Non à la zone de sécurité germano-européenne en Syrie!

Par Johannes Stern
25 octobre 2019

L'appel lancé par la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer (démocrates-chrétiens, CDU), en faveur d'une zone de sécurité internationale dans le nord de la Syrie marque une nouvelle étape dans la renaissance du militarisme allemand. Des discussions sont en cours sur le déploiement de 30.000 à 40.000 soldats, sous commandement germano-européen. Il s'agirait de la plus grande opération militaire allemande depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les implications historiques et politiques de la proposition de Kramp-Karrenbauer, qu'elle devait présenter jeudi aux ministres de la Défense de l'OTAN à Bruxelles, ne sauraient être exagérées. Seulement 80 ans se sont écoulés depuis le début de la Seconde Guerre mondiale. Au cours de leurs guerres de conquête et d'anéantissement, les nazis ont dévasté de vastes pans de l'Europe, de l'Union soviétique, de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

La proposition de la ministre allemande de la Défense, qui succédera possiblement à la chancelière Angela Merkel (CDU), s'inscrit dans cette tradition. L'intervention militaire de l'Allemagne en Syrie n'a pas pour but de lutter contre le «terrorisme», de garantir la «désescalade» ou la «paix», comme le prétend la propagande officielle. Les véritables objectifs de la guerre sont la subordination néocoloniale du pays, ainsi que la région du Moyen-Orient, riche en énergie et stratégiquement importante, et la déportation de centaines de milliers de réfugiés vers une zone de guerre.

Il est essentiel d'identifier clairement les conséquences du plan de Kramp-Karrenbauer, qui viole le droit international. L'Allemagne enverrait des troupes dans un conflit qui fait déjà rage en Syrie depuis huit ans, et depuis 28 ans dans toute la région, faisant des millions de victimes et encore plus de blessés et forçant un nombre encore plus grand de personnes à quitter leur foyer. L'objectif serait de poursuivre la campagne de destruction des États-Unis, dans laquelle l'armée allemande n'a jusqu'à présent joué qu'un rôle de soutien, sous commandement allemand, et de renforcer l'influence des puissances impérialistes européennes dans la région.

Soldat allemand en Afghanistan, août 2011 (Source: US Navy, Flickr)

Dans le cas de la France et de la Grande-Bretagne, cette influence remonte à la partition de l'Empire ottoman à la fin de la Première Guerre mondiale et, dans le cas de l'Allemagne, elle est encore plus ancienne. Pendant la Première Guerre mondiale, l'Allemagne s'est alignée sur l'Empire ottoman et a joué un rôle direct dans le génocide des Arméniens.

Aujourd'hui, la région, comme les Balkans avant la Première Guerre mondiale, est devenue le point chaud de conflits internationaux et d’intérêts divergents. La création d'une zone de sécurité germano-européenne ne constituerait pas seulement une violation majeure de la souveraineté syrienne. Cela augmenterait considérablement la probabilité d'un affrontement direct entre les grandes puissances et transformerait fondamentalement la société allemande.

La mobilisation de milliers de soldats nécessiterait la réintroduction de la conscription et la suppression de l'opposition antiguerre. Le budget militaire, qui devrait déjà dépasser les 50 milliards d'euros l'année prochaine, exploserait encore. Les travailleurs et les jeunes devraient supporter le coût de la guerre à plusieurs égards, depuis les attaques contre les dépenses sociales pour payer le réarmement, jusqu'à leur utilisation comme chair à canon sur les champs de bataille et les attaques contre leurs droits démocratiques.

En 2014, le Sozialistische Gleichheitspartei (SGP) avait déjà souligné, dans une résolution adoptée lors d'un congrès d'urgence contre la guerre, les conséquences profondes du retour du militarisme allemand. Quelques mois seulement après que le ministre des Affaires étrangères et actuel président allemand Frank-Walter Steinmeier (Parti social-démocrate, SPD) eut déclaré à la Conférence de Munich sur la sécurité que l'Allemagne était «trop grande et trop forte économiquement pour se contenter de commenter la politique mondiale en marge», avons-nous écrit:

[blockquote]«L'histoire revient avec force. À peine soixante-dix ans après les crimes des nazis et la défaite de la Seconde Guerre mondiale, l'élite dirigeante allemande recourt à la politique de conquête, poursuivie sous le régime du Kaiser et de Hitler. La propagande de l'après-guerre – que l'Allemagne avait appris les leçons des crimes terribles des nazis, qu'elle était arrivée en Occident, qu'elle avait adopté une politique étrangère pacifique et qu'elle était devenue une démocratie stable – tout cela s'est révélé être un mensonge. L'impérialisme allemand montre une fois de plus ses vraies couleurs, comme il est apparu historiquement, avec toute son agressivité au pays comme à l’étranger.»[/blockquote]

Cinq ans plus tard, il est évident à quel point cette évaluation était correcte. Malgré ses crimes historiques au XXe siècle, l'élite dirigeante n'accepte aucune limite à la poursuite de ses intérêts impérialistes au XXIe siècle. Les politiciens bourgeois et les médias se font concurrence pour faire avancer la propagande de guerre la plus agressive et tenter de convaincre la population qu'après soixante-dix ans de stabilité relative de la politique étrangère, il est maintenant nécessaire, une fois de plus, de mener de grandes guerres à la poursuite des intérêts économiques et géopolitiques de l'Allemagne. Les revendications vont jusqu'à l'obtention d'armes nucléaires.

«Il faut interpréter la militarisation de l'Europe comme un projet progressiste», note une chronique dans l'hebdomadaire Die Zeit. «Pour les Européens, les conclusions suivantes doivent être tirées de la retraite des Américains: «Ils doivent devenir un acteur indépendant dans la politique des grandes puissances… L'Europe devrait soit adopter une armée commune, soit au moins renforcer ses armées nationales et mettre en place une dissuasion nucléaire crédible.» C'est «inévitable dans un monde où d'anciennes alliances se dissolvent».

Beaucoup d'autres chroniques ont salué la proposition de Kramp-Karrenbauer en tant que mise en œuvre attendue depuis longtemps du changement dans la politique étrangère. Dans un article intitulé «L'engagement, enfin» sur Spiegel Online, la décision de la ministre de la Défense a été saluée comme «rien de moins qu'une décision de politique étrangère qui fait sensation, un tournant dans la politique de sécurité allemande, une rupture avec la culture allemande de retenue militaire qui, malgré tous les appels à plus de responsabilité politique dans le monde, continue à définir sa politique». L'Europe doit «s'engager plus fortement en Syrie après le retrait des États-Unis» et ne peut se permettre de «laisser la région en crise au sud de l'Europe [...] aux Poutine et aux Erdogan de ce monde». L'Allemagne est «trop riche, trop grande et, oui, trop puissante pour continuer à fuir ses responsabilités».

Cette offensive bénéficie également du soutien de tous les grands partis qui, comme les médias, ont attrapé la fièvre de la guerre. La seule critique à l'égard de la proposition de Kramp-Karrenbauer concernait son orientation stratégique et comment préparer la zone de sécurité de manière plus professionnelle.

L'Alternative pour l'Allemagne (AfD), une organisation d'extrême droite, a qualifié le gouvernement dans sa déclaration d’«armée chaotique», mais a soutenu qu’elle appuyait en principe cette proposition. Armin-Paulus Hampel, porte-parole de l'AfD en matière de politique étrangère, a exigé au Parlement la semaine dernière que l'Allemagne «fasse pression auprès des Nations Unies pour la création d'une zone de sécurité en Syrie… soutenue par un mandat solide des Nations Unies et une force internationale prête à tirer si quelqu'un essaie d'y entrer».

Le SPD a également fait part de son soutien, bien que des personnalités du parti se soient plaintes à plusieurs reprises de ne pas avoir été consultées sur la décision de Kramp-Karrenbauer. «Le fait que nous discutions ici en Allemagne de ce que nous pouvons faire nous-mêmes pour stabiliser la situation n'est pas illégitime», a déclaré Fritz Felgentreu, représentant du SPD à la commission parlementaire de la défense. La «discussion» sur une zone de sécurité «devrait être menée, mais il faut arriver à quelque chose de réaliste».

Le Parti de gauche et les Verts soutiennent également une affirmation plus agressive des intérêts impérialistes allemands dans la région, exigeant qu'ils soient avant tout dirigés contre les opérations militaires de la Turquie.

La «priorité absolue» doit être «d'exercer des pressions sur la Turquie pour qu'elle se retire du nord de la Syrie et cesse de persécuter les Kurdes dans ces régions», a écrit Anton Hofreiter, chef du groupe des Verts dans une déclaration. Le gouvernement allemand a réagi «beaucoup trop à contrecœur à l'intervention militaire turque illégale» et essayait «maintenant de cacher sa mollesse envers Erdogan».

Le Parti de gauche, qui est un parti de guerre dans le conflit syrien depuis le début, a adopté un ton similaire. Jusqu'à présent, le gouvernement n'avait «pas réussi à saisir toutes les possibilités politiques pour arrêter la marche du président Erdogan vers le nord de la Syrie», s'est plaint Özlem Alev Demirel, vice-président de la Commission de la politique de sécurité et de défense au Parlement européen. «Avant que Kramp-Karrenbauer ne pense à haute voix à une intervention militaire, le gouvernement devrait faire ses devoirs politiques.»

Le Sozialistische Gleichheitspartei est le seul parti qui s'oppose aux plans de guerre de la Grande Coalition et cherche à mobiliser l'énorme opposition des travailleurs et des jeunes. Pour empêcher que l'élite dirigeante n'impose une fois de plus son programme de militarisme et de guerre avec des méthodes fascistes, cette opposition croissante doit être mobilisée sur une base politique consciente. Un mouvement antiguerre doit être construit, basé sur les principes avancés par le Comité international de la Quatrième Internationale, dans sa déclaration Le socialisme et la lutte contre la guerre.

Ces principes sont les suivants :

* La lutte contre la guerre doit se baser sur la classe ouvrière, la grande force révolutionnaire de la société, ralliant à elle tous les éléments progressistes de la population.

* Le nouveau mouvement antiguerre doit être anticapitaliste et socialiste, car il ne peut y avoir de véritable lutte contre la guerre sans une lutte qui vise à mettre fin à la dictature du capital financier et au système économique qui est la cause fondamentale du militarisme et de la guerre.

* Le nouveau mouvement antiguerre doit donc nécessairement garder une pleine et entière indépendance et hostilité envers tous les partis et organisations politiques de la classe capitaliste.

* Le nouveau mouvement antiguerre doit surtout être international et mobiliser toute la puissance de la classe ouvrière dans une lutte mondiale unifiée contre l'impérialisme. À la guerre permanente de la bourgeoisie, il faut opposer la perspective de la révolution permanente de la classe ouvrière, dont le but stratégique est d'abolir le système des États-nations et d'établir une fédération socialiste mondiale. Cela permettra le développement rationnel et planifié des ressources mondiales et, sur cette base, l'éradication de la pauvreté et l'expansion de la culture humaine vers de nouveaux sommets.

(Article paru en anglais le 24 octobre 2019)