L’Europe et l’Amérique s’opposent au sujet de la guerre économique de Washington contre l’Iran

Par Keith Jones
6 novembre 2018

L’imposition par Washington de nouvelles sanctions radicales à l’Iran – visant à étrangler son économie et à provoquer le renversement du régime à Téhéran – remue la géopolitique mondiale.

Jusqu’à maintenant, les États-Unis bloquent toutes les exportations énergétiques iraniennes et l’isolent du système financier mondial dominé par les États-Unis, afin de paralyser le reste de leurs échanges et de leur interdire l’accès à des machines, des pièces détachées et même des produits alimentaires de base et des médicaments.

Ce faisant, l’impérialisme américain agit à nouveau comme au-dessus des lois. Les sanctions sont manifestement illégales et, en droit international, équivalentes à une déclaration de guerre. Ils violent l’accord sur le nucléaire ou le Plan d’action global conjoint (JCOPA) soutenu par le Conseil de sécurité des Nations Unies de 2015, un accord négocié à la demande de Washington et sous la contrainte, y compris les menaces de guerre.

Toutes les autres parties à la JCOPA (Russie, Chine, Grande-Bretagne, France, Allemagne et UE) et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), chargée de vérifier le respect des règles par l’Iran, insistent sur le fait que l’Iran a rempli ses obligations issues de l’accord à la lettre. Cela comprend le démantèlement d’une grande partie de son programme nucléaire civil et la réduction du reste.

Pourtant, après avoir renoncé à son soutien à la JCOPA, Washington utilise maintenant le bâton des sanctions secondaires pour contraindre le reste du monde à se joindre à son embargo illégal et à soutenir son offensive pour un changement de régime. Les entreprises et les pays qui commercent avec l’Iran ou même avec ceux qui le font seront exclus du marché américain et passibles d’amendes et autres pénalités. De même, les banques et les assureurs des transports maritimes qui traitent avec des entreprises qui commercent avec l’Iran ou même avec d’autres institutions financières qui facilitent les échanges avec l’Iran seront passibles de sanctions secondaires.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui, à l’instar du président américain Donald Trump, a menacé à plusieurs reprises d’attaquer l’Iran et ordonné des frappes militaires contre les forces des gardes de la révolution islamique iraniens en Syrie, a qualifié les sanctions américaines d’« historiques ». L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, deux des autres États clients américains, se sont engagés à augmenter leur production de pétrole afin de compenser la perte causée par l’embargo de Washington sur les exportations de pétrole iranien.

Mais la guerre économique menée par les États-Unis contre l’Iran non seulement exacerbe les tensions au Moyen-Orient, mais aussi les relations entre les États-Unis et les autres grandes puissances, notamment l’Europe.

Vendredi, les ministres des affaires étrangères britannique, français, allemand, et la chef de la politique étrangère de l’Union européenne (UE), Frederica Mogherini, ont réaffirmé leur soutien à la JCOPA et promis de contourner et de contrecarrer les sanctions américaines. « Notre objectif », ont-ils déclaré, « est de protéger les opérateurs économiques européens qui entretiennent des relations commerciales légitimes avec l’Iran, conformément au droit de l’Union européenne et à la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies ».

Ils ont déclaré leur engagement à préserver les « canaux financiers avec » l’Iran, lui permettant de continuer à exporter du pétrole et du gaz, et à coopérer avec la Russie, la Chine et d’autres pays « intéressés par un soutien au JCPOA ».

La déclaration souligne la « détermination collective » indéfectible des puissances européennes à affirmer leur droit de « poursuivre un commerce légitime » et, à cette fin, de procéder à la création d’un « véhicule à usage spécial » (SPV) qui permettra aux entreprises européennes et à d’autres pays, y compris potentiellement la Russie et la Chine, à commercer avec l’Iran en utilisant l’euro ou une autre monnaie d’échange que le dollar américain, en dehors du système financier mondial dominé par les États-Unis.

La déclaration de vendredi faisait suite à une série de déclarations menaçantes de Trump, du secrétaire d’État Mike Pompeo et d’autres hauts responsables de l’Administration, plus tôt dans la même journée. Celles-ci ont concrétisé les nouvelles sanctions imposées par les États-Unis et ont réaffirmé la volonté de Washington de mettre fin à l’économie iranienne et de sanctionner de manière agressive toute entreprise ou tout pays qui ne respecterait pas les sanctions imposées par les États-Unis.

En réponse à une question sur le SPV européen, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré qu’il n’avait « aucune attente » que cela se révélerait un moyen de réaliser un commerce « important ». « Mais s’il y a des transactions qui ont l’intention de se soustraire à nos sanctions, nous poursuivrons agressivement nos recours ».

Les responsables de Trump ont également fait savoir qu’ils sanctionneraient SWIFT, le réseau basé à Bruxelles qui facilite les communications interbancaires sécurisées, ainsi que les banquiers européens qui constituent la majorité de ses directeurs s’ils n’expulsent pas rapidement toutes les institutions financières iraniennes du réseau.

Et dans une étape destinée à souligner de manière démonstrative le dédain de Washington pour les Européens, l’Administration Trump n’incluait aucun État de l’UE parmi les huit pays qui bénéficieront de « dérogations » temporaires à la pleine application de l’embargo américain sur les importations de pétrole.

L’Allemagne, la Grande-Bretagne, la France et l’UE ne sont pas moins rapaces que Washington. Les grandes puissances européennes se réarment frénétiquement, ont contribué à l’instauration de la guerre de l’OTAN contre la Russie et ont mené au cours des trois dernières décennies de nombreuses guerres et interventions néocoloniales au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, de l’Afghanistan et de la Libye au Mali.

Mais ils s’indignent et craignent les conséquences de l’offensive irréfléchie et provocatrice de l’Administration Trump contre l’Iran. Ils s’en indignent parce que l’annulation de l’accord nucléaire par Washington a brisé les plans du capital européen pour conquérir une position dominante sur le marché intérieur iranien et pour exploiter les offres iraniennes de concessions pétrolières et gazières massives. Ils en ont peur, car l’épreuve de force américaine avec l’Iran menace de déclencher une guerre qui enflammerait invariablement tout le Moyen-Orient, déclenchant une nouvelle crise des réfugiés, une flambée des prix du pétrole et, enfin, un nouveau partage de la région dans des conditions où les puissances européennes manquent encore de moyens militaires pour déterminer de manière indépendante le résultat.

Jusqu’à maintenant, le gouvernement Trump a adopté une attitude hautaine, voire cavalière, au sujet des admissions par les européens de leur opposition aux sanctions américaines. Trump et les autres faucons de guerre anti-Iran du gouvernement tels que Pompeo et le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, sont encouragés par le fait que de nombreuses entreprises européennes ont voté avec leurs pieds et ont coupé les liens avec l’Iran, de peur de violer les sanctions américaines.

Le Financial Times a annoncé la semaine dernière que, craignant les représailles des États-Unis, aucun État européen n’a accepté d’héberger le SPV, qui, selon les dernières déclarations de l’UE, ne sera même pas opérationnel avant le Nouvel An.

Les difficultés et les hésitations européennes sont réelles. Mais elles révèlent aussi l’énormité et l’explosivité des changements géopolitiques en cours.

Alors que les chefs d’entreprise européens, qui cherchent à maximiser leur part de marché et les bénéfices des investisseurs au cours des prochains trimestres, se sont pliés à la menace de sanctions américaines, les dirigeants politiques, ceux chargés d’élaborer et de mettre en œuvre la stratégie impérialiste, ont conclu qu’ils devaient repousser Washington.

Il s’agit de l’Iran. Mais aussi il s’agit du développement de moyens pour empêcher les États-Unis d’utiliser des sanctions unilatérales pour dicter la politique étrangère de l’Europe, et notamment leur tentative de contrecarrer le projet Nord Stream 2 (le projet de gazoduc qui transportera du gaz naturel russe vers l’Allemagne sous la mer Baltique et que Trump a maintes fois dénoncé).

Alors que la capacité de Washington à imposer des sanctions unilatérales est liée au rôle du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale et à la domination américaine du système bancaire mondial, le défi européen à l’arme des sanctions américaines implique nécessairement un défi à ces éléments clés de la puissance mondiale américaine.

Les puissances impérialistes européennes empruntent cette voie parce qu’elles sont, comme toutes les grandes puissances, enfermées dans une lutte acharnée pour des marchés, des profits et de l’avantage stratégique dans les conditions d’une rupture systémique du capitalisme mondial. Se retrouvant coincés entre la montée de nouvelles puissances et une Amérique de plus en plus tributaire de la guerre pour contrer l’érosion de sa puissance économique et qui poursuit impitoyablement ses propres intérêts aux dépens de ses ennemis comme de ses prétendus amis, les Européens, menés par l’impérialisme allemand, cherchent à développer les moyens économiques et militaires permettant d’affirmer leurs propres intérêts prédateurs indépendamment des États-Unis, et le cas échéant, contre eux.

Ceux qui développent le SPV en sont profondément conscients et ont déclaré publiquement que ce n’est pas spécifique à l’Iran.

Le mois dernier, quelques semaines seulement après que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, ait utilisé son discours sur l’état de l’UE pour demander que des mesures soient prises pour que l’euro joue un plus grand rôle dans le monde, le ministre français des finances, Bruno Le Maire, avait déclaré que « la crise avec l’Iran » est « une chance pour l’Europe de disposer de ses propres institutions financières indépendantes, ce qui nous permet de commercer avec qui nous voulons ». Le SPV, a ajouté le porte-parole du ministère français des affaires étrangères, Agnes Von der Muhl, « a l’objectif de créer un outil de souveraineté économique pour l’Union européenne […] Qui protégera à l’avenir des entreprises européennes contre les effets de sanctions extraterritoriales illégales. »

Les stratèges de l’impérialisme américain sont également conscients que le SPV est un défi qui dépasse la politique iranienne de l’Administration Trump. Dans la revue Foreign Affairs du mois dernier, Elizabeth Rosenberg, ancienne responsable de l’Administration Obama, s’est dite profondément préoccupée par le fait que les sanctions unilatérales du gouvernement Trump poussent l’UE à collaborer avec la Russie et la Chine pour défier Washington, et incitent l’Europe à contester la domination financière des États-Unis. Dans des conditions où la Russie et la Chine cherchent déjà à développer des systèmes de paiement qui contournent les banques occidentales et où l’avenir promet de nouveaux défis pour la suprématie du dollar et du système financier mondial dirigé par les États-Unis, « il est inquiétant », se lamente Rosenberg, « que les États-Unis accélèrent cette tendance ».

Tentant de briser l’économie iranienne et d’appauvrir encore plus son peuple, l’Administration Trump a lâché les chiens de guerre. Quel que soit l’impact des sanctions, Washington s’est engagé, avec son prestige et son pouvoir, à faire taire Téhéran et à rendre le reste du monde complice de ses crimes. Le danger d’une nouvelle guerre catastrophique au Moyen-Orient est donc de plus en plus grand, alors que l’antagonisme croissant entre l’Europe et l’Amérique et la transformation des relations interétatiques globales en une maison de fous de « chacun contre tous les autres » ce qui prépare le terrain – sans l’intervention révolutionnaire de la classe ouvrière internationale – pour une conflagration mondiale à côté de laquelle les guerres mondiales du siècle dernier ne feront que de pâles figures.

(Article paru d’abord en anglais le 5 novembre 2018)