Hommage rendu au trotskyste sri-lankais Nanda Wickremasinghe à l'occasion de son quatre-vingtième anniversaire

5 novembre 2019

David North, président du comité de rédaction international du World Socialist Web Site et président national du Socialist Equality Party (US), a rendu l'hommage suivant à Nanda Wickremasinghe, trotskyste sri-lankais de longue date, à l'occasion de son 80e anniversaire, qu'il a célébré le 15 octobre. Wickremasinghe, affectueusement connu sous le nom de Wicks, est un membre fondateur de la section sri-lankaise du Comité international de la Quatrième Internationale en 1968.

Cher camarade Wicks,

Au nom du Comité international de la Quatrième Internationale, je suis honoré, à l'occasion de votre quatre-vingtième anniversaire, non seulement de vous adresser les félicitations de notre mouvement, mais aussi d'exprimer notre profonde reconnaissance et notre gratitude pour tout ce que vous avez fait pour construire le Parti mondial de la révolution socialiste.

Trotsky déclara en 1938 que chaque cadre de la Quatrième Internationale porte sur son épaule une particule du destin de l'humanité. Au cours de luttes politiques qui s'étendent sur plus d'un demi-siècle, vous avez porté, si l'on ose dire, un peu plus d'une particule du destin de l'humanité.

Les quatre-vingts années de votre vie englobent presque toute l'histoire de la Quatrième Internationale. La chronologie de votre vie est ancrée dans les luttes historiques de notre mouvement. Quelques mois seulement avant ta naissance, Trotsky écrivit sa célèbre «Lettre ouverte aux travailleurs de l'Inde», datée du 25 juillet 1939, dans laquelle il donna un avertissement sévère :

Nanda Wickremasinghe

 

«La bourgeoisie de l'Inde est incapable de conduire une lutte révolutionnaire. Elle est trop liée et dépend trop du capitalisme anglais. Elle tremble pour ses propres propriétés. Elle a peur des masses. Elle cherche des compromis avec l'impérialisme anglais à n'importe quel prix et trompe les masses de l'Inde avec des espoirs de réforme par en haut. Le leader et le prophète de cette bourgeoisie est Gandhi. Un piètre leader et un faux prophète.»

De cette évaluation cinglante de Gandhi, Trotsky tire la conclusion politique essentielle et inéluctable :

«Nous devons rejeter les faux espoirs et repousser les faux amis. Nous ne devons avoir confiance qu'en nous-mêmes, qu'en nos propres forces révolutionnaires. La lutte pour l'indépendance nationale, pour une république indépendante indienne est indissolublement liée à la révolution agraire, à la nationalisation des banques et des trusts, à plusieurs autres mesures économiques tendant à élever le niveau de vie du pays et à faire des masses laborieuses les maîtres de leurs propres destinées. Seul le prolétariat, allié à la paysannerie est capable d'exécuter ces tâches.»

Cette lettre a donné l'impulsion politique décisive pour le développement du mouvement trotskyste à Ceylan. Vous faisiez partie d'une génération de jeunes Ceylanais dont l'orientation politique était déterminée par la perspective d'une révolution permanente donnée par Trotsky au LSSP.

La profondeur et la gravité de vos convictions ont été mises à l'épreuve par la trahison du trotskysme par le LSSP en 1964. Au cours d'un processus complexe de clarification politique, vous vous êtes associé au Comité international et êtes devenu membre fondateur de la Ligue communiste révolutionnaire en 1968. Pendant plus d'un demi-siècle, vous êtes resté à la tête de la section sri-lankaise du Comité international de la Quatrième Internationale. Votre dévouement inébranlable aux principes est une source d'inspiration pour vos camarades à travers le monde.

Sur une note personnelle, permet-moi de reconnaître que j'ai gardé précieusement notre longue et étroite collaboration politique, qui s'étend maintenant sur un tiers de siècle. J'ai toujours apprécié et beaucoup apprécié votre évaluation honnête et franche des questions et des problèmes politiques. Depuis de nombreuses années, cette collaboration a acquis les caractéristiques d'une amitié profonde et durable.

Encore une fois, félicitations pour l'atteinte de cette étape impressionnante. Avec tous vos camarades du Comité international, je vous souhaite bonne santé et bonheur alors que vous poursuivez, au cours de la neuvième décennie de votre vie, la lutte pour la victoire de la Révolution socialiste mondiale.

Avec les salutations les plus chaleureuses,

David North