Le frère d’Assange, Gabriel Shipton, s’entretient avec le WSWS: «La CIA continue de planifier l’enlèvement de Julian sous un voile de légalité».

Le World Socialist Web Site s’est entretenu cette semaine avec Gabriel Shipton, producteur de films et frère de Julian Assange. Le fondateur de WikiLeaks est à nouveau devant un tribunal britannique qui décidera s’il sera expédié aux États-Unis pour le «crime» d’avoir révélé les guerres illégales, les violations des droits de l’homme, les opérations d’espionnage de masse et les conspirations diplomatiques mondiales des États-Unis qui affectent la vie de millions de personnes.

Gabriel Shipton

Gabriel Shipton a récemment terminé un long métrage documentaire intitulé «Ithaka», qui sera présenté en première mondiale au Festival du film de Sydney le mois prochain et sortira en salle en janvier 2022. Réalisé par Ben Lawrence, le film retrace les efforts déployés par le père d’Assange, John Shipton, pour faire connaître la situation critique de son fils, obtenir le soutien du public et faire pression pour mettre fin aux poursuites américaines et obtenir la libération de son fils.

Le film dresse un portrait émouvant de l’immense tribut que la persécution d’Assange, qui dure depuis dix ans, a fait payer au fondateur de WikiLeaks lui-même et à ses proches, notamment sa fiancée, Stella Moris, ses deux jeunes enfants et John Shipton lui-même. Ils s’expriment avec force sur le caractère anarchique de l’accusation américaine et sur ses conséquences désastreuses pour la liberté de la presse et les droits démocratiques.

La discussion a été éditée dans un souci de brièveté. Le WSWS a commencé par demander à Gabriel Shipton quand il avait pu rendre visite pour la dernière fois à son frère, qui est toujours incarcéré à la prison de Belmarsh à Londres, non pas parce qu’il a été condamné pour un quelconque crime, mais pour faciliter l’effort d’extradition américain.

Gabriel Shipton: La dernière fois que j’ai vu Julian, c’était en octobre 2020. Après cela, la prison est entrée en confinement COVID, pendant dix mois au final, où ils n’avaient pas de visiteurs. En plus des protocoles COVID, c’est la prison de sécurité maximale de Belmarsh.

Il y a trois ou quatre portes que vous devez franchir pour entrer, vous êtes fouillé, même votre bouche, vos empreintes de pouce sont scannées à chaque point. Les visites étaient très courtes à cause de la COVID, ils les avaient réduites à 45 minutes. Il n’y avait pas de contact. Julian est un peu du genre à faire des câlins, alors il y a eu ce moment gênant à la fin de la visite où le gardien a dit: «Pas de contact». D’habitude, on se serre dans nos bras pour se dire au revoir, mais à ce moment-là, nous n’avons pas pu.

Ithaka

Cela s’est amélioré, mais je crois qu’il n’a pu toucher personne pendant 12 mois, y compris Stella et les autres visiteurs. Depuis quelques mois, ses enfants peuvent lui rendre visite, il peut les prendre dans ses bras, donc ça va mieux.

Mais c’est une prison de haute sécurité. Je crois que Julian est l’un des deux prévenus qui s’y trouvent, donc ce n’est pas une maison d’arrêt. Je crois que 30 pour cent des gens qui s’y trouvent sont condamnés pour des crimes violents. C’est avec eux que Julian se trouve, et c’est pour eux que cette prison a été conçue, pour les criminels les plus violents du Royaume-Uni. C’est un homme innocent, non condamné. C’est juste une autre des nombreuses irrégularités dans le cas de Julian.

WSWS: Quel a été l’impact de la persécution d’Assange sur vous?

GS: Je me suis rendu à la prison en 2019 lorsque Julian a été emmené pour la première fois de l’ambassade de l’Équateur à Londres et envoyé à Belmarsh. Je n’avais pas vraiment participé à la défense de Julian ou à quoi que ce soit en rapport avec WikiLeaks jusque-là. Mais quand je suis allée le voir en 2019, je ne l’avais jamais vu dans cet état. On l’avait placé sous surveillance de suicide, ce que je ne savais pas à l’époque, mais je suis parti en pensant que je pourrais potentiellement ne jamais le revoir. C’est ce que j’ai ressenti. Que cela pouvait être la fin. Ce jour-là, en rentrant à la maison, j’ai envoyé un message à Daniel, son fils adulte, et j’ai écrit: «Tu ferais mieux d’aller voir ton père. Ça pourrait être ta dernière chance».

C’est alors que j’ai décidé que je devais faire quelque chose et j’ai rejoint la campagne, j’ai commencé à faire du plaidoyer, des discours et des interviews, et c’est la genèse de ce documentaire. Je suis producteur de films et nous nous sommes demandé comment raconter cette histoire sous un angle différent, comment raconter un aspect personnel qui suscitera l’émotion du public, plutôt que la façon habituelle dont les gens s’intéressent à Julian et à son travail. Finalement, nous sommes tombés sur l’idée de suivre le parcours de John et son combat pour défendre son fils.

Il y a eu trois suicides à Belmarsh au cours de l’année dernière, et nous vivons dans la crainte que Julian rejoigne ce nombre. John McAfee, [programmeur informatique et homme d’affaires], allait être extradé d’Espagne vers les États-Unis, et lorsque son extradition a été approuvée, il s’est suicidé. C’est quelque chose qui est toujours présent dans votre esprit. C’est une peur constante.

Stella Moris (Photo: Ithaka)

Stella, John et moi faisons cela à plein temps maintenant, donc en termes de nos vies, c’est essentiellement notre travail à plein temps. C’est donc une autre chose à laquelle nous devons faire face. Mais c’est la réalité. On fait ce qu’on peut. J’ai vu qu’il y avait un vide aux États-Unis dans la défense des intérêts de Julian, alors j’ai commencé à le faire. On voit ces petites choses, ces occasions de défendre Julian et sa liberté, et on se lance et on les fait. Et John et Stella sont pareils, c’est comme ça que nous travaillons.

WSWS: Votre film est l’un des rares documentaires ou films que quelqu’un a réalisés qui est objectif et appuie Julian, y compris en Australie. Pouvez-vous nous parler des défis que vous avez dû relever, et nous expliquer pourquoi si peu de films ont été réalisés sur cette histoire extraordinaire?

GS: Nous avons rencontré des problèmes avec ce film. Nous nous sommes trouvés totalement isolés pendant une longue période du processus. La propagande négative et la diffamation sont si répandues que beaucoup de gens dans le secteur et les points de distribution traditionnels ne veulent pas être considérés comme des défenseurs de Julian.

Nous avons maintenant les organismes locaux de projection à bord, mais ils ne veulent pas s’engager avant d’avoir vu un premier montage du film. Il est très difficile de faire décoller quelque chose.

Prenez la plateforme Netflix. Susan Rice [haute représentante du Parti démocrate] faisait partie de son conseil d’administration jusqu’à tout récemment. Quand Biden a été élu, elle a quitté Netflix et est allée à la Maison-Blanche. Obama a obtenu un contrat de 400 millions de dollars de Netflix. Ces entreprises, les grandes entreprises, ce sont des portes tournantes. C’est pareil en Australie avec les médias bourgeois.

Vous savez qui sont les ennemis de Julian, ce contre quoi on se bat, c’est l’État sécuritaire américain, qui a ses tentacules partout. Lorsque vous allez à l’encontre de leur discours, vous devez chercher des méthodes alternatives pour diffuser votre produit.

WSWS: Quelle a été la réponse en Australie? Avez-vous eu des contacts avec les festivals de cinéma?

John Shipton à Londres (Photo: Ithaka)

GS: L’Australie est bonne dans ce sens. Une grande partie de la population est derrière Julian. Nous devions présenter le film au Festival international du film de Melbourne, avant qu’il ne soit mis en ligne à cause de la COVID, ainsi qu’au Festival du film de Sydney. D’autres ici se trouvaient intéressés et nous travaillons à faire partie d’un festival international.

WSWS: Pouvez-vous commenter le rôle du gouvernement australien et son refus de défendre Assange, bien qu’il soit citoyen et journaliste australien?

GS: Ils traitent Julian comme un routard qui a perdu son passeport. Ils lui fournissent l’aide minimale qu’ils peuvent se permettre. Ils subissent de plus en plus de pression maintenant pour faire quelque chose. Il suffirait que le premier ministre prenne le téléphone, appelle Biden et soulève le fait que nous sommes censés être les meilleurs amis des États-Unis, pourquoi ne peuvent-ils pas simplement ramener Julian chez lui?

Mais l’Australie est redevable aux États-Unis. On n’est pas aussi indépendants qu’on veut le croire quand il s’agit de ce genre de choses. Je pense que le gouvernement australien ne fait que suivre l’exemple des États-Unis en ce qui concerne la persécution de Julian.

WSWS: Le film présente la visite que vous et John Shipton avez effectuée aux États-Unis au début de l’année, au moment de l’investiture de Biden. Quelles ont été vos expériences dans vos tentatives de lobbying auprès du nouveau gouvernement?

GS: Dans le film, nous étions là-bas pendant la période de janvier, quand il y a cette période entre les gouvernements et que le nouveau gouvernement élabore sa politique et planifie ce qu’il allait faire. Nous avons essayé de profiter de cette période avant que le nouveau gouvernement ne prenne officiellement le pouvoir.

Nous avons eu quelques contacts avec les services des droits de l’homme de l’administration Biden. Nous leur avons adressé une lettre, et la réponse que nous avons reçue a été la suivante: «Veuillez attendre la fin de l’investiture. Il y a la possibilité d’une rencontre, mais elle aurait lieu après». Nous n’avons jamais reçu d’autre réponse de ces personnes.

Nous sommes retournés aux États-Unis en juin et avons fait une tournée de 15 villes à travers les États-Unis, une vingtaine d’événements en personne, des rassemblements, des actions. La réponse sur le terrain a été excellente, nous avons parlé à des milliers de personnes, en les éduquant et en activant les groupes de supporters, en rassemblant les gens. Nous avons généré des retombées médiatiques, ce qui nous a permis de ramener la question de Julian dans le courant dominant des médias à l’époque. Et cela s’est poursuivi. Nous avons vu l’enquête menée récemment par les journalistes de Yahoo News avec plus de 30 sources au sein de la communauté du renseignement. Cette enquête confirme ce que nous savions déjà, à savoir qu’il y avait des complots pour enlever et assassiner Julian.

John Shipton s'adresse aux médias devant la prison de Belmarsh (Photo: Ithaka)

Sous Trump, des gens comme Mike Pompeo ont déclaré: «La CIA va cibler WikiLeaks, c’est un service de renseignement non étatique et hostile». Il y avait d’autres aussi qui étaient tous heureux d’annoncer publiquement leurs plans pour poursuivre Julian, comment ils allaient essentiellement tout déployer contre WikiLeaks.

Depuis l’arrivée de Biden, c’est très différent. Chaque fois qu’on demande à quelqu’un du gouvernement ce qui se passe dans le dossier de Julian, il le refile à quelqu’un d’autre. Quand on a interrogé le secrétaire d’État Blinken sur Julian en France, il a dit: «On a un ministère de la Justice indépendant, c’est sa responsabilité.» Le porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a fait de même.

Ce qu'on voit maintenant, c'est que le gouvernement fonctionne différemment. Ils n'aiment pas le brouhaha, ils ne veulent pas d'une grande frénésie médiatique autour de ça. Mais l'accusation continue. Elle n'a pas été retirée. Vous pouvez revenir sur la révélation de la CIA, ils avaient un plan pour kidnapper et assassiner Julian en 2017. Ça a été mis en place. Sous un voile de légalité, il a été judiciairement enlevé de l'ambassade d'Équateur, où il avait l'asile politique.

Ils ont effectivement trouvé un moyen où ils pouvaient encore le kidnapper et le prendre en otage, mais le faire avec ce voile de légalité. Le rapporteur de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, appelle cela un meurtre au ralenti sous nos yeux. Ce n’est pas différent des plans de la CIA. Cela continue, mais d’une manière différente, sous le gouvernement Biden.

WSWS: Et Biden ne souhaite peut-être pas parler d’Assange maintenant, mais en 2010, lorsqu’il était vice-président du gouvernement Obama, il a dénoncé Julian comme un «terroriste high-tech» pour avoir révélé les crimes du gouvernement américain en tant que journaliste.

GS: C’est exact. Biden et [le chef de la minorité républicaine au Sénat] Mitch McConnell ont tous deux qualifié Julian de terroriste high-tech. Ils ont dit exactement la même chose, comme s’ils se répétaient l’un l’autre. Et la question de placer Julian dans le cadre du Patriot Act, comme un terroriste, a été soulevée pour qu’il puisse être bombardé ou abattu sur place. Des appels ont été lancés par les grands médias pour qu’on assassine Julian. Tout cela est relié.

C’est exactement la même chose que Pompeo qui qualifie WikiLeaks de «service de renseignement d’État non hostile». J’ai parlé à Julian à ce sujet en 2017, et il m’a dit: «C’est la première fois que nous avons une équipe de la CIA à plein temps après nous». C’est cette définition qui signifiait que la CIA pouvait mettre une équipe entière sur Julian sans aucune surveillance du Congrès. Donc, elle pouvait utiliser les mêmes mesures qu’elle utilisait contre les services de renseignement iraniens ou russes sur WikiLeaks.

Le consensus de Washington DC pour tuer Julian ou s’en prendre à WikiLeaks n’est pas nouveau, ils essaient de le faire depuis longtemps.

WSWS: L’un des moments forts du film est le blocage de l’extradition d’Assange par un tribunal britannique en janvier, mais pour des raisons de santé. Le soulagement et même la surprise sont évidents au sein de sa famille. Mais quelques jours plus tard, le même juge britannique a rejeté une demande de libération sous caution, et maintenant on a le recours en appel des États-Unis, avec tous les risques d’extradition. Pouvez-vous nous parler de cela et des audiences qui se déroulent cette semaine?

GS: C’est une montagne russe émotionnelle. Vous voyez dans le film, il y a ce moment où nous sommes décontenancés, dépassés et n’arrivons pas à croire que l’extradition a été rejetée. Et puis, quelques jours plus tard, on revient à la même routine et on assiste à une nouvelle audience.

Les États-Unis avaient initialement présenté cinq points d’appel, mais la Cour ne leur a permis d’en présenter que trois. Ils ont fait appel de cette décision et sont maintenant autorisés à contester également les deux autres.

L’un de ces deux points est leur tentative de saper le témoignage du professeur Kopelman, le psychiatre qui a conclu que Julian se suiciderait s’il était extradé vers les États-Unis. Cette audience sera donc centrée sur Julian, son bien-être mental et sa personne. Clare Dobbin, l’un des procureurs, a qualifié Julian de «malfaiteur» lors d’une des audiences précédentes. Nous nous attendons à ce que cela en soit ainsi, à ce que l’accent soit mis sur Julian, sur sa personne, et ainsi l’attention soit détournée des véritables crimes contre l’humanité et de la corruption qu’il a révélés. C’est la tactique depuis 2010. Ils attaquent l’homme et non pas ce qu’il a démasqué.

WSWS: C’est extraordinaire que l’affaire se poursuive tout court. On a révélé que le gouvernement américain – qui demande son extradition – a comploté pour assassiner Assange. L’un des témoins clés de son inculpation, l’escroc islandais et pédophile condamné Siggi Thordarson, a admis avoir menti en échange de l’immunité contre les poursuites américaines. À votre avis, pourquoi la justice britannique poursuit-elle cette affaire, alors que l’ensemble du dossier américain aurait dû être rejeté?

GS: C’est un peu la même chose que la question de savoir pourquoi le gouvernement australien n’a pas fait plus. Le problème, c’est que c’est presque comme une autre révélation de WikiLeaks, comment Julian a été poursuivi sans relâche et qu’on a montré que toutes ces institutions étaient corrompues.

Cela a commencé par le ministère public suédois, puis le ministère public de la Couronne, la Justice britannique, le ministère de la Justice des États-Unis et le FBI, qui ont offert l’immunité à Thordarson en échange de son témoignage. Pour moi, c’est une autre révélation, jusqu’où ils sont prêts à aller.

J’aime la métaphore de David et Goliath. Il y a ce géant aveugle qui se bat contre un petit homme enfermé dans une cellule de prison, et ce géant ne fait que renverser toutes ces institutions. Il finira par s’autodétruire. Il montre que toutes ces institutions sont corrompues. Plus cela se produit, plus les gens perdront confiance dans le système démocratique dans lequel nous vivons.

Si vous vous reportez à l’affaire Daniel Ellsberg dans les années 1970, lorsqu’il est devenu évident que ses psychiatres avaient été espionnés par le gouvernement américain et qu’ils envoyaient des agents déguisés en plombiers pour fouiller sa maison, tout cela a contribué à la mise en accusation de Richard Nixon. Je ne serais pas surpris que l’on assiste à quelque chose de similaire dans le cas de Julian, que l’on finisse par demander des comptes à quelqu’un au plus haut niveau.

(Article paru en anglais le 28 octobre 2021)

Loading