Les manifestants de la grève contre le changement climatique s'expriment: «Il y a de l'aveuglement volontaire sur cette question, parce que la régler entre en conflit avec le capitalisme»

Par Par nos reporters
23 septembre 2019

Les manifestations mondiales sur l'environnement, surnommées la «grève mondiale pour le climat», ont commencé vendredi dans les îles du Pacifique, en Nouvelle-Zélande et en Australie, puis en Asie, en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord et du Sud.

Australie

Dans la ville régionale de Newcastle, en Australie, Daniel et Haily sont venus apporter leur soutien aux étudiants.

Daniel and Haily

«Le système n'est pas conçu pour l'esprit humain», dit Daniel. «Nous devons comprendre que nous ne sommes pas dans un système conçu pour aller de l’avant.

«Actuellement, ce qui est promu, c'est l'avidité et la gourmandise. Il n'est pas conçu pour “Monsieur Tout-le-Monde” (comme vous et moi) mais pour le 1%, les propriétaires de Johnson & Johnson et autres. C'est dégoûtant !

«Nous avons besoin d’une société qui donne aux gens les moyens de poursuivre des objectifs sociaux. Une fois que les gens auront le pouvoir, il n’y a pas de limite à ce que nous pourrons faire!»

À Melbourne, la deuxième ville d'Australie, Ellie, une lycéenne de 15 ans, a déclaré: «Je suis ici pour me battre pour mon avenir et celui de tout le monde. Je pense que c'est vraiment une bonne chose que les jeunes soient sortis, et d'autres générations aussi.

Ellie

«J'ai l'impression que le changement climatique n'a pas été pris en compte et qu'il a été ignoré dans le passé. Ils se contentent de dire “oui, c'est un problème grave” et ne font rien pour y remédier.

«Je suppose qu'ils pourraient ne pas croire que c'est réel et prétendre qu'ils sont de notre côté. Elle pourrait certainement être résolue par une action mondiale, car il ne s'agit pas d'un seul pays, mais d'une question mondiale. Je pense que cette manifestation mondiale est une bonne chose, surtout si l'on considère tout le passé – les guerres et tout le reste – nous sommes en train de nous unir pour créer du changement.»

Allemagne

Claudia, 41 ans, est venue à la manifestation à Berlin, en Allemagne, avec son fils de sept ans. Elle est mère célibataire et s'opposait à toute augmentation du prix de du gaz et de l'essence, car elle a du mal à joindre les deux bouts à l'heure actuelle.

«Le ministre des Finances Scholz a néanmoins déclaré récemment que plusieurs milliards d'euros de recettes fiscales supplémentaires affluaient dans le trésor public», a-t-elle dit. «Pourquoi ne pouvons-nous pas utiliser cet argent pour construire de nouvelles lignes électriques, afin que l'énergie des parcs éoliens en mer puisse être développée et injectée dans le réseau électrique?

Elle a dénoncé le gouvernement de la Grande Coalition pour l'augmentation du budget militaire: «Qui a besoin de plus d'armes? Nous ne survivrons pas tous à une nouvelle guerre, ou si nous le faisons, la Terre sera tellement détruite que nous ne pourrons pas survivre.»

France

The protest in Paris

Sarah étudie la compatibilité des affaires et de l'environnement à Paris, en France, dans le cadre d'un échange avec le Canada. Elle a dit qu'elle était venue à la manifestation parce que «c'est l'un des problèmes les plus importants au monde en ce moment.»

Sarah (Paris, France)

«Je pense aussi que ces événements sont importants pour montrer que les gens s'en soucient. Venir à un événement comme celui-ci me donne de l'espoir. Je pense que les politiciens sont à l'écoute, mais je ne pense pas qu'ils feront quoi que ce soit pour changer leurs politiques. C'est peut-être parce que leurs mandats sont trop courts et qu'en quatre ans, on ne peut pas s'attaquer à un problème comme celui-ci.»

«Mais je pense aussi que nous devons changer tout le système. Je pense que le capitalisme est le problème. On ne peut pas changer ça du jour au lendemain. C'est comme les entreprises, si elles ont la possibilité de faire beaucoup d'argent en faisant quelque chose de facile, ou d'investir dans l'infrastructure qui améliorera la vie des gens, elles vont prendre la voie la plus facile pour faire de l'argent.

«Et il y a tant de causes aujourd'hui, tant de choses pour lesquelles on peut se battre. Je me passionne pour les changements climatiques et je mets toute mon énergie ici. Je m'inquiète aussi de la guerre. C'est parce qu'ils dépensent tant d'argent dans l'armée et qu'ils ont ces armes et ces chars et qu'ils veulent une excuse pour les utiliser.»

Jean-Baptiste (Paris, France)

Jean-Baptiste est un lycéen de 15 ans de la banlieue parisienne. Son panneau dit: «Si vous pensez que notre environnement est moins important que notre économie, essayez juste d’arrêter de respirer le temps que vous comptiez votre argent!»

«C'est une citation que j'ai vue, dit-il, et c'est un message aux politiciens et aux entreprises parce que nous voyons la planète se détériorer et nous entendons beaucoup de discours de leur part, mais ce qu'il faut, c'est agir maintenant et non des paroles creuses et des lois qui pourraient commencer en 2025.

«Les milliardaires se construisent déjà des bunkers sur leurs propres îles. J'ai vu une émission à ce sujet. C'est complètement fou. Ils ne pensent qu'à eux-mêmes. Mais nous aimerions avoir un avenir. Même aujourd'hui, nous avons vu des douzaines de rapports de scientifiques, le dernier en juillet, selon lesquels nous devons agir dans un délai de 18 mois, faute de quoi nous allons subir des catastrophes environnementales majeures. Soixante pour cent des espèces de la planète sont en voie d'extinction.»

«Nous voulons des actions et c'est pourquoi nous protestons, mais c'est maintenant à trois manifestations que je suis allé. C'est encore plus important qu'en mai. Mais les politiciens n'écoutent pas. C'est vrai que nous avons besoin d'un changement dans le système. Il y a aussi un retour à la guerre parce que les lobbies de l'industrie de l'armement sont si puissants.»

Grande-Bretagne

Jem (London, UK)

À Londres, Jem, une étudiante, a déclaré: «Je pense qu'il est si important que nous nous réunissions tous pour faire une différence, parce que les gouvernements ne font rien et que c'est notre avenir. Ils disent tout le temps qu'ils ont fait des plans pour lutter contre les changements climatiques, mais rien de sérieux n'en sort jamais. La planète continue de se réchauffer, la déforestation se poursuit et ils ne font rien de tel pour la combattre... Même si les effets ne se font pas sentir aussi fortement ici dans ce pays en ce moment, c'est à nous d'essayer de faire quelque chose tant que nous le pouvons.

«Il est important d'impliquer le plus grand nombre de personnes possible. Nous sommes tous sur cette planète ensemble, nous devons tous faire notre part. Et rien ne peut être résolu par un seul pays. Le monde doit travailler ensemble.»

Elisa (London, UK)

Elisa, une employée de l'administration de l'hôpital de Londres, a déclaré: «Je suis ici à cause d'un rapport qui montre que 100 entreprises sont responsables de 71 % de toutes les émissions mondiales. Ce qui signifie que même si nous devenions tous végétariens, que nous recyclions, que nous cessions d'utiliser du plastique, que nous utilisions des méthodes de vie durables, cela ne représenterait pas la grande majorité des émissions mondiales. Les entreprises doivent être tenues responsables. Ils polluent pour réduire les coûts, pour faire des profits. Je suis ici pour rappeler à tout le monde que nous pouvons faire de notre mieux individuellement, mais que nous devons changer ces 100 entreprises pour vraiment faire une différence.

«Le changement climatique affecte les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables. Vous voyez aux nouvelles les ouragans, les tornades et les inondations, et les communautés qu'ils touchent sont les plus pauvres. Les gens se demandent pourquoi la crise des migrants est en train de se produire – la crise climatique mondiale, qui rend impossible la vie dans certaines régions, en est une cause importante. Les gens sont forcés de se retrouver dans des situations désespérées.

Elisa (London, UK)

«Je pense qu'il est très important qu'il s'agisse d'une manifestation mondiale. Cela montre à quel point cette question est sans frontières. Peu importe votre origine ethnique ou votre âge, cela a un impact sur tout le monde. Et les générations futures aussi. Nous devons nous demander comment nos enfants et les enfants de nos enfants se souviendront de nous.

«J'ai très délibérément dit à ma supérieure pourquoi je prends un “congé de maladie” aujourd'hui. Parce qu'elle a besoin de savoir, tout le monde doit savoir que c'est une question de vie ou de mort. C'est pourquoi il était si important pour moi de sortir – je ne pouvais pas supporter l'idée d'être à mon bureau comme d'habitude, sachant que je pouvais venir ici et rappeler aux gens que ce sont les grandes entreprises qui ont le pire effet.»

Karen (London, UK)

Karen, une employée de bureau, a déclaré: «Je suis ici en tant que personne dont la grève vient de mon lieu de travail. Je veux tenir le gouvernement responsable de son inaction et appuyer tous les jeunes grévistes qui ont fait la même chose au cours des derniers mois.

«Il y a un aveuglement volontaire de la part des gouvernements à l'égard de cette question, parce que la régler entre en conflit avec le capitalisme. Notre système économique doit donc changer et être remplacé par une économie plus réciproque, où l'argent et le profit ne sont pas les arbitres de ce qui se passe. Je pense que si les gens qui dirigent des entreprises commencent à voir leurs profits affectés par la grève des travailleurs, c'est la seule façon pour eux de commencer à écouter.»

Josh (London, UK)

Josh a dit: «Je suis ici parce que je reconnais la catastrophe qui se profile à l'horizon, et parce que quand on a un jeune bébé, le problème devient d'autant plus déchirant et urgent. L'argent existe pour lutter contre les changements climatiques. Ils ont imprimé des billions pour soutenir les banques. Mais il y a des intérêts en jeu qui gardent les ressources du monde investies pour le profit et non pour les besoins vitaux.»

À Manchester, Bobby, un élève de 14 ans de l'école secondaire Chapel-en-le-Frith High School dans le Derbyshire voisin, est venu protester avec ses camarades de classe. «Je veux faire ma part avant qu'il ne soit trop tard, a-t-il dit. Personne d'autre ne fera quoi que ce soit. Les compagnies pétrolières et de combustibles fossiles sont égoïstes, c'est une question d'argent!»

Protesters march in Leeds

À Leeds, Emily, une étudiante du collège Greenhead de Huddersfield, a assisté à la manifestation. «Je pense qu'une seule personne ne peut pas faire la différence», dit-elle. «Le gouvernement doit faire quelque chose, mais sans un changement à l'échelle mondiale – en se contentant de paroles en l'air – rien ne se produira. Il y a des centaines de personnes ici et c'est génial, mais nous devons faire une différence, non pas par le biais des entreprises, mais par la révolution, en essayant de créer un environnement socialiste où nous pouvons faire une différence et changer les choses. Cela n'affecte pas la classe supérieure, les gens d'Eton, le premier ministre, il s'en fiche. Cela va nous affecter... Ce sont les gens des pays du tiers monde qui seront les plus touchés, alors c'est vraiment dur.»

Alex, une étudiante de 16 ans de Leeds, a dit: «Je suis ici pour prendre position pour ce en quoi je crois, c'est-à-dire que notre planète est la seule que nous ayons. Si on ne prend pas les choses en main et qu'on ne s'en occupe pas, on n'a pas d'avenir en tant que jeunes.» Lorsqu'on lui a demandé pourquoi elle pensait qu'il y avait une inaction gouvernementale à l'échelle mondiale, elle a répondu: «Les grandes entreprises et les médias veulent éclipser la réalité et empêcher que la réalité ne se répande parce qu'ils ne veulent pas que les gens cessent de leur donner de l'argent ou perdent confiance en eux et ils auront moins de pouvoir si nous prenons la relève».

Alex (right) and friend (Leeds, UK)

Ban et Laila sont des étudiants universitaires et ont assisté à la manifestation de Sheffield.

«Nous sommes ici parce que nous voulons assurer la survie de la planète et faire preuve de solidarité avec les jeunes du monde entier», a déclaré M. Ban. «Je suis d'accord avec votre titre qui dit que seul le socialisme mondial peut répondre à la menace du changement climatique. La montée des forces fascistes a un impact direct sur la manière dont les gouvernements sont dirigés. Elle a un impact particulier sur les gens au bas de la société. Le socialisme, un système qui fonctionne pour tous, est la seule façon d'avancer.»

États-Unis

À New York, où s'est déroulée la plus grande manifestation américaine, Jenny a posé la question: «Comment lutter contre le changement climatique? Les changements individuels ne suffisent pas, il faut arrêter les grandes entreprises. Les démocrates prennent beaucoup d'argent comme les républicains et ne feront pas de changement.»

Organizers estimate 250,000 marched against climate change in New York City.

En tant qu'immigrant, dit Jose, «j'ai l'impression d'avoir fui les problèmes qu'ils ont créés et maintenant, ces mêmes politiciens font de moi un bouc émissaire pour ces mêmes problèmes, alors je suis ici pour essayer d'écouter et apprendre. Encore une chose, les gens parlent de différents problèmes, de l'itinérance, de la pauvreté, du changement climatique, etc. Je pense que la seule façon de résoudre ces problèmes est de nous unir.»

Lors du rassemblement à Washington, Josh, un travailleur du Tennessee, diplômé en pédologie, a déclaré: «Tout le monde doit se mettre en grève. Nous devons leur montrer qui dirige ce pays.»

Josh a parlé au WSWS de la situation au Tennessee. «J'ai fait un stage au parc national de Smokey Mountain. Là où j'habite, il y a une grande sécheresse, de sorte qu'il est interdit de procéder à des brûlages dirigés dans plusieurs comtés. En 2016, un incendie contrôlé à Gatlinburg, au Tennessee, a dégénéré et a tué 14 personnes, selon les chiffres officiels. J'ai entendu dire que plus de 100 personnes sont mortes. Les incendies ont détruit 2500 maisons.»

Alex, un étudiant du gouvernement de l'Université George Mason, a été attiré par la promotion du socialisme de l'IYSSE. «Nous devons nationaliser les combustibles fossiles et d'autres industries et nous diriger vers une forme d'écosocialisme», a-t-il dit. «Les jeunes en ont assez, ils ont vu la destruction que le capitalisme a faite à l'environnement et à leur vie. Même si beaucoup d'entre eux n'en ont pas une compréhension complète, beaucoup d'entre eux sont d'accord avec ses idées principales.»

Abby, Bria and Assanatou in Washington, D.C.

Abby, Bria et Assanatou sont trois étudiantes du Frederick Community College du centre du Maryland. Ils ont dit au WSWS qu'ils avaient entendu les manifestants à l'extérieur alors qu'ils visitaient un musée dans la ville. «Il ne faut pas s'étonner que les jeunes soient en train de manifester», a dit Abby. «Les jeunes sont conscients de la situation à laquelle ils sont confrontés. Le destin de la planète est notre avenir.»

Plusieurs manifestants ont parlé à un journaliste du WSWS à Miami. Sophie a dit: «Je pense que la chose la plus importante est que les jeunes doivent défendre ce que nous voulons dire, parce que c'est notre avenir. Il est important que les jeunes utilisent leur voix. Même aujourd'hui, le changement climatique nous affecte à Miami. Les ouragans sont plus forts, il fait de plus en plus chaud. Qu'allez-vous faire de vos bénéfices s'il ne reste rien?»

Gitanjali a ajouté: «C'est notre avenir et nous devons vraiment le défendre. Beaucoup de districts scolaires pensent que c'est juste une excuse pour sécher les cours, ils ne voient pas ça comme une chose importante à laquelle nous devons participer. Mais c'est notre avenir et nous allons nous battre pour lui.»

Julia a été l'une de celles qui ont eu environ une minute pour parler à la foule à Miami, mais on lui a dit de limiter ses commentaires. Elle a dit au WSWS que les organisateurs ne voulaient pas faire de cette question une question politique et que sur leur forum de discussion, ils partageaient des commentaires sur «l'engagement» d'Amazon à réduire ses émissions de carbone d'ici 2040, comme si c'était quelque chose dont il fallait se féliciter.

Des milliers d'élèves de Denver, au Colorado, ont quitté les salles de classe pour protester, défiant les menaces des écoles publiques de Denver qui allaient leur imposer des «absences injustifiées». Sebastian Andrews, 17 ans, de la Denver School of the Arts, tenait une pancarte avec une photo de Bill Nye, le scientifique, demandant: «Écoutez cet homme». Shreya Shrestha, 17 ans, tenait une affiche: «Nos océans s'élèvent et nous aussi.»

Preston Enright, qui s'est joint aux milliers de personnes présentes dans la capitale de l'État, a déclaré au WSWS: «Je pense que ce rassemblement montre qu'un nombre croissant de personnes sont concernées. Le cœur du problème est le capitalisme, cette recherche incessante d'augmentation des revenus par l'industrie des combustibles fossiles est une catastrophe absolue. Ils sous-estiment les alternatives depuis des décennies. Comme dans le cas de l'industrie du tabac, ils ont enterré la science et continuent de promouvoir leurs profits. Le profit est plus important que tout le reste, c'est un vrai problème. L'agro-industrie met des poisons partout.»

«Fondamentalement, ce qui me semble évident à ce stade, c'est que le capitalisme a suivi son cours, a dit un autre jeune homme, quand il est apparu pendant la révolution industrielle, c'était une époque différente. À l'époque, ce n'était pas une économie mondiale et nous n'exploitions pas les ressources comme nous le faisons maintenant. Ça ne marche plus, c'est tout. Nous sommes à un point de rupture. Ce que les scientifiques disent, c'est que notre biosphère ne peut survivre au modèle actuel.

«Les républicains sont l'équipe A, et les démocrates sont l'équipe B du capitalisme. Ils représentent vraiment les mêmes personnes, la même classe dirigeante. Je vote toujours, presque toujours démocrate, mais les gens ne devraient pas se faire duper en pensant que les démocrates vont nous aider à progresser en tant qu'espèce humaine. J'ai travaillé dans la classe ouvrière toute ma vie, dans la construction pendant un moment. Les travailleurs doivent se lever. Nous n'avons pas de temps à perdre.»

Max et Ida du lycée LACES sont venus au rassemblement climatique à Los Angeles. «Je pense que les protestations sont un pas important, a dit Max. «Les entreprises sont si myopes. Le profit est tout ce qui les intéresse. Elles ne peuvent pas regarder plus loin que le bout de leur nez. Je pense que les protestations sont un pas important.»

Ida a dit: «Nous sommes ici aujourd'hui parce que si nous ne protestons pas, personne d'autre ne le fera. Notre génération doit régler ce problème; ce sont les générations plus âgées qui l'ont causé. La démocratie en Amérique n'est pas une véritable démocratie. S'il y a un temps pour les idées socialistes, c'est maintenant. La société capitaliste essaie de nous convaincre que ce sont les petites choses que nous faisons qui sont responsables, alors que ce sont les entreprises qui le sont.»

Students holding placards distributed by Berkeley IYSSE.

Un autre manifestant à Los Angeles, Jose, a déclaré: «Beaucoup de problèmes affectant le climat ne sont pas dus à des choix individuels. Les petites actions que nous prenons nous aident, mais ce ne sera pas suffisant tant que nous n'aurons pas changé le système. Le capitalisme n'est pas un système durable. La planète ne peut pas le supporter. Les jeunes commencent à comprendre qu'il ne s'agit pas seulement de choix personnels, mais aussi de parler à leur famille et aux gens qui les entourent. J'ai fait un effort pour parler à d'autres personnes intéressées par la gauche.

«Il y a une forte propagande américaine contre le socialisme. Mon père est guatémaltèque, et il me parlait de Jacobo Árbenz, le président démocratiquement élu, qui a été assassiné par la CIA pour les entreprises fruitières.»

Juan, Devon et Ynez ont tous insisté sur le fait que les changements de mode de vie individuels étaient tout à fait inadéquats face à la crise posée par les changements climatiques. «Nous avons besoin d'un changement de système,» dit Devon, «et d'encourager les gens à agir le plus vite possible.»

Juan a ajouté: « L'accent mis sur la responsabilité individuelle est un faux-fuyant, une distraction. Déjà, nous sommes dans une telle situation, les pénuries de nourriture causeront une famine de masse et un effondrement social. Je ne veux pas d'un New Deal vert qui sera mis en œuvre en 2030. On en a besoin maintenant!»

Lors du rassemblement à San Diego, Jennifer est venue pour soutenir sa fille. «Je suis ici pour soutenir cette génération, ils prennent le contrôle de leur avenir et font un changement. Les jeunes ont peur d'aller à l'école, à l'église ou à Walmart à cause des fusillades et de tout le reste. C'est un monde effrayant pour eux et nous devons nous lever et faire un changement.

«Nous avons tous de la valeur et nous ne devrions pas avoir à sacrifier nos vies pour les riches. Lorsqu'il y a eu des incendies dans le Nord, conséquence directe des changements climatiques, les gens sont restés coincés dans des pièges mortels parce qu'ils ne pouvaient pas partir. Trump ramène tous les intérêts du charbon et des combustibles fossiles et cela n'aurait jamais dû arriver.»

(Article paru en anglais le 21 septembre 2019)