La sécurité et la Quatrième Internationale

Sylvia Ageloff et l'assassinat de Léon Trotsky

Partie 1

Partie 1 | Partie 2 | Partie 3 | Partie 4

Le 20 août 1940, Léon Trotsky a été assassiné par l'agent stalinien Ramón Mercader à Coyoacán, dans la banlieue de Mexico. L'accès de Mercader au grand révolutionnaire a été rendu possible grâce à sa relation avec Sylvia Ageloff, membre du Socialist Worker Party (SWP). Au lendemain de l'assassinat, Ageloff s'est présentée comme une victime innocente de la duplicité de Mercader, une affirmation qui n'a jamais été contestée par le SWP.

Cette série d'articles constitue la première enquête systématique du mouvement trotskyste sur le rôle d'Ageloff et poursuit le travail du Comité international de la Quatrième Internationale et de son enquête La sécurité et la Quatrième Internationale. Elle sera publiée en quatre parties.

Introduction

L'agent stalinien Ramón Mercader a assassiné Léon Trotsky en fin d'après-midi le 20 août 1940, à Coyoacán, dans la banlieue de Mexico. Le soir suivant, 26 heures après l'attaque, le codirigeant de la révolution d'octobre 1917 est mort de la blessure infligée par Mercader.

Le meurtre de Léon Trotsky est l'assassinat politique le plus important du XXe siècle. Il a privé la classe ouvrière internationale de l'homme qui, aux côtés de Lénine, était le plus grand théoricien marxiste et leader révolutionnaire du XXe siècle. La mort de Trotsky a gravement affaibli la Quatrième Internationale, dans la fondation de laquelle il avait joué un rôle décisif en 1938, et a sapé le développement du mouvement socialiste mondial pour les décennies à venir.

Malgré les dénégations mensongères du régime stalinien soviétique, on a immédiatement supposé dans le monde entier que l'assassin était un agent de la police secrète de l'Union soviétique, la GPU. Mais pendant 35 ans, le monde n'a pas su grand-chose sur l'ampleur de la conspiration et sur le réseau d'agents utilisés par le régime stalinien pour préparer et exécuter l'assassinat. La véritable identité de l'homme qui s'est fait appeler «Jacques Mornard» puis «Frank Jacson» n'a été établie de manière concluante qu'en 1950. Le parti politique principalement responsable de la sécurité de Trotsky – le Socialist Workers Party (SWP) américain, alors la section américaine sympathisante de la Quatrième Internationale – non seulement n'a pas mené d'enquête substantielle sur les efforts de la GPU pour infiltrer le mouvement trotskyste à l'échelle mondiale dans les années précédant l'attentat, mais le SWP a refusé de reconnaître les preuves de la pénétration de haut niveau de la GPU dans sa propre organisation et les a directement dissimulées. Toute référence à l'infiltration de la GPU et des espions du FBI dans le mouvement trotskyste, sans parler de sa mise au jour, a été dénoncée par les dirigeants du SWP comme une «provocation».

Léon Trotsky (1879-1940)

En mai 1975, le Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI) a ouvert une enquête sur l'assassinat de Trotsky. Ses conclusions, publiées sous le titre La sécurité et Quatrième Internationale, ont identifié le réseau international d'agents de la GPU impliqués dans l'assassinat, y compris les agents qui sont restés dans le SWP pendant des décennies après la mort de Trotsky.

Malgré les efforts déployés pour saboter le travail du Comité international, l'enquête sur La sécurité et la Quatrième Internationale s'est poursuivie et a abouti à des conclusions d'une importance extraordinaire.

Suite à la décision d'ouvrir l'enquête, des documents critiques non publiés du gouvernement américain déposés aux Archives nationales à Washington DC, relatifs à l'assassinat, ont été découverts par Alex Mitchell, rédacteur en chef de la Workers Press (le journal de la section britannique du CIQI). En août 1975, le trotskyste américain David North, agissant au nom du CIQI, a localisé et photographié Mark Zborowski à San Francisco. Dans les années 1930, avant d'émigrer aux États-Unis en 1941, Zborowski avait joué un rôle central dans la fourniture d'informations qui ont conduit à l'assassinat par les staliniens du fils de Trotsky, Léon Sedov, de deux des secrétaires politiques de Trotsky, Erwin Wolf et Rudolf Klement, et d'un transfuge de la GPU qui a déclaré son soutien à la Quatrième Internationale, Ignace Reiss. Les premiers résultats de l'enquête de La sécurité et de la Quatrième Internationale ont été publiés fin 1975 sous le titre How the GPU Murdered Trotsky (Comment la GPU a assassiné Trotsky).

En décembre 1976, Mitchell et North se sont rendus à Mexico, où ils ont interrogé des personnes qui avaient été témoins des événements entourant l'assassinat. Les progrès de l'enquête aux États-Unis ont prouvé que la secrétaire personnelle du chef du SWP James P. Cannon de 1938 à 1947, Sylvia Caldwell (née Callen), était un agent de la GPU. Le CIQI a découvert des documents établissant que Joseph Hansen, secrétaire de Trotsky au Mexique de 1937 à 1940, qui devait devenir un dirigeant clé du SWP jusqu'à sa mort en 1979, avait été un agent de la GPU et, plus tard, un informateur du FBI. Comme on pouvait s'y attendre compte tenu de son activité d'espion et d'informateur du gouvernement, c'est Joseph Hansen qui a agi à la tête du SWP pendant des décennies comme l'opposant le plus déterminé à la «provocation» liée à la présence d’agents. Il a notamment qualifié de «paranoïaques» ceux qui cherchaient à défendre la sécurité du mouvement trotskyste contre les activités perturbatrices et meurtrières de la GPU (connu plus tard sous le nom de KGB) et du FBI.

Les premières conclusions de La sécurité et la Quatrième Internationale ont été publiées entre 1975 et 1978. Les développements ultérieurs – en particulier les documents obtenus grâce au procès intenté par Alan Gelfand contre l'espionnage gouvernemental au sein du SWP – ont corroboré les éléments les plus critiques de l'enquête du Comité international. D'autres corroborations ont été obtenues grâce à la publication de documents de la police secrète du GPU-KGB après la dissolution de l'Union soviétique en 1991.

Plus récemment, les travaux de chercheurs indépendants qui ont utilisé les conclusions de La sécurité et la Quatrième Internationale ainsi que d'autres documents publiés dans les archives de l'État mexicain ont mis au jour des preuves importantes qui permettent de comprendre très précisément comment l'assassinat de Trotsky a été planifié et réalisé.

L'analyse de ces nouvelles informations – combinée à l'examen du parcours personnel de Sylvia Ageloff ainsi que de ses activités politiques alors qu'elle était ostensiblement membre du SWP, et de ses relations de travail étroites avec Ramón Mercader – permet au Comité international de fournir un compte-rendu précis du rôle crucial joué par Ageloff dans la mise sur pied de l'assassinat de Trotsky.

Le récit qui suit réfute la version non contestée depuis 80 ans selon lequel Ageloff était une innocente dupe qui a été utilisée par Mercader pour accéder à Trotsky. Ce personnage public a été inventé par Ageloff et Mercader dans la foulée immédiate de l'assassinat. Les faits réels dissimulés par l'histoire pathétique de la «pauvre petite Sylvia» n'ont jamais fait l'objet d'une enquête sérieuse. Le récit a acquis un statut mythique. Mais ce mythe n'a aucun fondement dans la réalité.

L'acceptation du mythe a nécessité d'interpréter les aspects les plus douteux et même les plus incroyables de la relation Ageloff-Mercader de la manière la plus innocente et la plus apolitique. Ageloff devait être considérée comme un «jouet du destin» – une femme sans agence, errant aveuglément dans la vie, et si incroyablement stupide qu'elle était incapable de reconnaître les contradictions transparentes et bizarres dans la mystérieuse histoire de la vie et des activités de l'homme avec lequel elle couchait depuis près de deux ans.

Mais une fois le mythe remplacé par un examen objectif des faits, la jeune femme de Brooklyn apparaît sous un tout autre jour. De 1938 à 1940, Ageloff a adopté une série de comportements délibérés qui ont fait progresser les efforts de la GPU pour encercler et tuer Trotsky au point de rendre toute explication innocente intenable.

À chaque étape de la préparation de l'assassinat, c'est Sylvia Ageloff qui a joué le rôle décisif dans l'intégration de Mercader au mouvement trotskyste, et, finalement, à la villa fortifiée de Coyoacán. La conclusion de la présente enquête est que Sylvia Ageloff était un agent de la GPU et la complice de Ramón Mercader dans l'assassinat de Léon Trotsky.

En 1940, la police mexicaine a mené la seule enquête simultanée sur l'assassinat et a déterminé qu'Ageloff était complice du meurtre de Trotsky. Les fonctionnaires mexicains l'ont arrêtée et emprisonnée, l'ont accusée de meurtre et l'ont poursuivie. Ageloff semble avoir été sauvé de la condamnation grâce à l'intervention diplomatique des autorités américaines. À l'époque, le SWP n'a pas fourni de rapports sur l'enquête mexicaine en cours sur Ageloff et a tenu les membres du parti dans l'ignorance. Le SWP n'a pas remis en question le récit disculpatoire d'Ageloff sur son rôle dans la chaîne des événements qui ont conduit au meurtre de Trotsky. La présente enquête doit donc commencer par l'examen du mythe de la «pauvre petite Sylvia».

Le mythe de Sylvia Ageloff

Ageloff et Mercader

Selon la version classique des faits, Sylvia Ageloff était une assistante sociale naïve et accueillante de Brooklyn. Apparemment en manque d'affection, la jeune membre du SWP a rapidement été séduite par le fringant Jacques Mornard, l'un des nombreux pseudonymes utilisés par l'assassin et le nom qu'il a utilisé lors de leur rencontre. Il a cruellement exploité les vulnérabilités émotionnelles et l'inexpérience d'Ageloff, et a fini par la tromper pour qu’elle le fasse entrer dans la maison de Trotsky.

Mercader a utilisé l'ouverture fournie involontairement par le désemparé Ageloff pour mener l'attaque. Selon ce récit, Ageloff, au cours d'une liaison intime avec Mornard qui a duré près de deux ans, a négligé ou écarté les contradictions flagrantes de sa couverture, qui comprenait l'utilisation de plusieurs noms, des mensonges transparents sur son passé familial, des activités commerciales mystérieuses et un accès inexpliqué à de grosses sommes d'argent.

Comme les trois singes, mais concentrés en une seule personne, Ageloff ne vit pas le mal, n'entendit pas le mal et, surtout, ne fit pas le mal.

Cette histoire – qui l'exonère de toute responsabilité pénale pour les conséquences de ses actes – a été à l'origine inventée par Mercader lui-même. «Sylvia n'a rien à voir avec cela», a-t-il déclaré aux interrogateurs de la police après son arrestation. [1] Il s'en est tenu à son histoire jusqu'à sa mort à Cuba en 1978. Son frère, Luis Mercader, dira plus tard de Mercader: «Il n'a jamais trahi les siens.» [2] Son avocat, Eduardo Ceniceros, a reconnu après la mort de Mercader: «Il n'a jamais rien avoué à personne, même s'il a traversé la plus terrible des tempêtes.» [3]

L'alibi que l'assassin a fourni à Ageloff – même si Mercader niait qu'il avait lui-même quelque chose à voir avec la police secrète stalinienne – est devenu la base de l'image pathétique de la «pauvre petite Sylvia».

Ageloff était, dit-on depuis longtemps, tellement choquée par la trahison de Mercader qu'elle est devenue hystérique et ne pouvait pas répondre aux questions posées par la police mexicaine ou les agents fédéraux américains qui enquêtaient sur l'attentat. Ageloff a soutenu qu'elle était une membre loyale du SWP qui avait été embarquée dans un drame qu'elle n'était pas équipée pour comprendre. Apparemment traumatisée, Ageloff a quitté le mouvement trotskyste et n'a plus jamais fait surface dans la politique radicale. À l'exception du gouvernement mexicain, au lendemain de l'assassinat, personne, et surtout pas le SWP, ne semblait particulièrement intéressé par l'examen critique de l'alibi fourni à Ageloff par l'assassin.

Deux films majeurs sur le crime – L'assassinat de Trotsky (1972) de Joseph Losey et El elegido (2016) d'Antonio Chavarrías – ont placé le mythe au centre de leur récit du complot de meurtre. Quant à Ageloff, elle est passée à autre chose, passant les 55 années restantes de sa vie dans un riche anonymat. Résidant finalement dans un confortable appartement de Manhattan, Ageloff est morte en 1995 à l'âge de 86 ans sans laisser d'explication détaillée sur la façon dont elle en est venue à jouer un rôle aussi crucial dans une tragédie du XXe siècle.

Sylvia Ageloff

Un fait irréfutable ressort de la reconstitution minutieuse du complot d'assassinat de Trotsky: Si l'on retire Ageloff de la chaîne des événements, il n'y aurait pas eu d'assassinat le 20 août 1940. Sans l'ouverture que lui a procurée sa relation avec Sylvia Ageloff, Mercader n'aurait pas pu entrer dans l'enceinte de Trotsky. Dans la période précédant l'assassinat, le fait de demander «Qui est vraiment le fiancé de Sylvia» aurait ouvert la porte à une cascade de questions concernant à la fois Mercader et Ageloff. Même l'examen le plus superficiel de la bonne foi de «Jacques Mornard-Frank Jacson» – tâche certainement justifiée après l'attentat manqué contre Trotsky par des agents staliniens le 24 mai 1940 – aurait fait de lui une cible de suspicion, lui aurait coupé l'accès à Trotsky et aurait soulevé la question: pourquoi Sylvia Ageloff l'a-t-elle fait venir?

C'est ce qu'a plus ou moins admis le chef du SWP, James P. Cannon, dans un discours prononcé devant un plénum du SWP le 28 septembre 1940, six semaines après la mort de Trotsky:

«Il y a une certaine insouciance dans le mouvement, comme un relent du passé. Nous n'avons pas suffisamment fouillé le passé des personnes, même à des postes d’importance, pour savoir d'où elles viennent, comment elles vivent, avec qui elles sont mariées, etc. Chaque fois que dans le passé de telles questions – élémentaires pour une organisation révolutionnaire – étaient soulevées, l'opposition petite-bourgeoise criait: «Mon Dieu, vous envahissez la vie privée des camarades! Oui, c'est précisément ce que nous faisions, ou plus exactement ce que nous menacions de faire, et rien n'en est jamais sorti dans le passé. Si nous avions été un peu plus attentifs à ces questions, nous aurions peut-être pu éviter certaines mauvaises choses.» [4]

Les remarques de Cannon, sur lesquelles il ne s'est pas étendu, étaient une reconnaissance du fait que le SWP n'avait pas enquêté sur les personnes entourant Trotsky à Coyoacán et «à des postes d’importance» au sein du parti.

Cannon a déclaré qu'il était nécessaire de poser plus de questions et de «vérifier les choses un peu plus soigneusement.» C'était pour le moins un euphémisme. Lorsque Cannon a prononcé ces mots, Sylvia Ageloff était détenue par la police mexicaine pour homicide. Mais les actions de Cannon n'ont pas été à la hauteur de ses paroles. Le SWP a maintenu un silence total sur Ageloff après la mort de Trotsky, lui permettant de se retirer dans l'anonymat. Le journal du SWP, The Militant, n'a pas rendu compte de son arrestation après l'assassinat, et en 1950, lorsque Ageloff a comparu devant la Commission de la Chambre des représentants sur les activités antiaméricaines, il n'a pas pris note de son témoignage.

Contradictions entre le mythe et la réalité: Qui était Sylvia Ageloff?

Cette enquête examine des questions cruciales concernant Sylvia Ageloff: Quels étaient ses antécédents familiaux? Quelle était son histoire politique? Avait-elle des contacts personnels avec les staliniens, soit par l'intermédiaire d'amis ou de membres de sa famille? Comment a-t-elle été introduite dans le mouvement, et quelles contributions a-t-elle apportées, le cas échéant, qui justifieraient sa proximité avec Trotsky? Que croyaient les autorités mexicaines quant à la culpabilité ou à l'innocence d'Ageloff? Comment les faits se comparent-ils aux alibis d'Ageloff?

Il est désormais possible de répondre à ces questions en s'appuyant sur un dossier factuel, qui comprend des informations relatives à la formation universitaire importante d'Ageloff, des reportages de presse, des observations contemporaines de ceux qui connaissaient Ageloff et Mercader, des déclarations de la famille Ageloff soumises lors du procès mexicain d'Ageloff et de Mercader, des publications sur l'assassinat, des rapports du FBI découverts par La sécurité et la Quatrième Internationale, et d'autres documents précieux.

Cette enquête s'appuie également sur des recherches récemment menées en espagnol, notamment «Actions ministérielles dans l’homicide de Léon Trotsky», publié par le département fédéral de criminologie du Mexique et rédigé par l'éminent criminologue mexicain Martin Gabriel Barrón Cruz (Institut national des sciences pénales du Mexique, 2018). Cet ouvrage contient une analyse rétrospective détaillée de l'enquête criminelle la plus importante de l'histoire du Mexique, et comprend une reproduction des documents juridiques essentiels dans l'affaire pénale contre Ageloff et Mercader. Il contient une annexe des transcriptions des interrogatoires des principaux témoins, dont Ageloff et Mercader eux-mêmes.

Cet essai fait également référence à deux livres importants en langue espagnole: Le ciel promis: Une femme au service de Staline, de Gregorio Luri (Editorial Ariel, 2016); et Ramón Mercader: l'homme du piolet, d'Eduard Puigventós López (Now Books, 2015).

Il est possible, sur la base de ces preuves, de comparer la mythique Sylvia Ageloff à la personne réelle.

La persistance du mythe de la «pauvre petite Sylvia» nécessite l'acceptation sans critique d’un personnage – celui d'une assistante sociale naïve et inexpérimentée, c'est-à-dire le type de personne qui aurait pu écrire des lettres à Miss Lonelyhearts – qui lui a été attribué par le SWP et popularisé plus tard dans des récits cinématographiques de fiction. La persistance de ce mythe dépend du fait qu'il ne soit jamais remis en question, car le personnage construit n'a rien à voir avec qui Ageloff était vraiment.

L'enquête commence nécessairement par un examen de la famille Ageloff.

Samuel Ageloff

Sylvia Ageloff, née en 1909, était la fille de Samuel Ageloff (1884-1972) et d'Anna Maslow (1881-1930), des immigrés russes qui parlaient russe à la maison. Samuel est né à Lepel, en Biélorussie, et a immigré aux États-Unis vers 1900, épousant Anna en 1902. Après la mort d'Anna, Samuel s'est remarié.

Samuel Ageloff est devenu un riche homme d'affaires dans le domaine de l'immobilier à New York. Selon Roberta Satow, l'auteure d'un récit fictif de la vie des sœurs Ageloff intitulé Les deux sœurs de Coyoacán:

«Jusqu'en 1917, il s'est surtout intéressé à la rénovation des habitations familiales, mais il a ensuite été un pionnier dans la construction de garages publics. Il a également construit des logements à Coney Island et à Bensonhurst et des magasins sur Flatbush Avenue. Plus tard, il a construit des immeubles d'habitation à Williamsburg et a loué des bureaux dans des édifices qu’il avait auparavant acquis en vertu de baux de quatre-vingt-dix-neuf ans, dont un immeuble en face de l'Académie de musique.» [5]

Bien que l'histoire de Satow soit fictive, les informations qu'elle a recueillies sur Samuel Ageloff sont exactes. Ses recherches ont révélé que Samuel Ageloff a construit 48 maisons à Coney Island, 65 à Bensonhurst, et de nombreux magasins sur Flatbush Avenue à Brooklyn. Il a construit les deux tours Ageloff, situées à East Third Street et Fourth Street à Manhattan, en 1929. [6]

Publicité de Samuel Ageloff, Brooklyn Daily Eagle, 1923

«C'était une famille très riche», a déclaré Satow au World Socialist Web Site. [7] Au-delà des hommes d'affaires prospères, la famille comprenait des artistes et des psychologues. Le WSWS s'est entretenu avec Amy Feld, une parente des Ageloff et psychologue de profession, qui a déclaré que les sœurs étaient apparentées au peintre franco-russe Marc Chagall et au psychologue de renommée internationale Abraham Maslow, qui a développé la théorie de la «hiérarchie des besoins.»

Les Ageloff ont eu quatre filles: Lillian (1902-1986), Hilda (1906-1997), Sylvia (1909-1995) et Ruth (1913-2009); et deux fils: Allan (1903-1997) et Monte (1907-1965). Sylvia était issue d'une famille très politique, et trois des sœurs sont entrées dans la politique socialiste dans leur jeunesse.

Hilda Ageloff

Le 2 septembre 1931, le Brooklyn Daily Eagle rapportait que Hilda Ageloff s'était rendue en Union soviétique et avait interviewé Nadezhda Krupskaya, la veuve de Lénine, qui était membre de la Commission de l'éducation publique de l'Union soviétique. Ce voyage a eu lieu deux ans après l'exil de Trotsky en Turquie, alors que ses disciples étaient persécutés par le régime stalinien en Union soviétique. Krupskaya, qui avait sympathisé avec Trotsky, avait été contrainte bien avant de dénoncer l'Opposition de gauche.

Brooklyn Daily Eagle, 2 septembre 1931

Selon le Brooklyn Daily Eagle:

«Mlle Hilda Ageloff, du 198 Westminster Road, a raconté aujourd'hui son entretien avec Mme Lénine, qui a été le point culminant de son voyage de trois mois et demi en Russie.

«Alors que Mlle Ageloff faisait une étude spéciale sur les nouvelles méthodes d'éducation progressiste utilisées dans les maternelles et les garderies qui s'occupent des enfants dans les fermes communales et les villes, elle souhaitait poser à Mme Lénine de nombreuses questions...

«Il n'a pas été facile d'organiser un entretien. De nombreux correspondants de journaux étrangers avaient été refusés... Mais les difficultés se sont résorbées et finalement un jour, Mlle Ageloff s'est retrouvée en présence de la femme de l'homme que la Russie vénère comme son sauveur.»

Hilda Ageloff est citée comme ayant dit «Lorsqu'ils ont commencé ce travail après la révolution, cela n'aurait pas été possible, mais Madame Lénine croit que le peuple a été gagné aux principes du communisme.»

L'article concluait: «Mlle Ageloff elle-même partage en partie l'enthousiasme de Madame Lénine et a déclaré qu'elle a l'intention de retourner en Russie pour continuer à travailler avec le mouvement de l'éducation progressiste.»

Le 27 décembre 1931, le New York Times publiait un article sous la signature d'Hilda Ageloff intitulé «Les Soviétiques poussent le travail préscolaire: de grands progrès sont rapportés.» Cet article a été le principal d'une série de reportages dans l’édition du dimanche intitulée «Les tendances et les courants du monde de l'éducation moderne.»

Son article était un compte-rendu prostalinien du système éducatif du pays et une glorification de la bureaucratie stalinienne. C'était le type d'article qui n'aurait pu être écrit que par un stalinien ou un compagnon de route stalinien.

Le reportage Ageloff fait notamment l'éloge des progrès réalisés par les «autorités» en Union soviétique «depuis la déposition de Lunacharsky comme commissaire de l'éducation publique.» Anatoly Lunacharsky a été démis de ses fonctions en 1929 dans le cadre des efforts de la bureaucratie pour mettre sur la touche toute personne associée à Trotsky, qui avait été expulsé de l'Union soviétique.

L'article d'Hilda Ageloff louait le fait que «les autorités se sont maintenant lancées dans un programme de construction régulier dans les principaux centres industriels et les régions agricoles collectivisées.» Avançant sans critique le récit stalinien, elle écrivait: «Les autorités se battent avec acharnement» et accomplissent «un grand travail humanitaire.» À la manière de la Pravda, Ageloff a écrit que le succès du «prochain plan quinquennal dépendra des jeunes communistes, les parents de l'avenir.»

Si certains Américains ont pu se rendre en Union soviétique pendant cette période à des fins d'échanges professionnels et culturels, organiser une rencontre avec la veuve de Lénine, l'une des personnalités les plus en vue d'Union soviétique, pour discuter de la politique de l'État en matière d'éducation n'a pas été, comme le note le Brooklyn Daily Eagle, «facile à organiser.» Hilda Ageloff n'aurait pas pu rencontrer la veuve de Lénine sans l'approbation des plus hauts niveaux du gouvernement soviétique, c'est-à-dire de Staline lui-même. La famille Ageloff avait la confiance des autorités soviétiques qui ont rendu son voyage possible.

Lors de son voyage en Europe, Hilda avait été accompagnée par ses sœurs, bien qu'il ne soit pas certain qu'elles soient allées avec elle en Russie. Mais Gregorio Luri a écrit dans sa biographie de la famille Mercader: «Les trois sœurs sont rentrées aux États-Unis à la fin du mois d'août 1931, convaincues que l'avenir de l'humanité passait par l'URSS.» À ce moment-là, Sylvia aurait eu 22 ans et Ruth seulement 18.

Ruth Ageloff

Ruth Ageloff, la jeune soeur de Sylvia, a également vécu une vie politique et s'est mariée avec une autre famille politique compliquée.

Selon Christopher Phelps, l'auteur du livre Young Sidney Hook: Marxist and Pragmatist, Ruth et Sylvia ont été incitées à rejoindre l'American Workers Party (AWP), un parti de gauche dirigé par le prédicateur radical A.J. Muste, sur les conseils de James Burnham et Hook, qui étaient professeurs à l'Université de New York (NYU) lorsque Ruth et Sylvia y étaient étudiantes. Phelps a notamment déclaré dans une note biographique que les sœurs Ageloff «ont refusé toutes les interviews depuis et ont refusé d'être interviewées pour cette biographie.» [10]

Ruth Ageloff a également été la secrétaire de Trotsky à Mexico à partir de 1937, alors qu'elle avait 23 ans. On ne sait pas exactement comment elle a obtenu ce poste. Selon toute vraisemblance, elle a probablement offert ses services à titre bénévole. Compte tenu du laxisme des trotskystes américains en matière de sécurité, sa maîtrise du russe était suffisante pour qu'elle puisse être envoyée au Mexique. C'était une méthode employée par les staliniens pour infiltrer des agents dans le petit personnel du SWP. Un an plus tard, en 1938, Sylvia Callen, une stalinienne de Chicago, s'installait à New York et proposait de travailler au bureau national du SWP. En quelques mois, elle devint la secrétaire personnelle du dirigeant du SWP, James P. Cannon.

Une photo de Time Magazine montre Hilda et Ruth Ageloff rencontrant Trotsky

La nécrologie de Ruth Ageloff (nom d'épouse, Poulos) publiée par le New York Times le 4 février 2009 se lit comme suit:

«POULOS-Ruth G. 13 novembre 1913-31 janvier 2009. Veuve de John G. Poulos, fille des immigrants russes Anna Maslow et Samuel Ageloff et dernière des frères et sœurs Ageloff. B.A., NYU et plus tard M.A., Columbia, diplômée de la National Psychological Association for Psychoanalysis. En 1936 [sic] et 37, elle vécut à Mexico en tant que secrétaire de Léon Trotsky et de la Commission John Dewey. Dans la cinquantaine, elle devient psychothérapeute et conserve un cabinet jusque dans la quatre-vingtaine. [11]»

Trotsky n'est arrivé au Mexique qu'en janvier 1937. Ruth travaillait pour Trotsky au Mexique et, selon Sylvia, elle avait été recommandée par James P. Cannon. Le criminologue mexicain Martín Gabriel Barrón Cruz a écrit qu'après l'assassinat, les autorités mexicaines «ont interrogé Sylvia sur la personne qui avait recommandé Ruth à Trotsky et elle a avoué que c'était Cannon, 'notant que lorsqu'une personne aux États-Unis voulait se lier à Trotsky, elle le faisait par l'intermédiaire du Socialist Workers Party [12] [et de cette façon sa sœur] a obtenu une carte la présentant à Trotsky.'» [13]

La vie politique de Ruth a continué après son travail au Mexique. En juin 1940, à son retour de Mexico, Ruth a épousé John Poulos (1911-1980), un syndicaliste qui s'est fait connaître lors du mouvement de grève des années 1930 et qui est devenu délégué au congrès fondateur du Congrès des organisations industrielles en 1938 et membre du Comité national du Socialist Workers Party. Poulos quittera plus tard le SWP pour rejoindre le Parti des travailleurs dirigé par Max Shachtman. Il est resté actif au sein du mouvement shachtmaniste jusqu'à sa mort et a contribué régulièrement à sa publication, Labor Action.

Le frère de Poulos et un proche collaborateur tout au long de leur vie, Constantine Poulos, a été employé pendant la Seconde Guerre mondiale par l'Overseas News Agency, qui était financée par les services de renseignement britanniques et était utilisée pour fournir des références de presse aux services de renseignement britanniques. Il avait également une histoire politique complexe et était apparemment un stalinien. Pendant la guerre civile grecque, Constantine Poulos a été le premier journaliste américain à intégrer la milice EAM-ELAS, dirigée par le parti communiste. Après la guerre civile, il a servi d'intermédiaire entre les négociateurs américains et la direction stalinienne de l'EAM-ELAS. Constantin a ensuite été expulsé de Grèce par le gouvernement monarchiste en raison de ses liens avec le parti communiste. Dans les années 1950, John a été mis sur liste noire et retiré de son rôle au sein du syndicat United Auto Workers. [15]

John Poulos et Ruth Ageloff sont restés mariés jusqu'à sa mort en 1980. Leur fils, Eric Poulos, qui a déjà donné des entrevues concernant sa mère et ses tantes, a été contacté par cet auteur mais n'a pas répondu à une demande de commentaires.

Sylvia Ageloff

Sylvia Ageloff avait 29 ans au printemps 1938 lorsqu'elle a décidé de voyager en Europe. Depuis le voyage de sa sœur Hilda en Union soviétique sept ans plus tôt, Sylvia Ageloff avait beaucoup voyagé, obtenu un diplôme d'études supérieures et s'était profondément impliquée dans la politique socialiste.

Outre l'anglais, Ageloff parlait au moins couramment le français et le russe. Elle avait terminé ses études secondaires avec une spécialité en théâtre. Elle mettra plus tard ses talents d'actrice en action dans les événements suivant l'assassinat de Trotsky. Ageloff a poursuivi ses études après avoir obtenu son diplôme de fin d'études secondaires. À une époque où il était rare que les femmes fassent des études universitaires, sans parler des études supérieures, elle a obtenu un baccalauréat en psychologie à l'université de New York. Ageloff a ensuite obtenu une maîtrise en psychologie de l'enfant à l'université de Columbia en 1934.

Un rapport du FBI daté du 3 septembre 1940, préparé par l'agent George J. Starr, a fourni un examen détaillé de l'histoire politique d'Ageloff, compilé à partir d'entretiens avec des informateurs.

Ageloff appuyait le révérend radical A.J. Muste, à la fois au sein du Congress for Progressive Labor Action (Congrès pour l'action progressiste ouvrier – CPLA) et du American Workers Party (Parti ouvrier américain – AWP), fondé en 1933. Elle a ensuite rejoint le Workers Party (Parti ouvrier – É.-U.), fruit de la fusion en décembre 1934 de l'AWP et de la Trotskyist Communist League of America (Ligue communiste trotskyste d'Amérique – CLA).

Le rapport du FBI a démontré que Ageloff avait initialement rejoint l'AWP avec ses sœurs.

Le Workers Party (É.-U.) était une formation politique large et hétérogène formée lorsque la Grande Dépression et la vague de grèves ont radicalisé de larges sections de la classe ouvrière et de la classe moyenne. La fusion avec l'AWP visait à fournir au mouvement trotskyste américain un milieu plus large dans lequel il pourrait éduquer et gagner les couches radicalisées au marxisme authentique.

L'AWP était composé de radicaux et de dirigeants syndicaux qui s'étaient illustrés lors de la grève de Toledo Auto-Lite en 1934 ainsi que par la formation par le parti de conseils de chômage, principalement dans le Midwest industriel et les régions appauvries des Appalaches. L'AWP était amorphe dans sa composition sociale et éclectique dans sa promotion de politiques socialistes. Mais il s'était opposé au stalinisme et avait gagné un important public parmi les travailleurs et les chômeurs.

La fusion avec le mouvement trotskyste a perturbé la droite de l'AWP, poussant des dirigeants de l'AWP comme Louis Budenz et Harry Howe à rompre avec le Workers Party (É.-U.) et à rejoindre le mouvement stalinien. La fusion a également perturbé la partie des chrétiens progressistes aisés qui avaient soutenu financièrement Muste et l'AWP tant que cela impliquait principalement un soutien radical aux chômeurs. Ces partisans financiers se sont éloignés à mesure que Muste et son mouvement flirtaient avec les politiques révolutionnaires.

Quelques mois après sa création en 1934, le Workers Party (É.-U.) est impliqué dans une série de conflits concernant la proposition des trotskystes d'entrer au sein du Socialist Party (Parti socialiste – SP), qui connaît à la fois une augmentation du nombre de ses membres et une radicalisation de sa ligne politique. Lorsque les trotskystes du Workers Party (É.-U.) sont entrés dans le PS en 1936, le Workers Party (É.-U.) a cessé d’exister.

Ageloff, d'abord au sein du PS puis du SWP, était apparemment proche du groupe de trotskystes new-yorkais autour de Martin Abern, ancien membre de l'IWW et dirigeant du mouvement de la jeunesse communiste dans les années 1920. Il a été expulsé du Parti communiste en 1928 pour son soutien à Trotsky et est devenu membre fondateur du CLA, avec Cannon et Shachtman. Bien qu'Abern ait joué un rôle courageux dans la fondation de l'ALC, sa tendance au clientélisme a fait de lui un pôle d'attraction pour les éléments petits-bourgeois, en particulier dans la branche new-yorkaise du parti.

Ageloff devient membre du Socialist Workers Party lors de sa fondation en janvier 1938, mais soutient la tendance d'opposition minoritaire menée par Shachtman et Abern pendant la lutte des factions en 1939-1940. En avril 1940, elle quitte le SWP et rejoint le Workers Party fondé par la minorité après son départ du SWP.

James Cannon, Martin Abern, Max Shachtman

La formation d’Ageloff en tant que psychologue experte

Dans sa vie professionnelle, Ageloff était une psychologue experte qui était formée pour observer attentivement les gens et écouter ce qu'ils disaient. Son mémoire de maîtrise, intitulé «A Study of ‘Prestige’ and ‘Objective’ Factors in Suggestibility in a Comparison of Racial and Sexual Differences» (Une étude des facteurs «de prestige» et «objectifs» de la suggestibilité dans une comparaison des différences raciales et sexuelles), est conservé à la Butler Library de l'université de Columbia.

La thèse d’Ageloff portait sur la susceptibilité des gens à se faire piéger par des personnes qu'ils respectent. Elle a effectué des recherches approfondies et des tests sur le thème de la «suggestibilité». Ses recherches l'ont amenée à conclure que les individus sont psychologiquement susceptibles d'abandonner le bon sens lorsqu'ils sont soumis à des pressions par des personnes qu'ils respectent. C'était un curieux domaine d'expertise pour une femme qui prétendra plus tard qu'elle a elle-même été trompée par Mercader.

La thèse de Sylvia Ageloff en 1934

L'American Psychological Association (APA) définit la «suggestibilité» comme «une inclination à adopter facilement et sans critique les idées, croyances, attitudes ou actions des autres». L'APA définit la «suggestion de prestige», qui était l'objet spécifique de la thèse d'Ageloff, comme «un message dont la force de persuasion découle de sa transmission par une personne de statut reconnu ou du fait qu’il est attribué à celle-ci».

Dans sa thèse, Ageloff a testé des écoliers noirs et blancs afin de déterminer leur sensibilité aux déclarations d'une personnalité qu'ils respectaient – leur professeur – alors même que les directives de ce dernier devenaient de plus en plus douteuses et inappropriées. Ageloff a présenté son approche: «Nous proposons ici d'étudier les différences entre les mêmes groupes raciaux, à savoir les Blancs et les Noirs, mais avec une série de tests» visant à mesurer «l'influence personnelle de l'expérimentateur». Elle prévoyait que lorsqu'un enfant est influencé par la figure respectée, «le sujet peut avoir tendance à former des jugements erronés» ou à «agir en imitation ou sous l'influence d'un autre», par opposition au cas où l'enfant reçoit simplement des suggestions écrites ou des instructions orales d'un étranger. [16]

Eric M. Gurevitch, un proche des sœurs Ageloff et auteur de l'article «Penser avec Sylvia Ageloff» publié en 2015 dans Hypocrite Reader, a été la première personne à consulter la thèse de Sylvia Ageloff à la bibliothèque de Columbia. Dans une interview avec l’auteur de ce reportage, Gurevitch a déclaré: «Parfois, elle est décrite comme l'idiote dupe, parfois comme la femme juive frustrée sexuellement et laide, ou des variations de celles-ci. Mais ce ne sont que des clichés». Il a ajouté plus tard: «Quoi qu'on pense qu'il se soit passé, elle n'était pas stupide.» [17]

Gurevitch a expliqué: «La thèse, son mémoire de maîtrise, est clairement quelque chose qui a été produit sous la direction de psychologues sociaux vraiment à la pointe du progrès. Elle a un sens réel de ce nouveau domaine émergent de la psychologie sociale».

«Ses recherches portent sur l'idée de «qui est naïf»», a déclaré Gurevitch. «Ce qui est drôle dans tout cela, c'est que l'histoire porte entièrement sur la façon dont on se conforme aux choses que les autres veulent nous faire penser. Il est curieux que ce soit quelque chose qui l'intéresse vraiment».

Roberta Satow, l'auteure de Two Sisters of Coyoacán (Les deux sœurs de Coyoacán), qui est également psychanalyste de profession, explique: «La suggestibilité est une forme de séduction, si l'on veut. Et elle a été séduite, il est donc fascinant que cela ait été le sujet de sa thèse». [18]

L'histoire selon laquelle Ageloff a été «dupée» n'est plausible que si l'on admet qu'elle n'a jamais envisagé la possibilité qu'elle ait été trompée. Mais, comme le montre sa thèse, Ageloff avait étudié en profondeur le phénomène même dont elle a été ostensiblement victime que quelques années plus tard.

Été 1938: Ageloff se rend en Europe pour la conférence de fondation de la Quatrième Internationale

Le voyage d'Ageloff en Europe à l'été 1938, au cours duquel elle a rencontré Mercader (qui se faisait appeler «Jacques Mornard»), a été une expérience cruciale dans sa vie. Son voyage n'était pas des vacances, comme elle le prétendra plus tard. Au contraire, l'examen de ses activités en Europe établit qu'Ageloff était engagée dans un travail politique lié à la préparation de la conférence fondatrice de la Quatrième Internationale, qui s'est tenue en septembre 1938. Dans le livre This is My Story (Ceci est mon histoire), le chef du Parti communiste Louis Budenz, qui en 1938 dirigeait les efforts de la GPU pour infiltrer le SWP, qualifie Ageloff de «messagère» pour le mouvement trotskyste.

Le voyage d'Ageloff en Europe s'est déroulé sur fond de Grande Terreur de Staline et d'une campagne meurtrière de la GPU pour exterminer les membres de la Quatrième Internationale en Europe. Ce n'était ni le moment ni l'endroit pour un trotskyste de prendre des vacances personnelles. Le contexte de son voyage rend d'autant plus inexplicable le choix d'un partenaire de voyage, la stalinienne Ruby Weil.

En février 1938, quelques semaines avant qu'Ageloff ne décide de se rendre en Europe, le réseau de la GPU avait assassiné le fils de Trotsky, Léon Sedov, à la Clinique Mirabeau à Paris. L'agent de la GPU, Mark Zborowski, dont le nom de parti au sein du mouvement trotskyste français était Etienne, a fourni à la GPU des informations critiques qui lui ont permis de réaliser l'assassinat. Zborowski a également participé à la mise en place de trois autres assassinats: celui de 1) Erwin Wolf, un secrétaire politique de Trotsky, qui a été assassiné par la GPU après son entrée en Espagne en juillet 1937; 2) Ignace Reiss, qui avait fait défection à la GPU et a été assassiné en Suisse en septembre 1937; et 3) Rudolf Klement, le secrétaire de la Quatrième Internationale, qui a été assassiné à Paris en juillet 1938.

Au milieu de ce carnage, où les trotskystes étaient visés par les staliniens, Sylvia Ageloff s'est rendue à Paris avec une personne qu'elle savait être une stalinienne active: l'agente de la GPU Ruby Weil. [19]

Que savait Sylvia Ageloff à propos de sa partenaire de voyage, l’agente de la GPU Ruby Weil?

Plus tard, Ageloff a affirmé qu'elle ne savait pas que Weil était une agente stalinienne et a accepté de voyager avec elle en Europe parce qu'elles étaient amies. Cette amitié est devenue un aspect essentiel de l'histoire du complot stalinien visant à introduire Mercader/Mornard dans le milieu trotskyste. Si jamais on lui demandait comment il était entré en contact avec le mouvement, il pourrait innocemment expliquer que sa connaissance, Ruby Weil, l'avait présentée à son amie Sylvia.

Photo de l'annuaire de Ruby Weil, Evansville, Indiana

Mais si Sylvia Ageloff savait que Ruby Weil était membre du Parti communiste, pourquoi aurait-elle voyagé avec Weil, alors qu’elle allait aider à préparer la conférence secrète de fondation de la Quatrième Internationale, surtout pendant la Grande Terreur stalinienne et dans des conditions où la GPU tuait des trotskystes à Paris et dans toute l'Europe?

Pour retracer ce que Sylvia Ageloff et ses sœurs savaient sur les Weil au moment où elles ont décidé de voyager ensemble en Europe, il faut revoir les déclarations faites après l'assassinat de Trotsky.

En décembre 1950, Sylvia et Hilda Ageloff ont été appelées à témoigner devant le Congrès sur ce qu'elles savaient de l'assassinat de Trotsky et du rôle de la GPU dans cet événement. Les deux sœurs ont déclaré qu'elles savaient que Weil était active dans le mouvement stalinien: «Les rumeurs disaient qu'elle rejoignait le Parti communiste», a déclaré Sylvia Ageloff sous serment. [20]

Dans son témoignage, Hilda Ageloff a expliqué qu'elle avait rencontré Ruby Weil «au sein de l’American Workers Party auquel nous appartenions en 1936 ou à peu près. [sic: l'AWP a fusionné avec le CLA trotskyste en décembre 1934 et a cessé d'exister en tant qu'organisation indépendante]. Ruby Weil travaillait au journal avec son beau-frère, Harry Howe. C'est comme ça que je l’ai connue. Par la suite, elle a quitté le parti et a cessé de travailler au journal. Harry Howe a aussi quitté le journal, je crois.» [21]

En 1940, Sylvia Ageloff a déclaré à la police mexicaine lors d'un interrogatoire peu après l'assassinat de Trotsky qu'à l'époque où elle avait accepté de voyager avec Ruby Weil, elle avait eu connaissance des affiliations staliniennes de cette dernière. La transcription d'un entretien avec la police se lit comme suit: «Elle savait que le mari d'une [des sœurs Weil], Harry Howe, avait appartenu à l'AWP et qu'il s'était ensuite affilié aux staliniens. Howe vit actuellement à New York mais elle ne connaît pas son adresse». [22]

Harry Howe n'était pas seulement un partisan de la base d’A.J. Muste. En 1935, Howe avait été le rédacteur en chef adjoint du New Militant, le journal du Workers Party (É.-U.), qui avait été formé après l'unification de l'AWP mustiste et du CLA trotskyste. Le nom de Howe figure à côté de celui de Cannon sur la liste des rédacteurs du journal. [23] Howe a été un membre éminent de la New York Labor School, dirigée par le Congress for Progressive Labor Action, dirigé par Muste, et était conférencier pour un cours de 1932 sur le journalisme ouvrier. [24]

Des lettres privées montrent que Howe avait été très hostile à la fusion avec les trotskystes. Une lettre de 1934 écrite par Howe à un collègue membre de l'AWP montre clairement son hostilité au trotskysme: «Nous allons dans le sens de ce sectarisme que nous avons nié avec tant de véhémence.» Le parti «allait à gauche si vite... Je commence à en avoir assez de cette compétition avec tous les autres petits groupes pour la pureté révolutionnaire». [25]

Leilah Danielson, biographe de Muste, a déclaré que Howe était parmi «les plus importants leaders nationaux» de l'AWP. Après la fusion avec le CLA, Howe a suivi l'exemple de Budenz et a démissionné du Workers Party (É.-U.) en 1935. [26]

La femme de Howe était la soeur de Ruby Weil, Marion Weil. Plus tard, dans une communication du 25 septembre 1940 du consulat mexicain au département d'État américain, il a été révélé que Joseph Hansen avait dit au gouvernement américain que Sylvia Ageloff savait, lorsqu'elle avait décidé de voyager avec Ruby Weil, que sa sœur Marion était également une stalinienne et qu'une troisième sœur de Weil, Gertrude, avait peut-être aussi participé à l'organisation de la rencontre entre Ageloff et Mercader. La communication, publiée dans le cadre de l'enquête de La sécurité et la Quatrième Internationale, se lit comme suit:

«M. Hansen a laissé entendre que des informations précieuses pourraient être obtenues de la manière suivante: le département se souviendra de la mention précédente dans des dépêches [sic] de ce bureau d'une Ruby Weil. Selon Hansen, elle est l'une des trois sœurs, les deux autres s'appelant Gertrude et Marian. La première est mariée à un rabbin et vit à Albuquerque, au Nouveau-Mexique; elle n'a jamais fait de politique d'aucune sorte, bien qu'elle soit celle que Marian mentionne dans une lettre adressée à Sylvia Ageloff, à Paris, en 1938, comme étant intéressée à ce que Sylvia rencontre Jacson. L’explication de Hansen de l'utilisation du nom de Gertrude à cet égard est que Marian a longtemps été une fervente stalinienne et que si elle se montrait intéressée par une rencontre entre Jacson et Sylvia, Sylvia aurait pu avoir [sic] des raisons de soupçonner ses motifs. Le département pourrait tirer de Gertrude des informations utiles. Hansen a déclaré que les informations ci-dessus ont été communiquées par Sylvia à son frère, Monte.»

Hilda Ageloff a témoigné plus tard que les sœurs Ageloff avaient connu Marion Weil à l'époque où Sylvia Ageloff voyageait avec Ruby Weil: «Une fois, j'ai téléphoné à Marion, sa sœur [de Ruby], pour lui demander comment elle allait, et elle m'a dit qu'elles s'entendaient bien. [28]

Le chemin qui mène au bureau de Trotsky à la villa de Coyoácan (Source: David North)

Juillet 1938: Ageloff et «Jacques Mornard» se rencontrent à Paris

Au début juillet à Paris, selon la version incontestée de l'histoire, Weil a présenté à Ageloff «Jacques Mornard». Il a traité Ageloff avec générosité et l'a amenée à tomber amoureuse de lui. Mornard a dit qu'il était journaliste sportif, écrivant pour des journaux comme La Nation Belge, Le Soir, Les Dernières Nouvelles, Auto et Les Sports. Il avait beaucoup d'argent à dépenser, dit-il, car il était l'enfant d'un diplomate belge mort en 1926.

Dans une déclaration prise par la police mexicaine après l'attaque, Ageloff a expliqué qu'elle ne l'avait jamais vu travailler ni lu ses articles publiés. Elle a «cru la véracité de ce que Jacson lui a dit», en utilisant le nom «Jacson», qu'il a utilisé à son arrivée en Amérique du Nord en 1939. Il «a toujours eu beaucoup d'argent et fréquentait les meilleurs endroits», a poursuivi Ageloff. [30]

La première question évidente est de savoir pourquoi Ageloff, une intellectuelle hautement éduquée et soi-disant socialiste révolutionnaire engagée, chargée de responsabilités de haut niveau dans le mouvement trotskyste, se lancerait sans réfléchir dans une relation avec un riche séducteur dont la famille – si l'on en croit Mornard – avait des liens étroits avec l'État belge réactionnaire.

En tout cas, il était évident, dès les premiers stades de la relation entre Ageloff et Mornard, que son nouvel amant était un individu très douteux. Les circonstances de leur première rencontre étaient improbables et il y avait des contradictions flagrantes dans son récit personnel. Et étant donné le contexte politique – les procès de Moscou et la terreur stalinienne en Union soviétique et les assassinats de trotskystes par la GPU en Espagne (Erwin Wolf), en Suisse (Ignace Reiss) et en France (Léon Sedov et Rudolf Klement) – il est impossible de croire qu'Ageloff n'ait jamais envisagé la possibilité que Mornard fût un agent stalinien.

À suivre

***

Notes:

[1] Martín Gabriel Barrón Cruz, «Actuaciones Ministeriales en el Homicidio de León Trotsky», Instituto Nacional de Sciencias Penales, Mexico D.F., 2018, p. 39.

[2] Extrait de Asaltar los Cielos, (À l'assaut des cieux), 1996, film documentaire réalisé par Javier Rioyo et José Luis López Linares.

[3] Ibid.

[4] James P. Cannon, The Socialist Party in World War II: Writings and Speeches (Le Parti socialiste pendant la Seconde Guerre mondiale: Écrits et discours), 1940 - 43 (Pathfinder Press, 1975), pp. 81-82.

[5] Voir le site web de Satow, disponible à l'adresse suivante: https://www.twosistersofCoyoacan.com/about

[6] Aisha Carter, «Sunny East Village Pad in Ageloff Towers Is the Perfect Starter Apartment6 Sq Ft, April 16, 2015.

[7] Entretien avec Roberta Satow par Eric London, 18 août 2020.

[8] Gregorio Luri, El Cielo Prometido: Una Mujer al Servicio de Stalin (Barcelone: Editorial Planeta, 2016), p. 214.

[9] Le mouvement trotskyste aux États-Unis fusionnera avec l'AWP en 1934.

[10] Christopher Phelps, Young Sidney Hook: Marxist and Pragmatist (Ann Arbor: University of Michigan Press, 2005), p. 111 n. 32. Publié pour la première fois par Cornell University Press en 1997. Phelps indique qu'il a mené ses recherches lorsque les trois sœurs étaient vivantes.

[11] Disponible ici.

[12] Le mouvement trotskyste aux États-Unis a formé le Socialist Workers Party (SWP) en janvier 1938.

[13] Barrón Cruz, p. 54-55.

[14] P.J. Grisar, «Sharks Defending Britain from Nazis? How 'Fake News' Helped Foil Hitler», Préface, 22 octobre 2018. («La publication a fourni des références de presse aux espions britanniques.»)

[15] Dan Georgakas, «The Greeks in America», Journal of the Hellenic Diaspora, NY, Printemps - été 1987, Vol. 14 Nos. 1 et 2, pp. 29-31.

[16] Sylvia Ageloff, «A Study of 'Prestige' and 'Objective' Factors in Suggestibility In A Comparison of Racial and Sex Differences,» mai 1934, disponible à la Butler Library, Columbia University.

[17] Entretien avec Eric M. Gurevitch par Eric London, 17 août 2020.

[18] Entretien avec Roberta Satow par Eric London, 18 août 2020.

[19] Le coût de 200 dollars d'une couchette standard sur un paquebot transatlantique avait également un coût prohibitif pour la plupart des gens en 1938. Pour des brochures archivées montrant les prix de 1938, voir ici). En dollars de 2020, un billet standard coûterait environ 3700$ aujourd'hui.

[20] American Aspects of the Assassination of Leon Trotsky, Comité de la Chambre des représentants des États-Unis sur les activités antiaméricaines, 1950, p. 3 402.

[21]Ibid, p. 3407.

[22] Barrón Cruz, p. 163.

[23] Voir, par exemple, ici.

[24] Voir, par exemple, Labour Age of November, 1932, p. 2.

[25] Leilah Danielson, «Howe to Hardman, 21 juin 1934», American Gandhi: AJ Muste and the History of Radicalism in the Twentieth Century (Philadelphie: Penn Press, 2014), p. 188.

[26] Ibid, p. 404, n. 57.

[27] La plupart des références orthographient le nom de la sœur de Ruby Weil comme «Marion», et non «Marian».

[28] American Aspects of the Assassination of Leon Trotsky, p. 3409.

[29] Eduard Puigventós López, Ramón Mercader, el Hombre del Piolet: Biografía del asesino de Trotsky (Barcelone: Now Books, 2015), e-book à 2424.

[30] Ibid. à 2415.

(Article paru en anglais le 5 février 2021)

Loading