ne se retirent pas du précipice, s’ils continuent à pousser la situation au-delà du point critique, le pouvoir de l’État peut venir à Hong Kong à tout moment.»

L’Administration Trump poursuit sa guerre commerciale et économique contre la Chine et accuse Pékin de «coercition» dans la région Asie-Pacifique. Toutefois, les deux régimes se sont unis contre l’entrée de la classe ouvrière dans les manifestations, qui a inclus des grèves importantes des travailleurs de Hong Kong.

En soutenant le régime, le Président américain n’agit pas seul. Des commentaires inquiétants dans les médias bourgeois du monde entier ont déclaré qu’en occupant l’aéroport, les participants «jeunes, en colère et sans leader» du mouvement de protestation qui a commencé il y a 10 semaines étaient «allés trop loin».

Le Wall Street Journal a déclaré: «Un mouvement de Hong Kong, qui s’étend sans dirigeants, vire hors contrôle». En Grande-Bretagne, l’ancien dirigeant colonial de Hong Kong, le Comité de rédaction du Financial Times a fait une déclaration qui avertissait que le comportement des manifestants était «de plus en plus hors contrôle».

Tout en conseillant à Pékin d’éviter une intervention militaire qui pourrait enflammer l’opposition, le commentaire faisait écho à la propagande du gouvernement de Pékin lui-même. Les médias ont accusé les manifestants de «violence» inacceptable, en mettant l’accent sur deux incidents au cours desquels des manifestants ont capturé des provocateurs présumés de la police sous couverture. L’un d’eux se serait avéré être un journaliste du Global Times.

Ces incidents ont reflété la colère croissante des manifestants, et de la population de Hong Kong en général, face à l’escalade de la violence policière. La police antiémeute a tiré un sac de haricots secs au visage d’une jeune femme qui l’a partiellement aveuglé. Des agents de police ont infiltré des manifestations pour provoquer des incidents violents, contribuant ainsi aux efforts de Pékin pour qualifier les manifestants de «terroristes».

La véritable préoccupation de l’establishment des médias n’était pas la «violence», mais ce que le Financial Times a appelé les «intérêts matériels» en jeu à Hong Kong. Elle a déclaré que l’ex-colonie britannique restait une plaque tournante «cruciale» du capital mondial, faisant de Hong Kong le cinquième marché boursier du monde.

L’occupation de l’aéroport menaçait directement les oligarques financiers et soulignait le pouvoir potentiel de la classe ouvrière. L’effet s’en est fait sentir lorsque l’Administration des aéroports a révélé mercredi qu’on a dû annuler 979 vols depuis vendredi.

La Maison-Blanche est clairement en pourparlers intensifs avec Pékin sur la manière de réprimer le mouvement et de l’empêcher de s’étendre en Chine et ailleurs.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo et le plus haut responsable de la politique étrangère de la Chine, Yang Jiechi, membre du Politburo, se sont rencontrés mardi à New York. La porte-parole du département d’État, Morgan Ortagus, a déclaré que les deux responsables «ont eu un échange de vues approfondi sur les relations américano-chinoises».

Les manifestations de Hong Kong, qui ont rassemblé jusqu'à deux millions de personnes, ont éclaté pour la première fois le 9 juin, appelant au retrait total d'un projet de loi visant à faciliter les extraditions vers la Chine.

Depuis lors, la répression policière du régime a déclenché quatre autres «exigences majeures», votées par les manifestants sur les médias sociaux. À savoir:

1) une enquête indépendante sur les brutalités policières,

2) le retrait de la qualification d’«émeute» pour les affrontements du 12 juin,

3) la libération immédiate et l’exonération des manifestants arrêtés et

4) des élections libres au suffrage universel.

C’est la crise sociale produite pour les jeunes et les travailleurs par l’élite financière de Hong Kong qui a engendré ces revendications démocratiques. Cette élite est chinoise, mais aussi mondiale. Sa richesse s’est envolée depuis la restauration du capitalisme en Chine dans les années 1970. L’an dernier, Hong Kong a accueilli 67 milliardaires, soit la plus forte concentration par habitant dans le monde, alors que le reste de la Chine en comptait 476, juste derrière les États-Unis.

Un reportage dans le South China Morning Post a averti: «Les jeunes de Hong Kong, l’une des villes les plus densément peuplées et les plus chères du monde, sont également exaspérés par le coût de la vie très élevé et par le sentiment qu’une maison ne sera jamais plus qu’un rêve.»

Des éléments anticommunistes de droite au sein du mouvement de protestation ont tenté d’attiser le chauvinisme anti-chinois, blâmant la Chine continentale pour les problèmes sociaux à Hong Kong.

Fait significatif, le New York Times de cette semaine a mis en évidence l’un de ces groupes: Hong Kong Indigène. Ce groupe décrit son dirigeant Edward Leung comme la «chose la plus proche» que le mouvement de protestation a d’une «lumière directrice». Leung, actuellement en prison, et son groupe ont incité à des agressions physiques contre des «continentaux» qui font leurs courses à Hong Kong, les accusant de faire monter les prix.

La promotion de Hong Kong Indigène vise clairement à diviser les travailleurs et les jeunes de Hong Kong de leurs homologues du reste de la Chine qui sont confrontés à des problèmes similaires. Le Parti communiste chinois (PCC) a depuis longtemps rompu tout lien avec le socialisme et le communisme authentiques, et il repose aujourd'hui sur les intérêts d'une mince couche ultra-riche en Chine, y compris Hong Kong, qu'il représente. La lutte pour les droits démocratiques et sociaux ne peut progresser que par la lutte unifiée de toute la classe ouvrière chinoise contre le régime du PCC à Pékin et son administration fantoche à Hong Kong.

(Article paru d’abord en anglais le 16 août 2019)