Un membre de la « task force » de la Maison Blanche avertit des conséquences «vraiment graves» d’une réouverture prématurée

Par Bryan Dyne
14 mai 2020

Anthony Fauci et d’autres membres de la « task force » de la Maison Blanche sur le coronavirus témoignaient mardi devant la Commission sénatoriale Santé, Éducation, Travail et Pensions (HELP).

Dans son témoignage, Fauci, directeur de longue date de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses, a mis les sénateurs en garde. Il a dit qu’États et comtés étaient en train de rouvrir prématurément au milieu de la pandémie en pleine propagation. «Les conséquences pourraient être vraiment graves» a-t-il prévenu. Il a répété ce qu’il avait déclaré au New York Times la veille : il y aurait «des souffrances et des morts inutiles» si les États s’ouvraient avant d’être en mesure de contenir le virus.

Répondant aux questions, Fauci a déclaré que la pandémie n’était pas «sous contrôle», reconnu que les États-Unis sous-estimaient le nombre des morts et noté que l’immunité à la pandémie n’a pas été démontrée. De même, il a refroidit ceux qui pensaient qu’un traitement ou un vaccin révolutionnaire était à portée de main.

Les sénateurs écoutent le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses, parler lors d’une audition virtuelle de la Commission sénatoriale Santé, Éducation, Travail et Pensions, le mardi 12 mai 2020 au Capitole, à Washington. (Toni L. Sandys/The Washington Post via AP, Pool)

L’événement avait un caractère quelque peu surréel, car les faits relatés par Fauci constituaient une nette condamnation des politiques du gouvernement, dont il fait partie. Trump mène une campagne agressive de retour au travail qui produit déjà une montée des cas et des décès nouveaux. Fauci a choisi ses mots avec soin, se limitant à suggérer la nécessité de plus de tests de la part d’un gouvernement qui a un bilan catastrophique à cet égard.

L’audience s’est tenue le jour même où le nombre des cas dépassait 1,4 million aux États-Unis et celui des morts les 83.000. Le nombre de cas et de décès à l’international s’élève respectivement à 4,3 millions et 292.000.

Mercredi dernier, l’Institut de mesure et d’évaluation de la santé (IMHE) de l’Université de Washington avait prévu que 147.000 personnes mourraient du COVID-19 d’ici le mois d’août aux États-Unis. L’IMHE, que des épidémiologistes avaient critiqué pour avoir sous-estimé le danger, avait augmenté ses prévisions en raison de «changements dans la politique de mobilité et de distanciation sociale».

Plus de 40 États, gouvernés par des Démocrates et des Républicains, ont maintenant assoupli les restrictions dues au confinement mises en place pour tenter d’endiguer la maladie. En conséquence, près de la moitié de ces États ont déjà constaté une augmentation des nouveaux cas.

Cette réalité n’a pas empêché le président de la commission, le sénateur Lamar Alexander (Républicain, du Tennessee), de commencer l’audition en précisant que les gens devaient s’attendre à «retourner à l’école et au travail».

Parmi les principaux témoins de l’audition il y avait Fauci, Robert Redfield, directeur des Centres de contrôle des maladies (CDC), Stephen Hahn, commissaire de l’Agence des aliments et médicaments, et Brett Giroir, secrétaire adjoint à la Santé. Deborah Birx, la dirigeante ostensible de la task force, était absente.

La première question d’Alexander fut de savoir comment renvoyer à l’école les quelque 20 millions d’étudiants et les 50 millions d’élèves du primaire et du secondaire dans le cadre d’un plan visant à «persuader les parents… de retourner au travail en août? Commençons par les traitements et les vaccins».

Fauci a répondu en faisant remarquer qu’il était «irréaliste» d’espérer un vaccin ou un traitement efficace d’ici la rentrée scolaire. «Nous ne voyons pas un vaccin agir sur la capacité des individus à retourner à l’école ce trimestre», a-t-il déclaré. Dans le même temps, il s’est déjugé de sa promotion du médicament Remdesivir, qualifiant l’effet du médicament sur le temps de récupération de «vraiment modeste».

Les Démocrates ont saisi l’occasion de cette audition pour critiquer hypocritement la politique du gouvernement Trump, des critiques conçues pour préparer de futures publicités de campagne électorale, tout en évitant toute discussion réelle sur ce qui était en train de se passer dans le pays. Personne n’a surtout mentionné le renflouement de Wall Street à hauteur de plusieurs milliers de milliards de dollars, soutenu au Sénat à l’unanimité. Tous les sénateurs participant à l’audition avaient voté en faveur du projet de loi, qui avait préparé le terrain pour l’exigence de la classe dirigeante d’un retour rapide au travail.

«Avons-nous mis en place des contre-mesures suffisamment solides pour ne pas avoir à nous inquiéter d’un mauvais automne et d’un mauvais hiver?» a demandé la sénatrice Elizabeth Warren.

«La projection», a répondu Fauci, «est que d’ici la fin de l’été et le début de l’automne, nous aurons mis en place [suffisamment de tests]». Warren a ensuite demandé ce qui se passerait «si nous ne faisons pas mieux en matière de tests, de recherche des contacts et d’éloignement social ; est-ce que les décès dus au coronavirus vont nécessairement augmenter?» Fauci a apporté une réponse évidente: «Si on n’organise pas de réponse adéquate, nous aurons la conséquence délétère de plus d’infections et plus de décès».

En fait, l’état des tests, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS) insiste depuis janvier qu’il est l’épine dorsale de tout plan visant à contenir le virus, est terriblement inadéquat, et cela de manière délibérée. Au cours de son intervention, Giroir a tenté de dissimuler cet état de chose en insistant sur le fait que près de 10 millions de tests (3 pour cent de la population) avaient été effectués dans le pays.

Ce qu’il n’a pas mentionné, c’est que les États-Unis sont au 40e rang en termes de tests par habitant et que le nombre de tests de dépistage du coronavirus effectués n’est pas encore suffisant pour saisir toute l’étendue du virus. De plus, alors que le CDC compte environ 10.000 personnes formées pour retrouver les contacts de personnes infectées, les experts en santé publique estiment que l’agence en a besoin de dix fois plus pour trouver efficacement les personnes ayant pu être exposées au virus.

Aucun de ces points n’a été soulevé par les Démocrates de la commission, qui ont suivi l’exemple d’Alexander qui s’est dit opposé à «montrer du doigt». Patty Murray (Démocrate-Washington), membre de la commission, a tout au plus,déclaré: «Nous avons besoin de beaucoup plus de tests. Il est inacceptable que nous n’ayons toujours pas de plan stratégique national pour garantir que les tests soient gratuits, rapides et faits partout».

Les Démocrates n’ont pas non plus insisté sur la question de savoir pourquoi les tests de masse n’avaient commencé que fin mars et pas début février lorsque la pandémie se propageait dans le monde entier. On n’a pas non plus mentionné l’échec complet des premiers kits de test du CDC et on n’a fait référence qu’en passant aux éruptions meurtrières en cours dans les usines automobiles, les entrepôts d’Amazon, les usines de conditionnement de la viande et les maisons de retraite.

Pour sa part, le sénateur Bernie Sanders a demandé si les États-Unis sous-estimaient ou pas le nombre des décès. Fauci a répondu que «le nombre des décès est probablement plus élevé» que le bilan officiel. Car, «il y a peut-être eu des gens qui sont morts chez eux» et qui n’ont pas été comptés, «parce qu’ils ne sont jamais arrivés jusqu’à l’hôpital».

Les commentaires les plus incendiaires ont été ceux du sénateur Rand Paul (Républicain, Kentucky) qui affirma que «dans les États ruraux, nous n’avons jamais vraiment atteint un niveau de pandémie, au Kentucky et dans d’autres États… en dehors de la Nouvelle-Angleterre, nous avons eu une évolution relativement bénigne de ce virus à l’échelle nationale». On peut supposer que Paul inclut New York dans la Nouvelle-Angleterre car il salua la nature «bénigne» du coronavirus dans le Michigan (4.674 décès), l’Illinois (3.601 décès), la Californie (2.876 décès) et la Louisiane (2.347 décès).

Paul n’a pas non plus pris note de l’augmentation de nouveaux cas d’au moins 72 pour cent dans dix régions du pays la semaine dernière. Cela inclut Central City, dans son État du Kentucky, qui a connu une augmentation de 650 pour cent des nouveaux cas.

Paul a également repris le mensonge selon lequel le coronavirus n’était pas pire que la grippe. Il a demandé que les écoles soient autorisées à rouvrir «district par district» et affirmé que les enfants avaient une immunité plus forte au virus. Non seulement l’immunité contre le virus pour tout groupe d’âge est encore essentiellement inconnue, mais trois jeunes enfants sont morts d’une complication du coronavirus actuellement connue sous le nom de «syndrome pédiatrique inflammatoire multi-systémique».

Paul a exprimé sans ambages la politique actuelle de l’oligarchie financière et industrielle des États-Unis, menée par le gouvernement Trump. Après s’être attribué des billions de dollars, la classe dirigeante exige à présent que les travailleurs fassent courir à leur vie, à celle de leurs proches et de leurs collègues un danger extrême en retournant au travail pour produire des profits.

(Article paru d’abord en anglais 13 mai 2020)