La sécurité et la Quatrième Internationale

Sylvia Ageloff et l’assassinat de Léon Trotsky

Partie 3

Partie 1 | Partie 2 | Partie 3 | Partie 4

Le 20 août 1940, Léon Trotsky a été assassiné par l’agent stalinien Ramón Mercader à Coyoacán, dans la banlieue de Mexico. L’accès de Mercader au grand révolutionnaire a été rendu possible grâce à sa relation avec Sylvia Ageloff, membre du Socialist Worker Party (SWP). Au lendemain de l’assassinat, Ageloff s’est présentée comme une victime innocente de la duplicité de Mercader, une affirmation qui n’a jamais été contestée par le SWP.

Cette série d’articles constitue la première enquête systématique du mouvement trotskyste sur le rôle d’Ageloff et poursuit le travail du Comité international de la Quatrième Internationale et de son enquête La sécurité et la Quatrième Internationale. Elle sera publiée en quatre parties.

Du 13 au 30 juin 1940: Jacson-Mornard à New York pour des réunions avec la GPU

Après avoir aidé Jacson-Mornard à entrer aux États-Unis, Ageloff est restée avec lui à l’hôtel Brooklyn où des agents de la GPU ont aidé à construire l’alibi qu’il devait utiliser en cas d’arrestation.

Ageloff et Jacson-Mornard ont séjourné ensemble à l’hôtel Pierrepont du 14 au 30 juin. Leonid Eitingon s’est également rendu à New York. Pendant son séjour à New York, Jacson-Mornard a rencontré sa mère, Caridad del Rio, ainsi que Gaik Ovakimian de la GPU. De plus, Ageloff et Jacson-Mornard ont rencontré les Rosmer, qui venaient d’arriver de Veracruz.

Luri a écrit:

Le 14 juin, Frank Jacson (Ramón Mercader) et son épouse (Sylvia Ageloff) se sont inscrits à l’hôtel Pierrepont, à Brooklyn, sous le nom de «F. Jacson et sa femme». Ils ont occupé la chambre 737 pour quinze dollars par semaine et y sont restés jusqu’au 30. Pendant cette période, ils ont eu l’occasion de rencontrer les Rosmer, venus passer quelques jours à New York. [95]

55 rue Pierrepont, Brooklyn (anciennement l’hôtel Pierrepont)

Dans un chapitre de Murder in Mexico écrit par Julián Gorkin, l’ancien leader du POUM a expliqué que l’un des objectifs principaux du voyage à New York était de formuler l’alibi de l’assassin, qui était exposé dans la lettre de «confession» que Jacson-Mornard a remise aux autorités après son arrestation.

Dans cette lettre, la GPU a expliqué le prétendu motif de Jacson-Mornard pour tuer Trotsky. Il était un trotskyste qui s’est mis en colère contre Trotsky lorsque ce dernier lui a ordonné d’abandonner sa femme Sylvia, de se rendre à Shanghai et de diriger une équipe de trotskystes qui entrerait en URSS, saboterait l’industrie soviétique et assassinerait les principaux responsables du gouvernement. Après son arrestation, l’enquêteur de police Sanchez Salazar a trouvé très suspect que Jacson-Mornard n’ait pas pu répéter le contenu de la lettre et qu’il ait déclaré de manière peu plausible qu’il avait écrit la lettre dans les bois de Chapultepec à Mexico. [96]

Gorkin a expliqué l’importance de la lettre de «confession» pour la GPU, notamment comment et où elle a été produite:

Oui, tout ce qui concerne ce robot humain n’est que mensonges et tromperie. Surtout, la lettre qui a été trouvée sur lui. Il ne fait aucun doute qu’elle a été écrite à New York, examinée, discutée et réécrite. Pour dissimuler ce fait, l’assassin a dû inventer une fantastique machine à écrire. La preuve en est la signature et la date écrites au crayon à la dernière minute, et le fait que dans sa déclaration, il ne se souvenait pas très bien de son contenu. Les agents de la GPU à New York l’avaient composée avec beaucoup de soin, comme s’il s’agissait d’un document politique de grande importance dont dépendait l’avenir de la Russie, un document plus minutieux que toutes les théories du Comintern. Il y avait une préoccupation majeure dans l’esprit de ses auteurs: donner satisfaction aux dirigeants et, surtout, au chef suprême.

Alors que Jacson-Mornard la portait sur lui, bien cachée, comme une bombe prête à exploser, une copie avait sans doute été envoyée à Moscou. Dans la valise diplomatique, bien sûr. Conformément aux habitudes de la GPU, cette lettre visait à faire d’une pierre deux coups: d’une part, présenter Trotsky comme l’ennemi juré du peuple russe et comme l’organisateur de l’assassinat de Staline, et, d’autre part, détruire le trotskysme, tant sur le plan moral que politique. Il se retrouverait sans chef. Un de ses membres avait été «désillusionné» par lui et l’avait tué. Dans presque tous les actes de la GPU, on retrouve la même duplicité et la même trahison: il ne lui suffit pas d’assassiner, elle doit ensuite déshonorer la victime et rejeter la faute sur un autre. Mais par ce machiavélisme maladroit lui-même, la GPU montre sa marque, son sceau particulier. Cette lettre est une bêtise monumentale: d’abord par le simple fait qu’elle a été écrite et, ensuite, encore plus par son contenu. C’est comme si la carte de visite de la GPU avait été mise dans la poche de l’assassin. [97]

L’importance de construire ce faux récit explique pourquoi la visite de Jacson-Mornard à New York a duré deux semaines entières. Il est clair qu’un secret extrême était nécessaire pour discuter, écrire et réécrire cette fausse confession. Pendant cette période critique, Jacson-Mornard vivait avec Ageloff dans la chambre 737 de l’hôtel Pierrepont.

Gorkin a expliqué que la lettre avait un autre objectif: empêcher Jacson-Mornard lui-même de révéler quoi que ce soit sur la façon dont l’assassinat avait été planifié:

Il ne fait aucun doute qu’elle a été préparée dans l’espoir que ce dernier [c’est-à-dire Jacson-Mornard] serait tué à son tour. Ainsi, la GPU se flattait de pouvoir faire d’une pierre trois coups: son agent serait lui aussi tué, et ce serait son «testament». Le fait que Trotsky, mortellement blessé, ait empêché ses secrétaires de tuer son meurtrier a été une manœuvre suprêmement habile de sa part; il a conservé son raisonnement politique jusqu’au bout. Ainsi, tous les mensonges, toutes les trahisons pouvaient être dévoilés, ou presque. [98]

30 juin 1940: Ageloff aide Jacson-Mornard à retourner au Mexique

À la fin du séjour d’Ageloff et de Jacson-Mornard à New York, la GPU a fait en sorte que Jacson-Mornard réintègre subrepticement le Mexique. Depuis leur chambre d’hôtel et en présence d’Ageloff, Jacson-Mornard a appelé Eastern Airlines et a organisé son voyage de retour. [99]

Il ne prendrait pas l’avion jusqu’à Mexico, bien que l’argent ne fut pas un obstacle pour lui. Il a plutôt acheté des billets d’avion pour La Nouvelle-Orléans, puis pour San Antonio. De San Antonio, il se rendrait à Laredo, à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, qu’il traverserait à pied. Du côté mexicain de la frontière, il prendrait un train pour Mexico.

Lorsque Jacson-Mornard est arrivé à San Antonio, il a appelé Ageloff et l’a informée qu’il était sur le point d’entrer au Mexique.[101] Les dossiers du FBI confirment qu’il a quitté New York «par Eastern Air Lines le 30 juin 1940 pour Laredo au Texas. À Laredo, il affirme avoir traversé à pied le pont international et avoir pris la voie ferrée nationale mexicaine jusqu’à Mexico.» [102]

Rapport du 4 septembre 1940 à J. Edgar Hoover

En traversant à pied le pont international de Laredo et en utilisant sa carte de touriste originale pour se rendre à Mexico en train [c’est-à-dire la carte de touriste qu’il a acquise à sa première entrée au Mexique], il a pu rentrer à Mexico sans qu’aucune trace de son retour ne soit enregistrée, puisque les gardes de train ne conservent aucune trace des touristes qui présentent leur carte de touriste pour voyager. [103]

Ce plan complexe lui a permis d’entrer au Mexique sans être détecté et sans contrôle douanier. Par conséquent, il n’y aurait aucune trace officielle de sa présence au Mexique au moment de l’assassinat.

Juillet 1940: Jacson-Mornard affiche un comportement de plus en plus erratique

Selon Volkogonov, les implications de la nouvelle mission de Jacson-Mornard «ont donné un frisson à Ramón» et il a souffert «d’une brève dépression en juin.» Après son voyage à New York, Jacson-Mornard a pris conscience que le succès de sa mission était une question de vie ou de mort pour toutes les personnes impliquées, y compris lui-même, sa mère, Caridad del Rio et Eitingon. Volkogonov a écrit:

Un coup avait été tenté en mai, mais un miracle avait sauvé le leader du Parti mondial de la révolution sociale. Eitingon savait qu’il ne pouvait plus y avoir de telles erreurs. L’enjeu n’était pas seulement la vie de l’homme qui s’était barricadé dans sa villa mexicaine, mais aussi celle d’Eitingon et de sa famille. Il devait trouver un moyen d’infiltrer son homme dans la maison de Trotsky. … [105]

Des documents désormais disponibles aux Archives générales de la nation mexicaine montrent clairement que la nouvelle affectation de Jacson-Mornard l’avait mis en crise.

La date précise de l’arrivée de Jacson-Mornard à Mexico n’est pas connue. Il ne s’est enregistré dans son nouvel hôtel dans la capitale que le 5 juillet. Puigventós a écrit: «D’après ce que Jac dira plus tard, il était tombé malade dans une ville près de Puebla, où il se reposait.» [106]

Puigventós a expliqué:

Après son retour au Mexique, selon les informations obtenues par la police de Mexico, Ramón Mercader ne s’est pas établi dans l’hôtel où il avait séjourné avec Sylvia auparavant, le Hamburg, ni dans les appartements du Shirley Courts, où il avait eu diverses rencontres ou conversations avec Eitingon et sa mère. Il a séjourné dans un autre hôtel, le Maria Cristina, où il a d’abord laissé ses bagages avant de s’installer définitivement à partir du 5 au 14 juillet, le 16 et du 18 au 9 août. [107]

L’enquête menée par la police mexicaine après l’assassinat confirme que Jacson-Mornard agissait de manière erratique. Il n’est pas rentré à son hôtel les nuits du 15 et du 17 juillet, et le personnel de l’hôtel Maria Cristina a expliqué que Jacson-Mornard s’était coupé de toute communication extérieure. Un rapport de police a déclaré: «Il ne recevait pas la correspondance qui lui était adressée, ni d’appels téléphoniques, ni de visites. La seule circonstance était qu’il dormait le jour et partait la nuit. Il avait l’habitude de revenir tous les jours entre 4 et 5 heures du matin.» [108]

Les lettres d’Ageloff de l’époque reflètent le fait qu’elle était nerveuse au sujet des actions de Jacson-Mornard pendant le mois de juillet et le début du mois d’août. La GPU ne pouvait pas attester de ce qu’il advenait de leur agent ni de la déclaration d’aveux qu’il avait emportée avec lui. Puigventós a écrit: «Pendant les trois semaines qui ont suivi [son départ de New York], Sylvia n’a reçu aucune nouvelle de lui et s’inquiétait.» [109]

Juillet-début août 1940: soupçons dans l’enceinte de Trotsky

Après son retour de New York, le comportement étrange de Jacson-Mornard a suscité des inquiétudes parmi les membres de l’entourage de Trotsky. Deutscher a écrit qu’en apprenant sa mission:

Même ce maître de la dissimulation (qui pendant les vingt ans de son emprisonnement devait déjouer tous les enquêteurs, juges, médecins et psychanalystes qui tenteraient de découvrir sa véritable identité et ses connexions) a commencé à perdre son sang-froid à l’approche de son échéance. Il est rentré de New York, où il a probablement reçu le dernier briefing sur sa mission, d’humeur maussade. Habituellement robuste et gai, il est devenu nerveux et lugubre; son teint était vert et pâle; son visage était tordu; ses mains tremblaient. Il passait la plupart de ses journées au lit, silencieux, enfermé en lui-même, refusant de parler à Sylvia. Puis il avait des crises de gaieté et de bavardage qui faisaient sursauter les secrétaires de Trotsky.

Il s’est vanté de ses exploits alpinistes et de la force physique qui lui a permis de «fendre un énorme bloc de glace d’un seul coup de piolet.» Lors d’un repas, il a démontré «l’habileté chirurgicale» de ses mains en découpant un poulet avec une dextérité inhabituelle. (Des mois plus tard, ceux qui ont assisté à cette «démonstration» se sont souvenus qu’il avait également dit qu’il connaissait bien Klement, Klement dont le cadavre avait été retrouvé démembré avec une telle «habileté chirurgicale»). [110]

Les dates et les circonstances exactes des visites de Jacson-Mornard aux secrétaires de Trotsky en juillet 1940 ne sont pas connues. Outre ce comportement provocateur, les gardes de l’enceinte de Trotsky n’ont pas compris pourquoi il n’est pas revenu chercher la voiture qu’il avait déposée avant son voyage pour New York. Puigventós a écrit:

Dans la maison de l’Avenida Viena, ils se sont aussi vite rendu compte de son étrange comportement. Ils se sont d’abord interrogés sur sa longue absence. Tout indiquait qu’après son retour au Mexique, il avait tardé plusieurs jours à récupérer la voiture qu’il leur avait prêtée. Était-il vraiment malade? Sa nervosité lui jouait-elle des tours? Avait-il commencé à se préparer à une attaque? [111]

Puigventós a ensuite cité une déclaration faite par Natalia Sedova à la police:

Il n’est cependant revenu qu’un mois plus tard environ. Il semblait très maigre et semblait malade. Nous lui avons demandé pourquoi cela lui avait pris autant de temps et il nous a répondu qu’il était revenu de son précédent voyage, mais qu’il devait voyager à l’intérieur du pays. Il a ajouté qu’il avait souffert d’une crise de foie. Sa présence a été très brève, il a pris sa voiture et il est parti. [112]

Il y a des indications claires que la GPU commençait à douter de la fiabilité de Jacson-Mornard. Plus d’un mois s’était écoulé depuis son retour au Mexique, mais Jacson-Mornard n’avait pris aucune mesure pour remplir sa mission. Trotsky était toujours en vie, travaillant d’arrache-pied pour jeter la lumière sur le rôle de la GPU lors de l’attentat du 24 mai. Moscou était impatient.

Le 7 ou 8 août, Jacson-Mornard a reçu un télégramme en anglais qui, selon Puigventós, provenait d’Eitingon.

Le télégramme contenait le type de message qu’aucun agent GPU ne voulait recevoir. Il disait: «VEUILLEZ REVENIR À NEW YORK IMMÉDIATEMENT.» [113]

8-9 août 1940: Ageloff s’envole pour Mexico

On ne sait pas si et comment Jacson-Mornard a répondu à ce télégramme, mais Ageloff est partie immédiatement pour Mexico. Puigventós a écrit: «On suppose qu’il [Jacson-Mornard] avait alors demandé à Sylvia de se rendre à Mexico pour le rencontrer et prendre soin de lui.» [114]

La décision subite d’Ageloff de s’envoler pour Mexico souligne l’urgence de son voyage. En 1940, le service de vol de New York à Mexico était d’un coût prohibitif et prenait plus de 16 heures. Mais Ageloff n’a pas ménagé ses efforts pour atteindre Mexico le plus rapidement possible, bien que le coût soit difficile à concilier avec son salaire de fonctionnaire à l’époque de la dépression. Elle a obtenu un congé et est partie un jeudi, sans même attendre la fin de la semaine de travail. À ce moment, elle avait déjà passé trois mois en congé de son travail cette année-là.

Il est impossible de croire que son retour urgent à Mexico, à grands frais, n’était que pour apporter du réconfort à un homme adulte souffrant de maux d’estomac ou du mal d’altitude, comme elle le prétendra plus tard.

Ce n’est qu’en février 1940 – six mois avant le voyage d’Ageloff – qu’une route aérienne relativement rapide avait été établie entre les deux villes. En février, deux des plus grandes compagnies aériennes – Eastern et Pan American – ont inauguré une coentreprise pour établir un service de nuit entre les deux villes. En 1940, les vols intérieurs aller-retour à travers les États-Unis coûtaient l’équivalent de 4500 dollars d’aujourd’hui. Un voyage international sur une nouvelle route coûtait probablement encore plus cher.

Le nouveau service de voyage utilisé par Ageloff, appelé «Mexican Flyer», a été inauguré en grande pompe, attirant l’attention des médias nationaux. [116] Le Washington Evening Star a rapporté le 26 février 1940: «Les cérémonies d’ouverture du service aérien de nuit entre Washington et Mexico en passant par Brownsville, au Texas, auront lieu à l’aéroport de Washington mercredi à 21h. Des membres du corps diplomatique et des représentants du département d’État sont attendus.» L’ambassadeur du Mexique aux États-Unis était également présent et sa fille a «baptisé le premier avion.»

L’horaire du «Mexico Flyer» en 1940

Des documents du FBI établissent qu’Ageloff a voyagé via le service «Mexican Flyer» d’Eastern-Pan Am. Elle a quitté New York le 8 août à 19h15 à bord d’un DC-3 d’Eastern Airlines, avec des escales à Washington DC, Atlanta, La Nouvelle-Orléans, Houston, Corpus Christi et Brownsville, Texas. Elle est arrivée à Brownsville le lendemain matin, à 8h10, et a été transférée sur un vol Pan American quittant Brownsville à 9h10, faisant escale à Tampico, au Mexique, avant d’arriver à Mexico à 12h35. [118] Une liste de passagers du vol a montré qu’il n’y avait que 10 autres passagers sur le vol d’Ageloff à Mexico City, ce qui indique le caractère exclusif de cette nouvelle ligne de nuit. [119]

En comparaison avec le voyage coûteux qu’Ageloff a effectué pour ce qu’elle a affirmé être un voyage «personnel», les dirigeants du SWP qui allaient visiter Trotsky pour des raisons politiques se rendaient généralement à Mexico en voiture depuis Minneapolis ou New York: une distance de plus de 3200 km. Lors de la poursuite des dirigeants du SWP dans le procès pour sédition de Minneapolis en 1941, les procureurs du gouvernement ont présenté des preuves provenant d’un atelier de réparation automobile du Texas, montrant que la vieille Pontiac de la délégation du SWP était tombée en panne en cours de route lors d’un voyage, laissant les dirigeants du SWP bloqués. [120]

Peu après avoir appris qu’Ageloff prévoyait de venir au Mexique, Jacson-Mornard est retourné dans l’enceinte des Trotsky et a dit à Sedova que Sylvia revenait et voulait visiter les Trotsky. Il a essayé de fixer un rendez-vous pour le couple. Sedova a expliqué lors d’un entretien avec la police après l’assassinat:

Deux jours plus tard [c’est-à-dire après avoir récupéré la voiture], il est revenu nous dire (sur le patio) que Sylvia avait des vacances et qu’elle allait venir les passer au Mexique en avion, afin de profiter du beau temps. Ce jour-là, il a également apporté une belle boîte de bonbons, en disant que Sylvia les avait envoyés et qu’il était désolé de les avoir oubliés lors de sa première visite. Il a apporté à mon mari un livre intitulé Hitler et Staline, dont je ne me souviens plus de l’auteur. Il nous a également dit que Sylvia devait venir le lendemain et nous a demandé si nous pouvions la recevoir le samedi. Ce jour était impossible et nous avons proposé une visite pour lundi ou mardi. [121]

À l’arrivée d’Ageloff, Jacson-Mornard a quitté l’hôtel Maria Cristina. Le couple s’est enregistré dans un nouvel hôtel, l’Hôtel Montejo, vers 13h30. [122] Selon les dossiers de la police de la fin août 1940, «Pendant leur séjour, Jacson n’a reçu aucune visite ni carte.» [123]

Hôtel Montejo à Mexico City (Source: David North)

Le 10 août, le lendemain de son arrivée à Mexico, Ageloff a visité la maison des Trotsky. Lorsque la police mexicaine lui a demandé plus tard le but de cette visite, elle a répondu: «Seulement pour dire bonjour et leur faire savoir qu’elle était en ville.» Après l’arrivée d’Ageloff à Mexico, a expliqué Sedova plus tard, Jacson-Mornard «a commencé à nous rendre visite de plus en plus souvent.» [125]

Début-milieu d’août 1940: Ageloff dit faussement à Sedova qu’elle et Jacson-Mornard sont mariés ou fiancés

Lors de l’une de ces premières visites, Ageloff a déclaré à Sedova que les deux étaient fiancés. Luri a écrit qu’à son arrivée à Mexico:

Sylvia a trouvé Ramón très diminué. À sa sœur Hilda, elle a écrit: «Jac a la diarrhée ou quelque chose de pire encore.» Il semblait épuisé, avait perdu du poids et semblait très irritable. Cependant, leur vie romantique semblait bien se dérouler. Elle avoua à Natalia Sedova que Jac l’avait demandée en mariage. Natalia a profité de l’occasion pour lui donner des conseils sur la vie conjugale. [126]

D’après les déclarations ultérieures de Sedova, il semble qu’Ageloff ait dit à Sedova qu’elle et Jacson-Mornard étaient déjà mariés, et non qu’ils étaient fiancés. Sedova a écrit que Jacson-Mornard «a été reçu par nous avant tout comme le mari de Sylvia Ageloff, qui à nos yeux était totalement digne de confiance [soulignement dans l’original].» [127]

Le fait du mariage d’Ageloff était d’une importance capitale pour Sedova, qui a accepté de rencontrer Jacson-Mornard en août. Mais la déclaration d’Ageloff était un mensonge. Dans son entretien avec la police après l’assassinat, Ageloff a déclaré qu’elle et Jacson-Mornard n’étaient pas mariés. La transcription de l’entretien l’identifie comme «célibataire». Marie Craipeau a déclaré qu’Ageloff lui avait dit, avant son retour de Paris à New York en février 1939, qu’elle était fiancée. C’était plus d’un an avant qu’elle ne communique cette «nouvelle» information à Sedova.

En faisant cette fausse déclaration à Sedova en août, Ageloff a renforcé la crédibilité de Jacson-Mornard au moment précis où il était de plus en plus soupçonné.

Ageloff fait entrer son «mari» dans l’enceinte

Une semaine avant l’attentat du 20 août, Ageloff a fait entrer Jacson-Mornard dans l’enceinte de la résidence de Trotsky pour ce qui allait devenir la seule discussion politique entre Trotsky et l’assassin. Sedova a écrit qu’elle et Trotsky appréhendaient les visites de plus en plus fréquentes de Sylvia et de son «mari» dans la période précédant immédiatement la mort de Trotsky:

LD [Lev Davidovich-Trotsky] n’était pas du tout enclin à sacrifier sa période de repos pour «Jacson». Il était bien connu que pour une discussion sérieuse, le jour et l’heure devaient être fixés à l’avance avec LD. «Jacson» n’a jamais demandé cela. Il arrivait toujours sans préavis, toujours à la même heure. La seule et unique discussion politique qui a eu lieu s’est déroulée, pour votre information, une semaine avant le crime. Il avait convenu avec moi d’une visite de sa femme, Sylvia Ageloff. J’ai fixé la même heure, à savoir 5h, comme étant la plus commode. Mais Sylvia n’est pas venue seule, mais avec son mari; nous les avons rencontrés sur le patio et je les ai invités dans la salle à manger pour le thé.

C’est la première et la dernière fois qu’une conversation politique a eu lieu. Sylvia Ageloff a défendu la position de la minorité avec chaleur et enthousiasme. LD lui répondit calmement et amicalement. Son mari lui a fait quelques commentaires pas très judicieux et facétieux. Tout cela n’a pas pris plus de 15 minutes. LD s’excusa; il devait faire ses corvées, nourrir les animaux. Nous nous sommes tous levés. Les «Jacson» nous ont fait leurs adieux et se sont empressés de partir, en déclarant, comme d’habitude, qu’ils avaient des affaires urgentes à régler. Nous ne les avons pas détenus, même par politesse. Nous savions que ces «visites» étaient sur le point de prendre fin puisque «Jacson» quittait le Mexique. ... Si ce n’est pas aujourd’hui, alors demain, et mentalement, nous nous sommes dit: «Laissons-le partir, le plus tôt sera le mieux.» [c’est nous qui soulignons] [129]

Cette discussion, au cours de laquelle Ageloff a défendu «avec passion et enthousiasme» les positions de la minorité shachtmaniste, a donné à Jacson-Mornard la possibilité de se présenter comme un marxiste «orthodoxe».

[subheahd]17 août 1940: La «répétition générale» de Jacson-Mornard ou une tentative ratée?

Quelques jours plus tard, le 17 août, Jacson-Mornard se rendit chez Trotsky sans s’annoncer, affirmant qu’il voulait que Trotsky revoie un article qu’il avait rédigé sur la lutte de faction avec la minorité petite-bourgeoise shachtmaniste au sein du SWP. Cet article, a expliqué Jacson-Mornard, était le fruit de la récente discussion avec Ageloff, Sedova et Trotsky. La brève discussion du 17 était la première fois que Jacson-Mornard et Trotsky se sont rencontrés seuls.

On a toujours supposé que le 17 août était une «répétition générale» pour l’attentat à venir. Mais le but de cette visite aurait-il pu être de réaliser l’attentat lui-même? Est-il possible que Jacson-Mornard soit devenu nerveux le 17 août, lorsqu’il est venu à l’improviste, sans Sylvia? En ce jour ensoleillé, Jacson-Mornard a apporté l’imperméable qu’il utilisera trois jours plus tard pour cacher son pistolet et son poignard, ainsi que le piolet qu’il utilisera pour mener l’attaque. Pourquoi apporter l’imperméable et risquer la détection pour une simple répétition générale?

Jacson-Mornard a pu rencontrer Trotsky seul. C’était une occasion qui ne se représenterait probablement pas, surtout si l’on considère les soupçons qui existaient déjà sur son véritable rôle. Deutscher a expliqué que même avant la rencontre du 17 août, Trotsky était déjà devenu méfiant à l’égard de l’activité de cet homme:

Il [Jacson-Mornard] a parlé du «génie financier» de son patron commercial et a proposé d’effectuer avec lui des opérations en bourse afin d’aider la Quatrième Internationale. Un jour, en regardant avec Trotsky et Hansen les «travaux de fortification» sur l’Avenida Viena, il fit remarquer que ceux-ci étaient sans valeur car «lors de la prochaine attaque, le GPU utiliserait une méthode différente»; et à la question de savoir quelle méthode cela pourrait être, il répondit en haussant les épaules.

Les membres du foyer ne devaient se souvenir de ces incidents et d’autres similaires que trois ou quatre mois plus tard, lorsqu’ils ont réalisé à quel point ils étaient de mauvais augure. Pour l’instant, ils ne voyaient en eux rien de pire que les signes du caractère erratique de «Jacson». Trotsky seul, qui le connaissait si peu, devint inquiet. ... Les propos de «Jacson» sur son patron, le «génie financier», et les spéculations boursières qu’il allait entreprendre pour le «mouvement» ont irrité Trotsky. [130]

Deutscher cite le livre de Natalia Sedova, La vie et la mort de Léon Trotsky:

«Ces brèves conversations», dit Natalia, m’ont déplu; Leon Davidovich en a été également frappé. Il m’a dit: «Qui est le patron très riche de ce [Mercader]? Il faut le découvrir. Il se peut, après tout, que ce soit un profiteur de type fasciste – il serait peut-être préférable pour nous de ne plus recevoir le mari de Sylvia.» [131]

La rencontre du 17 août a approfondi les soupçons de Trotsky et l’a amené à déclarer catégoriquement qu’il ne voulait plus jamais revoir «le mari de Sylvia.» Deutscher a écrit:

À contrecœur mais avec diligence, Trotsky a invité «Jacson» à l’accompagner dans son bureau. Ils y restèrent seuls et discutèrent de l’article. Au bout de dix minutes seulement, Trotsky en est sorti perturbé et inquiet. Sa suspicion s’est soudainement accrue; il a dit à Natalia qu’il ne souhaitait plus voir «Jacson». Ce qui le bouleversait, ce n’était pas ce que l’homme avait écrit – quelques clichés maladroits et confus – mais son comportement. Pendant qu’ils étaient à la table d’écriture et que Trotsky regardait l’article, «Jacson» s’est assis sur la table et là, placé au-dessus de la tête de son hôte, il est resté jusqu’à la fin de la rencontre! Et pendant tout ce temps, il portait son chapeau et s’accrochait à son manteau! Trotsky n’était pas seulement irrité par le manque de courtoisie du visiteur, il sentait à nouveau être trompé.

Il avait le sentiment que l’homme était un imposteur. Il a fait remarquer à Natalia que dans son comportement, «Jacson» était «assez différent d’un Français», mais qu’il se présentait comme un Belge élevé en France. Qui était-il vraiment? Ils devraient le découvrir. Natalia est stupéfaite: il lui semble que Trotsky a perçu quelque chose de nouveau chez «Jacson», mais qu’il n’a pas encore tiré de conclusions, ou plutôt qu’il n’est pas pressé d’en tirer. Pourtant, les implications de ses propos étaient alarmantes: si «Jacson» les trompait sur sa nationalité, pourquoi le faisait-il? Et ne les trompait-il pas également sur d’autres points? À propos de quoi? [132]

Dans son récit de la «Dernière année de Trotsky», David North a cité une entrevue enregistrée qu’il a réalisée en 1977 avec l’éminent journaliste mexicain Eduardo Tellez Vargas de l’Excelsior. Ce dernier a rappelé sa dernière rencontre avec Trotsky, qui a eu lieu le 17 août 1940, trois jours seulement avant l’assassinat.

Eduardo Tellez Vargas, décembre 1976 (Source: David North)

Ressentant une admiration sincère pour le grand révolutionnaire, Tellez Vargas a été profondément troublé par ce que lui a dit Trotsky. Tellez Vargas a raconté à North: «Il est arrivé un moment où Trotsky ne faisait confiance à absolument personne. Il ne faisait confiance à personne. Il n’a pas précisé ni cité de noms, mais il m’a dit: «Je serai tué soit par l’un d’entre eux ici, soit par un de mes amis à l’extérieur, par quelqu’un qui a accès à la maison. Parce que Staline ne peut pas épargner ma vie».»

Étant donné que cette visite a également eu lieu le 17 août, il est probable que Jacson-Mornard était l’un de ceux dont Trotsky se méfiait. [133]

Jacson-Mornard n’a pas tué Trotsky le 17 août. Au contraire, l’assassin a agi d’une manière qui a renforcé les soupçons de Trotsky et l’a amené à déclarer «qu’il ne souhaitait plus voir “Jacson”.» Avec cette prise de conscience, le complot de la GPU a subi ce qui aurait dû être un revers majeur. Mais, fait remarquable, ce ne sera pas la dernière occasion pour Jacson-Mornard d’assassiner Trotsky.

Le matin et l’après-midi du 20 août 1940

Luri a expliqué que le matin du 20 août, Jacson-Mornard a quitté l’hôtel Montejo à 9h, mais qu’il y est «retourné à midi dans un état d’esprit différent.» Ageloff a plus tard affirmé que Jacson-Mornard se trouvait à l’ambassade américaine pour planifier leur voyage de retour aux États-Unis. «Sylvia lui a demandé pourquoi il était si en retard», écrit Luri. «Il a répondu qu’il avait rencontré de longues files d’attente» à l’ambassade. «Elle leur a suggéré de faire une promenade pour calmer ses nerfs. Ils pourraient aller boire un verre en attendant le déjeuner.» [135]

En se promenant dans le centre-ville, le couple a rencontré Otto Schüssler et sa femme et a convenu de les rencontrer pour dîner. Schüssler, l’un des gardes de Trotsky au Mexique depuis le début de 1939, avait une plus longue histoire avec Trotsky que presque tous les autres résidents de l’enceinte. [136]

Né en 1905 dans une famille ouvrière en Allemagne, Schüssler a été le secrétaire de Trotsky en 1932 lorsque ce dernier a été exilé sur l’île turque de Prinkipo. En novembre de cette année-là, il s’est rendu avec Trotsky à Copenhague en tant que secrétaire et membre de son service de sécurité. Pierre Broué note que Schüssler a de nouveau été le secrétaire de Trotsky entre novembre 1933 et avril 1934, lorsque ce dernier s’est exilé à Barbizon, en France.

Schüssler a été interrogé par la police après l’attentat du 20 août. Il a expliqué:

Vers 13h le 20 et près du palais des Bellas Artes, le déclarant [Schüssler] a rencontré Frank Jackson [sic] et Silvia [sic] Ageloff [137] qu’il a salués et avec qui il a commencé à discuter. Silvia a dit au déclarant que le lendemain, ils rentraient aux États-Unis et que, pour cette raison, ils se rendaient cet après-midi à Coyoacán pour y dire au revoir à M. Trotsky et sa femme, en expliquant qu’ils faisaient ce voyage [aux États-Unis, selon eux] parce que Jackson était malade à cause de l’altitude de la ville et de la nourriture. [138]

Ageloff voulait savoir si Schüssler serait chez les Trotsky ce soir-là. Il a dit à Ageloff et à Jacson-Mornard qu’il prévoyait de sortir de l’enceinte. Ageloff a répondu en l’invitant à dîner. Schüssler a tenté de refuser l’invitation et l’a encouragée à venir chez les Trotsky le lendemain, lorsqu’il serait présent, mais Ageloff a insisté pour qu’ils organisent un dîner ce soir-là. La déclaration se poursuit:

Même lorsque ce dernier [Schüssler] a déclaré qu’ils pouvaient le visiter le lendemain, Silvia a répondu que ce n’était pas possible en raison de l’heure de départ de leur avion et qu’ils devaient rassembler leurs valises. Elle a demandé au déclarant s’il allait être à Coyoacán ce soir pour dire au revoir, il [Schüssler] a répondu que comme c’était son jour de congé, il serait ici en ville, auquel cas Silvia lui a demandé s’il souhaitait les rencontrer pour dîner ce soir-là. À l’invitation, Jacson a dit qu’il était d’accord pour qu’ils se rencontrent le soir même. Ayant accepté l’invitation de se rencontrer à 19h30 à l’angle de l’avenue Francisco Madero et de San Juan de Letran, Jackson a dit qu’il n’avait pas le temps de continuer à parler et il est parti. [139]

Luri a expliqué que lors de l’interaction avec les Schüssler:

Il [Jacson-Mornard] a continué à agir nerveusement. Soudain, il a fait remarquer qu’il avait oublié quelque chose d’important, il s’est retourné et est parti. Sylvia a essayé de justifier son impolitesse en raison de sa mauvaise santé: «Il est en mauvaise santé, sans doute à cause de l’altitude et de la nourriture qu’il mange. C’est pour cela que nous partons.» [140]

Une fois l’arrangement conclu, Jacson-Mornard et Ageloff retournent à l’hôtel Montejo. Voici la transcription d’un interrogatoire de police d’Ageloff qui a été effectué par la suite:

En réponse à la question de savoir quelle heure il était quand elle a vu Jacson pour la dernière fois ce jour-là, elle a dit qu’il était environ 10 minutes après 14 heures, notant que lorsqu’il s’est levé, elle lui a demandé s’il allait porter son imperméable, il a répondu qu’il savait s’il le prenait ou s’il revenait le chercher, décidant finalement d’aller dans le placard où il était et de le prendre. [141]

Caché dans l’imperméable se trouvait le piolet utilisé pour commettre le crime, ainsi qu’une dague et un pistolet.

Schüssler tente d’appeler à la maison de Trotsky

Plus tard dans la soirée, à 18h30, Schüssler et sa femme sont arrivés au restaurant Swastica où ils avaient convenu de rencontrer Ageloff et Jacson-Mornard. Schüssler a plus tard dit à la police mexicaine:

Au bout de 15 ou 20 minutes, Silvia est venue l’informer [Schüssler] qu’elle ne savait pas ce qui était arrivé à Jackson [sic] mais qu’après avoir mangé ensemble, il était parti en expliquant qu’il avait un problème urgent avec M. Alfredo Viñas ... et qu’il avait accepté de revenir plus tard pour faire la visite et dire au revoir à Trotsky, puis d’aller dîner comme ils en avaient convenu précédemment. [142]

Jacson-Mornard n’était pas au dîner parce qu’il était à Coyoacán. Il était déjà arrivé seul dans l’enceinte. Il a dit à Trotsky et aux gardes qu’Ageloff arriverait bientôt pour dire au revoir avant le départ du couple le lendemain. Les gardes l’ont laissé entrer. Après tout, Sylvia venait généralement lui faire ses adieux avant de partir pour les États-Unis. Compte tenu de ses actions passées, la visite de Jacson-Mornard semblait tout à fait naturelle.

Pendant ce temps, en ville avec Ageloff, Schüssler s’inquiète de l’absence de Jacson-Mornard. Il réussit à obtenir d’elle l’adresse de Viñas. Cet homme travaillait manifestement au 1329 ou 1331 Paseo de la Reforma. Schüssler déclara à la police qu’Ageloff lui avait conseillé de ne pas appeler la maison des Trotsky pour demander si Jacson-Mornard y était:

En raison de la nervosité apparente d’Ageloff, il [Schüssler], suggère qu’ils appellent la maison Trotsky pour savoir si Jackson est parti lui dire au revoir. Cependant, Sylvia lui dit: «Ne faites pas ça parce que je suis sûre qu’il ne sera pas là, nous avons déjà convenu d’y aller ensemble.» [145]

Schüssler a emmené Ageloff à l’adresse où, selon elle, se trouvait le bureau de M. Viñas, mais cette adresse n’existait pas. Elle les a emmenés à d’autres adresses, mais Jacson-Mornard n’a pas pu être localisé.

Schüssler a finalement appelé l’enceinte et a appris que Trotsky avait été attaqué. En l’informant, expliqua Schüssler: «Sylvia est devenue très nerveuse et s’est mise à pleurer.» [146] Ils prirent un taxi au 55 Calle Viena à Coyoacán.

Au domicile de Trotsky, la police mexicaine était arrivée et Trotsky avait été transporté d’urgence à l’hôpital. Selon le garde mexicain de Trotsky, Melquiades Benitez Sanchez, la fuite de Trotsky vers l’hôpital a été retardée parce que Joseph Hansen a occupé le téléphone et «a essayé sans succès d’appeler la Croix verte.» 147] Finalement, un autre membre de la garde, Charles Cornell, a été envoyé en courant pour trouver un médecin, qui est arrivé 20 minutes plus tard. Du temps précieux avait été perdu.

Ageloff, qui se trouvait maintenant au complexe, semblait paniquée. Luri a écrit:

Sylvia, perplexe, a couru dans les chambres. Elle portait une chemise blanche, à la manière d’un marin, avec un manteau marron en vieux cuir. Il y avait dans sa silhouette quelque chose de très enfantin, souligné par cette tenue, qui n’était pas en accord avec les circonstances. Elle était comme une enfant perdue dans le désordre de sa propre vie. De temps en temps, elle s’interrompait et criait: «On s’est servi de moi!» [148]

Ageloff placée en état d’arrestation

Les Mexicains ne croyaient pas à la performance d’Ageloff. Octavio Fernández, un trotskyste mexicain de premier plan et un organisateur de la maison de Trotsky en exil, a raconté à l’universitaire mexicaine Olivia Gall ce qui s’est passé quand Ageloff est arrivé dans l’enceinte de Trotsky: «Après que l’ambulance ait emmené Trotsky à «Mexico» [l’hôpital], le commandant Galindo a dit à Sylvia: «Vous êtes en détention.”»

Octavio Fernández (Source: CEIP)

Fernández a expliqué qu’il pensait qu’Ageloff travaillait pour la GPU. Il a expliqué:

Je l’ai convaincu [le commandant Galindo] de me laisser monter dans la voiture de police dans laquelle ils la faisaient monter. C’était le chauffeur, Sylvia et moi, derrière nous se trouvaient le commandant Galindo et deux agents. Je connaissais Sylvia depuis 1934. J’ai commencé à essayer de lui parler. Elle pleurait, souffrait d’une crise d’hystérie et ne faisait que répéter: « pourquoi ont-ils laissé entrer Jacson? « pourquoi ont-ils laissé entrer Jacson?» et je lui disais: «Mais Jacson est ton mari, non?» « Oui – elle a répété sans s’arrêter – mais pourquoi l’ont-ils laissé entrer?» Je savais donc qu’elle comprenait quelque chose, qu’elle connaissait au moins une raison pour laquelle nous n’aurions pas dû laisser Jacson entrer dans la maison. Elle ne pouvait répondre à mes questions qu’avec la même réponse: qu’elle savait qu’il était mêlé à des « choses suspectes » avec un type nommé Bills ou quelque chose comme ça, qui se trouvait dans l’immeuble Ermita. ... « Mais si vous savez que, si après le procès [de Siqueiros, pour la tentative de mai] ils ont publié que Siqueiros avait un bureau dans l’immeuble Ermita, pourquoi ne pas nous avoir averti? Elle n’a pas répondu. Nous sommes arrivés au commissariat, ils l’ont emmenée, et je ne pouvais plus lui parler. [149]

Après l’attaque: Ageloff feint l’hystérie

Après avoir arrêté Ageloff et Jacson-Mornard, la police mexicaine les a séparés et a tenté d’interroger chacun d’eux individuellement. En employant cette tactique policière standard, les autorités espéraient comparer les deux séries de réponses pour déterminer si les histoires des suspects étaient conformes l’une à l’autre et utiliser les incohérences comme pistes pour faire avancer l’enquête.

«Je veux voir le consul immédiatement – Sylvia Ageloff» Note publiée par Julian Gorkin

Dès son arrestation, la réponse immédiate de Jacson-Mornard à l’interrogatoire a été de nier tout lien avec la GPU et de prétendre qu’il était un trotskyste mécontent qui avait attaqué Trotsky lorsque ce dernier s’était opposé à son mariage avec Ageloff. Là encore, le nom de Sylvia apparaît au centre de son mensonge.

Sylvia Ageloff n’a pas réagi lorsque la police a tenté de l’interroger. Luri a écrit: «Sylvia a passé les jours qui ont suivi l’attaque au lit, sans enlever la blouse blanche de marin. Lorsque quelqu’un entrait dans la pièce, elle criait immédiatement et tournait l’épaule.» [150]

Le FBI et la police mexicaine ont chacun tenté de l’interroger, en vain. Le 22 août, George Shaw, du consulat américain au Mexique, «a tenté de lui parler, mais elle a sombré dans une crise de nerfs.» [151]

La police mexicaine a cru qu’elle simulait son hystérie pour éviter de répondre aux questions et pour bloquer l’enquête. Le docteur Moisés Orozco, le responsable médical chargé de s’occuper d’Ageloff pendant sa détention, a déclaré au journal mexicain Novedades le 24 août qu’il ne doutait pas qu’Ageloff était «une grande comédienne». Le docteur Orozco a expliqué que le rythme cardiaque d’Ageloff n’augmentait pas lorsqu’elle feignait la panique, ce qui montrait qu’elle mentait, puisque les personnes souffrant de stress extrême, d’anxiété ou de crises de panique voient leur rythme cardiaque augmenter. Le Dr Orozco a déclaré à Novedades:

Elle est professeur de psychologie. Grâce à ses connaissances, elle sait comment éviter les interrogatoires et comment se présenter comme la victime. Elle connaît la psychologie de ceux qui l’interrogent mieux qu’eux ne connaissent la sienne, c’est ce que vous devez comprendre. Son pouls est normal quand les attaques arrivent, ce qui montre qu’il s’agit exclusivement d’une ruse. [153]

Le 26 août, Novedades a publié un autre article expliquant: «Au fil des jours, et compte tenu de l’attitude étrange adoptée par cette femme, de ses prétendues crises d’hystérie et des circonstances qui concourent à la vie et aux miracles de l’assassin de l’ancien commissaire rouge des Soviets, il devient de plus en plus difficile de croire à son innocence.» [154]

Sylvia Ageloff (à gauche) et Mercader (à droite) après l’assassinat

Les scènes d’hystérie d’Ageloff étaient clairement feintes. Elle a retardé l’enquête de police et a fait obstacle à leurs efforts pour confronter Jacson-Mornard à sa version des faits. Cela a donné à Jacson-Mornard le temps de se calmer et de mettre en place l’alibi qu’il avait développé avec les agents de la GPU à New York.

Les premiers entretiens d’Ageloff avec la police mexicaine

Ageloff a fini par répondre aux questions. L’enquête a été supervisée par Leandro Sanchez Salazar, qui a mené plusieurs entretiens avec Ageloff et a eu l’occasion d’étudier son comportement et de comparer ses réponses aux faits colligés dans les premières phases de l’enquête.

Il est devenu convaincu de sa culpabilité en tant qu’agent de la GPU et complice de Jacson-Mornard. Luri a expliqué:

Le colonel Leandro Salazar, qui était chargé de l’enquête, a ordonné à un garde de surveiller Sylvia Agleoff comme si elle avait été complice de l’assassinat. Il pensait qu’il ne pouvait y avoir quelqu’un d’aussi naïf pour ne pas comprendre ce qui se passait autour d’elle. Comment pouvait-elle croire que Ramón était un journaliste sportif qui n’assistait pas aux compétitions sportives et n’écrivait jamais une ligne sur le sport? Comment ne soupçonnait-elle pas que l’homme qui, à Paris, s’était fait passer pour un journaliste, avait, dans ces circonstances, tenté de se faire passer pour un ingénieur en mécanique, un ingénieur des mines spécialisé dans les diamants (comme il l’a dit à Natalia Sedova) ou un vendeur de sucre et de pétrole (comme il l’a dit à Otto Schüssler)? Comment ne pas douter de lui avec toutes ses identités diverses et ses histoires invraisemblables, comme celle de l’agence Argus? Sylvia a répondu à toutes ces questions d’une manière complètement déconcertante. [155]

D’autres responsables de la police chargés de l’enquête ont commencé à tirer les mêmes conclusions. Le 26 août, le Palm Beach Post de langue anglaise «a rapporté que, selon le chef de la police, José Manuel Núñez, elle [Ageloff] était «probablement» impliquée dans les faits.» Il semblait de plus en plus probable que sa détention serait de plus longue durée.

Leandro Sanchez Salazar

Le 30 août, l’employeur de Sylvia Ageloff l’a licenciée pour son rôle dans l’attentat. William Hodson, chef du département de la protection sociale de New York, «a officiellement communiqué qu’il avait résilié son contrat de travail parce que ses vacances avaient pris fin six jours auparavant et qu’il n’y avait eu aucune nouvelle de son retour au travail, et pour la publicité qui a entouré ce qui s’est passé au Mexique. Hodson a déclaré à la presse que c’est ce qui devait arriver, étant donné la dépravation morale de Sylvia.» [157]

Le face-à-face entre Ageloff et Mercader

À une occasion, dans le cadre de leur enquête, la police a fait entrer Ageloff et Jacson-Mornard dans la même pièce afin de tester comment ils réagiraient au fait de se voir face à face pour la première fois depuis le 20. Lorsqu’ils se sont affrontés, Jacson-Mornard a plongé sa tête dans ses mains et a supplié la police de l’emmener. Ageloff est redevenue hystérique et a refusé de lui poser des questions sur leur relation ou d’expliquer les mensonges qu’il lui avait racontés pendant leur séjour ensemble. Elle aussi a exigé la fin de la rencontre.

Si elle avait voulu mettre à nu ses liens avec la GPU, Ageloff aurait utilisé leur interaction en face à face pour le confronter aux nombreux éléments qui démontraient maintenant sans équivoque qu’il était un agent de la GPU. De toutes les personnes du SWP qui le connaissaient, elle était la mieux placée pour le questionner sur les incohérences de son histoire. Elle aurait pu l’interroger sur l’incident d’Ermita, sur le rassemblement stalinien de mars 1940 auquel elle prétendait avoir participé avec lui, sur sa présence à la conférence fondatrice de la Quatrième Internationale en 1938, sur l’Argus Press, ou sur ses parents et son accès à l’argent. Elle aurait pu le confronter à propos des personnes qu’il connaissait et qui auraient également pu être impliquées. Tout cela aurait été très utile à l’enquête policière et aurait fourni aux autorités mexicaines des pistes cruciales.

Mais au lieu de cela, elle a crié: «Emmenez ce meurtrier loin de moi. Tuez-le! Il a assassiné Trotsky! Tuez-le! Tuez-le!» [158]

Ceci était conforme au but des staliniens qui, selon Gorkin, ont écrit la fausse confession de Jacson-Mornard en espérant que cela inciterait les gardes de Trotsky à le tuer et à l’empêcher de parler. Immédiatement après avoir enfoncé le piolet dans le crâne de Trotsky, Jacson-Mornard lui-même a dit aux gardes de Trotsky: «Tuez-moi! Tuez-moi une fois pour toutes. Je ne mérite pas de vivre. Tuez-moi. Je ne l’ai pas fait sur l’ordre de la GPU, mais tuez-moi.» [159]

En exigeant sa mort, non seulement Ageloff a entravé l’enquête, mais elle a également agi d’une manière totalement incompatible avec la façon dont un membre du mouvement trotskyste se serait comporté dans ces circonstances.

En 1940, Ageloff avait déjà six ans d’histoire dans la politique socialiste et se présentait comme une trotskyste loyale. Son activité s’était étendue sur les années de la Grande Terreur stalinienne, pendant laquelle le mouvement trotskyste dénonçait la méthode stalinienne d’assassinat systématique des opposants politiques et la caractérisait comme l’expression de la nature contre-révolutionnaire de la bureaucratie stalinienne. Le mouvement trotskyste s’est opposé à ces méthodes non pas par le terrorisme, la violence et la rétribution physique, mais par les méthodes de révélation et d’éducation politique. Pour cette raison, Trotsky lui-même a ordonné à ses gardes de garder son agresseur en vie après l’attaque afin que le rôle de la GPU puisse être dévoilé: «Dites aux gars de ne pas le tuer. ... Il doit parler.» [160]

Ageloff, en revanche, a exigé qu’il soit tué et réduit au silence. Cette manifestation ressemble beaucoup plus à la réaction d’un stalinien qu’à celle d’un membre du mouvement trotskyste. Ce n’était pas la réponse de quelqu’un qui cherchait à obtenir des informations sur l’identité réelle de l’assassin et sur les personnes avec lesquelles il travaillait.

À suivre

Notes:

[Notes]

(Les sources originales non indiquées sont disponibles dans la première ou la deuxième partie)

[94] Rapport du FBI de J. Edgar Hoover daté du 24 août 1940.

[95] Luri, p. 245.

[96] Sanchez Salazar, p. 136.

[97]Ibid., pp. 219–20.

[98] Ibid., p. 220.

[99] Rapport du FBI du 23 août 1940.

[100] Rapport du FBI du 13 septembre 1940, par l’agent N.O. Scott.

[101] Puigventós à 2,541.

[102] Rapport du FBI du 4 septembre 1940, par l’agent B.E. Sackett.

[103] Memorandum du Consulat général des États-Unis à Mexico, 1er septembre, 1940.

[104] Volkogonov, p. 459.

[105] Ibid., p. 456.

[106] Puigventós à 4,503.

[107] Ibid. à 4,526.

[108] Ibid. à 4,545. Citant Dirreción General de Investigaciones Políticas y Sociales, Caja 127. Expediente 27, páginas 108–09.

[109] Puigventós à 4,503.

[110] Deutscher, p. 497.

[111] Puigventós à 4,527.

[112] Ibid. Référant à Archivo General de la Nación. Tribunal Superior de Justicia del DF Año 1940. Caja 3,265. Folio 602993, p. 41.

[113] Ibid. à 4,546.

[114] Ibid. à 4,503.

[115] «What flights used to cost in the ‘golden age’ of air travel» (Combien coûtaient les vols à “l’âge d’or” des voyages par avion), Travel+Leisure, 13 août, 2017, disponible ici (article en anglais).

[116] Rapport du FBI, par l’agent R.N. Hosteny, 25 septembre 1940.

[117] “Overnight Air Service to Mexico City to Start,” Washington Evening Star, February 26, 1940. Available here.

[118] Rapport du FBI, par l’agent R.N. Hosteny, 25 septembre 1940.

[119] Ibid.

[120] «The Smith Act trial and government infiltration of the Trotskyist movement», Eric London, World Socialist Web Site, 8 décembre 2016, disponible ici (en anglais).

[121] Puigventós à 4,532.

[122] Ibid à 4,546.

[123] Ibid.

[124] Barrón Cruz, p. 165.

[125] “Natalia Trotsky Answers A Foul Slander,” (Natalia Trotsky répond à une calomnie fétide) Socialist Appeal, 26 octobre 1940.

[126] Luri, p. 245.

[127] “Natalia Trotsky Answers A Foul Slander.

[128] L. Mercader, G. Sanchez, My Brother Killed Trotsky (Moscow: Kuchkovopole, 2011[Édition russe]), p. 159.

[129] “Natalia Trotsky Answers A Foul Slander.

[130] Deutscher, p. 497.

[131] Ibid., pp. 497–98.

[132] Ibid., p. 498.

[133] David North, «La dernière année de Trotsky, sixième partie» World Socialist Web Site, 16 septembre 2020.

[134] Luri, p. 246.

[135] Ibid., pp. 246–47.

[136] Voir la biographie d’Otto Schüssler sur Trotskyana, disponible ici (en anglais).

[137] La police mexicaine épelle régulièrement «Jacson» comme «Jackson» et «Sylvia» comme «Silvia».

[138] Barrón Cruz, p. 47.

[139] Ibid.

[140] Luri, p. 247.

[141] Barrón Cruz, p. 166.

[142] Ibid., pp. 47–48.

[143] Joseph Hansen, «With Trotsky Until the End,» (Avec Trotsky jusqu’à la fin) Fourth International Magazine, Octobre 1940, p. 117.

[144] Barrón Cruz, p. 48.

[145] Ibid.

[146] Ibid.

[147] Ibid., p. 53.

[148] Luri, pp. 250–51.

[149] Gall, pp. 354–55.

[150] Luri, p. 261.

[151] Ibid., p. 262.

[152] Par exemple, le service national de santé de la Grande-Bretagne explique que, «Les symptômes physiques d’une crise de panique sont causés par le passage de votre corps en mode «combat ou fuite». Lorsque votre corps essaie d’absorber plus d’oxygène, votre respiration s’accélère. Votre corps libère également des hormones, telles que l’adrénaline, ce qui accélère le rythme cardiaque et tend les muscles.» Disponible ici (en anglais).

[153] Luri, p. 262.

[154] Ibid., p. 264.

[155] Ibid., p. 252.

[156] Ibid., pp. 264–65.

[157] Ibid., pp. 267–68.

[158] Sanchez Salazar, p. 149.

[159] Ibid., p. 141.

[160] Hansen, p. 116.

(Article paru en anglais le 7 février 2021)

Loading