La décennie de la révolution socialiste commence

Ce Nouvel an marque le début d’une décennie de montée de la lutte des classes et de la révolution socialiste mondiale.

A l’avenir, quand des historiens raconteront les bouleversements du 21e siècle, ils énuméreront tous les signes «évidents» déjà en présence au début des années 2020 de la tempête révolutionnaire qui allait bientôt traverser le globe. Armés d’un vaste éventail de faits, documents, graphiques et de commentaires tirés d’Internet ou des réseaux sociaux, voire d’autres informations numérisées à leur disposition, ces érudits démontreront que les années 2010 ont été une période de crise économique, sociale et politique insoluble du système capitaliste mondial.

Ils concluront qu’au début de la troisième décennie du 20e siècle, l’histoire était arrivée au stade prévu théoriquement par Karl Marx: «A un certain degré de leur développement, les forces productives matérielles de la société entrent en collision avec les rapports de production existants, ou avec les rapports de propriété au sein desquels elles s'étaient mues jusqu'alors, et qui n'en sont que l'expression juridique. Hier encore formes de développement des forces productives, ces conditions se changent en de lourdes entraves. Alors commence une ère de révolution sociale. Le changement dans les fondations économiques s'accompagne d'un bouleversement plus ou moins rapide dans tout cet énorme édifice.»

Quelles ont été, en fait, les principales caractéristiques des dix dernières années?

L’institutionnalisation des conflits militaires et la menace croissante de guerre mondiale nucléaire

Il n’y a pas eu un seul jour de la décennie passée pendant lequel les États-Unis n’étaient pas en guerre. Les combats n’ont pas seulement continué en Irak et en Afghanistan. De nouvelles guerres ont commencé en Syrie, en Libye, au Yémen et en Ukraine. Au tout début de 2020, le meurtre du général de division iranien Qassim Suleimani ordonné par le président américain Donald Trump menace de déclencher une guerre entre les États-Unis et l’Iran avec des conséquences incalculables. La participation d’un président américain à un assassinat ciblé de plus, suivi de vantardises sanglantes, témoigne du délire généralisé dont est saisie l’élite dirigeante.

De plus, l’adoption d’une nouvelle doctrine stratégique en 2018 a marqué une vaste escalade des opérations militaires des États-Unis. En annonçant la nouvelle stratégie, l’ancien secrétaire à la Défense James Mattis a déclaré: «Nous continuerons à mener la campagne antiterroriste que nous menons aujourd’hui, mais les rivalités entre grandes puissances, non le terrorisme, sont à présent l’élément principal de la sécurité nationale américaine.» Cette nouvelle doctrine révélait la fonction essentielle de ce qu’on avait appelé la «guerre contre la terreur»: une tentative de maintenir la position hégémonique de l’impérialisme américain.

Les États-Unis sont décidés à maintenir cette position, quel qu’en soient les conséquences financières et le coût en vies humaines. Selon le récent Tour d’horizon stratégique de l’International Institute for Strategic Studies (IISS), «Il est peu probable que les États-Unis pour leur part passent le flambeau stratégique à la Chine volontairement, à contrecœur ou après une sorte de bataille.»

Pendant la dernière décennie, toutes les grandes puissances impérialistes ont intensifié leurs préparatifs pour une guerre mondiale et des conflits nucléaires. Le budget militaire de plus d’un millier de milliards de dollars adopté par Trump avec le soutien des Démocrates prépare la guerre. L’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et tous les pays impérialistes développent leurs forces armées. Les cibles de l’impérialisme, y compris les élites dirigeantes russe et chinoise, réagissent par des menaces de guerre suivies de tentatives désespérées d’arriver à un compromis.

Les institutions développées après la 2e Guerre mondiale pour empêcher un autre conflit mondial tournent à vide. Selon l’IISS,

«Les tendances de 2018-2019 ont toutes confirmé l’atomisation de la société internationale. Ni le ‘rapport de forces’ ni ‘l’ordre international fondé sur des règles’ n’ordonnent le monde. Les institutions internationales sont marginalisées. La routine diplomatique des sommets continue, mais les efforts nationaux contradictoires, trop rarement coordonnés avec d’autres, pèsent plus, et la plupart du temps ils sont erratiques en leur exécution et en leurs effets.»

La fin d’un «ordre international fondé sur des règles», qui dépendait de la domination incontestée de l’impérialisme américain, met en marche un engrenage politique qui mène à la guerre. Selon l’IISS, «La loi est faite et soutenue par la politique. Quand la loi ne peut résoudre les conflits, on les retourne à l’arène politique pour être résolus.» Pour voir de quelle «arène» l’IISS parle, rappelons que Clausewitz définissait la guerre comme la contiuation de la politique par d’autres moyens.

Que signifierait une guerre moderne? L’IISS met en évidence les préparatifs pour un recours à l’arme nucléaire. «Entre-temps, les USA et la Russie modernisent leurs arsenaux et changent leurs doctrines afin d’en faciliter l’usage, et la dispute indo-pakistanaise à propos du Cachemire demeure une poudrière nucléaire.» La témérité des décideurs, à la limite de la folie, indique une conviction croissante que le recours à l’arme nucléaire devient un choix envisageable. Slon l’IISS,

«Tout ce que l’on peut dire avec une certitude raisonnable est qu’une guerre nucléaire régionale limitée sous certaines circonstances peut avoir des effets écologiques mondiaux sévères. Mais sous d’autres circonstances, les effets peuvent être minimes» (nous soulignons).

On ne peut stopper le mouvement vers une 3e Guerre mondiale, qui menacerait la survie de l’humanité, par des appels humanitaires. La guerre ressort de l’anarchie du capitalisme et de l’obsolescence du système d’États-nation. On ne peut donc l’arrêter qu’à travers la lutte mondiale des travailleurs pour le socialisme.

L’effondrement de la démocratie

L’intensification de la lutte de classe et de la dynamique impérialiste est la source de l’effondrement généralisé des droits démocratiques. Comme l’écrivait Lénine pendant la 1e Guerre mondiale, «L’impérialisme est l’époque du capital financier et des monopoles, qui généralisent la lutte pour la domination, non pas pour la liberté. Quel que soit le système politique, le résultat de ces tendances est partout la réaction et l’intensification des antagonismes dans cette sphère.»

Le tournant des élites dirigeantes vers des régimes autoritaires et fascisants donne raison à l’analyse de Lénine. L’arrivée au pouvoir de personnalités criminelles voir psychopathes telles que Narendra Modi en Inde, Rodrigo Duterte aux Philippines, Benjamin Netanyahu en Israël, Abdel Fattah el-Sissi en Égypte, Jair Bolsonaro au Brésil, Donald Trump aux États-Unis, et Boris Johnson au Royaume-Uni témoignent d’une crise systémique du capitalisme mondial.

75 ans après la chute du Troisième Reich, le fascisme revient en force en Allemagne. L’Alternative pour l’Allemagne, un repaire de néo-nazis, est devenu pendant la dernière décennie le principal parti d’opposition. La Grande Coalition, des médias corrompus, et des universitaires réactionnaires qui blanchissent avec impunité des crimes du régime nazi ont facilité sa montée. Des processus similaires se développent à travers l’Europe: les dirigeants fascistes des années 1930 et 1940 (Pétain en France, Mussolini en Italie, Horthy en Hongrie et Franco en Espagne) font l’objet de nostalgie.

Cette décennie a vu la résurgence de violence antisémites et la culture de l’islamophobie et d’autres formes de chauvinisme nationaliste et raciste. Des camps de concentration ont été construits à la frontière américano-mexicaine, pour détenir des réfugiés latino-américains, et en Europe et en Afrique du nord, en tant que première ligne de la politique anti-immigrée de l’UE.

Aucune tendance progressiste n’émerge dans les partis capitalistes. Même face à un président fascisant, les Démocrates refusent de fonder leur opposition sur la défense des droits démocratiques. Utilisant les méthodes d’une révolution de palais, les Démocrates cherchent à destituer Trump parce que, selon eux, il a nui à la campagne contre la Russie et à la guerre par procuration en Ukraine.

Le mépris de la classe politique bourgeoise pour les droits démocratiques transparaît dans le traitement horrible infligé à Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, et à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning. Démocrates et Républicains soutiennent la détention d’Assange à la prison de Belmarsh à Londres, en vue d’une extradition aux États-Unis. Manning est en prison depuis plus d’un an pour avoir refusé de témoigner contre Assange devant un grand jury.

La persécution d’Assange et de Manning vise à criminaliser des activités journalistes protégées par la constitution. Elle participe à une répression plus large dont font partie la censure d’Internet et l’emprisonnement des travailleurs de Maruti-Suzuki et d’autres prisonniers de la guerre des classes.

Les préparatifs pour la guerre, avec les dépenses massives et l’accumulation de dettes énormes, étranglent la démocratie. En dernière analyse, ils visent à imposer aux travailleurs du monde entier le coût de la guerre. Ces fardeaux provoqueront la résistance d’une population déjà outrée par des décennies de sacrifices. L’élite dirigeante réagira en intensifiant ses efforts pour étouffer toute forme d’opposition populaire.

La dégradation de l’environnement

La dernière décennie a été marquée par une destruction continue et croissante de l’environnement. L’incendie qui ravage l’Australie au début de 2020 n’est que la dernière conséquence en date du réchauffement climatique. Les chercheurs publient des avertissements urgents que sans une action mondiale à grande échelle, l’effet du réchauffement climatique sera dévastateur et irréversible.

En novembre, 11.000 scientifiques ont signé une déclaration publiée dans BioScience selon laquelle «la planète Terre est face à une urgence climatique». Ils observent qu’après 40 ans de négociations mondiales sur le climat, «à quelques exceptions près, nous sommes généralement restés au statu quo et avons en gros été incapables de faire face à cette crise.

«La crise climatique s’accélère et dépasse les prévisions de la plupart des scientifiques. Elle est plus sévère que prévu et menace les écosystèmes naturels comme l’avenir de l’humanité. […] On peut arriver à des points où les processus naturels produisent une "Terre serre" incontrôlable par les humains, ce qui est particulièrement à redouter. Ces réactions climatiques en cascade pourraient provoquer des dommages majeurs aux écosystèmes, aux sociétés et aux économies, et rendre inhabitables de grandes parties de la Terre.»

Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat de l’ONU, 821 millions de personnes, déjà menacées par la faim, pourraient en mourir à cause de l’impact du réchauffement climatique sur l’agriculture. Des centaines de millions de personnes pourraient perdre l’accès à l’eau potable. D’autres seraient touchées par les inondations, les sécheresses, ou les ouragans.

Le changement climatique et d’autres dégradations écologiques sont le produit d’un système social et économique incapable d’organiser la production mondiale d’une manière rationnelle et scientifique, sur la base des besoins sociaux – y compris celui d’un environnement sain – plutôt que l’accumulation sans fin de profits privés.

Les effets du krach de 2008 et la crise du capitalisme

La croissance maligne d’inégalités extrêmes, résultat inévitable et voulu des mesures adoptées par la classe dirigeante après la crise économique et financière de 2008, sous-tend tous les aspects de la situation sociale et politique.

Après le krach financier qui s’est produit juste avant des années 2010, les États et les banques centrales ont tous ouvert les robinets. Aux États-Unis les Administrations Bush et surtout Obama ont organisé un sauvetage des banques à 700 milliards de dollars, avec ensuite des milliers de milliards de dollars en mesures «d’assouplissement quantitatif», où la banque centrale américaine (Federal Reserve - Fed) achetait des obligations sans valeur détenues par les institutions financières.

Le déficit de l’État américain a doublé d’un jour à l’autre. Les avoirs de la Fed sont passés de moins de 2000 milliards de dollars en novembre 2008 à 4500 milliards en novembre 2014 et restent à plus de 4000 milliards aujourd’hui. Avec ses nouvelles acquisitions d’obligations de 60 milliards de dollars par mois lancées en novembre, la Fed devrait déjà au milieu de l’année 2020 avoir acheté davantage d’obligations qu’au plus fort de la crise après 2008.

Cette politique continue sous Trump, avec ses réductions d’impôts sur les sociétés et ses appels à une réduction des taux d’intérêt. Dans un article du 1er janvier («Une stratégie d’investissement simple qui rapportait en 2019: acheter n’importe quoi»), le New York Times écrit que la valeur de tous les types d’actifs financiers a rapidement augmenté en 2019. L’indice Nasdaq a bondi de 35 pour cent, l’indice S&P500 de 29, les marchandises de 16, les obligations des sociétés de 15, et les bons du Trésor de 7. «On n’avait pas vu une telle ruée généralisée depuis une décennie. La cause? Avant tout, un revirement époustouflant de la Federal Reserve, qui avait voulu augmenter les taux d’intérêt avant de les réduire et d’arroser les marchés financiers de nouvelles liquidités.»

Toutes les grandes puissances capitalistes ont mené des politiques semblables. L’allocation de crédits illimités et la création monétaire – car c’est bien cela «l’assouplissment quantitatif» – ont intensifié la crise sous-jacente. Pour se sauver, les élites dirigeantes ont érigé le parasitisme en loi et élevé les inégalités sociales à des niveaux jamais atteints à l’époque moderne.

Les fortunes de l’élite financière, gonflées par l’infusion continuelle de crédits dans les marchés, ont atteint des niveaux astronomiques. Les 500 individus les plus riches au monde (0,000006 pour cent de l’humanité) détiennent collectivement un patrimoine de 5900 milliards de dollars, soit 1200 milliards de dollars de plus que l’année dernière. Cette augmentation surpasse le PIB annuel (la valeur des biens et services produits) dans tous les pays du monde sauf 15. Aux États-Unis, les 400 individus les plus riches ont plus de richesses qui les 64 pour cent les plus pauvres; les 0,1 pour cent les plus riches ont une plus grande part qu’à n’importe quel moment depuis 1929, juste avant la Grande dépression.

La catastrophe sociale que vivent des masses de travailleurs et de jeunes à travers le monde est le produit direct des politiques qui ont garanti cette accumulation de richesses par l’élite patronale et financière.

La chute de l’espérance de vie américaine, le chômage de masse des travailleurs et surtout des jeunes partout au monde, l’austérité dévastatrice imposée en Grèce et ailleurs, l’intensification de l’exploitation pour augmenter les profits des sociétés sont tous des conséquences de la politique menée par les élites dirigeantes.

La croissance du prolétariat international et de la lutte des classes mondiale

Les conditions objectives d’une révolution socialiste émergent de la crise mondiale. L’approche d’une révolution sociale se fait déjà sentir avec l’éruption de grèves et de manifestations de masse à travers le globe en 2019: Mexique, Porto Rico, Ecuador, Colombie, Chili, France, Espagne, Royaume-Uni, Algérie, Liban, Irak, Iran, Soudan, Kenya, Afrique du Sud, Inde, et Hong Kong. Aux États-Unis, où toute la structure politique vise à étouffer la lutte des classes, les travailleurs de l’automobile ont organisé leur première grève nationale depuis plus de 40 ans.

Mais le trait dominant et révolutionnaire de la lutte des classes est son caractère international, qui ressort du caractère mondial du capitalisme contemporain. En plus, le mouvement des travailleurs est un mouvement de jeunes qui façonnera donc l’avenir.

Les jeunes de moins de 30 ans comptent pour plus de la moitié de la population et plus de 65 pour cent dans les régions à croissance rapide: Afrique sous-saharienne, Moyen Orient, et Asie du Sud et du Sud-Est. Chaque mois en Inde, un million de jeunes ont 18 ans. Au Moyen Orient et en Afrique du Nord, 27 millions de jeunes entreront dans la vie active avant 2025.

De 1980 à 2010, la croissance industrielle mondiale a grossi de 1,2 milliard le nombre de travailleurs; des centaines de millions ont rejoint la classe ouvrière depuis. De ce milliard et deux cent millions, 900 millions ont rejoint la classe ouvrière des pays en développement. A l’international, la proportion de la force de travail qu’on peut qualifier de «paysans» est passée de 44 pour cent en 1991 à 28 pour cent en 2018. Presque 1 milliard de personnes en Afrique sous-saharienne rejoindront la classe ouvrière dans les décennies à venir. Rien qu'en Chine, 121 millions de personnes sont allées «de la ferme à l’usine» entre 2000 et 2010, et des dizaines de millions depuis.

Ce n’est pas qu’en Asie et en Afrique que la population travailleuse augmente. Dans les pays capitalistes avancés, nombre de ceux qui se considéraient auparavant comme la «classe moyenne» ont été prolétarisés. Une vague d’immigrés d’Amérique latine vers les États-Unis et d’Afrique du Nord et du Moyen Orient vers l’Europe a ajouté des millions de personnes à une classe ouvrière d’origines diverses.

De 2010 à 2019, la population urbaine a augmenté d’un milliard, créant un réseau de «méga-villes» qui sont des centres économiques et des poudrières sociales où les inégalités sont visibles au quotidien.

Ces travailleurs sont reliés entre eux d’une manière sans précédent dans l’histoire du monde. Les avancées colossales des sciences, de la technologie et des communications, avant tout d’Internet et la diffusion des appareils portables, a permis à des masses de gens de contourner les fake news des médias bourgeois, qui ne servent plus que d’organes de presse de l’État et du renseignement. 4,4 milliards de personnes plus de la moitié de l’humanité, ont à présent accès à Internet. L’individu moyen passe 2 heures par jour sur les réseaux sociaux, surtout sur des appareils mobiles.

Les travailleurs et les jeunes peuvent coordonner leurs luttes et leurs actions à une échelle mondiale. On le voit dans le mouvement international contre le réchauffement climatique, l’émergence des «gilets jaunes» en tant que symbole mondial d’opposition aux inégalités, et la solidarité des travailleurs de l’automobile américains et mexicains.

Ces processus objectifs produisent des transformations majeures de la conscience sociale sur la question centrale des inégalités. Selon le Rapport sur le développement humain de l’ONU en 2019, dans presque tous les pays, le pourcentage de gens qui revendiquent plus d’égalité au augmenté entre les années 2000 et 2010, souvent de jusqu’à 50 pour cent: «Les sondages révèlent une hausse des perceptions d’inégalité, une hausse de préférences pour plus d’égalité et une inégalité croissante mondiale des perceptions de bien-être. Chaque élémént devrait sonner l’alarme.»

Le rôle de l’avant-garde révolutionnaire

La croissance de la classe ouvrière et l’émergence de la lutte des classes internationale fournit la base objective d’une révolution. Mais les luttes spontanées des travailleurs et leurs efforts instinctifs vers la socialisation de l’économie sont, par eux-mêmes, insuffisants. La transformation de la lutte des classes en mouvement conscient pour le socialisme est une question de direction politique.

De nombreuses expériences pendant la décennie passée ont démontré de manière négative le rôle critique de la direction révolutionnaire. La décennie a commencé par une révolution sous forme de la lutte monumentale des travailleurs et des jeunes égyptiens contre la dictature pro-impérialiste de Hosni Moubarek. Dans l’absence d’une direction révolutionnaire, et grâce à la désorientation créée par les organisations petite-bourgeoises, les masses ont été canalisées derrière diverses fractions de l’élite dirigeante. Ceci a abouti au rétablissement d’une dictature militaire ouverte par le boucher du Caire, le général Abdel Fattah el Sissi.

Toutes les alternatives au marxisme concoctées par les représentants des classes moyennes aisées ont été discréditées. Le mouvement «Occupy Wall Street» néo-anarchiste et «apolitique» aux USA en 2011 s’est avéré être un mouvement des classes moyennes dont l’appel à un «parti des 99 pour cent» visait à subordonner les intérêts des travailleurs au 10 pour cent les plus riches.

Divers «populismes de gauche» ont vu le jour en Europe, tels Syriza en Grèce et Podemos en Espagne. Arrivée au pouvoir en 2015, Syriza a imposé pendant quatre ans le diktat des banques. Podemos est au pouvoir avec le Parti socialiste espagnol (PSOE), qui mène une politique de droite et d'austérité. Le «Mouvement Cinq Étoiles», qui se donnait pour une insurrection contre le système, a fini par nouer une alliance avec les néofascistes italiens. Le corbynisme, qui a vendu l’illusion d’un renouveau du Parti travailliste en instrument de lutte anticapitaliste, est devenu synonyme de lâcheté politique et de prosternation devant la classe dirigeante. Si Sanders se faisait élire à la Maison Blanche, son Administration serait toute aussi impuissante.

En Amérique latine, le nationalisme bourgeois «de gauche» de la «marée rose» de Lula au Brésil, la révolution bolivarienne de Chavez au Venezuela, et d’Evo Morales en Bolivie a fait naufrage face à la crise du capitalisme mondial. Leur propres politiques austéritaires et pro-patronales ont préparé un virage à droite, avec l’arrivée au pouvoir de Bolsonaro au Brésil et le coup militaire contre Morales en 2019.

Les syndicats, qui ont longtemps servi de mécanisme pour étouffer ou canaliser la lutte des classes, sont démasqués en tant qu’agents du patronat et de l’État. Aux États-Unis, les travailleurs ont mené les luttes dans l’automobile contre les dirigeants corrompus du syndicat UAW, qui sont entendus pour avoir pris des pots de vin de la direction et volé les cotisations des adhérents. L’UAW n’est que l’expression la plus frappante d’un processus universel.

Une vaste différentiation politique et sociale s’est produite entre les travailleurs et une tendance politique que l'on retrouve dans tous les pays, la pseudo-gauche, qui se fonde sur des sections des classes moyennes aisées qui vendent une politique fondée sur les origines ethniques, le genre ou l’identité sexuelle. La politique des classes moyennes aisées vise à organiser une redistribution limitée des richesses disponibles au 1 pour cent les plus riches. Ses représentants se vautrent dans une obsession sur l’individu pour transformer leur «identité» en levier pour accéder au pouvoir et aux privilèges, tout en foulant aux pieds les intérêts de la vaste majorité.

Les tâches du Comité international de la IVe Internationale (CIQI)

On lit dans de nombreux commentaires de la presse bourgeoise que les manifestations et les luttes de 2019 ont été «sans chef.» Mais ce n’est qu’une étage préliminaire du développement de la conscience des masses. Les masses, qui accumulent les expériences au courant des luttes, vivent une profonde transformation de leur orientation sociale et politique. C’est dans le contexte de ce processus révolutionnaire que se développera la lutte pour une conscience socialiste.

La nouvelle décennie marque une nouvelle étape dans l’histoire du Comité international de la IVe Internationale. La pratique du mouvement révolutionnaire est décisif. La résolution du congrès du Parti de l’égalité socialiste américain de 2018 expliquait:

«Une évaluation de la situation objective et une estimation réaliste des possibilités politiques qui exclut l’impact de l’intervention du parti révolutionnaire sont totalement étrangères au marxisme. Le parti révolutionnaire marxiste ne commente pas simplement les évènements qu’il analyse, il y participe et, par sa direction de la lutte pour le pouvoir ouvrier et le socialisme, s’efforce à changer le monde.» (Voir: La résurgence de la lutte des classes et les tâches du Socialist Equality Party)

De nombreux signes indiquent la montée de l’influence politique du CIQI. En 2019, le WSWS a connu une vaste croissance de son lectorat malgré la campagne de censure sur Internet. Le nombre total de pages lues est passé de 14 millions en 2018 à 20 million, une augmentation de plus de 49 pour cent. Il y avait le plus de lecteurs, avec plus de 2 millions de lecteurs mensuels, pendant les grèves à General Motors et les luttes des travailleurs américains en septembre-octobre.

Ceci marque une avancée significative, mais elle ne permet aucune autosatisfaction. La croissance de l’influence du CIQI met en évidence les responsabilités et les tâches dans la période à venir.

Il s’agit de s’orienter vers les travailleurs, et l’intervention active dans chaque manifestation d’opposition aux inégalités, à la guerre et à la dictature des travailleurs et des jeunes. Il faut lutter sans relâche pour élever le niveau politique, créer des cadres dans les usines et les écoles, et expliquer les leçons de l’histoire et la nature du capitalisme. Les personnes décidées à lutter pour le socialisme ne manqueront pas.

Mais il faut armer cette détermination d’une stratégie pour unifier les luttes de la classe ouvrière en un mouvement mondial pour le socialisme.

Cette année marque le 80e anniversaire de l’assassinat de Léon Trotsky, le co-dirigeant avec Lénine de la révolution russe et le fondateur de la IVe Internationale, par un agent stalinien le 20 août 1940. Dans les dernières années de sa vie, Trotsky a mis l’accent au plus haut point sur le rôle de l’avant garde révolutionnaire. «La crise historique de l'humanité se réduit à la crise de la direction révolutionnaire», a-t-il écrit dans le programme fondateur de la IVe Internationale.

Il s’agit à présent de construire le CIQI internationalement, d’accroître l’influence des Partis de l’égalité socialiste dans les pays où ils existent déjà, et de construire de nouvelles sections du CIQI dans les pays où elles n’existent pas encore. La vaste fondation historique sur laquelle repose ce mouvement, qui est la mémoire historique des expériences du prolétariat international, doit être mise en avant dans les luttes ouvrières à venir afin de forger le chemin vers le socialisme.

A l’aube d’une nouvelle décennie, le CIQI rappelle les mots par lesquels Trotsky a conclu le document fondateur de la IVe Internationale:

«Ouvriers et ouvrières de tous les pays, rangez-vous sous le drapeau de la Quatrième Internationale! C'est le drapeau de votre victoire prochaine!»

Loading