Charte des valeurs québécoises: face à la fronde populaire, le PQ veut durcir son projet anti-démocratique

Par Louis Girard et Richard Dufour
16 octobre 2013

Malgré la vive opposition à sa Charte des valeurs québécoises, le gouvernement de la première ministre Pauline Marois maintient son cap anti-démocratique.

Continuant à cibler les droits fondamentaux des minorités religieuses – et en particulier des communautés musulmanes issues de l'immigration maghrébine – le PQ s'apprête, selon des sources internes citées par le quotidien La Presse, à retirer le droit d'exemption provisoire, mais renouvelable qui était initialement prévu dans sa Charte.

La grande majorité des municipalités, universités et hôpitaux, dont plusieurs avaient manifesté le désir de s'en prévaloir, se verraient plutôt forcés – peut-être après une courte période de transition – de sévir contre tout employé qui porterait des signes religieux visibles, dits «ostentatoires».

Ce n'est pas seulement la réaction de Marois aux récentes interventions de Jacques Parizeau et Lucien Bouchard – deux anciens premiers ministres péquistes qui ont approuvé l'esprit de la Charte, mais recommandé une application graduelle afin de parer aux accusations de xénophobie.

Cette ligne dure est avant tout la réponse du PQ à la forte opposition populaire que suscite sa Charte, et un indice qu'il se tient prêt à provoquer une élection autour des questions identitaires afin de détourner l'attention de l'impact dévastateur de ses coupes budgétaires.

Si elle devient loi, la Charte interdira aux femmes musulmanes au visage voilé de recevoir des soins de santé (sauf en cas d'urgence), et à un demi-million de travailleurs du secteur public – fonctionnaires, cols bleus, enseignants et employés à l'entretien, éducatrices en garderies, médecins, infirmières et préposés aux bénéficiaires – de porter des signes religieux «ostentatoires» au travail. Le turban et le kirpan sikh, la kippa juive et le hijab (foulard) musulman font partie de ces signes.

Le gouvernement a justifié ces atteintes à la liberté religieuse en invoquant la laïcité et la séparation entre l'église et l'état. L'hypocrisie de cette position est démontrée par le fait que le PQ a longtemps maintenu que le crucifix qui trône à l'Assemblée nationale devait rester, sous le prétexte qu'il fait partie de «l'héritage catholique» du Québec. S'il envisage aujourd'hui son retrait, c'est seulement après que l'Assemblée des évêques ait donné son feu vert.

En opposition à ces mesures chauvines et sectaires, et malgré la tentative constante de l'élite dirigeante dans les dernières années d'attiser les préjugés contre les immigrants et les minorités culturelles, de larges couches de la population adhèrent au sentiment démocratique que les gens devraient tous avoir le même accès aux emplois et aux services publics, peu importe leurs croyances religieuses ou leurs origines ethniques.

Katia Atif, de l'organisme Action Travail des Femmes, rapporte le cas d'immigrantes, souvent très scolarisées, qui ont de la difficulté à faire reconnaître leurs diplômes et se replient sur le travail en service de garde. «Il y a une surreprésentation des femmes arabo-musulmanes, et particulièrement des femmes voilées, dans les garderies», note-t-elle. Commentant cette situation, la présidente de la Fédération des femmes du Québec, Alexa Conradi, a fait cette remarque: «La Charte ne va rien régler sur ce plan-là et pourrait juste empirer la situation en les sortant du milieu où elles réussissent à se faire une place».

À l’occasion d’une assemblée tenue fin septembre à Montréal, l’Association des garderies privées du Québec (AGPQ) s'est également prononcée contre la Charte des valeurs: 353 des membres présents ont condamné le texte de la Charte, et seulement 7 l’ont approuvé. Dans une résolution adoptée par l'assemblée, on peut lire ceci: «Nul ne sera exclu et congédié pour des règles imposées par un État qui prône la division, l'exclusion, la querelle et la discorde à des fins idéologiques». L'AGPQ a également dénoncé les compressions budgétaires imposées au réseau par le gouvernement Marois. Et elle a accusé le gouvernement de créer un «problème virtuel». Selon son président, Sylvain Lévesque, aucun parent ne s'est jamais plaint du fait que certaines éducatrices portent le foulard.

Un organisme consultatif du gouvernement, le Conseil du statut de la femme, est resté longtemps divisé sur la position à adopter sur la Charte: la moitié de ses membres réclamait une étude d'impact de l'interdiction des signes religieux sur les femmes dans la fonction publique avant de se prononcer. Le gouvernement a réagi en cherchant à bloquer toute discussion. Puis, une semaine avant la tenue de l’assemblée qui devait se pencher sur la question, il a nommé au conseil d'administration quatre nouvelles membres, «toutes d'ardentes défenseures de la Charte des valeurs québécoises», selon la présidente Julie Miville-Dechêne. Celle-ci a dénoncé «ces nominations à ce moment-ci» comme de l'ingérence.

Des milliers de personnes – y compris des artistes connus tels que les chanteurs Richard Desjardins, Dan Bigras et Michel Rivard, la comédienne Marie Brassard et le cinéaste Hugo Latulippe – ont signé une pétition intitulée «Pour un Québec inclusif», qui dénonce fermement la Charte des valeurs. On peut y lire le paragraphe suivant:

«Parmi les problèmes urgents en matière d’intégration se trouve le taux de chômage dramatique affectant les immigrants québécois. Or, l’interdiction de symbole religieux dans la fonction publique, les écoles et les garderies ne peut qu’exacerber l’exclusion des immigrants du marché du travail québécois. À cet égard, cette interdiction ne pourra que vulnérabiliser davantage les femmes portant le hijab et creuser les inégalités entre les hommes et les femmes, notamment sur le plan de l’accessibilité à l’emploi. Il est donc à prévoir que cette Charte présentée comme un outil pour favoriser l’atteinte de l’égalité des sexes ait plutôt l’effet contraire.»

Dans le monde de l'éducation, l'Université McGill a été l'une des premières à se positionner contre la Charte et à réclamer une exemption si elle devenait réellement projet de loi. Condamnant l'interdiction du port de signes religieux, la principale et vice-chancelière, Suzanne Fortier, a écrit que «c'est contraire à nos principes et n'ajoute en rien à la stricte neutralité religieuse et politique de McGill comme institution elle-même». De son côté, l’Université de Montréal a fait savoir dans un communiqué que si un droit de retrait «devait être inscrit dans le texte définitif de la loi», elle demanderait «au Conseil de l’Université de Montréal de s’en prévaloir».

C'est dans le monde de la santé que l'opposition à la Charte s'est fait le plus sentir. Suite à un sondage réalisé auprès de ses membres entre le 19 et le 25 septembre, l’Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), rapporte que 100 pour cent des établissements affirment ne rencontrer aucun problème avec le port de signes religieux et 97 pour cent des établissements affirment que le port de ces signes ne pose aucune difficulté dans les relations avec la clientèle.

Ces mêmes établissements n'ont reçu aucune plainte dans les deux dernières années, et ce même si près de la moitié d'entre eux comptent, parmi leurs travailleurs, des personnes qui portent des signes religieux. Un seul établissement a dit qu'il avait rencontré des «problèmes significatifs» dans l'encadrement des accommodements religieux.

Suite à cette étude, la directrice générale de l'AQESSS, Diane Lavallée, a déclaré: «Nous craignons que l’interdiction de port de signes religieux ostentatoires n’entraîne des difficultés de recrutement et de rétention du personnel, en plus de créer des tensions malsaines là où il n’y en avait aucune.»

C'est justement ce qui est en train de se passer: le Québec a été témoin d'une recrudescence importante de gestes xénophobes depuis le dépôt de la Charte.

Les centres de femmes ont sonné l’alarme au début du mois: les cas «d’intolérance, de violence et de racisme» à l’égard des femmes musulmanes qui portent le voile sont en hausse depuis que le débat sur la Charte des valeurs fait rage au Québec. «Déjà plusieurs dizaines d'incidents ont été rapportés», peut-on lire dans la missive publique.

Des femmes sont «bousculées, insultées et dénigrées», selon le Regroupement des centres de femmes du Québec. «Une femme voilée s’est fait rentrer dedans à l’épicerie avec un chariot en se faisant crier de rentrer dans son pays», a rapporté Annie Kouami, du Centre des femmes de Verdun. «D’autres se sont fait cracher dessus», a-t-elle ajouté, faisant état de «six à huit événements» dont le centre aurait eu vent.

La Charte déposée par le PQ n'a rien à voir avec la défense de la laïcité ou de l'égalité entre les hommes et les femmes. Ce projet chauvin et antidémocratique – qui est semblable à ce que font d'autres gouvernements en France et ailleurs dans le monde – tire en dernière analyse son origine dans la forte augmentation des tensions entre les classes sociales.

Depuis la crise économique mondiale de 2008, la pire à frapper le capitalisme depuis la Grande Dépression des années 30, les attaques menées par la classe dirigeante contre les conditions des travailleurs ont augmenté de manière exponentielle. Sans atteindre le même niveau de conscience de classe que l'offensive capitaliste, l'opposition des travailleurs s'est néanmoins manifestée, lors des soulèvements révolutionnaires de 2011 en Tunisie et en Égypte, et dans une mesure moindre, mais significative, avec la grève étudiante militante de 2012 au Québec.

Le PQ – qui a été porté au pouvoir après que les syndicats et Québec solidaire aient détourné la grève étudiante derrière ce parti de la grande entreprise sur la base d'un programme nationaliste – s'est immédiatement attelé à imposer un dur programme d'austérité en haussant les tarifs d'électricité et les frais de scolarité, en sabrant dans les garderies et dans l'éducation, et en offrant des cadeaux fiscaux à la grande entreprise.

Devant l'opposition provoquée par ses mesures de réaction sociale, le PQ cherche aujourd'hui à diviser les travailleurs en attisant les différences ethniques et religieuses, en attirant l'attention sur des problèmes artificiels et montés de toutes pièces, comme la supposée menace que posent à la «culture québécoise» des immigrants intransigeants qui voudraient «imposer» leurs valeurs.

Cette promotion de sentiments anti-immigrants fait aussi écho à la tentative d'assimiler les gens de foi musulmane à des terroristes en puissance, afin de justifier une «guerre au terrorisme» qui sert de prétexte aux guerres de conquête menées depuis plus d'une décennie par les puissances impérialistes occidentales, y compris le Canada, dans les régions riches en ressources énergétiques du Moyen-Orient et d'Asie centrale.

Comme toutes les sections de la classe dirigeante canadienne, le PQ fait appel aux couches les plus réactionnaires de la société sur la base du chauvinisme et du nationalisme afin de détourner l'attention du véritable problème – le système de profit et la domination de la société par une petite couche de super riches.