Julian Assange a passé plus de mille jours à la prison de Belmarsh, «le Guantanamo britannique»

Mercredi marque le triste anniversaire des mille jours d’incarcération continue de Julian Assange dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, en Grande-Bretagne. Au cours de cette période, l’éditeur et journaliste de WikiLeaks n’a quitté les murs sinistres de la prison – située sur une plaine balayée par les vents dans la banlieue morne de Londres – que pour être traduit devant des tribunaux britanniques qui bafouent ses droits démocratiques et juridiques.

Pendant 50 semaines, soit 350 jours, Assange a été détenu sur la base d’accusations forgées de toutes pièces, qui remontent à 2012. Ces accusations étaient totalement illégitimes, étant donné que la demande d’asile politique d’Assange avait été approuvée et maintenue par les Nations unies après leur dépôt. Depuis l’expiration de la peine de libération sous caution, l’éditeur de WikiLeaks est en détention provisoire, sans avoir été reconnu coupable d’aucun crime.

Sa détention continue et indéfinie ne sert qu’à faciliter une demande d’extradition des États-Unis qui vise à poursuivre Assange pour avoir démasqué des crimes de guerre américains, les charges étant passibles d’une peine maximale de 175 ans d’emprisonnement.

Julian Assange à la prison de Belmarsh en 2019

La demande d’extradition est la feuille de vigne pseudolégale d’un complot du gouvernement américain qui vise à détruire Assange et WikiLeaks. Il s’agit notamment de l’espionnage illégal de ses communications avec ses avocats et, comme il a été révélé à la fin de l’année dernière, de complots qui visaient à kidnapper ou à assassiner le journaliste alors qu’il était un réfugié politique à l’ambassade de l’Équateur à Londres. D’innombrables organisations de défense des libertés civiles et des droits de l’homme ont condamné l’attaque américaine contre Assange, la qualifiant d’attaque frontale contre la liberté de la presse et de poursuite politique transparente.

Malgré tout cela, une Haute Cour britannique complice a autorisé la demande d’extradition en novembre dernier. Assange fait face à la perspective d’être maintenu en détention indéfinie à Belmarsh ou d’être mis dans un avion pour être remis aux agences gouvernementales américaines qui ont comploté son assassinat. Cette situation désespérée souligne l’urgence de construire un mouvement international de la classe ouvrière pour exiger la libération immédiate d’Assange et empêcher son extradition.

Belmarsh a été construite en 1991 pour détenir des prisonniers de «catégorie A» accusés de crimes violents, notamment de meurtre, de viol et de terrorisme. Au début des années 2000, l’établissement a été surnommé «le Guantanamo britannique» parce qu’il était utilisé pour détenir des détenus sans inculpation, pour une durée indéterminée et dans un isolement presque total, sur la base des lois antiterroristes extraordinaires adoptées après le 11 septembre 2001.

Depuis lors, des rapports officiels et indépendants ont fait état de niveaux élevés de violence dans la prison, y compris de la part du personnel, et de fréquents dénis des droits fondamentaux des prisonniers.

Le rapport le plus récent, basé sur des «visites inopinées» effectuées à Belmarsh par l’inspecteur en chef des prisons en juillet et août derniers, a constaté une détérioration des conditions sur plusieurs fronts.

Son introduction indique que «La prison n’avait pas accordé suffisamment d’attention aux niveaux croissants d’automutilation. Les détenus qui présentent un risque de suicide ne sont pas suffisamment surveillés ou pris en charge. Des mesures urgentes doivent être prises dans ce domaine pour garantir la sécurité de ces détenus».

Ce commentaire est particulièrement significatif, étant donné les antécédents documentés d’Assange en matière de problèmes médicaux, y compris de dépression suicidaire, qui découle de la persécution dont il fait l’objet depuis dix ans. Au moins quatre prisonniers ont mis fin à leurs jours depuis les précédentes «visites inopinées» en 2018.

«Les 52 pour cent de prisonniers qui ne travaillaient pas passaient 23 heures par jour enfermés dans leur cellule, tandis que le bloc éducatif, le gymnase et la bibliothèque sont restés vides et inutilisés pendant plus d’un an», indique le reportage, faisant référence à la situation à laquelle fait face la majorité des prisonniers, dont Assange.

En 2018, l’inspecteur en chef a jugé que la sécurité des prisonniers était «raisonnablement bonne», cela malgré des rapports indépendants qui affirment le contraire. On a même revu à la baisse ce jugement officiel dans le rapport de 2021 qui déclarait que le «sort des prisonniers» n’était «pas suffisamment bon».

Un quart des prisonniers ont déclaré ne pas se sentir en sécurité. L’inspecteur a constaté: «Le recours à la force avait augmenté depuis notre dernière inspection. Le personnel n’activait pas systématiquement les caméras vidéo portatives lors des incidents. En raison de l’absence de séquences vidéo pour étayer les déclarations du personnel, nous ne pouvions pas être assurés que le recours à la force était nécessaire dans tous les cas».

Le rapport poursuit en documentant d’autres conditions effroyables, notamment des blocs de douche et des cellules rouillées et un manque de produits de nettoyage fournis à la plupart des détenus.

La fiancée d’Assange, Stella Moris, a décrit ces conditions de manière explicite dans un message Twitter publié la veille du Nouvel An. Ce message comprenait une minute et demie d’enregistrement audio à l’intérieur de la cellule d’Assange, avec une cacophonie continue de cris agités et d’aboiements de chiens, vraisemblablement ceux des gardiens de la prison. Moris a légendé son message: «À quoi ressemble le réveillon du Nouvel An depuis la cellule de Julian #Assange à la prison de Belmarsh? Comme le jour de Noël et tous les jours depuis qu’il a été emprisonné le 11 avril 2019».

L’emprisonnement d’Assange s’est poursuivi sans relâche, alors même que Nils Melzer, fonctionnaire des Nations unies, estimait en juin 2019 que cela constituait une nouvelle forme de torture psychologique prolongée infligée à Assange par l’État au cours de la dernière décennie. Depuis plus de deux ans, des centaines de médecins ont demandé à plusieurs reprises qu’Assange soit transféré dans un hôpital universitaire ou libéré, prévenant qu’il risquait sinon de mourir en prison. Moris a confirmé qu’Assange a subi un accident vasculaire cérébral mineur en octobre dernier. Et les autorités de Belmarsh ont constaté à plusieurs reprises qu’Assange risquait de s’automutiler ou de se suicider.

En janvier 2020, un tribunal d’instance britannique a bloqué l’extradition d’Assange pour des motifs médicaux étroits, estimant qu’il s’agirait d’une mesure oppressive car ses problèmes de santé, conjugués aux conditions draconiennes des prisons américaines, lui coûteraient probablement la vie. Le tribunal a néanmoins rejeté une demande de libération sous caution, laissant Assange dans les conditions épouvantables de Belmarsh.

Lors des audiences sur l’appel de ce verdict par les États-Unis, la Haute Cour a également accepté les preuves médicales fournies par la défense d’Assange.

Cependant, la Haute Cour a non seulement sanctionné le maintien en détention d’Assange, mais a également confirmé l’appel des États-Unis, qui a permis d’autoriser l’extradition, sur la base d’«assurances» frauduleuses et contradictoires des autorités américaines selon lesquelles les conditions d’emprisonnement d’Assange ne seraient pas aussi mauvaises que le prétendait la défense.

À la fin du mois dernier, les avocats d’Assange ont déposé une demande d’appel de cette décision.

Dans une déclaration publique, Moris a expliqué: «Le 10 décembre, la Haute Cour a confirmé l’évaluation de la Cour de magistrats, fondée sur les éléments de preuve dont elle disposait, selon laquelle un risque réel existait, dans le cas où Julian Assange serait extradé vers les États-Unis, qu’il soit soumis à un isolement quasi total, notamment sous le régime des SAM (mesures administratives spéciales) et/ou de l’ADX (prison administrative maximale) et que cet isolement entraîne une détérioration de son état mental qui comporterait un risque élevé de suicide. Ces conclusions ont conduit le tribunal de première instance à bloquer l’extradition en vertu de l’article 91 de la loi sur l’extradition, qui interdit les extraditions “oppressives”».

«Toutefois, la Haute Cour a annulé la décision du tribunal de première instance de bloquer l’extradition, en se fondant uniquement sur le fait qu’après que les États-Unis eurent perdu l’affaire d’extradition le 4 janvier 2021, le département d’État américain a envoyé une lettre au ministère britannique des Affaires étrangères contenant des assurances conditionnelles concernant le placement de Julian Assange sous SAM et ADX. La lettre d’assurances indique explicitement aux points un et quatre que “les États-Unis conservent le pouvoir” d’“imposer des SAM” à M. Assange et de “désigner M. Assange à ADX” s’il dit ou fait quelque chose à partir du 4 janvier 2021 qui amènerait le gouvernement américain à déterminer, selon son évaluation subjective, que Julian Assange devrait être placé sous conditions SAM et/ou à ADX Florence. La Haute Cour a considéré ces assurances conditionnelles comme suffisantes pour annuler la décision de la juridiction inférieure».

Non seulement les assurances étaient conditionnelles, mais elles ont également été émises par le gouvernement qui a été démasqué pour avoir espionné Assange et comploté son enlèvement extrajudiciaire ou son meurtre. En droit, cette seule preuve aurait dû entraîner le rejet sommaire de la demande d’extradition.

La persécution d’Assange est toutefois soutenue par les autorités britanniques et d’autres alliés des États-Unis, dont le gouvernement australien, parce qu’elle est le fer de lance d’une campagne plus large qui vise à supprimer le sentiment antiguerre largement répandu et à créer un précédent en matière de persécutions politiques et de simulacres de procès.

Ces derniers jours, Moris et d’autres partisans éminents d’Assange ont mis en évidence ce contexte plus large. Ils ont noté le contraste entre le fait que l’ancien premier ministre travailliste britannique Tony Blair, dont le gouvernement a participé à l’invasion de l’Irak, qui a coûté la vie à au moins un million de personnes, a été fait chevalier et l’emprisonnement d’Assange, qui a démasqué tant de crimes de cette guerre illégale.

La détention actuelle d’Assange et la décision de la Haute Cour démontrent une fois de plus que sa liberté ne peut être obtenue que par une lutte politique contre l’ensemble de l’establishment capitaliste. Cette lutte doit s’appuyer sur la classe ouvrière, qui entre en lutte contre les gouvernements qui mènent la persécution d’Assange.

(Article paru en anglais le 5 janvier 2022)

Loading