Le président sri-lankais nouvellement installé supervise une brutale agression policière et militaire contre les manifestants

Au petit matin de vendredi, des centaines de soldats et de policiers sri-lankais ont attaqué le principal campement de protestation de Galle Face Green à Colombo. Lourdement armées et les visages cagoulés, les forces de l’État ont agressé sans discernement des manifestants, faisant des dizaines de blessés.

Sur cette photo fournie par le bureau du président sri-lankais, le président nouvellement élu du Sri Lanka, Ranil Wickremesinghe, signe après avoir prêté serment lors de sa cérémonie d’investiture à Colombo, au Sri Lanka, le jeudi 21 juillet 2022 (Bureau du président sri-lankais via AP) [AP Photo/Sri Lankan President's Office]

L’attaque lancée à 2h du matin est le premier acte de Ranil Wickremesinghe depuis qu’il a été installé mercredi à la présidence par le parlement sri-lankais. C’est un avertissement sévère de ce que prépare le chef de droite du Parti national uni soutenu par l’impérialisme.

Depuis que son prédécesseur, l’ancien président Rajapakse, a fui le pays comme un criminel la semaine dernière, Wickremesinghe s’est engagé à réprimer le mouvement de protestation massif qui secoue l’île depuis trois mois.

L’attaque de vendredi matin a été directement organisée par Wickremesinghe, qui a déclaré mercredi soir, peu après son arrivée au pouvoir: «Nous les traiterons fermement conformément à la loi. Nous ne permettrons pas à une minorité de manifestants de réprimer les aspirations de la majorité silencieuse qui réclame un changement de système politique.»

Les affirmations selon lesquelles les manifestants sont une «minorité» qui réprime une «majorité silencieuse» sont des mensonges pathétiques que personne ne croira. Les manifestations et les grèves ont été les plus importantes de l’histoire du Sri Lanka. Ce que Wickremesinghe laissait vraiment présager, c’était le déploiement d’une force militaire massive pour tenter d’écraser cet immense mouvement.

L’attaque de vendredi matin a eu lieu, malgré le fait que les manifestants avaient déclaré qu’ils mettraient fin à l’occupation du secrétariat présidentiel devant Galle Face Green. Leur engagement était en réponse aux avertissements de Wickremesinghe selon lesquels toute occupation de bâtiments gouvernementaux était illégale et que les personnes impliquées seraient traitées conformément à la loi. Elle a été planifiée en pleine nuit, pour surprendre les manifestants dans leur sommeil et pour s’assurer que l’attaque ne soit pas accueillie par une mobilisation plus large.

La brutalité de l’État s’est traduite par une agression policière contre un journaliste de la British Broadcasting Corporation. De nombreuses personnes attaquées ont dû être hospitalisées et certaines ont été grièvement blessées.

L’assaut est l’un des volets d’une campagne fébrile menée par l’élite politique pour consolider le régime capitaliste. Cela se produit dans des conditions d’hostilité de masse envers l’ensemble de l’establishment politique. Les manifestants, après avoir exigé l’éviction de Rajapakse, appellent Wickremesinghe à démissionner. Il n’a aucun soutien populaire et a été élu président non pas par des gens ordinaires, mais par le parlement.

«À bas les 225 parlementaires» est une revendication populaire de longue date de la classe ouvrière et du mouvement de protestation.

La police anti-émeute bloque des étudiants à l’Université Sri Jayawardanapura, lors d’une précédente manifestation le 3 avril 2022 [WSWS Media] [Photo: WSWS]

Tout en supervisant l’assaut contre les manifestants, Wickremesinghe a réitéré son appel à tous les partis parlementaires pour qu’ils le soutiennent. Se référant au processus électoral bidon de mercredi, il a déclaré: «Nous avons été divisés au cours des 48 dernières heures. Cette période est révolue. Nous devons maintenant travailler ensemble.»

Dallas Alahapperuma, un député du parti Podujana Peruma sri-lankais (SLPP) et candidat à l’élection présidentielle, et le chef du Samagi Jana Balawegaya (SJB), Sajith Premadasa, qui a soutenu Alahapperuma lors de l’élection, ont déjà indiqué qu’ils étaient prêts à travailler avec Wickremesinghe.

Premadasa a rencontré Wickremesinghe lors d’une réunion des chefs de parti au parlement jeudi, déclarant qu’il avait eu «un échange d’idées cordial et franc et a réitéré la détermination de l’opposition à fournir un soutien constructif pour éviter la misère et le désastre». Tous les partis parlementaires ont précédemment affirmé leur volonté de mettre en œuvre les mesures d’austérité exigées par le Fonds monétaire international (FMI).

La réponse des grandes entreprises à l’élection de Wickremesinghe mercredi a été illustrée par une hausse du marché boursier de Colombo, son score le plus élevé en cinq semaines, indiquant la confiance que sa mise en œuvre impitoyable des mesures d’austérité augmentera leurs bénéfices.

Les ambassadeurs américain et indien à Colombo ont salué l’élection de Wickremesinghe. Deux jours avant les élections de mercredi, le président du Parlement Abeywardena avait eu une réunion conjointe de haut niveau avec les ambassadeurs américain, britannique, canadien, australien et néo-zélandais.

L’ambassadrice américaine Julie Chung a ensuite tweeté qu’elle avait hâte de travailler avec Wickremesinghe et a fait écho à son appel à la collaboration de tous les partis parlementaires. «En ces temps difficiles, il sera essentiel que toutes les parties redoublent d’efforts pour travailler ensemble pour faire face à la crise économique, maintenir la démocratie et la responsabilité, et construire un avenir stable et sûr pour tous les Sri-Lankais», a-t-elle déclaré.

Compte tenu du bilan de Wickremesinghe en tant qu’agent fiable de l’impérialisme américain, Washington s’efforcera d’intégrer plus étroitement Colombo dans son offensive militaro-stratégique contre la Chine.

Sensible à la haine profonde des masses sri-lankaises à l’égard de l’élite au pouvoir à Colombo et à l’aggravation de la crise économique, le haut-commissariat indien à Colombo a publié une déclaration soigneusement rédigée reconnaissant le nouveau président.

«En tant qu’ami proche et voisin du Sri Lanka et démocratie, nous continuerons à soutenir la quête du peuple sri-lankais pour la stabilité et la reprise économique, par des moyens et des valeurs démocratiques, des institutions démocratiques établies et un cadre constitutionnel», a-t-elle déclaré.

Un haut responsable indien anonyme cité dans l’Indian Express a déclaré: «Il fait face à des défis très difficiles [...] gagner les élections est une chose, venir à bout des problèmes [à temps], c’est son véritable test».

Ces déclarations soulignent les inquiétudes de l’élite dirigeante indienne quant à la capacité du nouveau régime à réprimer l’éruption inévitable de l’opposition des masses ouvrières déjà affamées aux mesures prévues par le FMI. L’escalade de la crise socio-économique et politique au Sri Lanka est l’expression la plus marquée de la tourmente économique mondiale, exacerbée par la persistance de la pandémie de coronavirus et la guerre par procuration entre les États-Unis et l’OTAN contre la Russie en Ukraine.

Dans des commentaires récents aux médias internationaux, le gouverneur de la Banque centrale, Nandalal Weerasinghe, a déclaré que la population sri-lankaise serait confrontée à de sérieuses difficultés au cours des cinq prochains mois. Il avait précédemment prédit que le taux d’inflation actuel du Sri Lanka, d’environ 50 pour cent, grimperait rapidement à 70 pour cent, et a souligné qu’un gouvernement «stable» était nécessaire pour finaliser un accord avec le FMI.

Quelques heures avant que Wickremesinghe ne devienne officiellement président, la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, avait déclaré qu’elle espérait que ses soi-disant pourparlers de sauvetage soient conclus «le plus rapidement possible». Elle a également averti qu’«il va de soi que des négociations prolongées ne sont tout simplement pas viables, qu’il doit y avoir une action décisive dans les trois semaines au plus tard après la mise en place d’un [nouveau] gouvernement».

En d’autres termes, le FMI renforce son message à Wickremesinghe, qui a démontré à maintes reprises qu’il fera tout ce qu’il faut, y compris l’utilisation impitoyable de la force policière et militaire pour écraser toute opposition politique et imposer les attaques d’austérité du FMI sur la classe ouvrière et les masses opprimées.

Les mesures prévues comprennent la privatisation des services essentiels qui restent aux mains de l’État, des centaines de milliers de suppressions d’emplois dans le secteur public, le démantèlement de la santé publique et de l’éducation et la suppression des subventions limitées dont des centaines de milliers de personnes dépendent pour survivre.

Cet assaut intensifiera inévitablement l’opposition sociale de la classe ouvrière.

En tant que président exécutif, Wickremesinghe dispose de pouvoirs autocratiques étendus pour déclencher la répression militaro-policière contre tous les opposants au programme d’austérité. L’attaque de vendredi est un avertissement de ce qu’il prévoit plus largement.

La promotion de Wickremesinghe à la présidence et ses tentatives pour mettre en œuvre ce programme dépendent entièrement des partis d’opposition et de leurs partisans.

Alors que le SLPP, le SJB et d’autres partis parlementaires travaillent avec Wickremesinghe pour établir un gouvernement intérimaire d’unité nationale, diverses organisations de pseudo-gauche et les syndicats travaillent sans relâche pour rallier les travailleurs, les jeunes et les pauvres de la campagne à ces manœuvres réactionnaires.

Seul le Socialist Equality Party, (SEP – Parti de l’égalité socialiste) a averti que la classe ouvrière sri-lankaise doit se préparer politiquement et organisationnellement à des luttes de masse contre ce régime brutal pro-FMI et le système de profit capitaliste sur la base d’un programme socialiste et internationaliste.

Dans une déclaration cruciale jeudi, le SEP a demandé que des préparatifs soient faits pour la convocation d’un Congrès démocratique et socialiste des travailleurs et des masses rurales. Ce congrès serait composé de comités d’action, constitués par les ouvriers et les travailleurs eux-mêmes, pour organiser et coordonner les luttes dans lesquelles ils s’engagent.

La déclaration explique que la lutte pour un Congrès démocrate et socialiste, rassemblant un vaste réseau de tels comités, fournit «une stratégie politique à la classe ouvrière pour consolider ses forces, gagner le soutien actif des masses rurales et jeter les bases de son propre gouvernement par le biais d’un gouvernement ouvrier et paysan engagé à restructurer la société selon des principes socialistes».

Les travailleurs, les jeunes et les masses rurales doivent étudier le programme révolutionnaire élaboré dans cette déclaration, en discuter et le mettre en oeuvre.

(Article paru en anglais le 22 juillet 2022)

Loading