Le nombre de cas de coronavirus dans le monde dépasse 1,6 million

Par Bryan Dyne
11 avril 2020

La journée d’hier a marqué la fin des 100 premiers jours de la pandémie de coronavirus, à partir du moment où la Chine a informé l’Organisation mondiale de la santé pour la première fois d’une «pneumonie de cause inconnue». Depuis lors, on a confirmé officiellement 1,6 million de cas de COVID-19 dans le monde et plus de 95.000 décès. On a confirmé plus de 300.000 nouveaux cas et on a constaté au moins 25.000 décès depuis le début de cette semaine.

Les États-Unis eux-mêmes ont eu 462.000 cas, soit plus de trois fois ceux de l’Espagne, le deuxième pays le plus touché, avec 152.446 cas. Les États-Unis comptent également 16.114 décès, et sont sur le point de dépasser l’Italie, le pays ayant le plus grand nombre de décès (18.279), d’ici cinq jours. Et la pandémie a commencé à faire des incursions dans les pays moins développés et très peuplés: Inde, Brésil, Indonésie, Mexique, Nigeria, Pakistan, Égypte.

COVID-19 update: 1.6 million cases worldwide - with Bryan Dyne and Zac Corrigan

Aux États-Unis mêmes, le taux d’infection et de décès n’a pas diminué. Dans la zone métropolitaine de New York, l’épicentre de la crise, on a subi près de 160.000 cas et 7.067 décès, avec plus de 1.500 nouveaux décès signalés au cours des deux derniers jours. La ville de New York a commencé à creuser des fosses communes sur l’île de Hart, car le nombre de morts devient ingérable pour les maisons funéraires et les cimetières de la ville.

Des membres d’une organisation non gouvernementale privée travaillent avec les autorités du comté. Ils désinfectent une rue pour aider à freiner la propagation du nouveau coronavirus pendant le couvre-feu du crépuscule à l’aube à Nairobi, au Kenya, le jeudi 9 avril 2020. (AP Photo/Brian Inganga)

Le nombre de décès dans le New Jersey et le Michigan s’élève respectivement à 1.700 et 1.076, tandis que le nombre de cas dans l’Illinois, le Massachusetts, la Pennsylvanie, le Michigan, la Floride, la Louisiane et le Maryland s’accélèrent. En outre, le New York Times rapporte que des centaines de comtés ruraux du pays qui étaient exempts de virus il y a deux semaines signalent maintenant des infections et des décès.

Tandis que la pandémie continue ses ravages dans pratiquement tous les coins du monde, l’Administration Trump, les grands médias et l’ensemble de l’establishment politique américain déclarent pouvoir discerner des «lueurs d’espoir». Ils disent que la lutte contre le COVID-19 a «pris un tournant», qu’il y a «des raisons d’être optimiste».

Selon le président américain Donald Trump, «Nous sommes au sommet de la colline, c’est sûr, et maintenant nous allons vers le bas. Dans certains cas, nous avons déjà commencé ce processus».

À cette fin, les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont publié des «directives provisoires» qui justifient le retour au travail de dizaines de millions de «travailleurs des infrastructures critiques». Il s’agit notamment des forces de l’ordre, du personnel d’entretien et des travailleurs de l’agriculture, de l’industrie manufacturière, des technologies de l’information, des transports, de l’énergie et des installations gouvernementales.

Aux États-Unis, on estime à 3 millions le nombre de travailleurs agricoles migrants et saisonniers; à 12,85 millions le nombre d’emplois dans le secteur manufacturier; à 2,5 millions le nombre de concierges; à 4,6 millions le nombre de travailleurs des technologies de l’information; à 5,2 millions le nombre de travailleurs des transports; à 8,1 millions le nombre de travailleurs des industries liées aux transports; à 6,4 millions le nombre de travailleurs du secteur de l’énergie; et à 10 millions le nombre d’employés dans tous les paliers de gouvernement.

Avec les 18 millions de travailleurs du secteur de la santé et les 3 millions de travailleurs des épiceries du pays, l’Administration Trump demande qu’au moins 73 millions de personnes soient renvoyées à leur travail ou continuent de travailler au milieu d’une pandémie mortelle et très contagieuse. Et les directives sont si vagues que des millions d’autres pourraient être renvoyées dans les usines, les entrepôts et les bureaux sous le prétexte qu’elles sont «essentielles».

De plus, le CDC recommande seulement que les employeurs «devraient» veiller à ce que leurs lieux de travail soient salubres et que leurs travailleurs soient en bonne santé. L’ensemble du document ouvre la voie à la reprise de l’exploitation des employés par les entreprises sans dépenser un centime pour s’assurer que leurs travailleurs ne succombent pas à la pandémie.

Lorsqu’on lui a demandé hier, lors de la réunion du groupe de travail sur le coronavirus, s’il était nécessaire de mettre en place un système national de dépistage du virus avant de renvoyer les travailleurs au travail, Trump a répondu par la négative: «Non, nous avons un excellent système de dépistage. Nous avons les meilleurs tests au monde. Certaines régions du pays sont déjà dans une forme phénoménale. D’autres sections sont en train d’être mises en ligne. D’autres sections sont en baisse».

Trump se livre à des mensonges grossiers. Si les statistiques officielles indiquent que le nombre de nouveaux cas peut être le même d’un jour à l’autre, cela ne signifie pas que l’épidémie s’est stabilisée. Au contraire, le nombre de cas de coronavirus continue d’augmenter en moyenne de 30.000 par jour. Et rien ne garantit que même les mesures extrêmes de distanciation sociale tiennent finalement: L’Italie a vu ses nouveaux cas augmenter au cours des deux derniers jours, malgré des semaines de confinement à l’échelle nationale.

Une autre forme de cet argument a été reprise par le gouverneur de New York Andrew Cuomo qui a cité, lors de sa conférence de presse quotidienne jeudi, la diminution du nombre de nouvelles hospitalisations et de nouvelles admissions dans les unités de soins intensifs. Il les a interprétées comme un signe que la pandémie ralentissait. Cuomo n’a pas déclaré, et aucun journaliste ne lui a demandé, si cela reflète ou non le fait que les hôpitaux ont atteint un point de saturation et sont incapables de prendre de nouveaux patients. Ou bien, si les gens ont simplement peur de se rendre à l’hôpital par crainte d’être infectés.

Personne n’a interrogé Trump ou Cuomo sur les écarts entre les décès déclarés comme étant causés par le coronavirus et la forte hausse des décès de personnes à domicile à New York. Mark D. Levine, membre du comité de santé du conseil municipal, a noté qu’actuellement 200 à 215 personnes meurent chez elles chaque jour, contre 20 à 25 il y a un an. Cela suggère que des milliers de personnes qui sont mortes du COVID-19 ne sont pas comptées.

On a également annoncé que le gouvernement prévoit de pouvoir effectuer 750.000 tests par semaine, ce qui ne se fera pas avant 4 à 8 semaines. D’ici là, des centaines de milliers d’autres personnes risquent d’être contaminées et des dizaines de milliers risquent de mourir. Seuls les riches et leurs proches ont une chance de se faire tester rapidement.

Les chiffres sur lesquels Trump et la classe dirigeante américaine se concentrent, cependant, ne sont pas le nombre de malades et de mourants – dont ils ne pourraient moins se soucier – mais l’indice Dow Jones du prix moyen des actions (Dow Jones Industrial Average) et d’autres chiffres indiquant leur accumulation continue de richesse et de profits.

Le Dow a grimpé de plus de 5.000 points depuis son plus bas niveau du 23 mars, une hausse provoquée par les milliers de milliards de dollars qui ont été injectés dans les entreprises et les marchés financiers ainsi que par les prévisions que les usines et les lieux de travail vont bientôt rouvrir et le processus d’extraction des profits de la force de travail de la classe ouvrière reprendre avec force.

Wall Street est également soutenue par des promesses selon lesquelles la Réserve fédérale continuera à verser sans cesse des milliers de milliards de dollars dans ses gueules béantes. Pendant ce temps, l’Administration Trump et les démocrates du Congrès marchandent les conditions dans lesquelles les rations seront distribuées aux travailleurs et aux petites entreprises, qui sont confrontés à la pauvreté et à la faillite en raison de l’effondrement économique actuel.

La classe ouvrière est confrontée à un conflit de classe irréconciliable. Des milliers de travailleurs ont mené des grèves et des manifestations pour protester contre le fait d’être contraints de travailler dans des conditions dangereuses avec la propagation de l’épidémie de coronavirus. C’est cette résistance qui a forcé les entreprises américaines à accepter la fermeture des usines automobiles, des usines et de nombreux autres lieux de travail. Les efforts de Trump et de ses complices du Parti démocrate pour déclarer l’Amérique «ouverte aux affaires» à nouveau, dans des conditions de hausse du nombre d’infections et de décès, vont déclencher une explosion sociale.

(Article paru en anglais le 10 avril 2020)