Le Royaume-Uni s’apprête à expulser des demandeurs d’asile vers le Rwanda le 14 juin

Le ministère de l’Intérieur britannique poursuit sa politique brutale d’expulsion des demandeurs d’asile vers le Rwanda. Deux mois après l’annonce de son accord de partenariat sur la migration et le développement économique avec l’État d’Afrique de l’Est – en vertu duquel les personnes arrivant clandestinement au Royaume-Uni doivent être renvoyées à 7200 km de là pour que leur demande d’asile soit «traitée» – le premier vol doit partir le 14 juin.

Selon l’accord, toute personne réputée être arrivée «irrégulièrement» au Royaume-Uni depuis le 1er janvier 2022 peut être relocalisée au Rwanda. Une fois au Rwanda, si une demande d’asile est jugée légitime, la personne ne sera autorisée à rester qu’au Rwanda, pas au Royaume-Uni. Sinon, elle sera expulsée vers un pays tiers.

La ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, et le ministre rwandais des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Vincent Biruta, signent le partenariat pour la migration et le développement économique (Source: Priti Patel/Twitter)

Le 1er juin, un communiqué du ministère de l’Intérieur indiquait qu’il avait commencé à «émettre des lettres officielles d’instruction de renvoi à ceux qui devraient se rendre au Rwanda». Parmi «ceux qui y sont relocalisés» se trouvent «des personnes qui ont effectué des voyages dangereux, inutiles et illégaux, notamment en traversant la Manche...»

Dans le cadre du nouveau plan pour l’immigration de la ministre de l’Intérieur Priti Patel, on s’attend à ce que des dizaines de milliers de personnes soient transportées par avion vers le Rwanda et, éventuellement, vers d’autres États.

Les vols auront lieu bien qu’ils aient été qualifiés d’illégaux par des groupes de défense des droits de l’homme.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) doit publier son dernier rapport deux jours après le départ du vol Royaume-Uni-Rwanda sur le nombre de personnes ayant subi un déplacement forcé dans le monde [article en anglais]. Il estime que le nombre total de demandeurs d’asile dans le monde s’élève déjà à 100 millions. Le chef du HCR, Filippo Grandi, a déclaré que la loi sur la nationalité et les frontières en vertu de laquelle le gouvernement Johnson a élaboré sa politique rwandaise «sape la capacité des personnes en danger à chercher refuge au Royaume-Uni et affaiblit la protection des réfugiés dans le monde».

Rien de tout cela ne perturbe le gouvernement. Le communiqué du ministère de l’Intérieur citait la menace de Patel que, «tout en sachant que des tentatives seront maintenant faites pour contrecarrer le processus et retarder les renvois, je n’en serai pas dissuadée...» Le Guardian a noté que le premier vol vers le Rwanda devrait coïncider avec un voyage une semaine plus tard par le premier ministre Boris Johnson à Kigali pour la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth. Les commentaires de Patel ont suivi les commentaires délibérément incendiaires de Johnson, qui a déclaré au Daily Mail qu’il était prêt à «porter ce combat [...] Nous avons un énorme diagramme de tâches à effectuer pour y arriver, avec les avocats gauchistes».

Steven Galliver-Andrew, un avocat travaillant dans le domaine du droit de l’immigration, a déclaré à la BBC la semaine dernière que le gouvernement avait fixé la date d’expulsion du 14 juin, mais «la loi qui permet au gouvernement de le faire ne semble pas entrer en vigueur avant le 28 juin 2022».

Des personnes soupçonnées d’être des migrants débarquent d’un bateau de patrouille des forces frontalières britanniques après avoir été récupérées d’un petit hors-bord dans la Manche dans le port de Douvres, en Angleterre, le jeudi 16 septembre 2021 (AP Photo/Alastair Grant)

Au moins 100 personnes ont reçu des lettres les informant qu’elles sont envoyées au Rwanda. L’association caritative Care4Calais a déclaré cette semaine qu’elle «travaillait avec 80 personnes sur 100 dans des centres de détention qui ont reçu des “avis d’intention” pour les renvoyer au Rwanda. Dix-sept ont reçu des avis indiquant que leur “déportation” (le terme utilisé par le groupe) est imminente, dont 10 ont été notifiés de la date du 14 juin. Ils sont tous dans des centres de détention et ils ont tous très peur».

Un article de Care4Calais note: « Les réfugiés ne seront pas en sécurité. Le Rwanda est une dictature qui emprisonne, torture et assassine les personnes qui s’élèvent contre le gouvernement. Des groupes internationaux de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International, Human Rights Watch et le HCR, ont exprimé de sérieuses inquiétudes. Il serait impossible d’assurer la sécurité des personnes que le Royaume-Uni a l’intention d’y envoyer.»

La peur d’être envoyé au Rwanda est telle qu’un groupe de demandeurs d’asile détenus à Brook House, près de l’aéroport de Gatwick à Londres, a entamé une grève de la faim de cinq jours qui s’est terminée le 3 juin.

Dans leurs lettres d’expulsion, qui font 20 pages et ne sont disponibles qu’en anglais, les personnes sélectionnées pour être expulsées vers le Rwanda sont informées qu’elles n’ont pas le droit de faire appel en raison de leur manière employée pour arriver en Grande-Bretagne par un itinéraire jugé illégal. Le Guardian a énuméré les différentes nationalités des personnes menacées d’expulsion, y compris des groupes de pays déchirés par la guerre dont la Syrie, le Soudan, l’Afghanistan et l’Irak. Le Royaume-Uni aidera à les renvoyer dans les zones de guerre qu’elles ont fuies. La lettre déclare: «Vous avez la possibilité de quitter volontairement le Royaume-Uni. Cependant, si vous êtes expulsé, ce sera au Rwanda».

Un extrait du document remis aux demandeurs d’asile par le ministère de l’Intérieur du Royaume-Uni pour les informer qu’ils seront transportés par avion au Rwanda le 14 juin 2022 (Source: Ioannis E Kolovos/Twitter)

Patel, aidée par des journaux tabloïds et d’autres médias crachant du venin pendant des années sur les immigrants qui «envahissent» le Royaume-Uni via la Manche, a promis que son projet de loi mettrait fin aux traversées, permettant à la Grande-Bretagne de «maîtriser» ses frontières. La réalité est que son système d’expulsion sera utilisé contre toute personne que le gouvernement veut expulser. Le Guardian a noté: «Un nombre important de ceux du premier groupe de 100 qui ont été ciblés pour la délocalisation au Rwanda sont originaires du Soudan.

«Les Soudanais ne sont pas le plus grand groupe de nationalités à arriver au Royaume-Uni sur de petits bateaux au premier trimestre de cette année où ils se sont classés septièmes avec 137 arrivées entre janvier et mars de cette année. Ils ont un taux de réussite de 92% de leurs demandes d’asile.»

Signifiant à quel point la politique rwandaise est brutale, la promesse du ministère de l’Intérieur selon laquelle seuls les hommes célibataires seraient expulsés vers le Rwanda s’avère être un mensonge. Selon Care4Calais, «Deux des garçons [qui doivent être transportés par avion au Rwanda] disent qu’ils n’ont que 16 ans. Le ministère de l’Intérieur indique qu’ils ont 23 et 26 ans, il est donc essentiel que des évaluations d’âge appropriées soient effectuées avant toute expulsion. Un jeune de 16 ans a vu son frère tué devant lui lorsque son village a été attaqué au Soudan. Il s’est échappé et est revenu plus tard pour trouver tout le village détruit.»

Le Guardian a cité Daniel Sohege, directeur de campagnes pour Love146 UK, qui a déclaré: «Nous voyons des enfants de 14 ans être évalués à tort à 23 ans. Le nombre d’enfants que nous avons vus qui se voient attribuer la date de naissance de 1999 alors qu’ils ont clairement moins de 18 ans est très préoccupant et met les jeunes en danger.»

Pendant plusieurs semaines, et à nouveau après avoir survécu à un vote de censure contre sa direction lundi, Johnson a insisté sur le fait que le gouvernement «passe à autre chose» afin de mettre en œuvre son programme de Brexit. Cela repose sur une intensification de l’assaut contre les emplois, les salaires, les conditions de travail et les retraites de la classe ouvrière, à appliquer, comme le révèle la politique d’immigration, en déchirant les droits démocratiques.

La politique rwandaise et le programme global de lutte contre l’immigration sont soutenus par toutes les factions du Parti conservateur, y compris les députés parlementaires se faisant passer pour de nouveaux militants moralisateurs voulant le départ de Johnson.

La défense des immigrés, des réfugiés et des demandeurs d’asile est criminalisée. Le mois prochain, trois personnes doivent être jugées après avoir empêché [article en anglais] l’année dernière, en faisant partie d’une foule immense, la police de Glasgow d’emmener deux immigrants en vue de leur expulsion. Le ministère public écossais a déclaré qu’ils devaient comparaître au tribunal les 3 et 4 août. Dans une pétition, les «Kenmure Street Three» exigent que les accusations d’infraction à l’ordre public portées contre eux soient abandonnées: «Tout en résistant à cela aux côtés de milliers d’autres, nous avons été brutalisés, enfermés et sommes maintenant confrontés à un processus judiciaire répressif et éprouvant. Nous ne devrions pas subir cela.»

La disparition forcée de personnes à des milliers de kilomètres dans un pays qui a été le théâtre d’un génocide à grande échelle il y a moins de deux décennies n’est que la dernière salve de l’assaut du gouvernement contre les normes démocratiques. Le gouvernement a annoncé son intention dans le discours de la Reine en mai de supprimer la loi de 1998 sur les droits de l’homme, qui intègre la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). Une nouvelle déclaration des droits vise à réviser la loi. Le secrétaire à la Justice Dominic Raab a déclaré en mars que parmi les «domaines problématiques» qu’elle abordera figurent «les défis liés à l’expulsion des délinquants étrangers».

(Article paru en anglais le 7 juin 2022)

Loading