Le New York Times, la Chine, et le spectre du «Péril jaune»

Par André Damon
23 octobre 2019

Dans un éditorial d'une page entière de son numéro du dimanche, le New York Times s'est lancé dans une fulgurante diatribe anti-chinois, mettant en garde contre une «menace dangereuse et croissante» de l'«État communiste agressif».

L'éditorial présentait les États-Unis dans une lutte crépusculaire contre l'«impérialisme culturel» chinois, qui visait à «étouffer les valeurs fondamentales de cette nation».

Ce langage hystérique - qualifiant la Chine de «dangereuse», «agressive» et «menaçante» - présente toutes les caractéristiques du mythe raciste du «péril jaune» utilisé pour justifier l'assujettissement colonial de l'Asie par les puissances impérialistes européennes et américaine.

«La Chine, écrit le NYT, cherche à contrôler non seulement ce qui se dit en Chine, mais aussi ce qui se dit sur la Chine.» Elle a affirmé que «l'engagement de l'Amérique en faveur des droits de l'homme, y compris la liberté d'expression» est confronté à «un test particulièrement sévère.»

Le journal n'a pas cherché à expliquer ce qu'est «l'engagement en faveur des droits de l'homme» de l'impérialisme américain. Est-ce «l'engagement en faveur des droits de l'homme» qui a conduit les États-Unis à violer, torturer ou assassiner des centaines de milliers de personnes en Irak, des donjons d'Abu Ghraib à Fallujah et Sadr City? Ou de commettre des massacres dans le monde entier, de My Lai au Vietnam à l'attaque de l'hôpital de Kunduz en Afghanistan?

L'administration Obama a assassiné des citoyens américains à l'aide de missiles de drones. L'administration Trump, qui s'inspire des politiques des démocrates, sépare des milliers de familles d'immigrants et préside ce que l'ONU qualifie de torture des enfants. Le gouvernement américain emprisonne la lanceuse d'alerte Chelsea Manning et cherche à infliger une peine d'emprisonnement à vie, ou pire, à l'éditeur de WikiLeaks Julian Assange pour avoir dénoncé des crimes de guerre.

L'impérialisme américain revendique la prérogative non seulement de «s'immiscer» dans les affaires des autres pays, mais de renverser tout gouvernement élu qu'il considère comme un obstacle à ses intérêts. Selon une étude rapportée dans le Washington Post, les États-Unis ont tenté 72 fois de changer les gouvernement d'autres nations entre 1947 et 1989. De ce nombre, «26 opérations secrètes des États-Unis ont réussi à amener au pouvoir un gouvernement soutenu par les États-Unis.»

Aucun pays ne se rapproche des États-Unis par les vastes ressources qu'il consacre à la propagande et à l'embauche de politiciens, d'universitaires et de journalistes dans ses services de renseignement.

Dans son histoire de la Central Intelligence Agency (CIA), The Mighty Wurlitzer, Hugh Wilford a fait savoir:

«De hauts responsables du mouvement ouvrier américain avaient travaillé clandestinement avec la [CIA] pour répandre les principes du " syndicalisme libre " à travers le monde. Des intellectuels, des écrivains et des artistes anticommunistes ont reçu des largesses secrètes du gouvernement.... Professeurs d'université, journalistes, travailleurs humanitaires, missionnaires, militants des droits civiques.... tous avaient fait partie du réseau secret d'opérations écran de la CIA.»

Et puis il y a eu les centaines de journalistes qui ont été révélés être sur la liste de paie de la CIA. Wilford a écrit:

«Arthur Hays Sulzberger, éditeur du New York Times, était un bon ami d'Allen Dulles [directeur de la Central Intelligence Agency] et a signé un accord de confidentialité avec cette agence. [...] En vertu de cette entente, le journal a fourni à au moins dix agents de la CIA une couverture en tant que journalistes ou employés de bureau dans ses bureaux à l'étranger, tandis que les véritables employés du journal étaient encouragés à transmettre des informations à l'Agence.»

Le New York Times incarne l'éradication de toute distinction entre nouvelles et propagande d'État. Dans ses mémoires récents, le lanceur d'alerte Edward Snowden se souvient d'avoir vu des articles parus dans le service d'information interne de la CIA apparaître, quelques jours plus tard, dans les pages des journaux américains, presque inchangés, avec des références supplémentaires à des «sources de renseignements non nommées».

La menace qui pèse sur la démocratie américaine ne vient pas de l'extérieur, mais de l'intérieur. Le New York Times, dans ses demandes incessantes de censure et de conformité aux «valeurs» de l'État, est l'un des principaux instigateurs de cette menace.

Les entreprises américaines, a déclaré dimanche le New York Times, doivent affirmer le «consensus américain» contre la position du «Parti communiste chinois». Il accusait Disney et Comcast d'«apaisement» et de défendre «la position du Parti communiste chinois, et contre le consensus américain».

En particulier, le NYT a contesté une scène du film pour enfants de Disney, Abominable, qui, selon lui, dépeint de façon inexacte les frontières de la Chine. Le journal affirme qu'il s'agit là d'une trahison des «valeurs américaines» et pratiquement une trahison. La logique de cet argument est que les États-Unis devraient suivre l'exemple des censeurs gouvernementaux au Vietnam, aux Philippines et en Malaisie, qui ont interdit ce film.

«Les entreprises», a déclaré le New York Times, «sont les créatures d'un État particulier, même si leurs dirigeants préfèrent penser que leurs opérations sont multinationales. Les entreprises américaines choisissent d'opérer selon les lois des États-Unis et de récolter les bénéfices de la vie aux États-Unis - et elles devraient être tenues responsables de la défense des valeurs des États-Unis.»

De telles déclarations révèlent l'hostilité du New York Times envers conceptions démocratiques qui sont incarnées dans la Constitution américaine. Le Premier Amendement dit: «Le Congrès ne fera aucune loi concernant l'établissement d'une religion ou interdisant son libre exercice, ou restreignant la liberté d'expression ou de la presse, ou le droit du peuple de se réunir pacifiquement et de présenter des pétitions au gouvernement pour obtenir réparation.»

Autrement dit, le gouvernement n'a pas le pouvoir d'imposer un ensemble d'opinions religieuses, morales ou politiques au peuple. Il n'existe pas un ensemble universel de «valeurs américaines» que les citoyens ou les entreprises sont tenus de défendre, ou peuvent être «tenus responsables» de s'y être opposés.

Là, le NYT exprime un argument fasciste. C'est le régime nazi en Allemagne qui a affirmé que le «peuple» doit se conformer aux «valeurs» ethniques et religieuses dictées par l'État, et a réprimé brutalement tous ceux qui ne l'ont pas fait ou ne pouvaient le faire en raison de leur origine.

La rhétorique de l'éditorial sur les «droits de l'homme» et la «liberté d'expression» est un écran de fumée pour le véritable agenda du New York Times et des sections dominantes de la classe dirigeante américaine. L'impérialisme américain se prépare à une guerre catastrophique contre la Chine pour l'empêcher de contester la domination stratégique et économique mondiale des États-Unis.

«Pour la première fois depuis la fin de la guerre froide, les États-Unis se trouvent en concurrence... avec un pays dans leur propre catégorie de poids, la Chine a adopté une ligne dure, et il est temps pour les États-Unis de réagir en conséquence,» a déclaré le le journal.

Sur le plan idéologique, les conditions de la guerre sont préparées avec hystérie au sujet de l'ingérence et de l'infiltration étrangères et des accusations de trahison contre tous ceux qui s'opposent au militarisme. Le mois dernier, le Washington Post a fait la promotion d'un rapport de la Hoover Institution qui déclarait qu'«il ne devrait plus être acceptable que des universitaires, des journalistes, des diplomates et des fonctionnaires de la République populaire de Chine aient un accès sans entraves à la société américaine.»

Le New York Times, le porte-parole officieux des démocrates, a attaqué Trump dans son éditorial pour ne pas avoir été assez agressif. Le président, a-t-il déclaré, avait «affaibli la capacité des entreprises américaines à défendre les valeurs américaines» en «ne s'opposant pas fermement aux exigences de la Chine.»

Quelle que soit l'amertume du conflit entre les factions à Washington, les partis démocrate et républicain se sont engagés à inverser le déclin inexorable de l'hégémonie mondiale du capitalisme américain par le biais de la confrontation et de la guerre contre la Chine.

(Article paru en anglais le 22 octobre 2019)