Dominé par des appels et des menaces communautaristes

L’élection en plusieurs phases en Inde s’achève

Par Keith Jones
20 mai 2019

La dernière étape de l’élection en plusieurs phases en Inde pour décider de la composition du Lok Sabha se tiendra dimanche. La chambre basse est la plus importante du parlement bicaméral indien. Les électeurs se rendent aux urnes dans 59 des 543 circonscriptions du Lok Sabha.

Les votes de cette élection et des six phases régionales précédentes ne seront compilés que le jeudi 23 mai. Néanmoins, la fin du scrutin dimanche déclenchera d’intenses manœuvres politiques dans les coulisses. Les deux grands partis nationaux bourgeois indiens sont le Bharatiya Janata Party (BJP), parti hindouiste suprémaciste au pouvoir, et le Congrès. Les deux s’efforceront de gagner le soutien d’une multitude de petits partis chauvins régionaux ou basés sur les castes. Ni l’un ni l’autre ne peut être majoritaire seul. Donc, ils doivent se positionner au mieux afin de défendre leurs revendications au gouvernement lorsque les votes seront comptabilisés.

La publication des sondages de sortie interdite au cours de la période électorale du 9 avril au 19 mai ainsi que la publication de nouvelles données de sondages d’opinion alimenteront le marchandage politique.

L’élite capitaliste indienne a propulsé Narendra Modi et son BJP au pouvoir en 2014 pour accélérer la mise en œuvre de la privatisation, de la déréglementation et d’autres réformes «pro-investisseurs». Leur but aussi était de poursuivre plus activement ses ambitions de grande puissance sur la scène mondiale. Cinq ans plus tard, la couverture médiatique élogieuse et l’avance massive du BJP en témoignent. La plupart des grandes entreprises continuent de considérer le BJP comme le meilleur moyen de fournir un gouvernement «fort». Elles l’estiment nécessaire pour imposer son programme réactionnaire face à l’opposition populaire croissante.

Plus tôt cette année, des sondages ont révélé que Modi et le BJP se trouvaient bien placés pour conserver le pouvoir. Toutefois, avec beaucoup moins de sièges, ce qui les rendait dépendants de leurs partenaires de la «National Democratic Alliance» (NDA – Alliance démocratique nationale) pour une majorité parlementaire. Toutefois, à la fin des élections, beaucoup de choses laissent penser que le terrain a changé.

L’économie de l’Inde continue de ralentir sensiblement. La faible croissance des exportations est un facteur. Mais la principale cause en est la faiblesse de la demande des consommateurs. Ceci est attribuable à des années d’austérité gouvernementale, à une crise agraire de longue date, à la montée du chômage. Mais aussi, un resserrement du crédit enraciné dans l’endettement massif des entreprises qui pèse sur les banques du pays.

Le BJP a placé de fausses promesses d’emplois et de développement au centre de sa campagne électorale de 2014. Il a exploité ces promesses avec succès étant donné la colère de masse face à l’expansion capitaliste sans création d’emploi et aux infrastructures sociales délabrées et inexistantes. Pendant des années, le BJP n’a cessé de vanter la croissance «mondiale» de l’Inde. Mais la réalité est que le taux de chômage officiel atteignait son plus haut niveau en 45 ans, avec 18,7 pour cent des hommes de 15 à 29 ans et 27,2 pour cent des jeunes femmes sans emploi.

Cependant, ces promesses et revendications frauduleuses ont pratiquement disparu de la campagne électorale de 2019 du BJP. Au lieu de cela, Modi et le BJP ont doublé sur les vils appels communalistes hindous et les menaces belliqueuses contre le Pakistan, le grand rival de l'Inde. Leur objectif transparent a été de détourner la frustration et la colère sociales croissantes vers les canaux les plus réactionnaires et de mobiliser leur base militante hindoue et suprémaciste.

En février, juste avant le lancement officiel de la campagne électorale, Modi s’est emparé d’une attaque terroriste au Cachemire contesté pour fomenter une crise de guerre avec le Pakistan. Cette crise a rapproché les deux États rivaux d’Asie du Sud — chacun doté de l’arme nucléaire — plus près à la guerre que n’importe quel moment depuis 1971. Le BJP a invoqué à plusieurs reprises le premier raid aérien de l’Inde sur le Pakistan depuis près d’un demi-siècle. C’était dans le but de faire de Modi un homme fort sans peur, tout en accusant le Congrès d’apaiser le Pakistan et de saper les forces armées.

Les tirades contre la minorité musulmane de l’Inde et les déclamations de supériorité hindoue ont été, en fait, une caractéristique encore plus répandue de la campagne du BJP. Dans une provocation le BJP a nommé parmi ses candidats «en vue» Pragya Singh Thakur, une prêtresse hindoue autoproclamée sous le coup d'une accusation pénale pour son rôle dans les attaques terroristes contre des musulmans. Cela révèle sa situation désespérée qui l’a poussé à polariser l’électorat sur des lignes communautaires. En même temps, cela révèle aussi son sentiment d’impunité étant donné le soutien dont il bénéficie au sein de l’État et la complicité et la lâcheté de l’opposition bourgeoise.

Soulignant le caractère toxique, violent et inflammable du parti ouvertement embrassé par de larges pans de la bourgeoisie indienne, Thakur a loué cette semaine le suprémaciste hindou qui a assassiné le Mahatma Gandhi en janvier 1948 comme un «patriote».

Le Congrès a ouvert la voie de droite pour Modi

Jusqu’à récemment, le parti du Congrès était le parti de gouvernement préféré de la bourgeoisie. Mais, face à ce nouveau rapport de forces, le Congrès a rivalisé avec le BJP qui proclame son soutien à l’attaque imprudente et illégale de février contre le Pakistan et en qualifiant de «héros» les militaires de l’Inde. Elle a également cherché à contrer la charge du BJP sur l’«apaisement» musulman en embrassant diverses causes communautaristes et fondamentalistes hindoues dans ce que même les médias d’entreprise ont appelé une campagne «Hindutva (suprémacisme hindouiste) lite».

Tout en attaquant le BJP pour ne pas avoir atteint ses objectifs de réduction du déficit, c'est-à-dire pour ne pas avoir imposé une austérité suffisamment sévère, le Congrès a lancé un appel calibré au mécontentement social en promettant une augmentation des dépenses d'éducation et de santé et l'introduction progressive d'un «revenu annuel garanti» qui permettrait de fournir 72.000 roupies (environ 1.025 dollars ou 918 euros) aux 20 pour cent des ménages les plus pauvres.

Ces promesses semblent n’avoir eu que peu d’écho auprès de la population, et à juste titre. Le parti du Congrès bourgeois a fait le gros du travail dans la mise en œuvre de la campagne de la bourgeoisie après 1991 pour transformer l’Inde en une plaque tournante de la main-d’œuvre bon marché pour le capital mondial.

Le gouvernement du Congrès dirigé par Narasimha Rao en 1991-1996 a lancé une réforme en faveur du marché immédiate et complète, et le gouvernement de l'Alliance progressiste unie dirigé par le Congrès (2004-14) a poursuivi la privatisation, la déréglementation et la réduction des impôts des sociétés, tout en forgeant un «partenariat stratégique mondial» indo-américain.

Jeudi, un haut dirigeant du Congrès a annoncé que le parti n’insistera pas pour que Rahul Gandhi, ou un autre ancien membre du Congrès servant comme Premier ministre dans le prochain gouvernement de l’Inde. Gandhi, à la tête du Congrès, est le dernier membre de la dynastie politique Nehru-Gandhi. «Le haut commandement de mon parti a déjà clairement indiqué que le Congrès n’est pas opposé à ce qu’un dirigeant d’un parti régional devienne Premier ministre», a déclaré Ghulam Nabi Azad, le leader du Congrès au Rajya Sabha, la chambre haute du parlement indien.

Cette ouverture sans précédent, avant le décompte des voix, suggère que le Congrès estime qu'il a encore un long chemin à parcourir dans sa «reconstruction» après avoir subi de loin sa plus grande défaite électorale de son histoire en 2014. Toutefois, l'arithmétique parlementaire pourrait permettre d'arracher le pouvoir au BJP et former un autre gouvernement de droite.

Le BJP et le Congrès dirigent des alliances de 20 partis ou plus, respectivement, la NDA du BJP, et l'Alliance progressiste unie (UPA) dirigée par le Congrès. Mais un nombre non négligeable de partis régionaux ont choisi de se garder à distance des alliances nationales menées par les partis, dans l'espoir de renforcer leur influence après les élections. Parmi eux se trouvent: le TMC basé au Bengale occidental, le BSP et le parti Samajwadi en Uttar Pradesh, le BJD à Odisha, et le TDP en Andhra Pradesh.

Tous ces partis ont déjà uni leurs forces à celles du BJP et, pour la plupart, à celles du Congrès. Leur opposition au BJP, dans la mesure où il ne s'agit pas d'une simple pose, n'a absolument rien à voir avec la défense des intérêts des travailleurs et des travailleurs de l'Inde. C'est plutôt à cause de leur préoccupation que le BJP, dans sa volonté de consolider le pouvoir, notamment en plaçant ses partisans communistes hindous à des postes de direction dans l'appareil d’État, dans les universités et autres institutions culturelles, fait fi des intérêts des factions bourgeoises régionales et de caste qu'ils représentent; et, plus important encore, que la volonté inébranlable du BJP d'imposer les diktats des sections les plus puissantes des grandes entreprises et de fomenter une réaction communale est en train de récolter un tourbillon d'opposition sociale qui pourrait mettre en péril le pouvoir capitaliste.

Une poudrière sociale

L’Inde est une poudrière sociale, dont la mèche est déjà allumée. Comme partout dans le monde, la classe ouvrière se mobilise pour affirmer ses intérêts de classe. Des dizaines de millions de travailleurs ont participé à une grève générale de deux jours en janvier dernier pour protester contre les politiques économiques du BJP qui favorisent les grandes entreprises, y compris la promotion du travail contractuel. Mais l’opposition au gouvernement Modi et l’issue ruineuse de trois décennies de «réformes» économiques de la bourgeoisie indienne animent la vague croissante de grèves et de protestations des paysans.

L’Inde est l’un des pays les plus inégaux du monde. Les 120 milliardaires de l’Inde, qui ne comptait que 2 au milieu des années 1990, et le reste des un pour cent de la population indienne les plus riches, qui représentent 51,5 pour cent de la richesse du pays, les 60 pour cent les moins riches ne détiennent que 4,7 pour cent des richesses.

Si l’opposition de la classe ouvrière ne trouve pas d’expression positive dans les élections indiennes, c’est à cause du rôle criminel des partis staliniens. À savoir: le Parti communiste indien (marxiste) et son plus ancien allié, le Parti communiste indien avec leur front de gauche et leurs syndicats affiliés. Pendant des décennies, ils ont systématiquement réprimé la lutte des classes tout en apportant un soutien parlementaire aux gouvernements de droite. C’est le Congrès qui en a dirigé la plupart. Ils ont mis en œuvre des politiques néolibérales et resserré leurs liens avec Washington.

Les staliniens ont subi une hémorragie de leur soutien suite à leurs trahisons. Ils ont imposé ce qu’ils appellent eux-mêmes des politiques «pro-investisseurs» dans les États où ils ont formé le gouvernement. Aujourd’hui, ils ne gagneront probablement pas plus qu’une poignée de sièges.

La montée au pouvoir de Modi et la croissance de la résistance ouvrière s’est développée ces dernières années. Leur réponse à cette intensification de la lutte de classe a été de redoubler d’efforts pour harnacher la classe ouvrière aux partis de la bourgeoisie et à son État. Ils ont lancé une campagne «N’importe qui, sauf le BJP», ils exhortaient à soutenir n’importe lequel parti ou alliance de partis dans un État, qui fournissait la meilleure chance de battre les candidats du BJP/NDA. Ils ont proclamé à l’avance leur soutien à tout gouvernement non BJP que le Congrès et les partis régionaux de droite pourraient réussir à construire.

La classe ouvrière entrera en conflit direct avec le prochain gouvernement indien. Quelle que soit sa composition précise, l’élite dirigeante le chargera de faire porter le poids de la crise capitaliste mondiale. Aussi, les ouvriers feront face à la lutte, de plus en plus frénétique, entre les puissances impérialistes les grandes puissances et de grandes puissances en devenir, comme l’Inde, pour accéder aux ressources et aux avantages stratégiques.

Dans les pages des principaux quotidiens de langue anglaise de l’Inde, la bourgeoisie exige déjà que le prochain gouvernement intensifie l’exploitation de la classe ouvrière. Ils réclament une «réforme» accélérée qui intègre l’Inde encore plus complètement dans la campagne de guerre américaine contre la Chine en rejoignant une véritable alliance militaire dirigée par les États-Unis avec le Japon et l’Australie.

Il est significatif de noter que, même si certains secteurs du capital indien et étranger sont en train de se lamenter sur les «excès» communautaristes de Modi, les cercles dirigeants lui reprochent en grande partie de ne pas avoir été suffisamment impitoyable dans l’imposition du programme des «grandes entreprises» par son gouvernement. Par exemple, un éditorial du Financial Times a rejeté Modi parce qu’il est «plutôt un bricoleur» qu’un «révolutionnaire» dans le style de Reagan ou Thatcher.

(Article paru d’abord en anglais le 18 mai 2019)