La principale scientifique de la Maison-Blanche avait prévenu que l’ouverture des écoles et des entreprises tuerait des centaines de milliers de personnes.

Selon des courriels publiés vendredi par la sous-commission spéciale de la Chambre sur la crise du coronavirus, la plus haute conseillère scientifique de la Maison-Blanche de Trump a averti en août 2020 que la réouverture prématurée des écoles et des entreprises entraînerait la mort de centaines de milliers de personnes.

Deborah Birx, ancienne coordinatrice de la réponse au coronavirus à la Maison-Blanche (Crédit: AP)

Les courriels faisaient partie du rapport de fin d’année du personnel de la sous-commission, qui conclut que le gouvernement Trump a fait des «efforts délibérés pour saper la réponse du pays au coronavirus» et a cherché «délibérément» à «réduire la quantité de tests effectués.»

Rick Bright, l’ancien chef de l’Autorité pour la recherche et le développement avancés dans le domaine biomédical, qui a averti le public en 2020 que les politiques de Trump entraîneraient «des maladies et des décès sans précédent», a déclaré que le rapport montrait des «actions criminelles».

Loading Tweet ...
Tweet not loading? See it directly on Twitter

La «preuve irréfutable» du rapport de la commission parlementaire était un courriel de la coordinatrice du coronavirus de la Maison-Blanche, Deborah Birx, qui avertissait que l’adoption des propositions visant à mettre fin au port du masque et à la distanciation sociale entraînerait la mort de centaines de milliers de personnes supplémentaires.

«Avec notre scénario d’atténuation actuel, nous nous retrouvons à près de 300 k d’ici Noël et 500 k [500 000] d’ici à ce que nous ayons un vaccin», a-t-elle écrit. «Sans masques et sans distanciation sociale en public et dans les foyers, nous nous retrouvons avec deux fois plus de décès».

Le courriel de Birx le 25 août, prévenant que la fin des mesures sanitaires entraînerait «deux fois plus de décès».

Le courriel de Birx avait été envoyé en réponse aux plans des aides de Trump de rencontrer les partisans de «l’immunité collective», comme Jay Bhattacharya et Martin Kulldorff, qui allaient ensuite être les auteurs de la Déclaration de Great Barrington. Celle-ci est un manifeste de l’American Institute for Economic Research (AIER), une organisation de libre-marché, appelant à la réouverture des écoles et des entreprises alors qu’il y avait encore une transmission communautaire étendue du COVID-19.

Cependant, au lieu d’avertir le public que le résident de la Maison-Blanche, un admirateur connu du meurtrier Adolf Hitler, prévoyait de tuer des centaines de milliers d’Américains, Birx a proposé de «quitter la ville ou tout ce qui pouvait servir de couverture à la Maison-Blanche» pour la réunion prévue entre la Maison-Blanche et les partisans de l’«immunité collective».

La Déclaration de Great Barrington, publiée le 4 octobre, demandait:

Les personnes qui ne sont pas vulnérables devraient être immédiatement autorisées à reprendre une vie normale… Les écoles et les universités devraient être ouvertes à l’enseignement présentiel. Les activités extra-scolaires, comme le sport, devraient être reprises. Les jeunes adultes à faible risque devraient travailler normalement, plutôt qu’à domicile. Les restaurants et autres commerces devraient ouvrir. Les arts, la musique, le sport et les autres activités culturelles devraient reprendre.

Le 13 octobre 2020, le New York Timesa publié un article intitulé «La Maison-Blanche adopte une déclaration de scientifiques s’opposant aux mesures de confinement et s’appuyant sur l’“immunité collective”».

Sur cette photo de septembre 2020, le président de l’époque, Donald Trump, regarde le Dr Scott Atlas, conseiller de la Maison-Blanche sur le coronavirus, s’exprimer lors d’une conférence de presse sur la pandémie (AP Photo/Alex Brandon).

L’article du Timesindiquait que deux responsables de la Maison-Blanche – vraisemblablement le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux Alex Azar et le conseiller de Trump, Scott Atlas – ont «cité» la déclaration de Great Barrington et qu’elle a été «adoptée» par la Maison-Blanche.

Dans ce qui était vraisemblablement le même point de presse anonyme, le Washington Posta cité ainsi des responsables de la Maison-Blanche: «Le plan approuve ce que la politique du président a été pendant des mois», ce qui inclut des appels à «ouvrir les écoles et les entreprises».

En fait, selon les responsables de la Maison-Blanche, les États de tout le pays, à l’instigation du gouvernement Trump, ont rapidement rouvert les écoles et les entreprises en avril, la plupart des restrictions étant levées à la fin du mois de mai.

Cela a rapidement produit une résurgence massive de la pandémie, avec de nouveaux cas quotidiens qui atteignent plus de 300.000 en janvier 2021, et des décès quotidiens atteignant un record de plus de 4.000.

L’élection présidentielle de novembre s’est déroulée au plus fort de cette recrudescence massive, le candidat Joe Biden déclarant que Trump «dit que nous apprenons à vivre avec. Les gens apprennent à mourir avec».

Biden s’est engagé à «suivre la science» et à préconiser le port universel de masques et des investissements généralisés dans la recherche des contacts.

Mais Biden a au contraire découragé le port du masque, disant en avril 2021 «Enlevez votre masque. Vous en avez gagné le droit». Biden a appelé à la réouverture complète des écoles et des entreprises et a exhorté les personnes vaccinées à ne pas tenir compte de la distanciation sociale. Dans le même temps, il a coupé les ressources pour les tests et la recherche des contacts aux États-Unis, tandis que les Centres de contrôle et prévention des maladies (CDC) cessaient de rendre compte des nouvelles infections à la COVID-19.

Ces politiques ont produit une résurgence massive de la pandémie avec les variants Delta, et maintenant Omicron.

Lorsque l’auteur de cet article a demandé au directeur de recherche de l’AIER Phil Magness de commenter la relation entre la Déclaration de Great Barrington et les politiques du gouvernement Biden, celui-ci a répondu que «de nombreuses recommandations de la GBD sont devenues réalité dans les États [démocrates et républicains] depuis qu’ils ont rouvert».

C’est là un aveu extrêmement important. Il confirme, directement de la source, que la politique dont Deborah Birx, alors la scientifique la plus haut placée de la Maison-Blanche, disait qu’elle entraînerait la perte de centaines de milliers de vies, est en fait devenue la politique dominante aux États-Unis.

(Article paru d’abord en anglais le 21décembre 2021)

Loading