Perspectives

Comment lutter contre le génocide à Gaza ?

Des manifestants à Washington DC brandissent des pancartes contre le génocide israélien le 4 novembre. La pancarte de devant, réalisée par l’International Youth and Students for Social Equality, indique «Biden et Netanyahou sont des criminels de guerre»!

Ce week-end, des millions de personnes dans les villes du monde entier ont participé aux plus grandes manifestations de masse jamais organisées contre le génocide israélien à Gaza, perpétré avec la complicité des puissances impérialistes.

Ces manifestations mondiales sont historiques. Malgré le soutien total des gouvernements de l’axe États-Unis-OTAN aux actions d’Israël, malgré les calomnies et la propagande incessantes dans les médias, malgré les menaces et les intimidations contre ceux qui expriment leur opposition, des millions de personnes ont pris position contre le génocide.

Pendant l’Holocauste, les nazis ont pu transporter des millions de Juifs dans des chambres à gaz sans que le monde s’en aperçoive. Mais aujourd’hui, des masses de gens, partout dans le monde, assistent à un génocide en temps réel, grâce aux technologies modernes de communication, et ils sont encouragés à agir.

Aux États-Unis, 300.000 personnes ont manifesté à Washington, la base d’opérations de la guerre impérialiste. Des dizaines de milliers de personnes ont participé à des manifestations à New York, Chicago, Los Angeles et dans d’autres villes, dont San Francisco, où plus de 10.000 personnes ont manifesté. Au Canada, 40.000 personnes ont défilé du consulat américain de Toronto jusqu’au parlement provincial.

Après la manifestation de 300.000 personnes à Londres la semaine dernière, près de 50.000 personnes ont manifesté à Trafalgar Square ce week-end, et des dizaines de milliers d’autres ont manifesté dans des villes du Royaume-Uni, notamment à Manchester, Birmingham, Glasgow, Édimbourg, Cardiff et Belfast.

Malgré les efforts du gouvernement allemand pour criminaliser l’opposition au génocide israélien, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue dans tout le pays. Les manifestations les plus importantes ont eu lieu à Berlin (plus de 20.000) et à Düsseldorf (30.000). Des milliers de personnes ont également manifesté dans d’autres villes, telles que Stuttgart, Munich et Francfort.

Dans toute la région Asie-Pacifique, des travailleurs et des jeunes se sont joints aux manifestations. En Indonésie, des millions de personnes se sont rassemblées à Jakarta, certaines estimations sur les médias sociaux faisant état d’une participation de deux millions de personnes. Des dizaines de milliers de personnes ont participé à des manifestations en Malaisie, notamment dans un stade de football plein à craquer à Terengganu. Des milliers de personnes ont défilé à Tokyo, au Japon, et des centaines à Séoul, en Corée du Sud. En Australie et en Nouvelle-Zélande, des dizaines de milliers de personnes ont participé à des marches dans toutes les grandes villes, notamment à Sydney, Melbourne, Brisbane et Auckland.

Les médias américains ont réagi aux manifestations de millions de personnes en les ignorant tout simplement ou, s’ils estimaient que c’était impossible, en mentant sur leur ampleur. Le New York Times a publié un bref article, rapidement enfoui sur son site Internet, affirmant que des «dizaines de milliers» de personnes avaient participé aux manifestations aux États-Unis, alors même qu’il montrait une photo de la manifestation à Washington qui avait rassemblé plus d’un quart de million de personnes. Les médias bourgeois, reflétant les préoccupations de la classe dirigeante, sont effrayés par le sentiment de la grande majorité de la population mondiale et s’y opposent vivement.

Les manifestations ont tout d’abord une signification objective. Elles font partie d’un mouvement grandissant contre les politiques de l’élite dirigeante capitaliste. Il est significatif qu’il se développe en tant que mouvement mondial, englobant des travailleurs et des jeunes de tous âges, nationalités, ethnies et genres. Un nombre croissant de manifestants juifs dénoncent le mensonge, promu par Israël et ses maitres impérialistes, selon lequel le gouvernement Netanyahou agit en leur nom.

Ce que tout le monde pense, c’est: quelle est la suite? Comment la lutte contre le génocide israélien doit-elle se développer?

Tout d’abord, le génocide à Gaza et le soutien qu’il reçoit de toutes les puissances impérialistes de l’axe États-Unis-OTAN doivent être considérés dans le contexte de l’escalade de la guerre mondiale, y compris la guerre des États-Unis et de l’OTAN contre la Russie en Ukraine et les préparatifs de guerre contre l’Iran et la Chine. Les puissances impérialistes sont engagées dans une guerre contre la population du monde entier. Le massacre des Palestiniens vise à faire comprendre qu’elles ne reculeront devant rien pour atteindre leurs objectifs.

Deuxièmement, aucune section de l’establishment politique ne s’oppose à une nouvelle division impérialiste du monde. Les slogans des manifestants à Washington «Joe le génocidaire» et «Biden Biden, tu ne peux pas te cacher, nous t’accusons de génocide» expriment la reconnaissance du fait que le gouvernement Netanyahou ne pourrait pas faire ce qu’il fait sans le soutien actif et la collaboration du gouvernement Biden.

Mais ce n’est pas seulement Biden en tant qu’individu, mais le Parti démocrate en tant qu’instrument de la classe dirigeante qui est mis à nu. De nombreux jeunes participant aux manifestations auraient à un moment donné soutenu la candidature de Bernie Sanders, le sénateur du Vermont qui se présentait comme un homme de gauche, voire un «socialiste».

Cependant, dans une démonstration délibérée de mépris pour les manifestations de masse, Sanders est apparu dimanche dans l’émission «State of the Union» de CNN pour proclamer son opposition à un cessez-le-feu. «Je ne sais pas comment on peut avoir un cessez-le-feu avec une organisation comme le Hamas, qui se consacre aux troubles et au chaos», a déclaré Sanders, ajoutant qu’il «faut se débarrasser du Hamas». En soutenant les actions d’Israël, Sanders est à la tête d’une tendance politique qui devrait être connue sous le nom de «Socialistes démocrates pour le génocide».

Sous différentes formes, le génocide à Gaza démasque les partisans de pseudo-gauche du capitalisme et de l’impérialisme dans tous les pays, qui représentent des sections privilégiées de la classe moyenne supérieure.

Troisièmement, la base sociale de l’opposition aux crimes de guerre d’Israël et à la guerre impérialiste plus large dont ils font partie est la classe ouvrière, qui représente la grande majorité de la population mondiale. Ce n’est pas en lançant des appels aux États capitalistes et aux partis de la classe dirigeante que l’on arrêtera le génocide, mais en mobilisant cette force sociale qui produit toutes les richesses de la société.

L’appel des syndicats palestiniens à la grève pour stopper l’envoi d’armes militaires à Israël a commencé à être entendu par les travailleurs, y compris en Belgique et par les dockers de la côte ouest des États-Unis. Cet appel doit être étendu au monde entier. Il doit être lié à la mobilisation des travailleurs dans le cadre d’une grève générale politique visant à arrêter la production, à exiger l’arrêt immédiat du siège de Gaza, le retrait des forces israéliennes et une aide humanitaire d’urgence aux masses de personnes qui sont affamées et se font massacrer.

Quatrièmement, le développement d’un mouvement de masse de la classe ouvrière doit se développer en tant que mouvement international contre le capitalisme et pour le socialisme. La famine systématique, les bombardements et l’expulsion d’une population de plus de 2,3 millions de personnes à Gaza sont le produit non seulement de la criminalité monstrueuse du régime de Netanyahou et de ses maitres au sein de l’axe États-Unis-OTAN, mais aussi, plus fondamentalement, du système capitaliste dans son ensemble.

Cinquièmement, et c’est le plus important, il y a la question de la direction révolutionnaire. Dans sa déclaration publiée au début de l’année 2020, «La décennie de la révolution socialiste commence», le World Socialist Web Site a attiré l’attention sur l’intensification de la crise capitaliste et l’énorme croissance de l’opposition sociale au cours de la décennie précédente. Nous avons noté que «les masses, accumulant de l’expérience au cours de la lutte, subissent un profond changement dans leur orientation sociale et politique. C’est dans le contexte de ce processus révolutionnaire que se développera la lutte pour la conscience socialiste».

Depuis cette déclaration, le monde a connu une pandémie mondiale qui a tué plus de 20 millions de personnes en raison de la subordination de la vie humaine au profit; la tentative de coup d’État fasciste aux États-Unis; l’éclatement de la guerre des États-Unis et de l’OTAN contre la Russie qui menace de se transformer en une guerre nucléaire mondiale; et maintenant le génocide à Gaza. Tous ces événements expriment l’aggravation de la crise du système capitaliste.

Les manifestations de masse à travers le monde expriment la collision qui se développe entre les élites dirigeantes capitalistes et la classe ouvrière internationale. La transformation de ce processus objectif en un mouvement conscient pour le socialisme nécessite la construction d’une direction politique qui a pour objectif la conquête du pouvoir par la classe ouvrière, le renversement du capitalisme et de l’impérialisme, et l’établissement du socialisme à l’échelle mondiale.

C’est la perspective défendue par le Comité international de la Quatrième Internationale et les partis de l’égalité socialiste (PES) qui lui sont affiliés dans le monde entier. Pour rejoindre le PES, contactez-nous.

(Article paru en anglais le 6 novembre 2023)

Loading