COVID-19: De plus en plus de protestations dans le secteur de la construction au Canada en raison de l'absence de mesures de sécurité

Par Penny Smith
4 avril 2020

L'inquiétude et la colère provoquées par l'absence de mesures de sécurité pour contenir la propagation de COVID-19 sur les chantiers suscitent un nombre croissant de protestations de la part des ouvriers du bâtiment dans tout le pays. Cela fait partie d'une vague internationale croissante de débrayages où les travailleurs s’opposent à l'insistance des patrons à mettre en danger la santé et la sécurité des travailleurs pour assurer les profits des investisseurs.

Les travailleurs du bâtiment de l'Ontario, qui représentent un tiers de la main-d'œuvre du secteur de la construction au Canada, réclament la fermeture de l'ensemble du secteur après que Doug Ford, le premier ministre populiste de droite de la province, a exempté la construction de la fermeture de tous les lieux de travail et industries non essentiels ordonnée à partir du 24 mars à minuit.

Une pétition en ligne a ensuite été diffusée par Christopher Morgan, un ouvrier du bâtiment de Caledon, dans l'Ontario, qui déclare: «Il n'est pas nécessaire de se dépêcher de réaliser ces projets en mettant en danger nos propres familles et nous-mêmes». La pétition, qui a recueilli près de 50.000 signatures, exige que Ford ferme tous les chantiers de construction dans la province.

Les commentaires d'autres travailleurs de la construction de l'Ontario indiquent qu'ils seraient prêts à effectuer des travaux essentiels, à condition qu'ils bénéficient de la protection nécessaire. «Si c'est un hôpital, vous savez, et des installations médicales dont nous avons désespérément besoin, très bien. Je suis tout à fait d'accord», a déclaré Antonio Cruz à la CBC. «Mais le résidentiel (construction), surtout le résidentiel, ça n'a pas de sens».

Des objections généralisées aux conditions de travail dangereuses sur les chantiers ont contraint l'Ontario Construction Consortium (OCC), un groupe de pression corporatiste soutenu par les syndicats, à publier une déclaration publique exhortant le gouvernement provincial à suspendre les travaux sur les chantiers de construction dans tout l'Ontario pendant 14 jours. Selon la déclaration, les «normes minimales» définies par les nouvelles règles sanitaires de la province «... n'existent tout simplement pas sur la plupart de nos chantiers».

Le Carpenter's District Council of Ontario et la United Brotherhood of Carpenters and Joiners of America ont également annoncé que les travailleurs de la construction de la province «ne devraient pas travailler sur des chantiers où les exigences de sécurité de base pour la COVID-19 ne sont pas respectées».

Face à ces critiques croissantes, Ford a été contraint d'annoncer mercredi que son gouvernement allait «ajuster» la liste des entreprises considérées comme des «services essentiels» et donc exemptées de son ordre de fermeture. La liste initiale des services dits essentiels mentionnait 74 types d'entreprises, dont la construction et de larges pans de l'industrie manufacturière.

Ford a également affirmé, de manière absurde, qu'il y a maintenant des dizaines d'inspecteurs du travail sur le terrain qui «n'hésiteront pas» à fermer les chantiers de construction qui ne respectent pas les nouvelles directives d'urgence. C'est une bonne nouvelle venant d'un gouvernement qui, depuis deux ans, fait baisser les salaires et saccage les droits et protections des travailleurs.

Le 24 mars, les travaux de construction d'un nouveau réseau de tramway (REM) à Montréal ont été interrompus après que plus d'une centaine de travailleurs de la construction ont refusé de travailler en raison de l'absence de mesures visant à arrêter la propagation du coronavirus. Le principal entrepreneur, CDPQ Infra, a été contraint d'interrompre ses activités jusqu'au 14 avril.

Le même jour, les plus grands syndicats de la construction au Québec, FTQ-Construction et le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International), ont écrit une lettre paniquée au premier ministre François Legault lui demandant d'«intervenir immédiatement» pour protéger la main-d'œuvre. «Il est actuellement impossible de respecter les normes sanitaires de base sur la grande majorité des chantiers de construction au Québec», a déclaré le directeur général de la FTQ-Construction, Éric Boisjoly, dans un communiqué. «Dans ce contexte, il est irresponsable de poursuivre les travaux».

Legault a d'abord nié que les ouvriers du bâtiment risquaient d'être exposés à la COVID-19, colportant le mensonge selon lequel les ouvriers ne sont pas ensemble dans des espaces confinés à grande échelle, et insistant sur le fait que la construction, l'une des principales industries de la province, pouvait «continuer à fonctionner malgré la crise». Mais les protestations accrues des travailleurs et les demandes de mesures d'assainissement ont obligé son gouvernement à suspendre toute activité de construction, à l'exception des services d'urgence ou de sécurité, jusqu'au 13 avril.

En Colombie-Britannique, malgré les règles d'urgence de distanciation sociale et d’hygiène et l'interdiction de rassemblements de plus de 50 personnes, les chantiers de construction continuent de tourner à plein régime. Le BC Building Trades Council – qui représente 25 syndicats – a déclaré que les travailleurs «demandent de l'aide» et que «c'est urgent». L'avertissement a été lancé après que des travailleurs de la base ont soulevé une série de préoccupations, notamment l'accès insuffisant aux toilettes, à l'eau courante, au savon et au désinfectant pour les mains, et après que plusieurs travailleurs se soient présentés au travail visiblement malades.

Un travailleur qui a envoyé un courriel au site d'information local BIV a indiqué qu'au moins 50 personnes utilisaient quatre toilettes sur son site de travail situé près de la ville de Vancouver, et qu'il n'avait pas encore vu ces toilettes nettoyées quotidiennement. Un autre a écrit: «bien plus de 200 personnes partagent ce seul tuyau d'arrosage... Pas d'eau chaude. Pas de désinfectant pour les mains, et cinq à six toilettes pour l'ensemble du site. Le fait que personne ne ferme ces sites en ce moment est irréel...»

Les projets de construction industrielle de la Colombie-Britannique sont également exemptés des nouvelles règles d'urgence de la province. Le barrage Site C n'est pas considéré comme un «environnement à haut risque» par les autorités provinciales et poursuit ses activités avec 1000 travailleurs logés dans un camp de travail. LNG Canada a apparemment réduit ses activités dans le cadre de son gigantesque projet de 40 milliards de dollars visant à construire une installation d'exportation de gaz naturel à Kitimat, mais a conservé les deux tiers de sa main-d'œuvre, soit quelque 1500 travailleurs. Ils sont également logés dans un camp de travail.

La détermination de l'industrie de la construction à rester opérationnelle à tout prix et le refus du gouvernement d'appliquer les protections les plus élémentaires contre la propagation de COVID-19 soulignent l'indifférence criminelle de la classe dirigeante à l'égard de la vie des travailleurs et de leurs familles. Toute décision de la part des entreprises de construction de ralentir ou de suspendre leurs activités est due à des obligations contractuelles et à des préoccupations logistiques telles que l'interruption de la chaîne d'approvisionnement, ou parce que les travailleurs ont pris les choses en main en organisant des manifestations ou en s’absentant pour maladie.

En Alberta, malgré plus de 900 cas confirmés de COVID-19, l'Association de la construction de l'Alberta (ACA) s'engage à maintenir le «moteur économique» en marche. Récemment, le premier ministre du Parti conservateur uni de l'Alberta, Jason Kenney, a annoncé que des milliers de travailleurs continueront à travailler sur le projet de pipeline Trans Mountain de 12,6 milliards de dollars, malgré les preuves de l'absence de protocoles de distanciation sociale appliqués.

Pour leur part, les syndicats de la construction se font passer pour les gardiens de la santé et de la sécurité des travailleurs, mais en réalité ils fonctionnent comme des entrepreneurs de main-d'œuvre bon marché pour les grandes entreprises, et facilitent depuis des décennies la baisse des salaires réels et l'érosion des droits des travailleurs et des protections de sécurité. Leurs appels creux au gouvernement pour qu'il applique des mesures de protection, même modestes, contre la propagation de COVID-19 sont une réponse cynique et paniquée à l'initiative indépendante prise par les travailleurs.

La relation confortable de la bureaucratie syndicale avec les grandes entreprises et leurs représentants politiques est illustrée par la récente nomination de l'ancien directeur de l'exploitation du Syndicat des métiers de la construction du Canada (CBTU), Bob Blakely, au sein de son groupe consultatif sur le plan de «relance économique» de la province. Parmi les membres de ce groupe, ainsi que divers dirigeants d'entreprises, figure l'ancien Premier ministre conservateur Stephen Harper, dont le gouvernement de droite a imposé des années d'austérité brutale, a considérablement étendu le pouvoir de l'État d'espionner ses citoyens et, grâce à une série de lois de retour au travail, a pratiquement aboli le droit de grève légal.

En l'état actuel des choses, le secteur de la construction représente près de 20 % de l'ensemble des emplois précaires. Les salaires de misère, l'absence d'avantages sociaux et la quasi-absence de réglementation ou de formation des travailleurs expliquent pourquoi l'industrie souffre de graves pénuries et s'appuie sur une base croissante d'immigrants récents et de travailleurs sans-papiers, qui sont plus vulnérables à l'exploitation des employeurs. On s'attend à une nouvelle dégradation des conditions de travail, comme l'indique Benjamin Tal, économiste en chef adjoint du géant des services bancaires aux entreprises, la CIBC, qui a déclaré au Daily Commercial News: «La pénurie de main-d'œuvre sera présente pendant un certain temps. Nous devons construire plus intelligemment, être plus créatifs et trouver un moyen de limiter les coûts de construction».

Les débrayages militants et les protestations des travailleurs canadiens de la construction font partie d'une recrudescence internationale de l'opposition de la classe ouvrière à l'indifférence criminelle des élites dirigeantes à l'égard de la santé et de la sécurité des travailleurs dans le contexte de la pandémie de COVID-19. La colère des travailleurs a éclaté lors de grèves organisées en dehors des syndicats, qui ont eu lieu dans le monde entier, notamment chez les travailleurs de l'automobile en Amérique du Nord, les travailleurs d'Amazon en France, les métallurgistes en Italie et les postiers au Royaume-Uni.

(Article paru en anglais le 3 avril 2020)