Perspectives

L’horrible persécution de Julian Assange se poursuit

La partenaire de Julian Assange, Stella Morris, s’adresse aux manifestants devant la Haute Cour de Londres, mercredi 27 octobre 2021. (AP Photo/Frank Augstein)

La tentative d’extradition par les États-Unis du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a repris hier avec l’ouverture d’une audience sur un appel du gouvernement américain. Il s’agit d’une abomination juridique dans la poursuite d’un crime odieux.

Assange est persécuté en raison des révélations que lui et WikiLeaks ont faites sur les crimes de guerre, la torture et d’autres violations des droits de l’homme, la surveillance de masse, les complots de coup d’État et la corruption d’État. Les architectes de ces crimes, les États-Unis et d’autres gouvernements impérialistes, veulent du sang: soit par l’emprisonnement à vie d’Assange et la destruction de sa santé physique et mentale, soit par son assassinat.

Il y a tout juste un mois, Yahoo! News rapportait, sur la base de conversations avec plus de 30 sources, que des plans pour l’enlèvement ou le meurtre d’Assange étaient discutés aux «plus hauts niveaux» de la CIA. Selon un ancien fonctionnaire, «il ne semblait y avoir aucune limite». L’ancien directeur de la CIA et secrétaire d’État, Mike Pompeo, qui a dirigé les discussions, n’a pas nié le rapport et a admis que «certains éléments sont vrais», déclarant qu’il «ne s’excuse pas».

Pourtant, c’est Assange qui était assis sur le banc des accusés hier, menacé d’extradition et de poursuites par l’État dont il a révélé les crimes et qui complote son assassinat.

Il n’était «sur le banc des accusés» que métaphoriquement. Le rédacteur en chef de WikiLeaks, Kristinn Hrafnsson, a déclaré à ses partisans, à l’extérieur du tribunal, qu’on avait empêché Assange d’assister à sa propre audience et qu’il serait contraint d’y assister par liaison vidéo depuis la prison. Il a demandé: «Comment peut-il communiquer avec ses avocats depuis la prison de Belmarsh? Comment cela peut-il être une forme de justice?»

Au début de l’audience, l’avocat d’Assange, Edward Fitzgerald QC, a dit à la cour que son client se sentait trop mal pour y assister, même par vidéoconférence.

Assange est apparu à la caméra quelques heures plus tard, visiblement mal en point: maigre, abattu et luttant pour rester éveillé ou pour s’asseoir sur sa chaise. Il est arrivé à temps pour écouter l’avocat du gouvernement américain, James Lewis QC, pontifier longuement sur son suicide et se demander si le risque était vraiment si élevé. Assange a quitté la salle de vidéoconférence pendant un certain temps, s’asseyant hors champ à son retour.

S’exprimant à l’extérieur du tribunal, la compagne d’Assange, Stella Moris, a expliqué avec insistance que la procédure judiciaire déciderait «si un journaliste sera extradé vers le pays qui a conspiré pour l’assassiner».

En droit, de tels événements devraient faire l’objet de manifestations de masse dans le monde entier pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle du fondateur de WikiLeaks. Le fait qu’elles n’aient pas lieu est le résultat d’une campagne de dix ans d’isolement et de dénigrement du journaliste héroïque qui a fait plus que tout autre au XXIe siècle pour mettre à nu les crimes impérialistes contre les peuples du monde.

Assange a été la première et la plus importante victime de la politique sexiste de chasse aux sorcières politiques, dans laquelle les accusations de crimes sexuels sont élevées au rang de faits incontestables et sont utilisées pour détruire les procédures régulières et la présomption d’innocence. Les questions de classe et de principe politique sont noyées dans une marée de dénonciations par ceux qui prétendent parler au nom des droits des femmes, mais qui défendent les intérêts de l’impérialisme et de la classe moyenne aisée.

En août 2010, alors que les révélations successives de WikiLeaks ébranlaient l’impérialisme mondial, une enquête – une fraude transparente, aujourd’hui totalement discréditée et soumise à une dissection dévastatrice par le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Nils Melzer – avait été lancée par la Suède sur l’agression sexuelle présumée de deux femmes par Assange. Cette action a donné lieu à sa saisie par la police britannique et a été utilisée pour le maintenir en détention arbitraire à l’ambassade d’Équateur à Londres pendant près de sept ans.

Son objectif global était de fournir la base d’une campagne agressive de diffamation contre Assange et d’intimidation contre tous ceux qui le défendaient. La pseudo-enquête suédoise a fourni aux médias qui avaient largement profité de leur collaboration initiale avec WikiLeaks une excuse pour se retourner sauvagement contre lui.

Le Guardian britannique a publié de manière obsessionnelle des calomnies et des invectives anti-Assange. La chroniqueuse Marina Hyde l’a qualifié comme «un type de plus qui n’a pas su faire face à une allégation de viol» et «le plus grand enfoiré de Knightsbridge». Luke Harding, du journal, a accusé Assange et WikiLeaks d’être des agents russes. Suzanne Moore a décrit Assange dans le New Statesman comme un «gnome à l’air dément» et un «homme délirant et effrayant».

Aux États-Unis, Katha Pollitt a écrit dans The Nation à propos d’Assange: «Quand il s’agit de viol, la gauche ne comprend toujours pas».

Cette campagne politiquement répréhensible a été soutenue par un appel international de la pseudogauche, spécialiste du déploiement des politiques de genre et autres politiques identitaires pour défendre l’impérialisme. En Grande-Bretagne, Tom Walker, du Socialist Workers Party (SWP), a écrit: «Julian Assange doit faire face à des accusations de viol». Lindsey German, de Counterfire, a accusé ses défenseurs de «nier les droits des victimes de viol».

Jacobin, Socialist Alternative et l’Organisation socialiste internationale en Amérique, Socialist Alternative en Australie, pays natal d’Assange, et d’innombrables autres organisations internationales se sont rangés du côté des diffamateurs ou ont gardé un silence complice.

Les syndicats n’ont rien fait pour mobiliser leurs membres dans sa défense ni même pour les informer de son sort.

Rien n’a changé lorsque Assange a été traîné hors de l’ambassade d’Équateur par la police britannique en avril 2019. Dans les 48 heures, le Guardian a imprimé «Donnez la priorité à la victime de viol d’Assange», en publiant un article de premier plan intitulé «L’échec de l’extradition d’Assange vers la Suède entérinerait la “culture du viol”, disent les groupes de femmes».

Le SWP a convenu qu’«Assange devrait être jugé en Suède», tout comme le Parti socialiste, qui a insisté sur le fait que «l’allégation de viol devrait faire l’objet d’une enquête».

Jeremy Corbyn, qui avait gardé le silence sur Assange pendant toute la durée de son mandat de chef du Parti travailliste jusqu’à ce moment-là, s’est senti obligé de soulever une opposition symbolique. Mais il a immédiatement battu en retraite lorsque les députés travaillistes partisans de Tony Blair, Stella Creasey et Jess Phillips ont pris la tête d’une lettre multipartite de 100 députés exigeant «une action qui garantira que Julian Assange puisse être extradé vers la Suède.» Corbyn n’a pas mentionné Assange une seule fois pendant les élections générales de 2019.

Dans la mesure où certaines de ces personnes et organisations déclarent maintenant une opposition formelle à l’extradition américaine, elles le font en sachant que leur travail est terminé. Assange a été isolé de la force qui rendait son travail journalistique si terrifiant pour la classe dirigeante: l’hostilité de masse à l’impérialisme qui existe dans la classe ouvrière internationale que les révélations faites par WikiLeaks ont renforcée et enflammée.

Seul ce contexte politique explique comment le gouvernement américain et les tribunaux britanniques ont pu soumettre Assange à un tel acharnement. Moris a déclaré avant l’audience d’hier: «Je suis très inquiète pour la santé de Julian. Je l’ai vu samedi. Il était très maigre. J’espère que les tribunaux mettront fin à ce cauchemar». En fait, ils l’ont perpétué.

Lewis a dit à la Cour suprême qu’on ne pouvait pas soupçonner les États-Unis d’agir en «mauvaise foi» en offrant des assurances quant au traitement équitable d’Assange après son extradition: «On présume fondamentalement que l’État requérant est de bonne foi».

Cela a été dit d’un pays dont l’agence de renseignement de la CIA, «Murder Incorporated», a été chargée de planifier l’assassinat d’Assange et qui l’a poussé à l’article de lamort par sa poursuite de l’extradition. Lewis a ajouté qu’il n’y a pas eu «un seul cas où le Royaume-Uni», le geôlier de l’Amérique dans cette campagne systématique de torture et d’abus, «a indiqué qu’il s’inquiétait que les États-Unis ne respectent pas leurs engagements».

Tentant de miner la preuve du témoin expert en psychiatrie de la défense, qui a omis dans un rapport le fait que Stella Moris était la compagne d’Assange, Lewis a réfuté l’idée qu’il avait une bonne raison de le faire par crainte pour sa sécurité.

Le gouvernement américain a profité de la décision initiale pourrie de la juge de première instance en janvier qui a bloqué l’extradition uniquement en raison de la santé mentale d’Assange et du risque de suicide, mais qui a accepté tous les autres arguments avancés par l’accusation. Lewis n’a donc pas eu besoin de se pencher sur l’utilisation de la Loi sur l’espionnage pour poursuivre un journaliste qui a démasqué des crimes d’État, les abus répétés de la procédure régulière et l’utilisation de preuves fabriquées contre lui, ou la menace mortelle qui pèse sur lui et sa famille. Tous ces outrages ont déjà été acceptés.

Plus la procédure s’éternise, plus elle devient kafkaïenne, car les véritables raisons de la persécution d’Assange disparaissent derrière les discussions sur sa santé et les minuties juridiques du droit de l’extradition. C’est de la responsabilité de tous les opposants à la violence et à l’oppression capitalistes de venir en aide à Assange en se joignant à la lutte pour organiser la classe ouvrière internationale en sa défense.

(Article paru en anglais le 28 octobre 2021)

Loading