Jake Silverstein, rédacteur en chef du New York Times Magazine, tente de se distancer du principal mensonge promu par le Projet 1619

Par Tom Mackaman
19 mars 2020

Mercredi dernier, le rédacteur en chef du New York Times Magazine, Jake Silverstein, a annoncé que le projet de 1619 modifierait légèrement son affirmation selon laquelle la Révolution américaine était une entreprise raciste dont le but était d’empêcher l'Empire britannique de mettre fin à l'esclavage.

Dans «Une mise à jour du Projet 1619», Silverstein a affirmé qu'une modification de l'essai principal du Projet, par Nikole Hannah-Jones, servirait de «clarification d'un passage» dont «la formulation initiale pourrait être lue comme suggérant que la protection de l'esclavage était une motivation première de tous les colons».

La «mise à jour» de Silverstein n'est rien d'autre qu'un exercice cynique pour sauver la face rendu nécessaire par la révélation que le Projet 1619 a ignoré ses propres vérificateurs de faits. Le 6 mars, la professeure Leslie Harris de l'université Northwestern a publié un exposé sur Politico intitulé «J'ai aidé à vérifier les faits du projet 1619. Le Times m'a ignoré». Harris a écrit qu'elle «a vigoureusement contesté l'affirmation» selon laquelle la Révolution américaine avait été menée pour défendre l'esclavage. Elle a expliqué:

[blockquote][L]'esclavage dans les colonies ne faisait face à aucune menace immédiate de la part de la Grande-Bretagne, de sorte que les colons n'auraient pas eu besoin de faire sécession pour la protéger. Il est vrai qu'en 1772, la célèbre affaire du Somerset a mis fin à l'esclavage en Angleterre et au Pays de Galles, mais elle n'a eu aucun impact sur les colonies britanniques des Caraïbes, où la grande majorité des Noirs réduits en esclavage par les Britanniques travaillaient dur et mourraient, ni sur les colonies d'Amérique du Nord. Il a fallu 60 ans de plus pour que le gouvernement britannique mette enfin fin à l'esclavage dans ses colonies des Caraïbes.[/blockquote]

Dans sa mise à jour, Silverstein ne s'excuse pas auprès des cinq éminents historiens qui, dans une lettre envoyée en décembre au Times, se sont spécifiquement opposés à l'affirmation selon laquelle la Révolution a été entreprise pour défendre l'esclavage. Les historiens Victoria Bynum, James McPherson, James Oakes, Sean Wilentz et Gordon Wood ont demandé que cette affirmation soit corrigée, ainsi que plusieurs autres erreurs et distorsions flagrantes dans le Projet.

Dans une réponse arrogante publiée dans le numéro du 29 décembre du New York Times Magazine, Silverstein a rejeté la lettre des historiens. Il a affirmé malhonnêtement que l'ensemble du Projet avait été soigneusement examiné «pendant le processus de vérification des faits [par] les experts en la matière» et que «nous ne pensons pas que la demande de corrections du Projet 1619 soit justifiée».

L'effort tardif de Silverstein pour limiter les dégâts ne retire pas l'affirmation du Projet 1619 selon laquelle 1776 était un «mensonge» et une «mythologie fondatrice». Le rédacteur en chef du Times tente de remédier à une présentation totalement fausse et intenable de la Révolution américaine par un changement sémantique mineur. Le passage de Hannah-Jones se lit maintenant, avec un passage modifié en italique:

[blockquote]Le fait que l'une des principales raisons pour lesquelles certains des colons ont décidé de déclarer leur indépendance de la Grande-Bretagne était qu'ils voulaient protéger l'institution de l'esclavage est commodément écarté de notre mythologie fondatrice. En 1776, la Grande-Bretagne s'est trouvée en profond conflit sur son rôle dans l'institution barbare qui avait remodelé l'hémisphère occidental.[/blockquote]

Ce passage est toujours faux. La protection de l'esclavage n'a pas pu être une cause importante de la Révolution américaine, car, loin de constituer une menace pour l'esclavage, l'Empire britannique contrôlait la traite des esclaves et profitait énormément de son commerce de personnes, ainsi que de ses plantations des Caraïbes qui sont restées loyales pendant la guerre d'indépendance.

Pourtant, dans son article, Silverstein réitère l'erreur initiale et l'aggrave par de nouvelles couches de confusion. Il écrit: «Nous sommes d'accord sur le point fondamental, à savoir que parmi les diverses motivations qui ont poussé les patriotes vers l'indépendance, il y avait la crainte que les Britanniques cherchent ou cherchaient déjà à perturber de diverses manières le système d'esclavage américain bien établi» [c'est nous qui soulignons].

Il n'y a aucune preuve de cela. La chaîne d'événements qui a conduit «vers» l'indépendance avait déjà commencé avec la crise du Stamp Act de 1765, sept ans avant la décision de Somerset. Les «Britanniques» n'ont pas cherché à perturber «l'esclavage américain» avant que la proclamation de Lord Dunmore de 1775 – émise après le début de la guerre d'indépendance – n'offre une émancipation aux esclaves et aux travailleurs sous contrat de servitude qui prenaient les armes contre des maîtres déjà en rébellion. Cette proclamation préservait en fait explicitement l'esclavage pour les sujets britanniques loyaux, dont beaucoup allaient finir leurs jours avec Dunmore dans son dernier poste de gouverneur royal des Bahamas, pays riche en esclaves.

Silverstein affirme que le Projet 1619 s'appuie sur les connaissances des «40 dernières années environ» qui, selon lui, révèlent «que les patriotes représentaient une coalition vraiment diverse, animée par des intérêts variés, qui variaient selon la région, la classe, l'âge, la religion et une foule d'autres facteurs», par opposition à «ceux qui supposent l'unanimité des colons, comme l'ont fait beaucoup d'histoires antérieures d'interprétation de la cause patriote». C'est de la poudre aux yeux. Aucun érudit sérieux – depuis un siècle, jusqu'à Charles Beard – n'a jamais nié qu'il y avait divers intérêts en jeu dans la Révolution et que de larges couches de la population coloniale étaient entraînées dans une guerre qui a tué plus d'Américains en proportion de la population que toute autre en dehors de la Guerre de Sécession, et qui a duré plus longtemps que toutes les autres jusqu'aux actuelles guerres impérialistes en Afghanistan et en Irak (que le Times a toutes deux soutenues sans relâche).

En fait, c'est le Times qui a dépeint la Révolution américaine comme un épisode de «l'unanimité des colons». Le Projet 1619 présente la révolution comme une simple conspiration des Pères fondateurs blancs menée pour préserver l'esclavage et créer une démocratie fictive. Le couronnement de cette conspiration, selon Hannah-Jones, a été la Déclaration d'indépendance et la Constitution. Sur cette question, Silverstein, Hannah-Jones et les historiens qu'ils citent – Lerone Bennett, Gerald Horne, Woody Holton et David Waldstreicher – se retrouvent dans le sillage de John C. Calhoun et des autres défenseurs incendiaires de l'esclavage de la fin de la période d'avant-guerre. Bien que ces historiens tracent un signe «moins» là où les incendiaires mettaient un signe «plus», tous s'accordent à dire que la Déclaration d'indépendance et la Constitution ont fondé une slavocratie, et non une démocratie bourgeoise.

Ils ne tiennent pas compte de Frederick Douglass et des autres abolitionnistes qui ont trouvé dans la Constitution le mécanisme juridique pour la destruction ultime de l'esclavage, et dans la Déclaration leurs «écritures sacrées», selon les mots du grand spécialiste de l'esclavage américain, le regretté David Brion Davis. En effet, ce qui est le plus flagrant dans la falsification du Projet 1619, c'est qu'il ne tient pas compte du fait que la Révolution américaine a finalement conduit à la destruction de l'esclavage. Ce n'est que «quatre vingtaines et sept ans plus tard», comme l'a dit Lincoln en comptant les années à partir de Gettysburg en 1863, qu'une institution qui existait depuis l'Antiquité, et dans le Nouveau Monde depuis 350 ans, a été détruite.

L'article de Silverstein ne fait aucun commentaire sur les nombreuses autres erreurs et distorsions factuelles au coeur du Projet 1619 et qui ont été démasquées par le World Socialist Web Site et des historiens de premier plan. Parmi celles-ci, on peut citer:

• Sa présentation de l'esclavage comme un «péché originel» américain unique, entièrement formé – juridiquement et racialement – dès le début en 1619, tout comme il l'était au moment de la guerre de Sécession. Le professeur Harris rapporte qu'elle s'est également opposée à cette erreur dans sa vérification des faits, mais qu'aucun changement n'a été apporté.

• Sa sélection tendancieuse de citations de Lincoln destinées à faire croire qu'il était raciste est clairement tirée de la biographie discréditée de Bennett sur Lincoln, Forced into Glory.

• Son affirmation selon laquelle les Noirs américains se sont battus «essentiellement... seuls» pour faire de l'Amérique une démocratie. Cette affirmation ne tient pas compte des centaines de milliers d'Américains qui sont morts pendant la guerre civile ni du caractère clairement interracial des mouvements abolitionnistes, des droits civils et des travailleurs.

• Elle prétend à tort qu'elle place les Noirs américains au «centre même» de l'histoire américaine alors qu'en fait, le Projet n'inclut aucun Noir américain comme acteur historique. Ceux qui y apparaissent ne sont que des symboles, les jouets du véritable acteur historique, le «racisme anti-noir» qui est inexorablement enraciné dans un «ADN national». Ni Frederick Douglass ni Martin Luther King ne sont même mentionnés.

• Son argument selon lequel toutes sortes de problèmes sociaux dans l'Amérique contemporaine – du manque de soins de santé à l'obésité en passant par les embouteillages – sont les conséquences directes du «péché originel» de l'esclavage et sont donc des fonctions de l'identité raciale, et non de l'exploitation capitaliste.

Rien de tout cela n'est une question de sémantique. La dernière incursion de Silverstein ne fait qu'ajouter une nouvelle couche de malhonnêteté à la sordide affaire du Projet 1619. S'il voulait sérieusement valoriser la critique, comme il le prétend, Silverstein aurait pu écrire ce qui suit:

[blockquote]Nous remercions les historiens qui ont porté à notre attention les nombreuses erreurs du Projet 1619. Nous sommes obligés de reconnaître et de corriger ces erreurs. Nous avons écrit aux écoles qui ont déjà reçu des copies du matériel du Projet pour leur demander de les retourner et de ne pas les donner aux élèves jusqu'à ce que les erreurs et les distorsions, ainsi que les processus qui y ont conduit, puissent être corrigées. Nous présentons nos excuses les plus sincères aux historiens dont nous avons calomnié l'érudition et le professionnalisme. Le Times sollicitera leur aide pour préparer une édition révisée du Projet 1619. Enfin, et il est difficile pour nous de l’admettre, nous recommandons à nos lecteurs d'étudier les essais et les interviews critiquant le Projet 1619 publiés sur le World Socialist Web Site.[/blockquote]

Nous ne retiendrons pas notre souffle en attendant une telle déclaration.

(Article paru en anglais le 16 mars 2020)