L'Iran admet avoir abattu par inadvertance un avion de la compagnie aérienne Ukraine International Airlines, tuant 176 personnes

Par Jordan Shilton et Keith Jones
15 janvier 2020

Le Corps des Gardiens de la révolution islamique (IRGC) d'Iran a admis dans un communiqué télévisé samedi matin qu'il avait abattu par inadvertance un avion d'Ukraine International Airlines peu après son décollage de l'aéroport international de Téhéran mercredi dernier, tuant les 176 personnes à bord.

L'avion a été abattu par un missile de l'IRGC quelques heures à peine après que les forces iraniennes aient effectué des frappes de missiles soigneusement calibrées pour ne faire aucune victime sur deux bases abritant des troupes américaines en Irak. Ces frappes étaient des représailles pour l'assassinat criminel du général Qassem Suleimani par Washington le 3 janvier. Le commandant de l'IRGC et neuf autres personnes ont été tués par un drone américain alors qu'ils quittaient l'aéroport international de Bagdad.

En expliquant comment les forces iraniennes avaient abattu un avion de passagers, le chef de la division aérospatiale de l'IRGC, le général Amir Ali Hajizadeh, a déclaré qu'elles étaient au «plus haut niveau d’alerte» mercredi matin en prévision d'une contre-attaque américaine. Un officier a pris la «mauvaise décision» de tirer sur l'avion après l'avoir pris pour un missile, a dit Hajizadeh, ajoutant: «Nous étions préparés à un conflit total.»

Une déclaration distincte du quartier général des forces armées iraniennes a affirmé que le vol 752 d'Ukraine International Airlines s'était approché «d'un centre militaire sensible du Corps des Gardiens de la révolution islamique à une altitude et dans des conditions de vol qui ressemblaient à des cibles hostiles». La déclaration se poursuit ainsi: «Dans ces circonstances, l'avion a été touché involontairement, ce qui a malheureusement entraîné la mort de nombreux ressortissants iraniens et étrangers».

La grande majorité des personnes tuées étaient soit des citoyens iraniens, soit des personnes nées en Iran, dont 57 Iraniens-Canadiens et plusieurs dizaines d'autres Iraniens qui étudiaient au Canada.

La catastrophe s'est produite dans le contexte des craintes d'une attaque américaine imminente contre l'Iran. Le président américain Donald Trump, qui a personnellement ordonné l'assassinat illégal de Suleimani, avait averti l'Iran que 52 cibles, dont des sites culturels, seraient attaquées si Téhéran ripostait. Samedi, le New York Times a rapporté que Trump et les hauts commandants militaires américains avaient convenu de détruire un navire de commandement et de contrôle iranien dans le golfe Persique si l'Iran lançait des «attaques de vengeance» pour la mort de Suleimani.

Cela n'explique toutefois pas la décision désastreuse de Téhéran de ne pas immobiliser les vols commerciaux à destination et en provenance de Téhéran dans des conditions où il venait d'ordonner des frappes de missiles dans l'Irak voisin et se préparait à des frappes de représailles américaines; ni la réfutation par le régime pendant la majeure partie des trois jours de toutes les suggestions selon lesquelles un missile iranien aurait pu être responsable de l'écrasement du vol 752.

La dissimulation initiale de la responsabilité du régime dans la catastrophe reflète son immense crainte, même face à une guerre potentielle avec les États-Unis, d'un bouleversement social au sein du pays. La République islamique est un État bourgeois dirigé par le clergé chiite, confronté à l'opposition croissante de la classe ouvrière à ses politiques d'austérité et à la croissance des inégalités sociales. Il y a moins de deux mois, elle a brutalement réprimé les protestations de masse concernant une augmentation du prix de l'essence.

Ces circonstances ont contribué au choc, au chagrin et à l'indignation des Iraniens ordinaires au sujet de l'accident d'avion et du rôle du gouvernement. Un reportage a cité une femme iranienne qui a dit: «Ils ont fait très attention de ne pas tuer d'Américains pour se venger de Souleimani. Mais ils n'ont pas fermé l'aéroport ? Cela montre à quel point ce régime se soucie des Iraniens.»

Samedi soir, des manifestations antigouvernementales auxquelles auraient participé des centaines d'étudiants ont eu lieu dans plusieurs campus universitaires de Téhéran. Elles ont finalement été dispersées par la police antiémeute. Dimanche et lundi, des manifestations similaires se sont étendues à d'autres villes, notamment, selon les médias occidentaux, Ispahan, Shiraz, Ispahan, Hamedan et Orumiyeh.

Selon certaines informations, la police antiémeute est sortie en force dans les rues de Téhéran dimanche et des gaz lacrymogènes ont été utilisés sur une foule de la place Azadi, estimée à 1.000 personnes par l'agence gouvernementale Fars New. Selon l'Associated Press, des gaz lacrymogènes ont été tirés sporadiquement à Téhéran, mais il n'y a pas eu de «répression générale» des manifestants.

Washington, ses alliés impérialistes et les médias occidentaux cherchent à exploiter le destin tragique du vol 752 et l'éruption de protestations antigouvernementales pour détourner l'attention du crime de guerre qu'a été l'assassinat de Suleimani et de l'escalade des préparatifs de guerre de l'impérialisme américain contre l'Iran.

Les médias occidentaux ont accordé une grande importance aux protestations contre l'attaque de l'avion, en faisant circuler des clips vidéo qui alimentent leur récit de droite, y compris des images d'Iraniens scandant: «Ils mentent en disant que notre ennemi est l'Amérique, notre ennemi est juste ici».

Aucune couverture de ce type n'a été donnée aux millions d'Iraniens et d'Irakiens qui sont descendus dans la rue ces dix derniers jours pour exprimer leur opposition à l'assassinat de Suleimani par Washington et aux plans visant à plonger l'ensemble du Moyen-Orient dans une guerre catastrophique.

Comme toujours, «l'humanitarisme» et l'indignation morale des représentants politiques de l'impérialisme et de la presse occidentale sont très sélectifs. Trump, qui dirige un gouvernement qui refuse depuis plus de 30 ans de verser des compensations à l'Iran pour l’écrasement du vol 655 par la marine américaine en 1988, qui a tué les 290 personnes à bord, s'est présenté de manière démagogique comme un ami des manifestants.

Dans des tweets postés en anglais et en farsi, il a écrit: «Au courageux peuple iranien qui souffre depuis longtemps: Je suis à vos côtés depuis le début de ma présidence, et mon administration continuera à vous soutenir. Il ne peut y avoir un autre massacre de manifestants pacifiques ni une fermeture d'Internet. Le monde regarde.»

Lors des talk-shows politiques américains de dimanche, le conseiller à la sécurité nationale Robert O'Brien et le ministre de la Défense Mark Esper ont versé des larmes de crocodile pour les personnes tuées dans l’écrasement du vol 752 et se sont présentés comme des partisans des aspirations démocratiques du peuple iranien.

Tout cela est absurde. Trump dirige un gouvernement qui, sous les présidents démocrate et républicain successifs, est responsable de la mort de dizaines de milliers d'Iraniens en raison des sanctions économiques paralysantes que Washington a imposées au pays. Les sanctions, illégales en vertu du droit international et équivalant à une guerre, ont empêché l'acheminement de fournitures médicales essentielles au pays, ont refusé à l'Iran l'accès au marché mondial et ont plongé des millions de personnes dans la pauvreté alors que la monnaie du pays s'est effondrée.

La campagne de guerre économique de Washington a encore exacerbé les tensions de classe en Iran, qui s'accentuaient déjà en raison de l'abandon par le régime bourgeois clérical de pratiquement tous les acquis de la révolution de 1979, qui a renversé la dictature sanglante du Shah soutenue par les États-Unis.

L'objectif de Washington et de ses alliés impérialistes est de restaurer à Téhéran un régime semi-colonial similaire à celui du Shah, qui facilitera leur pillage des ressources énergétiques de l'Iran et présidera à la poursuite de l'appauvrissement de la population iranienne. Alors qu'elle cherche à contrôler le Moyen-Orient, riche en énergie et d’une valeur géostratégique cruciale, l'élite dirigeante américaine ne peut pas accepter l'existence d'un régime iranien qui aspire à poursuivre ses propres intérêts régionaux, sans parler de l'influence croissante dont jouissent des rivaux beaucoup plus importants comme la Russie et la Chine.

La campagne de «pression maximale» de Trump sur le pays et les préparatifs de la guerre totale ne montrent aucun signe de relâchement. Vendredi, Trump a dévoilé une nouvelle série de sanctions contre l'Iran, et davantage de troupes et de moyens militaires américains sont déployés dans la région.

Les représentants du gouvernement iranien ont souligné certaines de ces réalités politiques dans leurs commentaires après avoir admis qu'un missile des GRI avait abattu le vol 752. Après avoir reconnu que l’Iran était responsable d’avoir abattu l’avion, le président Hassan Rouhani a rejeté la responsabilité de l'incident sur les «menaces et l'intimidation» des États-Unis. Le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a tweeté que «l'erreur humaine en temps de crise causée par l'aventurisme américain a conduit au désastre».

L'Iran a promis de coopérer pleinement à une enquête internationale sur la destruction du vol d'Ukrainian Airlines. Les experts ukrainiens en matière d’écrasement aérien sont déjà à Téhéran pour examiner les deux boîtes noires récupérées sur le site de l’écrasement.

Toutefois, tout comme les puissances impérialistes et leurs médias cherchent à tirer parti de la douleur et de la colère suscitées par la duplicité et la négligence des autorités iraniennes, ils chercheront sans aucun doute à exploiter l'enquête, y compris les plaintes selon lesquelles Téhéran ne se montre pas coopératif sur le fonctionnement de son système de défense aérienne et ses procédures opérationnelles, pour intensifier leurs pressions sur Téhéran.

(Article paru en anglais le 13 janvier 2019)