Les Etats-Unis intensifient leur offensive contre la Chine en multipliant les « accusations de piratage »

Par Mike Head
22 décembre 2018

Poursuivant son offensive économique et stratégique pour empêcher la Chine de contester son hégémonie établie depuis la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement américain a dévoilé hier sa cinquième série d’accusations d’espionnage économique contre des Chinois depuis septembre.

Dans le cadre d’une opération coordonnée à l’échelle internationale, le ministère américain de la Justice a publié jeudi des actes d’accusation contre deux Chinois qui auraient accédé à des données commerciales confidentielles provenant d’organismes gouvernementaux américains et d’ordinateurs d’entreprise dans 12 pays pendant plus d’une décennie.

L’annonce représente une intensification majeure de l’épreuve de force de la classe dirigeante américaine contre la Chine, dans un contexte d’accumulation constante d’allégations non fondées contre Pékin par les ailes Républicaine et Démocrate de l’establishment politique de Washington.

Par le biais d’allégations scandalisées de « piratage » à « grande échelle », l’élite dirigeante et ses porte-parole médiatiques ne ménagent pas leurs efforts pour attiser l’hystérie anti-Chine.

La remise en liberté de l’acte d’accusation était clairement opportune politiquement. Elle s’est accompagnée d’une campagne mondiale menée par les États-Unis et leurs alliés, accusant le gouvernement chinois d’une opération illégale de vol informatique pour nuire à leurs économies et supplanter les États-Unis en tant que « superpuissance mondiale ».

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo et la secrétaire d’État à la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen ont immédiatement publié une déclaration accusant la Chine de diriger « une menace très réelle pour la compétitivité économique des entreprises aux États-Unis et dans le monde ».

En l’espace de quelques heures, les alliés américains du monde entier ont publié des déclarations similaires, auxquelles se sont ajoutées des déclarations d’alerte confondues de leurs propres agences de cyberguerre et de piratage informatique.

Le Washington Post l’a qualifié d’« effort de masse sans précédent pour appeler la Chine pour ses actes malveillants présumés ». La coordination « représente un consensus croissant sur le fait que Pékin bafoue les normes internationales dans sa tentative de devenir la puissance économique et technologique prédominante du monde ».

Le gouvernement australien, le plus proche allié des États-Unis dans la région indo-pacifique était à l’avant-garde. La ministre des affaires étrangères, Marise Payne, et le ministre de l’intérieur, Peter Dutton, ont explicitement accusé le gouvernement chinois et son ministère de la sécurité d’État (MSS) d’être responsables d’une « campagne mondiale de vol de propriété intellectuelle commerciale par Internet ».

Geoffrey Berman, le procureur du district sud de New York, a qualifié la cyber campagne chinoise de « choquante et scandaleuse ». De telles déclarations, qui font rapidement la une des médias du monde entier, détruisent toute possibilité d’un procès équitable si les deux hommes, nommés Zhu Hua et Zhang Shilong, sont arrêtés par des agences américaines et traduits devant un tribunal.

Les charges elles-mêmes sont vaguement définies. Les procureurs fédéraux de Manhattan ont accusé les hommes de conspiration en vue de commettre des intrusions informatiques, de fraude électronique et de vol d’identité aggravé. Zhu et Zhang auraient agi « en association avec » le MSS, dans le cadre d’une escouade de piratage censée porter le nom de « APT1o » ou « Stone Panda », selon l’acte d’accusation.

Le directeur du FBI, Christopher Wray, a convoqué une conférence de presse pour faire une autre déclaration incendiaire contre la Chine. Soulignant les motivations réelles derrière les actes d’accusation, il a déclaré : « L’objectif de la Chine, en termes simples, est de remplacer les États-Unis en tant que première superpuissance mondiale, et ils utilisent des méthodes illégales pour y parvenir ».

Venant du chef de l’agence de renseignement interne des États-Unis, cela indique en outre le type de discussions et de planification en cours aux échelons les plus élevés de l’appareil de renseignement politique et militaire américain pour préparer le pays, idéologiquement et militairement, à la guerre contre la Chine.

Washington est déterminé à bloquer le programme « Fait en Chine 2025 » du président Xi Jinping, qui vise à garantir la compétitivité mondiale de la Chine dans des secteurs de haute technologie tels que la robotique et la fabrication de puces, ainsi que les plans d’infrastructure massifs de Pékin. L’ensemble est connu sous le nom de l’initiative : « Une ceinture, une route », pour relier la Chine à l’Europe dans l’Eurasie.

La classe dirigeante américaine considère ces ambitions chinoises comme des menaces existentielles, car, si elles étaient couronnées de succès, elles mineraient la position stratégique de l’impérialisme américain dans le monde et la domination économique des grandes entreprises américaines.

L’annonce d’hier semblait tomber à point nommé pour alimenter les tensions entre Washington et Beijing, après l’arrestation sans précédent, le 1ᵉʳ décembre, de Meng Wanzhou, le directeur financier du géant chinois des télécommunications Huawei, au Canada à la demande des États-Unis.

Le week-end dernier, le vice-président américain Mike Pence a de nouveau accusé la Chine de « vol de propriété intellectuelle ». Ces provocations sont survenues quelques semaines à peine après que les administrations américaine et chinoise se soient mises d’accord sur des négociations visant à résoudre la guerre tarifaire et commerciale lancée par le président américain Donald Trump.

L’Administration Trump exige des changements structurels dans le modèle économique chinois dirigé par l’État, une augmentation des achats chinois de produits agricoles et industriels américains et l’arrêt des conditions de licence « coercitives » des coentreprises. Ces exigences mineraient gravement le programme « Fait en Chine 2025 ».

Depuis septembre, les autorités américaines ont présenté cinq séries d’allégations d’espionnage. Fin octobre, le ministère de la justice a levé les scellés contre dix espions chinois présumés accusés de complot en vue de voler des secrets commerciaux sensibles à des entreprises américaines et européennes.

Plus tôt, en octobre, le gouvernement américain a dévoilé une autre opération sans précédent, destinée à produire un procès-spectacle en Amérique. Elle a révélé qu’un citoyen chinois, accusé d’être un agent des services de renseignement, avait été arrêté en Belgique et extradé sous l’inculpation de complot en vue de commettre de l’« espionnage économique » et de voler des secrets commerciaux.

L’extradition a été annoncée quelques jours après la publication par le Pentagone d’un document de 146 pages intitulé « Évaluation et renforcement de la base industrielle et de la résilience de la chaîne d’approvisionnement des États-Unis en matière de fabrication et de défense », qui indique clairement que Washington se prépare à un effort de guerre totale contre la Chine et la Russie.

Trump, Pence et Wray ont alors tous déclaré que la Chine était la plus grande menace pour la sécurité économique et militaire de l’Amérique. Trump a accusé la Chine d’interférer dans les élections de mi-mandat aux États-Unis dans le but de le démettre de ses fonctions. Dans un discours, Pence a déclaré que Beijing dirigeait « ses bureaucrates et ses entreprises à obtenir la propriété intellectuelle américaine – fondement de notre leadership économique – par tous les moyens nécessaire ».

Quelle que soit la véracité des allégations d’espionnage à l’encontre de citoyens chinois – et cela ne peut être présumé – de telles opérations ne seraient guère comparables aux intrigues, piratages, changements de régime et opérations militaires massives menées par les agences américaines, dont l’Agence nationale de sécurité (National Security Agency – NSA) et ses partenaires « Five Eyes » (cinq yeux).

Celles-ci ont été exposées en détail par Edward Snowden, dénonciateur de la NSA, et Julian Assange, fondateur de WikiLeaks. Des documents publiés par WikiLeaks qui ont fait l’objet de fuites ont révélé que la CIA a développé « plus d’un millier de systèmes de piratage, des « chevaux de Troie », des virus et d’autres logiciels malveillants tous transformés en arme », lui permettant de prendre le contrôle de périphériques, notamment des iPhone Apple, du système d’exploitation Android de Google, des périphériques sous Microsoft Windows et des smart télévisions, voire de voitures et des camions.

Dans une tentative d’élargir son offensive contre la Chine, le gouvernement américain a déclaré qu’avec les États-Unis et ses partenaires de l’alliance Five Eyes (cinq yeux), tels que la Grande-Bretagne, le Canada et l’Australie, les pays visés par le complot imputé aux chinois étaient la France, l’Allemagne, le Japon, la Suède et la Suisse.

Des pirates informatiques chinois auraient pénétré dans des fournisseurs de services qui fournissent des services de cybersécurité et de technologie de l’information aux organismes gouvernementaux et aux grandes entreprises. Les entreprises des secteurs des finances, des télécommunications, de l’électronique grand public et de l’industrie médicale, ainsi que les laboratoires de l’armée et de l’Administration nationale de l’espace et de l’aéronautique (National Aeronautics and Space Administration—NASA) des États-Unis ont été cités parmi ceux qui étaient visés.

Certaines parties du régime chinois ont réagi de manière belliqueuse aux accusations. Un éditorial du journal d’État, Global Times, les a qualifiés d’« hystériques » et de signes avant-coureurs d’une attaque « globale » des États-Unis contre la Chine.

L’éditorial demandait : « En supposant que la Chine est si puissante qu’elle vole depuis plus d’une décennie des informations technologiques qui sont censées valoir plus d’un billion de milliards de dollars en propriété intellectuelle, comme l’ont indiqué les États-Unis, comment se fait-il que la Chine soit toujours en retard sur les États-Unis dans tant de domaines, des puces aux véhicules électriques, et même aux moteurs d’avions ? »

Le Global Times a déclaré qu’« au lieu d’adhérer à une stratégie discrète, la Chine doit faire face à ces provocations et faire davantage pour sauvegarder ses intérêts nationaux ».

La promotion du nationalisme économique et militariste chinois par un porte-parole du régime de Pékin est tout aussi réactionnaire que la xénophobie nationaliste alimentée par l’élite dirigeante de l’impérialisme américain et ses alliés. La réponse au danger toujours plus ouvert de la guerre est une lutte unifiée de la classe ouvrière internationale pour mettre fin au système de profit capitaliste démodé et aux divisions entre États-nations et pour établir une société socialiste.

(Article paru d’abord en anglais le 21 décembre 2018)

À lire également :

Le ralentissement économique en Chine et les questions politiques posées à la classe ouvrière

[17 décembre 2018]