L'avenir, c'est le socialisme, mais il faut lutter pour cette perspective

Par L'International Youth and Students for Social Equality (États-Unis)
28 août 2019

Déclaration de l'International Youth and Students for Social Equality (États-Unis), (Jeunes et étudiants pour l'égalité sociale – EJEES, mouvement de jeunesse du Parti de l'égalité socialiste).

Les campus à travers les États-Unis font leur rentrée au milieu d'une vague croissante de protestations sociales et de luttes ouvrières à travers le monde.

En juillet et août, des manifestations de masse impliquant plus d'un million de personnes ont éclaté à Hong Kong et à Porto Rico, remplissant les rues des îles au large des côtes des deux plus grandes économies du monde. Des manifestations d'une ampleur similaire ont eu lieu ces dernières semaines au Honduras, au Guatemala, en Haïti, au Nicaragua et ailleurs.

L'éruption de malaise social et de la lutte des classes au niveau international coïncide avec un intérêt croissant pour le socialisme, en particulier parmi les jeunes générations. Les sondages ne cessent pas de montrer que les jeunes en particulier préfèrent le socialisme au capitalisme.

La source de cette radicalisation n'est pas difficile à trouver. Cette génération de jeunes arrive à maturité dans un monde en proie à des guerres, au militarisme, à des inégalités sociales sans précédent, à un chômage croissant et à une crise climatique mondiale qui menace l'existence de l'humanité.

La radicalisation des travailleurs et des jeunes terrifie la classe dirigeante de chaque pays, laquelle considère à juste titre le socialisme comme une menace existentielle pour le système capitaliste. En réaction, les élites dirigeantes se tournent de plus en plus ouvertement vers des formes autoritaires de gouvernement, y compris la promotion d'organisations fascistes et ultra-nationalistes.

En France, Emmanuel Macron a utilisé les pouvoirs de l'état d'urgence pour envoyer l'armée contre les manifestants gilets jaunes. En Allemagne, le gouvernement d'Angela Merkel continue de cultiver et de protéger l'extrême droite, présidant à l'émergence de l'AfD d'extrême droite comme principal parti d'opposition au Bundestag. Dans le Jammu-et-Cachemire (J&C) sous contrôle indien, 13 millions de personnes souffrent actuellement sous un régime de répression extraordinaire de la part du gouvernement du BJP suprémaciste et hindouiste.

Aux États-Unis, centre du capitalisme mondial, le gouvernement Trump met en œuvre des mesures de plus en plus draconiennes contre les immigrés, encourage les conceptions fascistes qui animaient les tireurs des tueries de masse à El Paso, au Texas et à Gilroy, en Californie, et menace d'annuler les élections et de prolonger son mandat au-delà des limites constitutionnelles. Elle poursuit une politique étrangère «America First» dirigé contre la Chine, politique qui menace de se transformer en un conflit militaire mondial.

L'élection de Trump n'était pas un accident. Trump est la personnification de l'oligarchie qui gouverne l'Amérique. Au sein de la classe dirigeante, il y a d'âpres conflits sur la manière dont le capitalisme américain devrait répondre à ses problèmes nationaux et internationaux, mais ce sont des divisions exclusivement au sein de l'oligarchie financière.

Les démocrates ont tout fait pour réprimer l'opposition massive au gouvernement Trump et la canaliser derrière leur propre programme de droite et militariste.

Parallèlement aux actions sans précédent de Trump, les démocrates ont concentré toute leur opposition sur les questions de politique étrangère impérialiste, en particulier la demande d'une action militaire plus agressive au Moyen-Orient et contre la Russie. Ils ont servi de porte-parole aux sections dominantes de l'appareil militaire et du renseignement en exigeant une escalade de la censure sur Internet au nom de la lutte contre les «fausses nouvelles».

Rien que le mois dernier, les démocrates ont voté à une écrasante majorité en faveur de l'augmentation des dépenses militaires au plus haut niveau de l'histoire. Ils ont donné leur appui pour assurer l'adoption du projet de loi de Trump visant à construire un mur le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

Dans une tentative consciente de diviser la classe ouvrière, les démocrates promeuvent sans relâche des divisions fondées sur l'identité tels que le sexe, l'orientation sexuelle, l'appartenance ethnique et, surtout, les origines ethniques. Cette campagne a consisté à calomnier les travailleurs blancs comme étant arriérés et «privilégiés» et à promouvoir la vision raciste selon laquelle les travailleurs blancs et noirs ont des différences «intrinsèques» en raison de la couleur de leur peau.

Alors que les jeunes cherchent à s'opposer aux politiques de la classe dirigeante, ils doivent se méfier des organisations de pseudo-gauche comme les Democratic Socialists of America, qui promeuvent le mensonge selon lequel le Parti démocrate et des individus comme Bernie Sanders et Alexandria Ocasio-Cortez peuvent être des instruments pour combattre les inégalités et même pour réaliser le «socialisme».

Sanders et Ocasio-Cortez ont tous deux apporté leur soutien total à la campagne démocrate de mensonges contre la Russie et sont restés silencieux sur la persécution illégale et cruelle du fondateur de WikiLeaks Julian Assange et de la lanceuse d'alerte Chelsea Manning. Ils n'ont rien dit au sujet de la soumission des démocrates à la CIA et à l'armée. Plus récemment, Ocasio-Cortez a exposé le véritable caractère de sa politique et de la politique de la DSA lorsqu'elle a voté pour le budget de Trump, qui comprenait un montant record de 738 milliards de dollars en dépenses militaires.

Les objectifs pour lesquels l'IYSSE se bat.

L'Internationale des Jeunes et des Étudiants pour l’égalité sociale, le mouvement des étudiants et des jeunes du Parti de l’égalité socialiste et du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI), lutte pour que les jeunes se tournent vers la construction d'un mouvement politique indépendant de la classe ouvrière, fondé sur un programme révolutionnaire et socialiste.

Le CIQI est la direction du mouvement socialiste mondial, initié par Karl Marx et Friedrich Engels, défendu par les dirigeants de la Révolution russe de 1917, Vladimir Lénine et Léon Trotsky, et défendu par la lutte implacable, menée par Trotsky et la Quatrième Internationale, contre la dégénération bureaucratique de l'Union soviétique sous Staline.

L'IYSSE lutte pour orienter les étudiants et les jeunes vers la classe ouvrière, la seule classe révolutionnaire de la société capable de réaliser la transformation socialiste du monde.

Nous luttons pour l'internationalisme, pour l'unification des travailleurs de tous les pays sur la base du principe que les travailleurs de tous les pays ont les mêmes intérêts sociaux et les mêmes ennemis de classe sans distinction de couleur de peau, de nationalité, d'appartenance ethnique, de sexe ou de toute autre «identité».

Nous nous opposons à toutes ces tendances qui prennent comme point de départ le système d'États-nations. Les problèmes fondamentaux auxquels sont confrontés les travailleurs sont les mêmes dans tous les pays: l'instabilité économique, la menace de guerre, le changement climatique, le besoin de soins de santé, une bonne éducation, l'accès à l'art et à la culture, les droits démocratiques et bien plus encore. Nous nous battons pour montrer aux travailleurs que pour s'attaquer à l'un ou l'autre de ces problèmes, ils ont besoin de leur propre stratégie internationale.

Nous appelons à l'abolition des frontières afin d'harmoniser la carte politique mondiale avec le caractère international du processus de production. Un mouvement socialiste doit prendre la défense des travailleurs immigrés sur la base de la lutte pour l'ouverture des frontières, pour que les travailleurs de partout puissent vivre et travailler là où ils le souhaitent.

Nous luttons pour le contrôle ouvrier des moyens de production. Les grandes banques et entreprises doivent être placées sous contrôle social international et gérées démocratiquement par les travailleurs eux-mêmes pour répondre aux besoins de la société, et non aux profits privés. Nous devons nous débarrasser du système d'exploitation qui a créé une situation dans laquelle les trois Américains les plus riches - Jeff Bezos, Bill Gates et Warren Buffet - possèdent désormais plus de richesses que la moitié la plus pauvre de la population américaine, quelque 160 millions de personnes. Cette vaste richesse, produite par l'exploitation de millions de travailleurs, doit être expropriée.

Nous luttons contre la menace croissante de la guerre et du retour du fascisme. La machine de guerre américaine doit être démantelée. L'impérialisme américain, qui cherche à reconquérir le monde, menace d'une troisième guerre mondiale, cette fois-ci avec des armes nucléaires. Les sommes considérables dépensées par toutes les puissances capitalistes pour le militarisme doivent être utilisées pour subvenir aux besoins sociaux urgents, y compris l'éducation, les soins de santé et les programmes sociaux.

Nous luttons pour la défense et l'expansion des droits démocratiques. Ce combat inclut nécessairement une campagne acharnée pour défendre le fondateur et rédacteur en chef de WikiLeaks, Julian Assange, et la lanceuse d'alerte anti-guerre Chelsea Manning, contre la persécution cruelle exercée contre eux par l'État.

Nous luttons pour la vérité historique et contre la falsification de l'histoire. Le développement d'un mouvement socialiste aujourd'hui exige que les travailleurs et les jeunes comprennent les expériences et les leçons essentielles du XXe siècle, et surtout l'histoire réelle du mouvement socialiste, depuis la révolution russe en passant par l'opposition trotskyste au stalinisme et à la social-démocratie.

Pour réaliser le socialisme, la classe ouvrière doit être organisée en force politique indépendante, en opposition à tous les partis de la classe dirigeante, dans un mouvement révolutionnaire pour prendre le pouvoir et réorganiser la société sur la base de l'égalité sociale. Sans un tel mouvement, les travailleurs et les jeunes du monde entier font face à un avenir de dictature fasciste, d'appauvrissement et de guerre mondiale.

L'avenir, c'est le socialisme, mais il faut lutter pour cette perspective. Il n'y a pas de temps à perdre.

(Article paru en anglais le 27 août 2019)