Accueil chaleureux pour l'intervention de l'IYSSE turque au congrès des étudiants d'Istanbul

Par Notre correspondant
23 mars 2020

Le 18e Congrès indépendant sur l'économie des étudiants en Turquie s'est tenu à Istanbul du 5 au 7 mars avec la participation de plus de 150 étudiants de plusieurs universités. Plusieurs groupes d'étudiants de différentes universités et villes du pays organisent chaque année cet événement sur des thèmes différents. Cette année, le thème principal était «La mondialisation et la recherche de solutions». Il comprenait des thèmes secondaires tels que «de la crise économique aux soulèvements populaires», «Les guerres commerciales internationales» et «L'économie de guerre et le Moyen-Orient qui ne peut être partagée.»

Cette année, les partisans du Sosyalist Eşitlik (Groupe pour l'égalité socialiste), le groupe sympathisant du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI) en Turquie, et de l'International Youth and Students for Social Equality (IYSSE Turquie – Étudiants et jeunes internationalistes pour l'égalité sociale) ont fait une intervention politique trotskyste lors de la conférence. Un partisan de Sosyalist Eşitlik a fait une présentation intitulée «Trente ans de guerre et la poussée américaine pour l'hégémonie mondiale.» Les contributions et les questions soulevées par les partisans de l' IYSSE ont suscité un grand intérêt et généré une discussion animée.

En s'appuyant sur A Quarter Century of War: The US Drive for Global Hegemony 1990-2016 [Un quart de siècle de guerre: les États-Unis en quête d'hégémonie mondiale 1990-2016] de David North et sur les perspectives produites par le CIQI, cette présentation a présenté une analyse historique de la campagne de guerre impérialiste, en avançant une perspective socialiste fondée sur la classe ouvrière internationale.

L'orateur a expliqué que les combats actuels entre la Turquie et la Syrie sont le produit de guerres imprudentes que Washington et ses alliés européens ont mené au Moyen-Orient depuis la dissolution stalinienne de l'Union soviétique en 1991. Ils sont le dernier épisode de la guerre par procuration impérialiste contre le régime du président syrien Bachar al-Assad depuis 2011, dans laquelle le gouvernement turc a fonctionné comme un outil des puissances impérialistes de l'OTAN.

La dissolution de l'Union soviétique n'a cependant pas été «l'échec du socialisme», mais du programme national du stalinisme, et elle a reflété une crise existentielle de tout le système des États-nations de l'après-guerre. L'orateur a cité la préface du livre: «Le CIQI prévoyait que la rupture de l'équilibre établi après la guerre conduirait rapidement à une résurgence du militarisme impérialiste». Elle a déclaré en août 1990 que la guerre de l'administration Bush contre l'Irak «marque le début d'une nouveau partage impérialiste du monde».

Les guerres impérialistes, les interventions militaires et les guerres par procuration de la campagne américaine de trois décennies pour l'hégémonie mondiale n'ont fait que produire des catastrophes. L'orateur a évoqué les préparatifs de guerre de Washington contre l'Iran, la Russie et la Chine, expliquant que les autres puissances impérialistes ne sont pas moins impitoyables que les États-Unis dans la poursuite de leurs intérêts. La classe dirigeante allemande s'est tournée vers une politique étrangère militariste à l'étranger, promouvant les forces d'extrême droite contre les sentiments anti-guerre profondément enracinés dans la classe ouvrière, a expliqué l'orateur, se référant à l'analyse présentée dans le livre de Christoph Vandreier, Warum sind sie wielder da? [Pourquoi sont-ils de retour?].

Il a expliqué les trois étapes de la guerre en Syrie et la collaboration continue entre Ankara et les forces liées à Al-Qaïda, tant pour le changement de régime que pour empêcher la formation d'un État kurde à la frontière sud d'Ankara. La dernière invasion turque visant le YPG, la principale force mandataire de Washington en Syrie, a déplacé des centaines de milliers de civils, principalement kurdes. Leurs historiques montrent que les bourgeoisies turque et kurde sont toutes deux des complices réactionnaires de la guerre impérialiste menée par les États-Unis au Moyen-Orient; aucune faction de la classe capitaliste ne s'oppose à la guerre impérialiste.

À la fin de la présentation, l'orateur a déclaré que «dans des conditions où tous les États impérialistes et capitalistes se préparent à une guerre mondiale avec des armes nucléaires cette fois-ci, la question de savoir comment arrêter cet énorme danger est d'une grande importance.» Quant aux racines de la menace de guerre, il a cité la déclaration de 2016 du CIQI, Le socialisme et la lutte contre la guerre: «La cause essentielle du militarisme et de la guerre réside dans les profondes contradictions du système capitaliste mondial: 1) la contradiction entre une économie mondiale intégrée et interdépendante, et sa division en États-nations antagonistes; et 2) la contradiction entre le caractère social de la production mondiale et sa subordination, par la propriété privée des moyens de production, à l'accumulation de profit par la classe dirigeante capitaliste.»

Expliquant qu'il n'y a pas de «solution nationale» à un grand problème - tel que la guerre au Moyen-Orient ou la question kurde - l'orateur a plaidé pour une perspective socialiste internationaliste fondée sur la Théorie de la révolution permanente de Léon Trotsky, citant quatre principes présentés dans la déclaration de 2016 du CIQI comme le fondement de la construction d'un nouveau mouvement international anti-guerre.

La présentation a suscité de nombreuses questions de la part du public, notamment sur le stalinisme et la lutte de Léon Trotsky et de la Quatrième Internationale pour défendre les traditions de la Révolution d'octobre 1917 contre la dégénérescence stalinienne de l'Union soviétique et de l'Internationale communiste.

Une autre question portait sur la perspective de la «Fédération socialiste du Moyen-Orient» avancée par l'orateur comme étant la seule réponse progressiste de la classe ouvrière à la guerre impérialiste et aux factions bourgeoises réactionnaires dans la région. L'orateur a souligné que l'histoire de la Turquie démontre avec force que, comme l'a expliqué Léon Trotsky dans sa Théorie de la révolution permanente, il n'y a pas de solution nationale aux problèmes auxquels font face les travailleurs et les peuples opprimés, comme l'indépendance vis-à-vis de l'impérialisme et les questions démocratiques telles que la question kurde.

Si la présentation a suscité un grand intérêt de la part du public, elle a également provoqué une réaction frénétique des étudiants liés au Parti travailliste albanais (EMEP) stalinien, qui avaient également tenté d'empêcher les éditions Mehring Yayıncılık (Mehring Books) d'installer un stand de livres à l'extérieur de l'événement. Ils ont répété des mensonges staliniens discrédités, niant que Léon Trotsky ait été assassiné par un agent stalinien et affirmant à tort que Vladimir Lénine aurait éré à l'origine de la théorie stalinienne du «socialisme dans un seul pays» en 1916.

L'orateur a réfuté ces mensonges staliniens, en soulignant la lutte historique de Léon Trotsky et du mouvement trotskyste contre le stalinisme et pour la pérennité du marxisme. Alors qu'ils essayaient de bloquer le kiosque à livres, il est devenu évident qu'ils voulaient censurer Mehring Books parce que c'est une maison d'édition trotskyste. Ce n'est pas une coïncidence si l'EMEP a soutenu les candidats bourgeois du Parti républicain du peuple (CHP – dans l'opposition actuellement) dans les plus grandes villes de Turquie lors des élections municipales de l'année dernière.

Le Sosyalist Eşitlik a défendu ses droits à la liberté d'expression et à l'activité politique en s'appuyant sur les principes démocratiques et contre la censure. Cette position de principe a reçu le soutien des autres membres du «conseil de régulation» et de la majorité du public. Lorsqu'un partisan d'EMEP s'est approché avec rage d'un partisan de Sosyalist Eşitlik, des étudiants l'ont défendu et ont dénoncé publiquement les partisans d'EMEP. Le stand de Mehring Yayıncılık est restée ouverte jusqu'à la fin du congrès.

Cet événement a témoigné de l'énorme puissance de la perspective trotskyste développée par le CIQI et le site web du Parti socialiste mondial. Il souligne comment le mouvement trotskyste peut gagner le soutien des jeunes et des travailleurs contre les partis de pseudo-gauche de la classe moyenne aisée, sur la base d'une défense de principe de l'internationalisme socialiste et des droits démocratiques.

A lire également :

Après les élections turques: comment la pseudo-gauche s'est rangée derrière le CHP
1ère partie: une liquidation politique dans l'establishment capitaliste

(Article paru en anglais le 21 mars 2020)