À l’occasion du 30e anniversaire de la mort du camarade Keerthi Balasuriya

Par David North
20 décembre 2017

Cette lettre a été envoyée par le président du Comité de rédaction international du WSWS, David North, à un rassemblement du Parti de l’égalité socialiste (PES) au Sri Lanka, à loccasion du 30e anniversaire de la mort de Keerthi Balasuriya. Le camarade Keerthi était le secrétaire général fondateur de la Ligue communiste révolutionnaire (RCL), la section sri-lankaise du Comité international de la Quatrième Internationale et le prédécesseur du PES. La commémoration a eu lieu au Cimetière de Colombo au Sri Lanka le 18 décembre.

Chers camarades,

Il y a trente ans, le 18 décembre 1987, le camarade Keerthi Balasuriya est décédé à l’âge prématuré de 39 ans. Lorsque j’ai appris la nouvelle ce vendredi matin là, le choc a été terrible. Quelques semaines plus tôt, Keerthi et moi avions travaillé ensemble à Londres pour écrire une déclaration politique sur l’accord perfide entre la bourgeoisie indienne et la bourgeoisie sri-lankaise. Il était difficile de croire que ce révolutionnaire brillant, au comble de ses pouvoirs intellectuels et politiques, était soudainement parti.

La mort de Keerthi fut une perte irremplaçable pour le Comité international de la Quatrième Internationale et de sa section sri-lankaise. Au Sri Lanka, Keerthi dirigeait la Ligue communiste révolutionnaire depuis sa fondation en 1968. Dans les conditions politiques les plus difficiles, exacerbées par l’opportunisme national sans scrupule du Workers Revolutionary Party (WRP) britannique (WRP), Keerthi s’est battu pour soutenir le programme internationaliste révolutionnaire sur lequel la RCL avait été fondée.

En octobre 1985, alors que la crise au sein du WRP éclata, le camarade Keerthi se rendit à Londres. Il s’est immédiatement solidarisé avec ceux du Comité international qui se battaient pour défendre les principes historiquement fondés de la Quatrième Internationale. Au cours des deux années suivantes, en tirant les leçons politiques de la rupture avec le WRP, Keerthi a joué un rôle crucial dans le réarmement théorique et politique du Comité international.

Aux funérailles du camarade Keerthi, j’ai déclaré que son travail en tant que marxiste révolutionnaire serait plus durable que tous ceux qui prétendaient avoir découvert, à travers le mélange perfide du stalinisme, du nationalisme et de la démagogie pseudo-socialiste, une solution de remplacement aux principes de l’internationalisme marxiste.

Cette prédiction s’est avérée correcte. Au cours des 30 années qui ont suivi la mort de Keerthi, l’histoire a porté un jugement brutal sur l’héritage politique de Mao, Ho Chi Minh, Tito et Castro, sans parler des innombrables représentants du nationalisme bourgeois du « tiers monde » (Nelson Mandela, Nasser, et Kadhafi, pour n’en citer que quelques-uns).

Trente ans après la mort du camarade Keerthi, il est incontestable que le Comité international de la Quatrième Internationale est la seule tendance politique au monde qui représente le programme de la révolution socialiste mondiale. C’est là que réside l’héritage impérissable de la vie de notre camarade et ami le plus cher, Keerthi Balasuriya.

David North

Au nom du Parti de l’égalité socialiste (US) et du Comité de rédaction international du World Socialist Web Site

À lire également:

In Memory of Keerthi Balasuriya
[en anglais, 18 décembre 2012]

L’importance persistante de la vie du camarade Keerthi Balasuriya

[21 décembre 2012]

South Asia’s foremost Marxist of the second half of the 20th century
[en anglais, 27 décembre 2012]