Les tensions américano-chinoises vont s’exacerber à propos de Taïwan

Par Peter Symonds
5 janvier 2019

Taïwan apparaît comme une important point chaud entre les États-Unis et la Chine alors que l’administration Trump intensifie son épreuve de force avec Pékin sur toute une série de questions, allant du commerce et des allégations de vol de propriété intellectuelle aux opérations provocatrices de la marine américaine dans la mer de Chine du Sud et dans le détroit de Taïwan.

Le président américain Trump a signé lundi la loi ARIA (Asia Reassurance Initiative Act, Loi sur l’Initiative de réassurance de l’Asie). Celle-ci prévoit 1,5 milliard de dollars pour une stratégie américaine globale et « multiforme » pour l’Indo-Pacifique, conformément à la Stratégie de défense nationale de Trump, qui cible explicitement la Chine et la Russie comme rivaux américains.

La loi demande expressément à la Maison-Blanche de vendre régulièrement des armes à Taïwan et d’exhorter les hauts responsables militaires et civils américains à se rendre à Taipei pour s’entretenir avec leurs homologues. Ces deux mesures risquent d’accroître les tensions entre les États-Unis et la Chine, qui considère Taïwan comme faisant partie intégrante de son territoire.

En prenant ses fonctions, Trump a remis en question l’adhésion de Washington à la politique d’Une seule Chine, en vertu de laquelle il a effectivement reconnu Beijing comme le dirigeant légitime de toute la Chine, y compris Taïwan. M. Trump a laissé entendre qu’il déchirerait la politique d’Une seule Chine si Beijing ne faisait pas de concessions majeures sur le commerce et d’autres questions.

L’administration Trump a déjà approuvé deux importantes ventes d’armes à Taïwan de 1,4 milliard de dollars en juin 2017 et de 330 millions de dollars le mois dernier. Elle aide Taïwan à mettre au point ses propres sous-marins à propulsion diesel. La loi ARIA laisse entendre que de telles ventes auront lieu plus régulièrement.

La Taiwan Travel Act (Loi sur les voyages à Taïwan), que Trump a promulguée l’année dernière, autorise les contacts de haut niveau entre les responsables américains et taïwanais, même si les États-Unis ont officiellement mis fin à toutes leurs relations diplomatiques avec Taïwan en 1979. Pékin est très sensible aux pourparlers entre les États-Unis et les responsables de ce qu’il considère comme une province renégate.

Les mesures prises par l’administration Trump pour resserrer les liens avec Taïwan ont encouragé l’administration du président Tsai Ing-wen, dont le Parti démocratique progressiste (DPP) prône une position plus indépendante de Taïwan. La Chine a menacé à plusieurs reprises de recourir à la force pour prendre le contrôle de Taïwan si jamais elle déclarait officiellement son indépendance.

Dans un discours d’ouverture prononcé mercredi, le président chinois Xi Jinping a appelé à l’ouverture de pourparlers entre Pékin et Taipei sur la réunification sur la base de la formule « un pays, deux systèmes » selon laquelle la Grande-Bretagne a rendu à la Chine son ancienne colonie de Hong Kong. Pékin autoriserait Taïwan à s’autogouverner nominalement dans des conditions négociées en échange de l’acceptation de la souveraineté chinoise.

Xi a déclaré que la division politique à travers le détroit de Taïwan ne pouvait pas durer indéfiniment. Ce discours marquait le 40ᵉ anniversaire de l’appel lancé par Pékin pour mettre fin à l’affrontement militaire avec Taïwan et à son bombardement de minuscules îles fortifiées contrôlées par Taïwan à quelques kilomètres du continent chinois.

« Le problème de Taïwan existait parce que la nation chinoise était faible et dans le chaos, mais il finira avec le rajeunissement national », a déclaré Xi. Au lendemain de la Révolution chinoise de 1949, le Kuomintang (KMT) bourgeois vaincu a fui le continent et, protégé par la marine américaine, a établi une dictature militaire sur Taïwan. Le KMT maintenait qu’il était le gouvernement en exil de toute la Chine.

Lorsqu’ils ont établi des relations diplomatiques avec Pékin en 1979, les États-Unis ont déclaré qu’ils continueraient à s’opposer à toute tentative forcée de la Chine de prendre le contrôle de Taiwan et à vendre des armes à Taïwan. La marine américaine a continué d’envoyer ses navires de guerre dans le détroit de Taïwan, la dernière fois en octobre dernier, dans un avertissement tacite à Beijing.

Dans le cadre de leur rhétorique anti-Chine de plus en plus prononcée, les médias américains se sont concentrés sur la déclaration de Xi selon laquelle la Chine « ne ferait aucune promesse de renoncer à l’usage de la force et se réserverait la possibilité d’adopter tous les moyens nécessaires ». Cependant, Xi a mis en garde contre toute intervention des « puissances étrangères » sur la question de l’indépendance de Taïwan, ajoutant que « le peuple chinois ne se battra pas contre le peuple chinois ».

Le régime du Parti communiste chinois (PCC) est profondément préoccupé par le fait que les États-Unis vont profiter de la poussée en faveur de l’indépendance de Taïwan pour encourager les sentiments séparatistes ailleurs en Chine, notamment au Tibet et parmi les Ouïghours musulmans dans la province occidentale du Xinjiang. Pékin est également parfaitement conscient de l’importance stratégique de Taïwan et a réagi avec colère à toute suggestion de resserrement des liens militaires entre les États-Unis et Taïwan.

Le président taïwanais Tsai a immédiatement rejeté la proposition de Xi d’organiser des pourparlers sur la réunification. « Je dois réitérer ici que Taïwan n’acceptera jamais « un pays, deux systèmes », et l’opinion majoritaire à Taïwan y est également opposée », a-t-elle dit quelques heures seulement après le discours de Xi.

Dans son discours du Nouvel An de mardi, Tsai a rejeté les suggestions selon lesquelles les pertes écrasantes du DPP lors des élections locales de novembre indiqueraient qu’il y a une opposition à la position de son parti opposé à la réunification. Elle a déclaré que les résultats « ne signifient absolument pas que l’opinion publique taïwanaise est favorable à l’abandon de notre souveraineté, ni que le peuple veut faire des concessions concernant l’identité taïwanaise. »

Cependant, selon un sondage d’opinion réalisé en septembre dernier par la Taiwan Public Opinion Research Foundation, le soutien à l’indépendance de Taïwan est passé de 51,2 % en 2016 lorsque Tsai a été élu à 36,2 %. Le soutien à l’unification avec la Chine était également plus faible, soit 26,1 %.

Les préoccupations des travailleurs sont motivées par l’épreuve de force croissante entre les États-Unis et la Chine et par la probabilité croissante que Taïwan s’y laisse entraîner. Mais au sein de l’élite dirigeante, les divisions sont motivées par des considérations économiques. D’importants secteurs des grandes entreprises ont investi massivement en Chine et envisagent de resserrer leurs liens afin d’accroître leurs opportunités. D’autres, cependant, considèrent le manque de reconnaissance internationale de Taïwan comme un obstacle aux affaires à l’échelle mondiale.

Lors des élections de novembre, le KMT et d’autres candidats favorables à la réunification avec la Chine ont pris le contrôle des quatre plus grandes villes de Taïwan. En décembre, le maire indépendant de Taipei, Ko Wen-je, a accueilli des représentants de Shanghai lors d’un forum annuel organisé par les deux villes, ce qui laisse supposer que d’autres villes pourraient faire de même.

La présidente Tsai a lancé un avertissement à peine voilé aux nouveaux maires de ne pas tenir de pourparlers secrets avec la Chine et de ne pas saper la politique de son gouvernement envers la Chine. Tout en déclarant qu’elle ne s’opposait pas aux « interactions entre les villes de part et d’autre du détroit », Tsai a insisté sur le fait que ces interactions devaient être « saines et normales ».

Une fois la loi ARIA entrée en vigueur, Trump va sans aucun doute intensifier les ventes d’armes à Taïwan et engager des échanges à haut niveau avec les responsables taïwanais, exacerbant ainsi les tensions avec la Chine et dans toute la région, y compris à Taïwan même.

(Article paru en anglais le 4 janvier 2019)