«L'entreprise dissimule la situation pour empêcher la fermeture de l'usine pendant qu'ils nous tuent»

: Des travailleurs d’une « maquiladora » dénoncent une épidémie mortelle de COVID-19 à Matamoros, au Mexique

Par Andrea Lobo
26 mai 2020

Un travailleur d'une usine maquiladora Schumex-Schumacher à Matamoros, Tamaulipas, ville mexicaine frontalière en face de Brownsville, au Texas, a informé le WSWS Autoworker Newsletter (Bulletin des travailleurs de l’automobile du WSWS) que le fabricant de chargeur de batterie de voiture basé en Illinois les oblige à travailler malgré une éruption de COVID-19 à l'usine, qui emploie environ 300 travailleurs.

Jeudi dernier, Gilberto Blass Camacho, délégué syndical à l'usine, est décédé des suites de complications respiratoires après avoir travaillé pendant la fermeture pour un bonus de 300 pesos (13 $). Vendredi, un groupe de travailleurs a débrayé et manifesté à l'extérieur de l'usine, exigeant la divulgation d'informations sur ce cas et sur d'autres cas d'infection, et l'arrêt de la production.

Le syndicat SITPME, qui appartient à la Confédération des travailleurs mexicains (CTM), et la direction continuent de nier que ce décès a été causé par le COVID-19, pointant un faux test négatif précoce, le 15 mai. Cependant, le ministère de la Santé a confirmé vendredi qu'un deuxième test s'était révélé positif. Selon les commentaires de l’épouse du délégué à EnlaceMX , Blass était membre du comité de santé et de sécurité de SITPME.

«L'entreprise veut cacher la situation à tout prix pour empêcher la fermeture de l'usine, tout en nous tuant», a expliqué la travailleuse de Schumex qui a demandé l'anonymat «car ces entreprises ont le pouvoir de nous mettre sur liste noire de sorte que nous ne trouvions plus jamais d'emploi. Nous avons tous peur de nous exprimer – des licenciements sont à l’ordre du jour ou des abus des contremaîtres et des ressources humaines ».

Elle a expliqué « qu'il y avait eu au moins quatre cas de coronavirus dans l'entreprise », y compris un collègue qui a été testé positif à trois reprises. «La société l'a envoyée à l'IMSS [une agence publique d'assurance et de soins de santé] car, selon le contrat Schumex, les congés de maladie de trois jours ne sont pas payés et sont considérés comme une« absence excusée » par la société et après le quatrième jour, l'IMSS commence à indemniser ».

L'IMSS, cependant, «refuse de fournir des soins médicaux en faisant valoir qu'elle aurait dû respecter les ordres de rester confinée chez elle au lieu de travailler». Sa collègue infectée était traitée comme une balle de ping-pong, a-t-elle déclaré, car «l'entreprise refuse d'être responsable, ceux qui ont travaillé pendant le verrouillage étant des soi-disant « volontaires ». Donc, personne ne fait rien à ce sujet et la société a encore nié cette réalité aujourd'hui [vendredi], affirmant qu'elle avait pris toutes les mesures nécessaires pour éviter une épidémie. »

Les travailleurs de Schumex ont débrayé le 4 avril et forcé la fermeture de l'usine, a-t-elle rapporté. Cependant, l'entreprise et SITPME ont convenu de ne verser aux travailleurs que 80 pour cent de leur salaire et de relancer la production presque immédiatement en offrant aux travailleurs une prime. Ensuite, Schumex a rappelé tous les employés au travail le 4 mai, licenciant les travailleurs des groupes à risque, y compris ceux souffrant d'hypertension artérielle et d'autres maladies courantes chez les travailleurs pauvres.

Interrogée sur les conditions dans l'usine, elle a répondu: «À l'entrée et à la sortie, ils ont installé un tunnel de désinfection où des accidents sont survenus suite à des chutes dues aux produits chimiques liquides avec lesquels nous sommes pulvérisés le matin et la nuit. Il y a des travailleurs qui s'évanouissent depuis que nous utilisons des masques faciaux et sont menacés d'être dénoncés si nous les enlevons […] Aux files d'attente et à la cafétéria, ils mettent des cloisons en cartons pour séparer les chaises et les tables ».

Elle a expliqué que des travailleurs qui refusaient de travailler, citant le décret officiel du gouvernement d'Andrés Manuel López Obrador qui aurait retardé la réouverture des usines jusqu'au 1er juin, étaient licenciés et mis sur liste noire. «Nous sommes obligés de travailler parce que certains collègues voulaient appliquer le décret en ne se présentant pas, et ils ont été licenciés.»

De telles expériences sont courantes dans un nombre croissant d'usines à Matamoros, tandis que la plupart des maquiladoras prévoient de rouvrir dans la semaine à venir.

Les plaintes prolifèrent déjà dans les groupes de réseaux sociaux. Jeudi, par exemple, un employé de Spellman High Voltage Electronics a déclaré: «Nous venons d'être informés qu'une personne de l'usine 4 a été testée positive au COVID-19 et que cette personne est partie le 12 mai; on ne nous a pas informé jusqu'à présent, alors que l'entreprise cache des informations. »

Sur un autre site Web, un travailleur de l'usine de cosmétiques d'Álbea-Cepillos a écrit: «Les infections due au COVID-19 continuent. Cette fois, c'était un cadre, alors ils ont renvoyé tout le personnel des bureaux chez eux. Ce n'est pas ce qu'ils font lorsque les personnes infectées sont des ouvriers, et ils continuent d'ignorer les autorités sanitaires. L'hôpital est plein. »

Hugo López Gatell, le sous-secrétaire mexicain à la Santé et coordinateur en chef de la réponse COVID-19, a annoncé que les mesures de distanciation sociale et la fermeture des activités non essentielles seront levées le 1er juin. Cela sera remplacé par un «système de sémaphore» dans lequel les activités non essentielles ne seront fermées que si les hôpitaux sont à plus de 65 pour cent de leur capacité dans la municipalité ou si les hospitalisations ont augmenté de façon continue pendant deux semaines.

La fabrication de matériels de transport (dont les pièces pour le montage dans les secteurs automobile et aéronautique), l'exploitation minière et la construction ont été classés comme «essentiels» et autorisés à rouvrir avant le 1er juin si le ministère de la Santé approuvait un formulaire sur les mesures de sécurité prises dans chaque usine. Le gouvernement a déjà autorisé la levée de toutes les restrictions concernant le COVID-19 dans 323 municipalités qui étaient censées être non-contaminées avec leurs communes avoisinantes; cependant, El País a rapporté que 67 pour cent d’entre elles n'avaient pas accès aux tests et que 6 pour cent avaient en fait connu des cas positifs.

À ce jour, il y a eu plus de 1 300 cas confirmés dans l'État de Tamaulipas et 245 décès, tandis que le bilan à travers le Mexique dépasse 66 000 cas et 7 200 décès. Les infections à Tamaulipas augmentent à un rythme accéléré et la plupart des nouveaux cas sont enregistrés à Reynosa et Matamoros, deux centres de maquiladoras. Plus tôt ce mois-ci, le secrétaire à la Santé du nord de la Basse-Californie a annoncé que 432 des 519 personnes décédées officiellement du virus dans cet État étaient des travailleurs de maquiladoras. Le mois dernier, au moins 18 travailleurs d'une usine de Lear Corporation à Ciudad Juárez sont morts, déclenchant des grèves sauvages et d'autres manifestations.

Les hôpitaux de Matamoros sont déjà débordés, tandis que le manque d'équipements de protection adéquats a entraîné une large propagation de la maladie parmi les infirmières et les médecins.

La saturation des hôpitaux de Mexico, Mexicali, Tijuana, Ciudad Juárez et d'autres endroits a entraîné une augmentation massive des décès dus au COVID-19. Les travailleurs infectés se voient régulièrement refuser la prise en charge par les hôpitaux surchargés ou sont accueillis quand il est trop tard. D'autres doivent mourir à la maison. Dans de nombreux cas, selon plusieurs études sur les certificats de décès et les morts excédentaires, ces décès ne sont pas comptabilisés dans les chiffres officiels du COVID-19,

Jeudi, quelques heures après la mort du travailleur de Schumex-Schumacher Blass Camacho, à l'hôpital de la Zone 13 de Matamoros, les infirmières et les médecins ont fermé la zone de traitement de COVID-19 pour protester contre le manque d'EPI, ce qui a entraîné la mort de trois de leurs collègues et la contamination d'au moins 40 autres travailleurs de la santé.

Fin avril, Infobae a signalé que les autorités avaient préparé une fosse commune dans la municipalité de Matamoros, au cimetière de Rusias Ejido, spécialement pour les corps qui submergent actuellement les pompes funèbres et les hôpitaux locaux.

(Article paru en anglais le 25 mai 2020)